1. Jeux Vidéo Gameblog
  2. >
  3. Tests de jeux vidéo
  4. >
    Test de 198X (Nintendo Switch)

TEST de 198X sur Switch : La nostalgie, faute d'idées

Par Thomas Pillon - publié le
×

Les plus chanceux d'entre vous ne le savent que trop bien : ce drôle et complexe sentiment qu'est l'amour pousse l'être humain à toutes les folies, et donne bien du grain à moudre aux sociologues et observateurs de tous poils. Et certains n'ont pas oublié qu'au siècle dernier, il était bien vu de faire part de ses sentiments en les couchant sur le papier, à travers une missive en forme de déclaration. 

198X, c'est un peu comme le Port-Salut : c'est écrit dessus. Le titre rétro de Hi-Bit Studios entend en effet surfer jusqu'à la dernière goutte sur la vague des années 1980, usant de tous les subterfuges nostalgiques pour venir titiller la corde sensible des joueurs plusieurs fois décennaires. Mais si l'amour des jours passés peut revenir comme un boomerang, il convient de ne pas transformer un lointain souvenir en vieille rengaine.

Tout commençait pourtant sous les meilleurs auspices.

Jebus of Suburbia

198X nous plonge dans le quotidien somme toute banale d'une adolescente d'alors (interprétée par l'ex-chanteuse et batteuse du groupe The Colourist, Maya Tuttle), qui qualifierait plus volontiers ce dernier de morose. Coincée dans la banlieue sans visage d'une métropole quelconque, la jeune fille se languit à longueur de journée, ressassant une enfance perçue comme idyllique entre deux errances à la salle d'arcade du coin. Derrière son ton souvent maladroit - la faute à une sacrée dose d'enfilage de perles pseudo-mélancolique, ce pot-pourri de rétrogaming reste une déclaration d'amour sincère aux salles d'arcade, à leur ambiance souterraine qui happe les joueurs en dehors du temps, et à un certain état de l'art du jeu vidéo d'alors : « celui que l'on ne peut ramener chez soi ».

255, la plus petite variable commune... bien vu !

Maya la belle

Entre deux séquences narratives qui s'éternisent parfois pour bien peu, 198X revisite à sa propre sauce les classiques que les vieux briscards que nous sommes auront pu apprécier dans leur prime jeunesse. Le jeu prend même la peine de répliquer avec beaucoup de justesse certains détails, comme le chargement de couches qui finissent par donner tout son éclat à un titre jusqu'à la symbolique limite de 255 au volant d'un bolide à la OutRun. Final Fight, R-Type, Shinobi : les hommages ne manquent pas, et il faut tirer un vrai coup de chapeau aux artistes du pixel art qui font de chaque brève séquence de gameplay un véritable ravissement pour les yeux. Aux tons pastel de la vraie vie que tente de fuir notre héroïne s'oppose l'univers coloré et saturé des jeux d'arcade, présenté comme une échappatoire salvatrice. Le tout est agréablement accompagné de bien belles compositions chiptune, qui parviennent à saisir l'amertume de la belle, piégée dans ses souvenirs.

Le shoot'em up horizontal est sans doute le plus impressionnant visuellement.

Looking in my rearview mirror ♪

Mais à trop se complaire dans une nostalgie qui tourne en rond sur la joie simple de l'enfance à jamais dissoute dans les méandres du vague à l'âme, 198X se contente finalement de mettre bout à un bout un grand nombre de clichés, sans vraiment chercher à inventer quelque chose. Scotché dans le rétroviseur, le jeu propose également des célébrations bien sages des classiques d'antan sur le plan des mécaniques. Passée la découverte des différents (et superbes) environnements, les hommages ne proposent finalement rien de plus qu'un bref soupçon de ce qui faisait le charme des originaux. Le beat'em all se contente de deux boutons et abuse du swap color, le shoot'em up réplique peu ou prou le premier stage de Gradius... Comme dans un album photo, tout est resté figé, et c'est bien dommage, car le concentré de gameplay proposé aurait pu se montrer largement plus généreux. Pire : malgré sa brièveté (une et demi à deux heures de jeu), 198X parvient parfois à traîner en longueur. Et ne pensez pas pouvoir scorer à l'ancienne : une fois l'aventure bouclée, il faudra la recommencer, sans pouvoir sélectionner l'un des cinq mini-jeux...

Moyen
5
Véritable lettre d'amour aux salles d'arcade et aux grands classiques des années 1980, 198X se contente finalement d'extraire de courtes phases de gameplay pour les enfiler comme des perles, sans jamais proposer de véritable nouveauté, ni même de simple twist. Sublime sur le plan graphique et sonore, la courte aventure de Maya la belle bascule bien vite dans un récit ô combien cliché qui base tout son pathos sur la mélancolie adolescente d'une vie en périphérie. Si vous n'attendez de 198X qu'il célèbre avec une déférence bien trop respectueuse un passé sublimé par le temps qui passe, l'aventure pourra vous faire sourire le temps d'une heure ou deux. Ceux qui espérait un hommage intelligent et subtil peuvent passer leur chemin.
par
+ On aime
  • Une sincère déclaration d'amour au jeu vidéo des années 1980.
  • Cinq jeux aux gameplays différents.
  • Un pixel art de très haut niveau.
  • Les musiques chiptunes qui mettent dans l'ambiance.
- On n'aime pas
  • Des longueurs malgré sa brièveté.
  • Aucune surprise ou innovations dans les mécaniques.
  • Un ton morose trop cliché pour fonctionner.
  • Pas de replay value, ni même de menu de sélection.
  • Anglais ou japonais seulement.
Donnez votre note
note
--

Ce jeu n'a pas encore été noté

Ma collection sur Switch
Je l'ai 0
J'y joue 0
Je le vends 0
Je le cherche 0
Vos tests
Pas de test de lecteur pour ce jeu.
Soyez le premier à en rédiger un !

Galerie photo 198X - 14 images (cliquez pour zoomer)

Tout commençait pourtant sous les meilleurs auspices. 255, la plus petite variable commune... bien vu ! Le shoot'em up horizontal est sans doute le plus impressionnant visuellement.

La rédaction vous recommande

3 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (3)