>
>
PES 2019 : L'Afrique a un nouveau roi, la Tunisie sur le trône

PES 2019 : L'Afrique a un nouveau roi, la Tunisie sur le trône

Par Alix Dulac - publié le
×

Comme tous les ans, l'Afrique a eu droit à son championnat esportif de football virtuel, une fois de plus sur la licence PES. Disputée en parallèle de la véritable Coupe d'Afrique des Nations et soutenue par l'opérateur Orange, la compétition a vu le Tunisien Mohamed "YesCopy" Mabrouki l'emporter.

Pour les pays d'Afrique, le rendez-vous est désormais pris. Et en l'espace de huit mois, le continent a consacré un deuxième roi sur la licence de football PES. La deuxième édition de l'Orange eSport Experience s'est tenue mi-juillet (les 17 et 18 exactement) en Tunisie, en marge de l'édition 2019 de la Coupe d'Afrique des Nations, à qui elle faisait écho. Comme en 2017, quand l'épreuve esportive, portée par l'opérateur téléphonique historique - bien décidée à développer l'esport en Afrique - et la société événementielle Odessa Plus, portait le nom d'Orange Football Club. 

L'Afrique c'est chic ?

Venue remettre le titre acquis en décembre dernier, à Dakar (Sénégal), la Côte d'Ivoire a dû céder son trône et son titre à la Tunisie, à l'issue de deux jours de compétition acharnés, qui ont vu les douze meilleurs joueurs du continent en découdre sur PES 2019. CAN oblige, ces derniers devaient s'en remettre à l'une des équipes africaines du jeu. Et même si le Sénégal ne faisait pas partie des nations sous licence dans le jeu, les Lions de la Teranga ont été largement privilégié par les champions présents, bien décidés à mettre la main sur les 3 500 euros offerts au grand vainqueur.

 

Afrique, frac

Pour l'emporter, celui qui répond au nom de "YesCopy" a réalisé un parcours quasi-parfait. Placé dans une poule relevée, avec le champion sortant, l'Ivoirien "Xherdan" et le Marocain "Sparta", quart de finaliste de l'édition précédente, le Tunisien terminait à la surprise générale à la deuxième place. Ce qui faisait office de sensation finissait sur la durée par se révéler être une sacrée confirmation : le Congo ? Le Burkina Faso ? Balayés. Le Maroc, tombeur quelques minutes plus tôt au terme d'un choc épique avec la Côte d'Ivoire, en finale ? Même constat et ce alors que "Sparta" avait eu raison de "YesCopy" en phase de poules. Sacrée revanche donc.

 

L'Afrique, terre d'avenir de PES ?

Mais l'OEE deuxième du nom a confirmé ce que la première édition avait déjà démontré à Dakar : entre ses futurs ingénieurs, professeurs de mathématiques ou de sciences, la concurrence est féroce. Et ce n'est pas le champion de Madagascar, "Rayan", pourtant considéré comme l'un des grands favoris à la victoire finale et terrassé dès les quarts, qui dira le contraire. Pas - encore ! - assez considérée, la scène africaine sur PES a une fois de plus affiché tout son talent, avec un niveau de jeu parfois très proche de la crème de la crème sur la licence, à savoir la PES League.

Verra-t-on un jour éclore un circuit officiel africain porté par Konami, comme l'a laissé entendre Jonas Lygaard, le Brand Manager Europe de la firme, l'année dernière ? Est-ce que les meilleurs joueurs d'Afrique auront un jour le luxe de défier leurs équivalents européens ? Autant de questions et de fantasmes que nourrit inlassablement cette nouvelle Orange Esport Experience... pour peu de réalité concrète. Mais le rendez-vous est déjà pris pour la troisième édition de l'OEE. Reste à déterminer le lieu et le nom des participants. Une chose est néanmoins déjà certaine : le niveau sera au rendez-vous. Et le spectacle également.

Le podium de l'Orange Experience eSport 2019 :

  1.  YesCopy, Tunisie ( 3 500 euros)
  2. Sparta, Maroc (1 000 euros)
  3. Xherdan, Côte d'Ivoire (500 euros)

Galerie photo PES 2019 - 5 images (cliquez pour zoomer)

La rédaction vous recommande