>
>
2010- 2019 : Le classement de notre TOP 100 Jeux Vidéo sur la décennie écoulée

2010- 2019 : Le classement de notre TOP 100 Jeux Vidéo sur la décennie écoulée

Par La Rédaction - publié le
Image

D'ici quelques heures, quel que soit votre fuseau horaire, vous aurez inévitablement basculé dans la nouvelle année. Mais alors que 2020 et une nouvelle décennie nous tendent leurs bras, prenons le temps, avant de s'embrasser sous le gui, de regarder dans le rétroviseur.

Ces dix dernières années n'ont-elles pas été magnifiques pour le jeu vidéo ? En tout cas, de notre côté, c'est ce que nous avons été obligés de constater. Nous vous avons en effet concocté notre classement des 100 jeux que nous avons adoré entre le 1er janvier 2010 et le 31 décembre 2019. Et croyez-nous, cela n'a pas été une mince affaire de dresser un tel classement. Composer avec les affinités et les envies d'exception de chaque membre de la rédaction relève de l'épreuve insurmontable. Mais nous l'avons fait. Et, en toute logique, il nous ressemble. 

Alors, oui, pour vous, il en manquera sûrement. Ou alors vous ne serez pas d'accord avec la sélection, l'ordre... C'est normal. On ne peut pas satisfaire tout le monde. C'est pourquoi nous vous invitons à vous satisfaire vous-même dans les commentaires ci-dessous, en partageant votre propre TOP de la décennie, en toute courtoisie. Et en s'donnant rendez-vous dans dix ans, quand on aura bouclé celle qui arrive... oups, elle a déjà commencé. Bonne année tout le monde !

100. Deadly Premonition (2010)

Odieux techniquement, rageant dans sa prise en mains... Et pourtant passé au rang de culte pour ceux qui ont persévéré, happés par son ambiance singulière, largement inspirée par Twin Peaks, et la touche, désormais reconnaissable, de SWERY.


99. Spec Ops : The Line (2012)

Classique dans la forme, le cover-shooter de Yager prenant place à Dubaï l'est beaucoup moins dans le fond. Il nous place comme acteur et spectateur d'une descente aux enfers et d'une perte d'humanité d'une noirceur absolue, dérangeante. La guerre, ce n'est vraiment pas que du pan-pan boum-boum. 


98. Sea of Thieves (2018)

Eh ouais, moussaillon. Tu pensais qu'on allait oublier la drogue multi préférée de Captain Julo ? Eh bah tu te fourrais le doigt dans l'oeil qu'il te reste. Car si ses débuts ont été un peu hésitants, le jeu de pirates de Rare, déjà bien sympathique, s'est étoffé comme il faut pour devenir un trésor.


97. Rayman Origins (2012)

Trop longtemps absent, peut-être à cause d'incorrigibles lapins lui ayant volé la vedette, le héros sans bras de Michel Ancel a réussi son come-back. Revenu à la 2D par le biais d'un moteur, l'UbiArt Framework, riche en possibilités, Rayman a une fois de plus performé.


96. PLAYERUNKNOWN'S BATTLEGROUNDS (2017)

Si le principe du "Last Man Standing" n'était pas nouveau, lui consacrer un jeu complet aura été l'idée du siècle. Enfin, du moins de la décennie. Grâce à celui que l'on appelle PUBG, le Battle Royale a explosé et est devenu une tendance à côté de laquelle même Tetris ou Forza Horizon n'ont pas su se passer.


95. Castlevania : Lords of Shadow (2010)

Faire table rase du passé et remiser aux oubliettes le style de Symphony of the Night, devenu standard, il fallait oser. Rebooter totalement le background, riche de plusieurs dizaines de titres, n'en parlons pas. Les espagnols de Mercury Steam y sont allés, avec un petit coup de pouce de Hideo Kojima, et c'est un triomphe. 


94. Far Cry 3 (2012)

Bien que l'on retienne en premier lieu la prestation habitée de Michael Mando dans le rôle de Vaas Montenegro, il ne faut pas oublier qu'avec cet épisode, Ubisoft a su trouver la formule idéale pour ses productions en monde ouvert, donnant toutes les cartes pour se concocter un jeu d'infiltration malin ou, au contraire, un concentré de grand spectacle bien foufou.


93. Fire Emblem : Awakening (2013)

Même si la saga d'Intelligent Systems n'a jamais vraiment plongé, on peut dire qu'elle a refait surface sur 3DS. Plus joli que ses ancêtres, plus solide que jamais sur le champ de bataille et accrocheur dans la gestion des relations, c'était le réveil qu'on attendait.


92. Stardew Valley (2016)

Une vie à la ferme, cela n'est jamais ennuyeux. Harvest Moon nous l'avais enseigné, le jeu d'Eric Barone, complet et permettant d'autres carrières en plus d'exploitant agricole, le confirme.


91. Civilization VI (2016)

Toujours plus beau, toujours plus profond, toujours plus varié, toujours plus addictif. Mais toujours pas assez de temps pour en profiter pleinement. Un "Civ" va la vie. Désolé.

La rédaction vous recommande

21 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (21)