De BriC et de BroC - Le BloG

Par Yaeck Blog créé le 11/10/17 Mis à jour le 03/03/21 à 00h49

Réflexions, avis et digressions sur ce que j'ai vu, lu ou joué
et qui mérite que j'en parle...
Bonne lecture!
:^)

Ajouter aux favoris

Édito

Ma première console en 1991 avec la NES. J'avais 10 ans (Oui je date de cette époque là). Depuis une console minimum par génération, sans jamais se débarrasser des précédentes...Je mesure ma chance aujourd'hui d'avoir pu conserver toutes ces reliques.
Ma ludothèque est composée comme suit:
- 2 NES (1 PAL & 1 US)
- GameBoy Color
- Megadrive
- Nintendo 64
- Saturn
- Dreamcast
- Gamecube
- Xbox
- Xbox 360
- WiiU
- PSP
- PS4
Toutes branchées, toutes opérationnelles et toutes qui servent régulièrement.

Pas de 'guerres des consoles' ici ou autres fadaises et polémiqes de Kevin des bacs à sable...
Je précise juste mon désintérêt total pour Nintendo désormais. Non pas qu'ils fassent de mauvais jeux mais tout simplement ceux-ci ne s'adressent pas à moi.
Le jeu vidéo n'est pas ma seule passion, c'est un loisir comme un autre noyé parmi mes nombreux passe-temps. Jouer m'est aussi indispensable que Lire,
Écrire, Mater des films/séries, monter des vidéos à l'arrache pour ma modeste chaîne et voyager au quatres coins du Monde quand les finances le permettent :^)

J'ai une chaîne Youtube de Let's Play avec intégrale de jeu non commenté (ou presque vu que l'enregistrement foire à chaque fois sur une session) . Je ne suis pas streameur ou caster ou que sais-je encore...Juste je partage les jeux vidéos qui me plaisent.
Je suis  - je pense qu'il faut le préciser - un bien piètre joueur. Tendance solitaire qui aime prendre le temps d'explorer ses jeux. Et qui n'a absolument pas le sens de la compétition, notion qui me passe très au dessus. D'où mon incompréhension totale de tout ce qui est speedrunning et autres phénomènes multijoueurs tel que le Battle Royal. Je suis aussi par conséquent complètement hermétique à l'eSport.
Très opposé au dématérialisé (et pas que dans le JV) même si c'est l'avenir (qui se fera sans moi)

Voilà pour mon portrait de Gamer.

-Ma Chaîne Youtube
-Mon Twitter
-Mon Facebook

 

Archives

Favoris

De BriC et de BroC - Le BloG
Signaler
Jeu vidéo (Jeu vidéo)

C’est à l’E3 2018 que sortait du bois Maneater qui plaçait le joueur dans la peau du plus redoutable prédateur des océans. Entre destruction de frêles chalutiers et boulotage de vacanciers imprudents, le coté très décalé de cette présentation fit mouche sur le public. C’est donc accompagné d’une aura pleine de sympathie qu’il pointait le bout de son cartilage en mai 2020. Mais que vaut exactement ce « Shark-PG », comme décrit par ses créateurs ? Enfilons notre plus belle tenue de plongeur et allons parcourir ensemble les eaux profondes de Port Clovis.

Fanart de drmambo199 -lien vers sa page Deviantart ici


J’ÔSE


Ha ! La téléréalité… Ce terreau de grands moments culturels. Ses concepts forts et emplis d’intelligence qui élèvent l’âme et l’esprit. C’est par le biais de l’une d’entre elle que nous suivons un célèbre chasseur de requin du bayou, Pete l’Écailleux (Scaly Pete) accompagné de son fils Kyle, venu aider son père durant ses vacances estudiantines. Le titre de l’émission ? Maneater pardi !
L’homme en tant qu’expert de sa profession, capture très rapidement une proie digne d’éloges. Et fait alors montre de sa profonde cruauté. Éventrant la créature, il en sort un requineau à peine viable. Scarifiant le nouveau-né pour l’identifier quand leur chemin se recroiseront, il le rejette dans les eaux putrides des marais. Et c’est à partir de là que notre carnassière épopée commence.

Votre grand rival pour le contrôle des eaux de Port Clovis


De petite taille, mais déjà très vorace, nous découvrons les capacités de notre bonhom…pardon, notre squale. Sonar, coup de queue et d’aileron, saut hors de l’eau et bien sur une mâchoire qui ne faillit jamais. Premier point à mettre en exergue, Maneater n’est en rien un traité de biologie marine. On est ici devant un titre non pas parodique mais dans l’exagération permanente, prenant de grandes libertés avec les vérités naturelles. Cela ajoute au coté déjanté revendiqué, rempli de références plus ou moins sérieuses et servi par une violence exacerbée jusqu’à l’absurde. Il faut ajouter à cela le commentaire du ‘présentateur’, qui suivra notre cartilagineux chasseur tout au long de sa croissance. Entre air pompeux et anecdote saugrenues, il brise par ses apartés le monde du silence. Et apporte un peu de vie dans ce qui resterait sinon un peu morne.


Les fonds marins sont -malheureusement- très bien représentés


Quoiqu’en fait on n’a pas vraiment le temps de s’ennuyer. Car en tant que représentant de la caste des terreurs des fonds marins, il vous incombe de dévorer tout ce qui passe à votre portée. Du menu fretin pour commencer bien entendu. Et petit à petit, alors que notre bête devient de plus en plus énorme, vos proies deviendront plus imposantes également. Attention toutefois à qui vous vous mesurez, car vous ne serez pas de taille pour faire face à tout le monde.


KILL AND KILL AGAIN


Parce que oui, nous sommes bien là dans un RPG des plus classiques. Avec niveau, possibilité d’orienter notre bestiole plus dans la défense ou plus dans l’attaque, d’en faire un gros pataud ou une Ferrari des mers. Au fur et à mesure des objectifs accomplis, nous collecterons des évolutions qu’il sera possible d’équiper sur différentes parties de notre beau poisson (tête, nageoires, queue, corps…) et qui lui donneront des capacités ‘hors-normes’. Mâchoire drainant l’énergie, esquive électrique, nageoire bordées d’os qui le transforme en véritable mixeur vivant… Toute une panoplie d’effets qui accroissent la létalité déjà faramineuse de notre requin-bouledogue. Ah parce que oui, ce n’est pas un grand blanc que l’on incarne, on laisse ces grands frimeurs faire leurs starlettes au cinéma, nous on fait de la télé ici. De l’authenticité ! De la spontanéité ! De la violence ! Du sang ! Voilà ce que veulent les spectateurs.


Il est possible de transformer notre mastodonte en véritable tank des mers


Bien. Mais une fois le délire du contre-champ du film spielbergien digéré, que reste t-il ? Parlons un peu de la boucle de gameplay qui en aura chagriné plus d’un. De par la nature même de notre protagoniste, celle-ci en effet ne brille pas par sa diversité. Mangez dix mérous par-ci, croquez quinze tortues par-là, becqueter cinq baigneurs plus loin… Mais bon en même temps on incarne un requin, vous pensiez quoi ? Qu’on allait pouvoir piquer des hélicos ou braquer des banques ? Pour ma part cette récurrence séquentielle ne m’a pas dérangé, au contraire même. Le principe est clair, limpide comme de l’eau de roche. On ne tergiverse pas des heures à tourner en rond à se demander quoi faire. On va à l’objectif et on le dévore. Point barre. Next.

Même les requins savent apprécier un beau coucher de soleil. Maneater est au passage loin d'être moche.


Et puis en vérité on fait tout de même un peu plus que cela. Il y a pas mal d’exploration à faire dans les différents quartiers de Port Clovis avec pas mal de collectibles à ramasser et des lieux remarquables à dénicher. Pas mal de grottes également (et d’égouts aussi, les ‘grottes urbaines’…). Évoquons la ville justement. Située dans le Bayou et divisée en quartier bien distinct les uns des autres qui offrent des environnements variés qui vont des marais putrescent à la baie luxueuse, son économie repose sur sa situation de station balnéaire pour touristes friqués. Bien qu’elle ne constitue qu’un décor de fond dans laquelle on ne pose jamais ses nageoires, elle est bien agencée et plutôt chatoyante.


Je sais que le parallèle pourra paraître étonnant mais je rapproche beaucoup ce jeu de Mafia III. Le Bayou, les différents quartiers où ils faut répéter les actions, les upgrades dans tous les sens, la carte au design semblable, on commence petit pour ensuite gagner du terrain... et le fait de vouloir régner en maître sur la ville!


Ensuite, il y a le niveau d’infamie. Quelle belle appellation. Il s’agit du degré de dangerosité et de notoriété de notre créature. Car faire couler le sang dans la populace ne reste pas sans conséquences. Aussitôt l’alerte déclarée, des hors-bords remplis de chasseurs débarquent pour vous mener la vie dure. Et il ne faut pas les prendre à la légère ! Armés jusqu’aux dents et ne vous lâchant pas d’une semelle, il faudra user et abuser de l’esquive pour espérer s’en sortir sans trop de mal. Mais si vous vous décidez à l’affrontement, cela fera donc monter la fameuse jauge infâme à chaque assaillant terrassé. À chaque nouveau palier atteint, un ‘sous-boss’ débarque et devinez ce qu’il faut faire contre cet adversaire ? Ah bah oui faut l’avaler tout cru aussi ! Que voulez vous, on ne se refait pas

Contrairement aux apparences, tout va parfaitement bien sur cette capture. Parmi la pléthore de capacité de notre squale, celle de pouvoir sortir hors de l'eau pour un laps de temps donné. Très pratique pour sauter derrière les bipèdes qui fuient en hurlant. Assez fendard aussi...

ORCA


Le cheminement se révèle très fluide si vous suivez la trame principale. Vous progresserez au même rythme que vos hostiles rencontres. Globalement du moins car chaque nouvelle zone abrite une catégorie de puissance bien supérieure à la votre qui fera office de ‘police sous-marine’ (maudits alligators du Bayou !!). Tout roule donc pas trop mal… jusqu’au septième chapitre. Là vous tomberez face-à-face avec la catégorie poids-lourd des océans. Celle qui vous en mets plein la tronche et à laquelle vous balbutiez entre deux mandales : "C’est assez ! C’est assez…". La véritable engeance du mal : Les Orques. Et juste après Bim, voilà les cachalots ! À ce moment là je peux vous dire que ça ne rigole plus et que vous avez plutôt intérêt à avoir un requin boosté à fond si vous voulez tenir la distance. Pour dire un peu le différentiel de force, notre héros peut faire grimper son expérience jusqu’au level 30, où il devient un ‘MégaShark’ (pas un Mégalodon mais pas loin), là ou les Orcs marins eux tournent autour des niveaux 35/45 et certains cachalots vont même au-delà des 50…


La plaie des mers


Mais tout cela fait partie du jeu. On l’accepte. Ce qui est moins acceptable en revanche, ce sont les quelques mécaniques qui clairement ne fonctionnent pas. Et en haut de la liste, le ciblage. Le réticule de visée cible parfaitement la proie, aucun souci mais pourtant jamais le requin ne saisira l’ennemi locké. Et je dis bien: Ja-mais ! Je pense réellement que les développeurs on oublié quelques lignes de codes de ce coté-là de la programmation. Je ne vous raconte pas le bordel à l’écran lors de certains affrontements, avec la caméra qui tournent chaotiquement dans tous les sens alors que vous tentez de garder la vue sur votre adversaire. Et comme en plus, cette même caméra passe systématiquement en vue ‘rase-motte’ au dessus de l’eau à chaque fois que vous êtes trop proche de la surface quand vous enclenchez une attaque, cela peut très vite mettre les nerfs à bout. La solution ? Préférer les combats en eaux profondes et dégagées. Cela évitera quelques fâcheuses déconvenues de jouabilité.

Se promener dans les eaux calme est assez relaxant. Malgré les attaques fréquentes des espadons ou autres requins-marteau. Absence notable de baleine (alors que certains trailers en montrait, je les ai peut-être loupé?) de dauphin (pour ne pas trop froisser les fans d'Ecco?) ou de tout ce qui est calamar, pieuvre etc... Assez étrange ces manquements. Surtout quand on voit le coté très référencé du titre.


On note aussi des problèmes de chargement. Quand on zigzague d’une zone à l’autre trop rapidement principalement. De Zone A à Zone B pas de problème mais si vous faites l’aller-retour A/B/A en quelques secondes alors un écran de chargement apparaîtra. Sur ma PS4 Fat du moins, à voir sur machine plus puissante. Le couac lié à ce désagrément vient que par trois fois au cours de ma partie j’ai eu droit à un démoniaque ‘chargement infini’. AAarrgh ! Rien de tragique mais rien d’agréable non plus.


Mon tableau récpitulatif de fin d'aventure. 15h20 pour en voir le bout mais je me suis fait avoir pour la complétion, car bien que le jeu puisse se parcourir après le générique de fin, certaines missions (dont celles d'infamie) ne sont plus disponible...Dommage pour le 100%.


Maneater, contrairement a ce que beaucoup disent, n’est pas le premier jeu dans lequel on joue un requin (Il y eu une adaptation des Dents de la Mer sur PS2, entre autre) mais celui-là possède sa dose de fun et de coolitude qui lui confère une personnalité des plus attachante. Et sous son air détaché et moqueur, il délivre en sous-texte une critique acerbe des ravages de l’Humanité sur les Océans. Un anti-Ecco dans la forme mais avec un discours semblable dans le fond pourrait-on dire.
Cette équipé vengeresse possède assurément du mordant mais pourra clairement en ennuyer certains au bout du deux-centième maquereau englouti. Les missions sont semblables d’une zone à l’autre sans jamais se renouveler et seules quelques confrontations de boss/sous-boss casseront cette monotonie (et encore…). Cette itération peut donc être un gros frein à la progression mais à raison de petites sessions ‘défouloir’ après  d’harassante journée de travail, cela passera tout seul. Histoire d’évacuer la pression sur ces hordes de congénères nantis qui se dorent la pilule au soleil tandis que l’on trime. GNARK GNARK !!

Bonus:

Le fond de mer regorge de curiosités...

...ou de référence en tout genre.

Ma capture préférée. Regardez toujours où vous plongez, y compris dans les piscines familiales!

Voir aussi

Jeux : 
Maneater
Ajouter à mes favoris