>
>
Test de Horizon Zero Dawn (PS4)

TEST de Horizon Zero Dawn : La magistrale démonstration de Guerrilla

Par Julien Chièze - publié le

Après des années passées à faire rugir l'acier avec la série Killzone, les hollandais de Guerrilla osent repartir sur une feuille blanche. Pas moins de 5 années auront ainsi été nécessaires pour façonner l'organique univers d'Horizon : Zero Dawn. Un nouveau départ à l'ambition éblouissante et à la générosité débordante, un open-world "post-post-apocalyptique", une héroïne farouche, le tout réuni pour un chef d'oeuvre vertigineux.

QU'APPORTE LA PS4 PRO ?


Retrouvez les spécificités de Horizon : Zero Dawn lorsqu'il tourne sur PS4 Pro.

J'ai un écran 4K :

  • Résolution : 2160p checkerboard (4K upscalé)
  • Framerate : 30 images/seconde
  • Support HDR : HDR

J'ai un écran 1080p :

  • Résolution : Supersampling + Anti-Aliasing boosté affinent le rendu visuel
  • Framerate : 30 images/seconde

Notre avis : Sur PS4 Pro, les améliorations sur une TV 1080p ne sautent pas aux yeux du moins sans comparatif visuel immédiat. Cela dit, l'image semble légèrement plus fine grâce au supersampling, mais le jeu est si remarquable sur une PS4 Standard que l'écart n'est pas colossal. En revanche, sur un écran 4K HDR, quel festin visuel. Certaines textures se montrent plus précises, tandis que le HDR renforce l'intensité des couleurs et apporte une distance d'affichage accrue grâce aux effets volumétriques encore plus soignés. Tout simplement somptueux. Je n'ai en outre pas constaté la moindre baisse de frame rate majeure en 40h de jeu sur les deux machines, que ce soit sur PS4 Pro ou PS4 standard.


Voir nos images 4K capturées sur PS4 Pro dans notre galerie dispo ici


1000 ans séparent notre civilisation des premiers pas d'Aloy, héroïne d'Horizon. Les arrogants buildings qui faisaient la fierté de nos générations ont été dévorés par la nature. Le lierre, la roche, l'humus ont repris leurs droits. L'homme rendu à l'âge de pierre n'est ici que toléré, tandis que les nouveaux maîtres de ce monde sauvage sont fait de métal et griffent la terre avec autorité.  Un millénaire où la vie a retrouvé son rythme... avant qu'une récente corruption inexpliquée rende folles les machines. Un compte à rebours s'est enclenché qui pourrait bien voir cette nouvelle humanité encore balbutiante définitivement rayée des tablettes. Comment tout cela a basculé ? Pourquoi et par qui les machines ont-elles été corrompues ? Cette fresque épique à mi-chemin entre science-fiction et héroïc-fantasy ne fait que débuter...

Avant de s'intéresser au mystère entourant la naissance d'Aloy, Horizon raconte avant tout l'histoire de l'Homme. De ses rêves fous. Des ravages d'une science sans conscience. De la renaissance hésitante d'une espèce jadis arc-boutée sur ses certitudes. De la place des religions dans nos sociétés, des fondements des croyances et leurs approximations qui peuvent définir des vies. De la quête de savoir, et d'identité.

Un voyage au coeur des civilisations

Au fil des heures et de vos trouvailles, Horizon donnera énormément à lire, à voir, à réfléchir au joueur qui se plongera dans ce monde aussi vaste et varié que ne le laissaient présager les premières bandes-annonces. Le jeu lève successivement le voile sur les mystères entourant Aloy offrant suffisamment d'éclairages pour être satisfaisant, tout en entretenant l'envie de poursuivre sa quête. La vie trouve toujours sa voie, mais vous constaterez que chaque tribu, chaque individu ne progresse ni à la même vitesse, ni de la même manière. La peur de l'inconnu, de l'étranger, du différent a toujours agité cet animal social qu'est l'homme, et vous vous en serez le témoin privilégié.

Avant même d'évoquer sa réalisation, ses mécaniques et son intérêt général, Horizon réussit déjà un premier exploit : parvenir à proposer une oeuvre de science-fiction certes sans trouvaille tonitruante, mais portant un regard diaboliquement acéré sur ce qui pourrait nous attendre. Si on connaissait Guerrilla fin technicien, l'équipe d'Amsterdam prouve aujourd'hui sa capacité à raconter une histoire consistante. Les échos de ce passé que vous n'aurez de cesse de croiser, vous renverront vers des réalités qui ne semblent plus si éloignées. Un des personnages pourrait d'ailleurs bien être l'Elon Musk de notre temps. Espérons juste que l'histoire d'Horizon ne soit pas trop prophétique. 

Intrépide Aloy

Pour Guerrilla, père de la sombre et belliqueuse licence Killzone, les enjeux sont énormes. Nouvelle licence, nouvelle héroïne, nouveau moteur graphique, nouveaux codes en passant du FPS à 'Action-RPG en open-world... 5 années de travail acharné pour boucler ce projet gargantuesque avec à la clef l'un des jeux les plus aboutis et mieux finis de cette décennie. Quelle démonstration de maîtrise technique et artistique. Quelle générosité dans la variété des lieux traversés, des situations proposées, ou des manières d'aborder son aventure. Et pour un titre à monde (extrêmement) ouvert, en près de 40h de jeu, je n'aurai noté que 2 bugs, dont un mineur. Rare, très rare. On comprend mieux alors la taille extrêmement réduite (250Mo) du patch Day One (le test a d'ailleurs été effectué avant sa disponibilité).  

Soyons clair, si Horizon va puiser du côté des Red Dead Redemption x Far Cry x Uncharted 4 x The Witcher III x Tomb Raider (le reboot) x Mass EffectMetal Gear Solid V, mais aussi du Seigneur des Anneaux et Skyrim, ce mélange qui aurait pu donner naissance à un monstre indigeste, se révèle au contraire un bijou à la personnalité bien trempée, à défaut de révolutionner le genre. Merci à la direction artistique, aux quêtes rythmées et à Aloy.

Fière, sans tomber dans le cliché de l'héroïne bravache, Aloy impose ainsi sa classe sans chichi, mettant en avant son humanité, ses doutes, comme sa force de caractère. Alors si l'on n'atteint pas le soin et le naturel qu'un Naughty Dog sait apporter à ses personnages, incarner cette jeune femme est en tout point un honneur. Après l'ouverture où l'on s'attache à la petite fille, on ne peut qu'aimer la femme et embrasser les enjeux de son périple. Aloy respire l'intelligence et sa quête a du sens. D'autant qu'en s'inspirant de la scénarisation des quêtes annexes à la The Witcher III, Horizon s'offre le luxe de maintenir un intérêt zénithal tout au long de son aventure. Vous aurez ainsi à mener des enquêtes, à scanner des pistes, à remonter le fil d'événements passés. Vous partirez chasser, vous lancerez des affrontements groupés, dirigerez des armées à la guerre, ou bien tenterez de réunir des familles décimées. Les objectifs alternent ainsi du massif, à l'intime avec aisance contribuant à rendre l'expérience admirablement rythmée. J'aurai peut être juste aimé qu'Aloy n'écrase pas totalement le casting de sa classe, ce qui aurait permis de proposer des personnages secondaires un peu plus consistants (à l'exception du charismatique Rost).

Nature (très) hostile...

Mais plongeons au coeur du jeu. Dans ce domaine, vous comprendrez rapidement que c'est bien vous la proie des robots, et non l'inverse. L'aspect infiltration du titre n'a pas été pensé pour amuser la galerie, il constitue bien les fondamentaux de l'expérience... en tout cas pour en sortir sans trop d'encombres. En effet, une fois détecté, les affrontements peuvent vite tourner au massacre tant les plus redoutables robots-dinos se montrent véloces, agressifs et puissants. Pire, ces derniers font preuve d'une solidarité sans pareil, et se déplacent essentiellement en meute. En un contre un, le danger rôde... mais la plupart du temps, c'est avec 2, 3, voire plus d'adversaires simultanés qu'il vous faudra composer. A vous donc de préparer vos assauts, d'isoler vos cibles, de tenter d'amoindrir leurs défenses avant de vous lancer au coeur de la mêlée. Le bestiaire se révèle particulièrement riche avec près de 25 créatures différentes, chacune disposant de comportements distincts.

Des puissants Tyranosaures d'acier, en passant par les furieux Condors Géants, les redoutables Vers des sables, les Fourmiliers cracheurs de flammes, les Tigres aux Dents de titane, ou encore des robots copie-carbonne de véritables Metal Gear, la galerie d'adversaires brille par un soin constant du design, de l'animation tout terrain et d'une certaine élégance bestiale. Rien de plus jubilatoire que de parvenir à leur faire mordre la poussière après une joute féroce, ou en piratant leur système pour les voir se retourner les uns vers les autres. Les possibilités d'approches sont multiples d'autant que la topographie des lieux se montre sciemment ouverte afin de vous laisser panacher vos stratégies. Détail qui à son importance, le fait que l'arsenal soit essentiellement constitué d'arc, lance et fronde change aussi le ton général des joutes les rendant moins militaires, mais plus sauvages et organiques que dans d'autres titres du genre. Rafraîchissant. 

Science sans conscience n'est que ruine de l'âme...

Mais si la nature dévore tout sur son passage, la technologie connaît d'habiles résurgences. Ainsi Aloy découvrira un "Focus", oreillette de Réalité Augmentée permettant de scanner les corps de titane aux veines de liquides inflammables afin d'acquérir une connaissance pointue de leurs forces et faiblesses (sensibilités à l'électricité, au feu, à l'impact, etc). N'oubliez pas qu'une composante RPG est bien présente, et s'acharner avec une arme inadaptée ne fera que vous crisper. Intéressant de voir d'ailleurs combien au fil de l'aventure, vous apprendrez chaque point faible et pourrez ainsi triompher plus aisément d'ennemis initialement jugés aussi impressionnants (certains font une dizaine de mètres de hauteur !), que perçus comme trop puissants. Jetez d'ailleurs un coup d'oeil sur leurs niveaux, car certaines joutes prématurées vous forceront à faire grimper votre niveau d'expérience pour ne serait-ce qu'avoir une chance de l'emporter. Le savoir est une arme redoutable, Horizon vous en convaincra à plus d'un titre. Cela dit, l'aspect RPG aurait pu être un peu plus développé, car hormis un arbre de compétences, quelques améliorations d'équipement (armes et tenues) et de l'énergie vitale à booster, le titre privilégie l'accessibilité à la complexité/exhaustivité d'autres RPG. Dans ce domaine, il ne s'agissait pas de réinventer la roue. 

Mais accessibilité ne rime pas ici avec "facilité". Le gameplay se révèle en effet redoutable d'exigence. Tout peut aller extrêmement vite entre une barre de vie pleine et le Game Over. Deux coups assenés en l'espace de deux secondes, et tout peut basculer. Ajouter à cela une vélocité et des bonds parfois phénoménaux de la part des plus hargneuses créatures, et il peut parfois jaillir une légère frustration. Sans jouer dans la cour d'un Dark Souls, ne vous attendez pas non plus à une promenade de santé. Ce milieu est hostile, très hostile. Ne sous-estimez pas l'obligation de "faire" de l'expérience, d'acquérir des équipements adaptés, d'alterner à la vitesse de la lumière entre telle ou telle arme, d'oser les pièges, et de booster au plus vite vos compétences. Sachez que le jeu propose d'ailleurs 4 modes de difficultés, de "Facile" à "Très Difficile"... et je peux vous assurer que le mode "Normal" ne sera déjà pas forcément de tout repos. Un conseil, surveillez constamment votre jauge vitale et prévoyez toujours des soins abondants tant un assaut peut vous coûter la vie en une poignée de seconde. Aloy deviendra une farouche guerrière en fin d'aventure... mais avant cela, elle devra accepter de mordre la poussière, et vous avec. On est bien loin d'un jeu grand public. 

Le plus bel open-world de cette génération

Horizon sait prendre son temps, et varier les plaisirs. En comprenant que pour donner du rythme, il fallait ménager des temps plus calmes, l'aventure alterne en permanence entre séquences chocs et exploration contemplative. Les amateurs de randonnées bucoliques auront ainsi de quoi faire fondre leurs rétines tant les paysages offerts se révèlent grandioses. Le dépaysement est total, et surtout sans cesse renouvelé (grands canyons, villes désertées, forêts, cavernes, montagnes...) avec des ambiances westerns, médiévales, nordiques....

Doux frisson que de constater qu'après plus de 20 heures de jeu, je continuais encore à découvrir des lieux inexplorés ou à trouver des types d'objets inédits... Oui, jusqu'au bout, je n'ai cessé d'être émerveillé par la richesse artistique, par la grandeur des lieux, la majesté des panoramas au point de pouvoir prendre plaisir à simplement le parcourir. Animaux, robots, cours d'eau, végétation... le souci du détail est aussi constant, que totalement vertigineux. Les échos des temps passés, la technologie et la nature se révèlent admirablement imbriquée. Dans son esthétique tantôt médiévale, tantôt futuriste, on sent de nettes inspirations aux films Prometheus de Ridley Scott, ou au Seigneur des Anneaux de Peter Jackson. Alors dire qu'Horizon est l'un des plus beaux et élégant jeux traversés dans ma vie de joueur n'est rien d'autre qu'une vérité.

Et quelle vie ! La météo, bien qu'adepte de changements parfois un peu brutaux, enveloppe ce monde d'une lumière crue, avant de faire s'abattre de brutaux orages, puis nous gratifie de flamboyants couchers de soleil ou de glaçantes tempêtes de neige... Pendant le développement de Metal Gear Solid V, Hideo Kojima parlait fréquemment de sa volonté de créer un "monde merveilleux", insistant sur les difficultés de concevoir un moteur graphique réaliste et permettant de peupler un monde-ouvert cohérent. Aujourd'hui, je comprends mieux pourquoi il a choisi de travailler avec Guerrilla et d'utiliser le moteur d'Horizon, le Décima qui éclipse le Fox Engine, pour Death Stranding sa prochaine production. 

Un monde oublié, mille possibilités

Mais au-delà de sa beauté formelle, et de sa densité, j'ai été bluffé par le soin apporté à rendre l'écosystème général consistant et crédible. Qu'il s'agisse du comportement animal des créatures dont on oublie finalement vite qu'il s'agit de machines, de la manière dont sont disposés les différents types de végétation plus ou moins luxuriante, ou encore de l'intégration de l'histoire via les très nombreux mémos écrits, audios ou holographiques. Et quand je dis beaucoup, je veux dire des centaines de notes de plusieurs minutes parfois disséminés à travers ce monde gigantesque. A vous de savoir quelle sera votre étendue de connaissance (géologique, politique, historique, narrative), en sachant qu'il est tout à fait possible de passer à côté. 

Au fil de l'aventure, vous croiserez aussi des centaines de personnages aux visages et costumes variés, tous disposant de suffisamment de caractère pour qu'au final, on n'ait pas du tout l'impression de croiser les mêmes protagonistes. A noter aussi que lors des discussions, l'histoire principale peut avancer assez vite, la plupart du temps en un ou deux dialogues... ou bien vous pouvez choisir d'approfondir sur parfois des dizaines de sujets connexes et embranchements narratifs. Captivant d'autant que la plupart rentrent réellement dans les détails de la civilisation oubliée, de la politique ou religion des zones traversées. Au final, j'ai dû engloutir près de 5 heures de temps de jeu à lire, consulter, écouter, mais ce temps n'était pas perdu, bien au contraire, tant il renforce l'immersion. 

Pour l'éternité ?

Pour son premier open-world, Guerrilla a réussi un véritable tour de force. Alors oui, j'ai pu constater quelques rares problèmes d'IA (ennemis bloqués ou soudainement incapables de me repérer), oui il est possible de piéger un peu facilement certains ennemis (appelez-les dans les hautes herbes et abattez-les en silence), et oui le jeu ne brille pas non plus par sa mise en scène. Loin d'être mauvaise, elle reste classique et les rares cinématiques n'entraînent pas la puissance émotionnelle d'un Metal Gear Solid V ou la virtuosité d'un GTA V. On notera aussi quelques coupures un peu abruptes, et des expressions de visages moins bluffantes que dans un Uncharted 4. Rien de dramatique, mais la qualité de l'ensemble est si élevée, que le moindre aspect moins affuté saute aux yeux. Enfin, si l'histoire ne se précipitait pas un peu dans sa dernière ligne droite, s'il ne manquait pas un emballement final où l'émotion et la justesse de propos emportait tout sur son passage comme dans un Final Fantasy XV ou The Last of Us, Horizon n'aurait rien à se reprocher.

A l'heure de conclure cette critique, je retiendrai ces longues chevauchées à dos de taureaux d'acier, ces affrontements dantesques couverts par les hurlements du métal, les réactions justes d'Aloy, ces lectures captivantes des innombrables mémos qui me glaçaient le sang à mesure que je réalisais combien cette histoire fictionnelle pourrait bien devenir notre réalité d'ici quelques décennies. 

Quel voyage ! Quelle démonstration technologique et artistique, si proche du niveau d'un titre Naughty Dog mais en open-world total sans le moindre temps de chargement une fois lancé dans l'aventure. Plusieurs fois j'ai été écrasé par la générosité visuelle et ludique du jeu. Plusieurs fois je me suis demandé quels efforts surhumains les équipes de Guerrilla avaient dû déployer pour accoucher d'une telle oeuvre si riche, si dense, si belle et si peaufinée. Bien plus profondément qu'avec la saga Killzone, Guerrilla hisse son nom parmi les très grands. L'aventure d'Aloy ne fait que débuter. Celle de ce développeur hollandais aussi, nous prouvant au passage combien le jeu vidéo, quand il atteint ce degré d'excellence, peut être magique. Merci.

DÉCOUVREZ NOS 111 PHOTOS 4K SUR PS4 PRO
DE HORIZON ZERO DAWN

Indispensable Gameblog
Fantastique
9
Notes de la Rédac (4)
Où acheter :
Amateurs d'aventure haletante, de mystère envoûtant, de contemplation enivrante et d'affrontements farouches, Horizon : Zero Dawn s'impose comme une foudroyante bénédiction. Rares sont les nouvelles licences ayant réussi d'entrée à placer la barre si haute. Grâce à ses paysages aussi variés, qu'éblouissants, à son rythme maîtrisé, et son gameplay affuté, la quête d'Aloy redéfinit ce que l'immersion dans un open-world signifie, à défaut de révolutionner le genre. Technologiquement et artistiquement magistral, le titre de Guerrilla aurait réussi le sans faute sans quelques (rares) cafouillages d'IA et un épilogue moins enlevé que le reste. Reste un prétendant majeur au titre de jeu de l'année et un voyage mémorable. Chapeau.
par
+ On aime
  • Une direction artistique magistrale.
  • Une histoire mystérieuse et captivante.
  • Aloy, élégante, forte et humaine.
  • Un sens du voyage magique.
  • Réalisation et level design à couper le souffle.
  • Des découvertes constantes.
  • Superbe sur PS4, somptueux sur PS4 Pro.
- On n'aime pas
  • Un final moins percutant que le reste.
  • Combats parfois très (trop) sans pitié.
  • Quelques (rares) incohérences d'IA.
Donnez votre note
62 notes
9
0
1
0
2
0
3
2
4
0
5
0
6
3
7
6
8
32
9
19
10
Ma collection sur PS4
Je l'ai 106
J'y joue 69
Je le vends 1
Je le cherche 7
Vos tests (5)
0 0
JOGA
Horizon Zero Dawn est un jeu d'Action / RPG dans un monde ouvert et autant le dire tout de suite d'une qualité hallucinante !   Commençons par l'histoire qui vous place dans la peau d'une petite fille rejetée par sa tribu et confiée à un autre...
10
0 0
hotburn7
L'univers d' Horizon Zero Dawn est beau,très beau, et très riche visuellement , à découvrir et à regarder absolument. Car, oui, avant tout, il faut reconnaitre que le jeu a des graphismes phénoménaux, des décors somptueux, des paysages tellement...
10
0 0
linkkid
Après plus de 82 heures, j'ai enfin fini le jeu (enfin presque, il me reste quelques missions annexes). Mais j'ai qu'une envie, c'est de replonger dedans. Ce jeu est BEAU, techniquement je n'ai jamais vu ça. Un monde ouvert tellement fournis en...
10

Galerie photo Horizon Zero Dawn - 12 images (cliquez pour zoomer)

La rédaction vous recommande

Top ventes

Console Nintendo Switch noire avec manet…
Neuf : 329,99 €
Console Nintendo Switch avec une paire d…
Neuf : 329,99 €
Console Sony PS4 Pro 1 To
Neuf : 399,00 €
Mario Kart 8 Deluxe Nintendo Switch
donnée non spécifiée
Neuf : 33,89 €
Console Sony PS4 Slim 500 Go + Manette P…
Neuf : 249,90 €
The Legend of Zelda : Breath of the Wild…
donnée non spécifiée
Neuf : 43,89 €
Casque de réalité virtuelle HTC Vive
Neuf : 899,00 €
Console Sony PS4 Slim 1 To
Neuf : 299,99 €
Injustice 2 PS4
PlayStation 4
Neuf : 51,75 €
Casque de réalité virtuelle Oculus Rift …
Neuf : 589,00 €
Casque de réalité virtuelle Sony Playsta…
Neuf : 386,89 €
Pack Fnac Console Microsoft Xbox One S 5…
Neuf : 279,99 €
Console Nintendo New 3DS XL Bleu Métalli…
Neuf : 179,99 €
Console Microsoft Xbox One S 500 Go Blan…
Neuf : 239,99 €
Console Sony PS4 Slim 500 Go
Neuf : 273,28 €
300 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (300)