>
>
Test de The Elder Scrolls V : Skyrim (Nintendo Switch)

TEST de The Elder Scrolls V Skyrim sur Switch : Un classique qui se porte bien

Par Gianni Molinaro - publié le

20 octobre 2016, la Nintendo Switch est annoncée. Une vidéo décrivant son concept fait le tour d'Internet. Dessus, on distingue clairement une séquence de The Elder Scrolls V : Skyrim, que Bethesda ne confirmera pas immédiatement. A l'époque, on s'interroge sur la pertinence d'un tel portage. Aujourd'hui, on ne rigole plus. Parce que ça prend du temps. Et qu'on n'en a pas assez dans une journée pour continuer sa partie.

Depuis fin 2011 et la centaine d'heures passées dessus, je m'étais dit qu'on ne m'y reprendrait plus. Et pourtant, me voilà six ans plus tard de retour à Tamriel, à arpenter Bordeciel. A quelques détails près, rien n'a changé. Il s'agit toujours d'une région peu accueillante, froide, rude, grisâtre. Les textures font leur âge, les PNJ ont toujours une tronche abominable et leurs animations s'avèrent absolument risibles. Même si le tout apparaît assez propre et net sur sur téléviseur comme sur l'écran de la console, sans l'aliasing, le stuttering et - presque - sans les chutes de framerate des versions PS3 et Xbox 360 d'origine, on ne s'étonnera pas de se retrouver face à un jeu qui n'a rien d'une vitrine technologique. Mais qui dispose encore de tellement d'atouts...

Au nom du repère

La raison pour laquelle je ne voulais pas y retourner, c'est que Skyrim est un piège - Fumble l'avait bien compris. Au moment exact où débute l'aventure de l'Enfant de Dragon, où vous commencez à déterminer son sexe, sa race, son apparence, s'il est plutôt magicien, voleur ou guerrier, et trouvez ça étrange qu'on ne puisse pas employer l'écran tactile dans les menus, il se referme. Et il devient impossible d'en réchapper. Vous commencez en vous disant que vous allez suivre la trame principale. Et quelques mètres plus loin, vous découvrez un nouveau point d'intérêt. Puis vous faites l'erreur de parler à un(e) villageois(e) qui va vous demander d'aller explorer une nouvelle zone. Forcément, vous êtes serviable, alors vous y foncez. Des bandits, des loups, des géants ou encore un dragon se présentent. Vous mourez, n'oubliez pas qu'il faut sauvegarder à chaque pas, revenez mieux armé et vous les dézinguez. Vous ramassez de quoi forger, enchanter, fabriquer des potions, troquer : herbes, armures, petits cuillères, bouquins... Et la course à l'or et à l'XP, sur un terrain de jeu gigantesque qui va peu à peu se remplir de repères qu'on va se sentir obligé d'atteindre, ne s'arrête jamais.

Et vous, qui brûlez de devenir le plus riche, le plus fort, de faire grossir vos arbres de compétences et de ne pas finir avec une flèche dans le genou, ne pouvez pas lâcher l'affaire. Il serait insultant d'ignorer l'appel de l'aventure, de l'exploration, les possibilités offertes, notamment par le choix de factions, alors que les musiques épiques de Jeremy Soule et le ruissellement de quêtes vous y exhortent. Et là, vous réalisez que plusieurs heures se sont écoulées.

Je vous connais

Les artisans de Bethesda ont conçu un RPG en monde ouvert (mais pas dénue de coupures, pas trop pénalisantes, dès lors que l'on entre dans des bâtiments ou grottes, qui se ressemblent assez souvent) si accrocheur et d'une telle générosité dans sa progression qu'on en oublie tout. Et la version Switch ne fait pas exception. On pourra toujours dénoncer les errances les bugs à foison (décor qui disparaît, son strident qui surgit de nulle part plusieurs fois par partie, allié qui, lorsque son pathfinding n'est pas un problème, reste bloqué derrière un muret, et j'en passe), une constante chez Bethesda, ou l'emploi des capteurs de mouvements des Joy-Con pour le combat qui fait office de gadget imprécis, pour déterminer la puissance d'un coup, et sans grand intérêt. En attendant, le tarif ne change pas.

Skyrim, accompagné de ses trois DLC et offrant le droit d'invoquer des coffres-bonus (pas toujours bien chargés) avec ses amiibo, a toujours autant d'attrait, de magnétisme. Et une arme fatale pour nous faire plonger dans son univers heroic fantasy copieux sans jamais refaire surface : la portabilité de la Switch, qui fait que même quelqu'un qui le connaît bien ne sera que conquis à l'idée de pouvoir pousser des FUS-RO-DAH partout, tout le temps.

Très bon
8
Notes de la Rédac (3)
Il est clair que The Elder Scrolls V : Skyrim n'est pas le jeu pour lequel vous devez acheter une Switch. Mais si vous en possédez une et que vous avez dans l'idée de vous lancer dans un RPG bien fichu, prenant et dodu, il ne faut pas trop se poser de questions. Il s'agit d'un portage propre, sans accrocs inattendus en dehors des "classics from Bethesda" et, en termes de contenu, il a toujours de quoi occuper et boucher les trous de votre emploi du temps ou le dévorer. Et absolument partout.
par
+ On aime
  • Un univers d'une richesse folle.
  • Une surface à explorer délirante et bourré de missions, de loots, de rencontres.
  • La bande-son folle.
  • Un RPG monumental et ses 3 DLC à emporter partout (sauf si vous êtes surchargé).
  • Quelques bonus si vous avez des amiibo.
  • Assez propre...
- On n'aime pas
  • ...mais fait quand même daté visuellement.
  • Pas mal de bugs (étonnant, non ?).
  • Des alliés terriblement cons.
  • Les donjons et planques qui se ressemblent beaucoup.
  • Pourquoi pas de tactile pour cette interface un peu trop touffue ?
  • Combat et arc au Joy-Con rigolos 1 minute.
Donnez votre note
312 notes
9
0
1
0
2
0
3
5
4
1
5
6
6
13
7
53
8
49
9
185
10
Ma collection sur Switch
Je l'ai 937
J'y joue 258
Je le vends 7
Je le cherche 23
Vos tests (7)
2 220
b2zo-almendha
Jouabilité : 4/5 : Il y a le choix entre une vue FPS et une vue TPS, perso j'alterne. Lors des phases d'exploration je suis en vue subjective pour pouvoir profiter pleinement du paysage et quand un combat survient je passe en vue TPS. Quoi qu'il en...
10
0 291
Onink
Triquite publiée à l'origine le 5 aout 2012 sur mon blog dans une version plus agréable avec des images tavu. Il y a quelques temps, je concluais l'histoire principale de Skyrim. Cent heures au compteur, c'est rond, c'est parfait. Un brin de...
7
0 262
Shadowslabs
Elder Scrolls V, Skyrim ( testé sur PS3 ) est un action rpg développé par Bethesda Softworks, déjà très connu des gamers pour la série de jeux vidéos éponyme, Morrowind, Oblivion étant les parents de la série. Skyrim se situe dans un univers héroic...
9

Galerie photo The Elder Scrolls V : Skyrim - 9 images (cliquez pour zoomer)

La rédaction vous recommande

Top ventes

Pack Fnac Console Sony PS4 Slim 1 To Noi…
Neuf : 349,99 €
Console Nintendo Switch noire avec manet…
Neuf : 328,99 €
Assassin's Creed Origins PS4
PlayStation 4
Neuf : 58,78 €
Super Mario Odyssey Nintendo Switch
Nintendo Switch
Neuf : 44,99 €
Console Nintendo Classic Mini Super Nint…
Neuf : 0,00 €
Occasion : 110,19 €
Casque de réalité virtuelle Sony Playsta…
Neuf : 349,99 €
Pack Console Sony PS4 Pro 1 To Noire + F…
Neuf : 488,97 €
Call of duty World War II PS4
PlayStation 4
Neuf : 54,99 €
FIFA 18 PS4
PlayStation 4
Neuf : 54,70 €
Pack Console Microsoft Xbox One X 1 To N…
Neuf : 499,00 €
Console Nintendo Switch avec une paire d…
Neuf : 328,99 €
The Legend of Zelda : Breath of the Wild…
Nintendo Switch
Neuf : 51,99 €
Star Wars Battlefront II PS4
PlayStation 4
Neuf : 55,79 €
Pack Sony Console PS4 Pro 1 To Blanche C…
Neuf : 349,99 €
43 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (43)