segaSoft
Signaler
Actu (Jeu vidéo)

Sega accuse le coup mais garde le cap. Bien que le bénéfice net plonge de 80%, les bonnes performances de la branche jeux vidéo limitent ses effets dévastateurs sur l’intégrité du groupe nippon. Mais gare au retour de bâton…

La pandémie désormais contenue, en conséquence Sega s’attend à un fléchissement des ventes de jeux vidéo lors de son prochain exercice fiscal (clos en mars 2022). Afin d’y faire face, l’éditeur lance un plan quinquennal combatif caractérisé par un investissement au montant considérable (de l’ordre de 100 milliards de Yens soit près de 850 millions d’euros). L’objectif est d’internationaliser la notoriété de ses marques en activité ou en sommeil, avec pour enjeu capital la création d’un « super jeu », au potentiel de croissance élevé et pérenne. 

A l’image de la licence Sonic, qui a traversé le temps et les épreuves, Sega est à la recherche d’une franchise de cette dimension commerciale. Bien que le groupe japonais possède un solide portefeuille de titres (Crazy Taxi, Jet Set Radio, Altered Beast…) aucun d’entre eux ne s’est inscrit durablement dans le temps en raison de sous-investissement chronique et de catégorisation en franchise d’appoint. L’éditeur envisage de les revivifier grâce à des rééditions multi-platesformes, transmédia et plurilingues.

Entretemps, des actifs relais et bien installés tels que Sonic, Phantasy Star Online 2, Persona 5, Yakuza et Total War devront dans les trois années à venir consolider la force de frappe éditoriale de Sega. Plusieurs titres inédits passés sous silence grossiront le catalogue de l’éditeur, notamment un FPS réalisé vraisemblablement par le studio Creative Assembly en pleine campagne de recrutements.

Malgré la perte de son poste de directeur de la création au profit d’une affectation au développement, la position hiérarchique informelle de Toshihiro Nagoshi dans l’organigramme de Sega demeure intacte. Lors d’une entrevue accordée la veille de la présentation de ses résultats au magazine Famitsu, le vice-président exécutif du département jeux et services a loué la capacité de T. Nagoshi à créer des jeux au succès mondial. Privé de développeur aux compétences similaires, le dirigeant a déclaré laisser toute latitude au créatif pour réaliser des titres internationalement reconnus.

Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Commentaires

Tompouce75
Signaler
Tompouce75
Allez Sega, sortez nous un Shinobi du placard en mode métroidvania 2D au pixel art soigné.
Metroid.3
Signaler
Metroid.3
J'pense pas qu'il n'y ait qu'un seul titre Super game . Il n'y a pas d'article "A" SUPER GAME c'est plus le concept de super game qui est décrit. Laisser les indés ou les studios annexes s'occuper de tout et ne rien faire en interne (ni Rand D ni studios historiques) ça me paraît bizarre voire impossible.

Ils ont revu et corriger leur ancienne stratégie de sortir un Sonic et un Yakuza tous les ans . Ils se focussent sur la qualité. C'est très bien.
canardwc
Signaler
canardwc
@Mangouste
Oui, ils ont pas été chanceux avec les grosses prod'. La dernière bien huileuse c'était Alien Isolation, torpillé par IGN et aujourd'hui culte. Les deux prochains AAA sont le FPS de Creative Assembly et Re: Fantasy
canardwc
Signaler
canardwc
@retromag:En gros, ils vont enfin produire de vrais AAA (et non des entre deux type Yakuza aux surfaces réduites et assets recyclés)
Mangouste
Signaler
Mangouste

La dernière fois qu'ils ont tenté un "Super Game", c'était avec Shenmue. On connait la suite ... :P

Retromag
Signaler
Retromag
Mais un seul dans le titre "Creation of Super Game"... Pour ce que j'en ai compris, il s'agit pour Sega de lancer de nouveaux titres dont au moins un aura la stature d'une franchise à la rentabilité pérenne.
canardwc
Signaler
canardwc
Le jpeg que vous postez (strategy 2) indique plusieurs jeux sous la notion "super game"...

segaSoft

Par Retromag Blog créé le 28/10/11 Mis à jour le 13/05/21 à 16h20

Indé, Néo, Rétro...

Ajouter aux favoris

Édito

 

Archives

Favoris