TEST de Grey Goo : comme un parfum d'antan

Par Mathieu Ghorbani - publié le

C'est dans l'air du temps : revenir aux racines et reprendre les solides mécaniques d'autrefois est une pratique désormais largement répandue. Parfois avec succès, à l'instar du récent Pillars of Eternity, parfois avec maladresse, comme avec Sid Meier's Starships ou Meridian : New World... Alors, qu'en est-il de Grey Goo ?

Age of Empires, Total Annihilation, Command & Conquer... Le gameplay et le concept de ces jeux-là reposaient en grande partie sur la gestion des ressources et la construction d'une base, avec un rythme posé et un aspect tactique moins prompt à récompenser le micro-management effréné que la vision stratégique globale. C'est exactement dans cette optique que s'inscrit Grey Goo pour nous redonner du bon vieux RTS à l'ancienne.

L'interface est classique, claire et précise : la gestion des combats s'en trouve facilité.

Grey's Anatomy

C'était plus ou moins attendu, le scénario ne vous empêchera pas de dormir ni par sa complexité, ni par son originalité intrinsèque. Vous ne m'en voudrez donc pas si je vous en restitue une version fortement synthétisée : sur une planète lointaine, trois races vont s'affronter pour assoir leur suprématie. Les humains, tout d'abord, qui auront un principe de fonctionnement plutôt classique. Très centrés sur eux-mêmes (normal) et très portés sur la défense, notamment grâce à leurs solides murailles et leurs tourelles affutées, ils imposent une vision stratégique à long terme pour envisager l'assaut sur les bases adverses. L'autre grand concurrent, toujours assez traditionnel dans son gameplay, ce sont les Betas. Là aussi, on est en terrain connu : on se lance dans la construction d'extracteurs pour récupérer l'unique ressource du jeu (nommée "Catalyseur") et on accroît sa capacité de production et de stockage avec des silos, histoire de gérer correctement la création d'unités. Enfin, le troisième larron, c'est la faction des "Goo". Leur style de jeu diffère nettement des autres races. Point de bâtiments à construire : leurs unités s'apparentent à une forme de vie à l'état liquide, toujours en mouvement, avec laquelle les partisans d'attaques multiples et de harcèlement devraient trouver leur compte.

Des bassins de "Catalyseurs", l'unique ressource du jeu.

Quand y'en a plus... y'en a plus !

Rien de révolutionnaire au programme, mais ces différentes races sont intéressantes à jouer et leur équilibrage général est plutôt bien dosé. Du côté du contenu, le jeu propose une campagne solo bien écrite, avec son lot de rebondissements plutôt efficaces et des cinématiques fort réussies, qui permettent de rester immergé dans cet univers. En revanche, c'est un peu moins la fête au niveau du contenu général : la campagne est assez courte (comptez moins d'une dizaine d'heures pour en faire le tour) et contrairement à un Company of Heroes, vous n'aurez probablement pas envie de la relancer une deuxième fois, rien ne venant véritablement soulever un enthousiasme démesuré lors de cette courte épopée solo.

Pour construire correctement sa base, il faut gérer la connexion des bâtiments le uns aux autres.

Dans la glue

Alors vous me direz, il reste toujours les escarmouches ou le multijoueur. Oui, mais les mécaniques de jeu sont assez répétitives et ce n'est pas la maigre variété des unités qui viendra retarder cette sensation de lassitude, qui s'installe finalement assez vite. Ceci étant, les plus motivés pourront tout de même se rabattre sur l'éditeur de cartes, histoire d'étoffer le contenu du jeu et de prolonger un peu le plaisir. Toujours au chapitre des griefs, le rythme général des parties est vraiment lent... très lent. Alors oui, c'est agréable d'avoir un gameplay posé "à l'ancienne", mais là c'est presque trop et ça donne un peu l'impression de jouer en permanence en bullet time. J'ajouterais que le niveau de recul du zoom est bien trop limité et que cela nuit parfois à la lisibilité d'un jeu qui aspire tout de même à nous plonger au coeur de batailles stratégique de grande envergure. Enfin, l'IA est un peu plombée par quelques lacunes assez pénibles, à l'image de certaines unités qui laisseront votre base partir en morceaux lors d'une attaque ennemie, parfois sans lever le petit doigt.

Les "Goo" peuvent prendre la forme de flaques géantes ou d'araignées intergalactiques.

Encore un effort !

Pourtant, l'univers de Grey Goo est loin d'être déplaisant. Même si la palette de couleurs utilisées est terne et tristounette, le moteur du jeu est capable d'afficher de biens jolis décors et on sent que les développeurs auraient même pu aller encore plus loin et faire cracher un peu nos configs de bourgeois. Comptez tout de même sur une config assez récente pour espérer profiter du jeu avec une fluidité raisonnable, le jeu réclamant au minimum un Core i3, 4 Go de RAM et une GeForce GTX 460/Radeon HD 5870. Quoiqu'il en soit et même avec une machine gamer d'entrée de gamme, ces considérations techniques ou artistiques n'empêchent nullement de profiter d'un titre qui parvient à reprendre la plupart des ingrédients d'un bon vieux RTS et à les décliner, malgré quelques fâcheux ratés, de façon globalement satisfaisante.

Satisfaisant
6
Où acheter :
Rien à signaler au niveau du gameplay : Grey Goo reprend effectivement les mécaniques des anciens jeux de stratégie avec une certaine aisance, et les différentes factions sont agréables à jouer. La recette fonctionne, mais la lassitude et l'essoufflement des mécaniques de jeux pointent assez vite le bout de leur nez. La faute à un nombre d'unités restreint et une campagne solo un peu chiche, phénomène aggravé par un rythme général vraiment très lent et quelques défaillances d'IA. Rien de profondément scandaleux, certes, mais c'est dommage. Pour peu que vous ayez une envie soudaine de RTS, Grey Goo mérite tout de même de figurer dans votre liste de souhaits, le temps de le dénicher à un tarif décent.
par
+ On aime
  • Des mécaniques de jeu qui ont fait leurs preuves.
  • Les différentes factions, amusantes et complémentaires.
  • L'univers plutôt réussi.
- On n'aime pas
  • Le manque de variété couplé au contenu un peu maigre.
  • Le gameplay presque trop lent.
  • 46 euros en prix de base : c'est trop cher !
Donnez votre note
note
--

Ce jeu n'a pas encore été noté

Ma collection sur PC
Je l'ai 2
J'y joue 0
Je le vends 1
Je le cherche 0
Vos tests
Pas de test de lecteur pour ce jeu.
Soyez le premier à en rédiger un !

Galerie photo Grey Goo - 7 images (cliquez pour zoomer)

L'interface est classique, claire et précise : la gestion des combats s'en trouve facilité. Des bassins de "Catalyseurs", l'unique ressource du jeu. Pour construire correctement sa base, il faut gérer la connexion des bâtiments le uns aux autres. Les "Goo" peuvent prendre la forme de flaques géantes ou d'araignées intergalactiques.

Top ventes

Casque de réalité virtuelle Sony Playsta…
Neuf : 399,99 €
Console Sony PS4 Pro 1 To
Neuf : 399,00 €
Console Microsoft Xbox One S 500 Go Blan…
Neuf : 268,98 €
Console Sony PS4 Slim 500 Go
Neuf : 289,99 €
Pack Microsoft Xbox One S Battlefield 1 …
Neuf : 271,25 €
Console Sony PS4 Slim 1 To + Call of Dut…
Neuf : 349,00 €
Pack Console Sony PS4 Slim 1 To Noire +…
Neuf : 349,90 €
Console Sony PS4 Slim 1 To + Call of Dut…
Neuf : 349,00 €
Console Sony PS4 Slim 1To + Watch Dogs +…
Neuf : 349,90 €
Console Sony PS4 Slim 1 To + Call of Dut…
Neuf : 330,00 €
Console Microsoft Xbox One S 1 To Blanc …
Neuf : 328,98 €
Console Nintendo New 3DS XL Bleu Métalli…
Neuf : 189,95 €
Console Nintendo Wii U Mario Kart 8 Pack…
Neuf : 279,90 €
FIFA 17 PS4
PlayStation 4
Neuf : 54,94 €
Pokémon Soleil 3DS
Nintendo 3DS
Neuf : 35,90 €
1 commentaire
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (1)