>
>
Test de Bayonetta 2 (Wii U)

TEST. Bayonetta 2

Je veux une femme like (Wii) U
Par Gianni Molinaro - publié le

Bayonetta, c'est cette fille avec qui on flirte à la fin des vacances d'été, la veille du retour à la maison, l'inconnue séduite à une soirée chez un(e) ami(e) et qui a quitté la ville peu de temps après. On est conscient de l'étincelle, mais les circonstances l'ont éloignée. Avec la sale impression de ne pas avoir pu partager suffisamment avec elle. Heureusement, le pote Nintendo est là. Quatre ans après, il a arrangé le coup, retrouvé ses coordonnées. On appelle la sorcière. Elle répond. Elle aussi a l'air emballée. On se revoit. Elle avait manifestement beaucoup d'amour à offrir.

Bayonetta 2 fait suite à un titre qui, malgré une incroyable propension à nous satisfaire dans le domaine de la distribution de raclées, semblait ne pas avoir atteint son plein potentiel. Plein de bonne volonté, il avait pêché par excès de zèle mal maîtrisé, pensant diversifier une expérience quasi-parfaite avec ces mini-énigmes à base de murs à péter et de statues, de QTE aussi soudains que punitifs, de phases en moto et sur une roquette terriblement lassantes. Première bonne nouvelle : ces concepts ont été gentiment oubliés. Soyez assurés qu'il est avant tout question de savater, aux commandes d'une héroïne qui a toujours autant de classe, de chien, de sex-appeal et de moyens de dézinguer ses pauvres adversaires.

Sans esquive, la puissance n'est rien.

Je fais ce que je veux...

Sensation familière et fraîche dans le même temps : le système de combat du premier volet revient affiné, assoupli, de manière à ce que tout paraisse plus fluide, frénétique, impressionnant - et sans anicroche, la caméra ayant l'amabilité de ne jamais nous prendre en défaut et le tearing ayant été relégué au rang de mauvais souvenir. S'appuyant sur la capacité d'esquiver une attaque ennemie au dernier moment pour déclencher une courte stase donnant un avantage certain, il permet toutes les folies. La liste des combos poing-pied-gun-saut disponibles d'entrée donne déjà le tournis et l'exécution l'impression que, sous nos ordres, rien ne résiste à la brunette à lunettes. Grâce à un timing sensiblement plus permissif, qui dessine une porte d'entrée accessible aux néophytes, on a la chance de pouvoir passer d'un enchaînement à un autre en un battement de cil, de savoir exactement où l'on en est et de ne jamais en vouloir aux développeurs. Les erreurs sont toujours nôtres. Tout simplement brillant, inattaquable et percutant.

L'Apothéose de l'Umbra donne l'impression qu'on est intouchable. D'ailleurs, c'est le cas.

... avec mes cheveux

Pour parfaire sa panoplie, Bayonetta peut aussi compter sur ses orbes de magie. Se remplissant toujours avec le skill, ils donnent accès à autre chose que les attaques sadiques à l'aide d'engins de torture cradingues et destinées à un seul antagoniste. L'Apothéose de l'Umbra, plus gourmande, se présente comme une alternative à prendre en compte. Une pression sur L et voilà que les calottes et coups de talons portés gagnent en amplitude, envahissent tout l'écran et permettent de balayer un groupe d'adversaires qui ne peut émettre aucune protestation de style coup prioritaire et inarrêtable - exactement comme quand on chope l'arme d'un gredin tombé sous nos frappes, comme un arc, une masse, un bouclier ou encore une lance qui transforme la belle en pole-danseuse. Le tarif est le même pour tous, peu importe la taille. Les plus nuisibles, les boss, ont toujours droit à la punition ultime une fois leur barre de vie épuisée. Et s'il ne s'agit plus que d'un button-mashing pour déterminer la puissance, en mégatonnes, appliquée par les invocations de l'impertinente bombasse (d'un dragon gigantesque à un crapaud des enfers, qu'elle maîtrise avec ses cheveux), la jouissance que l'on en tire est totale. La plus petite action donne lieu à l'écran à un son et lumière digne de Jean-Michel Jarre.

Nous sommes bien sur Wii U, et il s'agit bien d'un jeu qui casse la gueule.

J'ai dit dans les yeux

D'un point de vue visuel, le jeu de PlatinumGames ne peut rougir que d'une chose : les compliments qu'on lui adresse. Le fait que le framerate soit toujours élevé apporte un confort qui permet au joueur de ne jamais souffrir d'un problème de lisibilité. Cela alors que c'est tout simplement l'orgie. Des couleurs éclatantes, des décors sans fausse note, des arrières plans parfois aussi agités et saturés que les arènes, sans parler des anges et démons aux traits toujours bizarroïdes et originaux, qui peuvent atteindre des tailles complètement folles tout en restant joliment animés : à quelques rares décors un peu moins soignés près, on sent que la Wii U a tout ce qu'il faut dans le bide pour nous éblouir. Et n'oublions pas la star, Bayonetta elle-même. Dans la représentation constante, encore plus canon qu'à ses débuts (d'un point vue design et technique), la jeune femme aux railleries adorables voit ses moindres gestes et poses, toujours plus nombreuses et  suggestives, nous ravir par leur qualité. A moins de vouloir pinailler sur un crénelage parfois très prononcé, on conviendra qu'il s'agit d'une (autre) réussite totale. Et que le niveau de patate et de démesure de l'ensemble ferait presque passer le premier volet pour une production du mouvement Dogme 95 filmée en sépia. 

Les séquences "annexes" ne sont jamais trop longues contrairement à celles du premier.

The Constant

Recentré sur la baston grandiloquente et sans concession, Bayonetta 2 ne démérite pas lorsqu'il s'éloigne un peu du terrain purement beat them all. Cette fois, on retrouve des phases de surf, dans lesquelles il est question d'éviter des cathédrales et les canines d'un dragon angélique au coeur d'une vague géante, ou de vol à la limite du shoot them up. Plus limitées, elles exigent une totale contribution de l'esquive pour qu'on puisse y réussir rapidement. Et sont encore bien plaisantes. Les moments d'exploration, parfois sous forme de panthère ou de corbeau, demeurent, autorisant quelques respirations bienvenues. On y découvre des environnements variés, sublimes, plus compliqués dans la manoeuvre s'ils sont aquatiques et qu'on adopte la forme d'un serpent de mer, et toujours quelques petites friandises à ne pas négliger. On trouve toujours différents autels à éclater (parfois après avoir couru en temps limité pour ramasser les débris) ou des stages de défis à Muspelheim, de plus en plus sacqués, dont peuvent s'échapper la monnaie du jeu et de quoi se régénérer ou augmenter les niveaux maximum d'énergie et d'Umbra. Niveau rythmique, de ce prologue de légende où l'on se retrouve sur un jet puis un train et enfin à s'envoler vers la cime d'un gratte-ciel jusqu'à un boss de fin à l'introduction tordante, on ne se sent jamais délaissé, y compris dans les temps morts. On n'a jamais l'occasion de s'interroger sur la redondance des situations, étant donné que chaque combat, même le plus anodin, peut réserver une petite surprise grâce à la disparité du bestiaire.

Il reste encore une blinde d'armes, combos et costumes à trouver et essayer.

La coupe déborde

Quand bien même vous pensez avoir terminé, vous en voulez encore. Parfait : il y en a encore. Beaucoup. Plein. Partout. Au bout des 10-12 heures d'un mode solo musclé sans se montrer frustrant en difficulté "normale" (Seconde Apothéose), d'autres niveaux et secrets pourraient bien pointer le bout de leur nez... Puis il restera forcément des trophées Platine Pur (niveau de compétence maximum pour une rixe, sans se faire toucher, en variant les combos et en un temps record) à choper quelque part dans les niveaux d'opposition plus élevés, pour les fous de performance. Et on n'oublie pas les armes (nombreuses et permettant encore pas mal d'associations et donc de styles différents), les costumes ou personnages à débloquer chez Rodin. Le patron des Portes de l'Enfer vend nombre de choses intéressantes pour customiser la lady ou ses compagnons jouables, dont les fameux costumes Nintendo qui, comme dans le remake du premier épisode que l'on peut obtenir sur l'eShop et dans deux des éditions collectors physiques, valent plus qu'une simple skin. L'habillage général, les combos et même des phases entières peuvent se voir modifiées pour un fan service assez dingue si l'on aime les univers de Mario, Metroid, StarFox... Attention, cependant, le compteur à brouzoufs n'explosant pas facilement, il faudra trimer pour tout choper. Heureusement, vous pouvez compter sur un nouveau mode...

Le mode Double Apothéose propose une expérience en tandem convaincante.

Du talon à revendre

Si le scénario ne se parcourt pas en multi, on peut tout de même compter sur la Double Apothéose en vue d'adresser des giroflées. Il s'agit de se fritter dans 6 arènes à la suite, aux côtés du CPU ou d'un joueur en ligne - les notions d'entraide, il ne faudrait pas qu'un des participants meure sur le champ de bataille, et de compétition bien en tête. Les effectifs de monstres à affronter dépendent de cartes de versets débloquées durant la campagne solo. Au terme d'une joute, on récolte évidemment un peu plus de monnaie. Et c'est évidemment cool de pouvoir crâner à deux. Lorsque cela est possible. Problème de matchmaking ou absence de joueurs japonais motivés : les serveurs n'ont que trop rarement réussi à nous associer à quelqu'un. Ce qui est plutôt pénible tant ce mode se révèle gagnant-gagnant et fun. Espérons que les ricains et européens changeront la donne.

Au Game Pad, aucun problème pour les joueurs occasionnels.

Et les draps s'en souviennent ?

J'ai beau avoir tartiné et expliqué à quel point Bayonetta 2 était exceptionnel et généreux comme peu d'autres avant lui, il reste toujours deux questions en suspens, adressées aux néophytes. Ceux du jeu vidéo d'abord : peuvent-ils envisager de s'y plonger sans trop pester ? La réponse est oui. D'une part parce que le mode tactile, au Game Pad, s'avère bien implémenté et jouable. Et parce que même en prise en mains classique, avec ce périphérique ou une manette Wii U Pro Controller, personne ne peut se sentir rejeté. La profondeur est là, l'accessibilité aussi. Ceux de l'univers de Bayonetta ensuite : est-ce que l'ambiance ou le scénario peuvent plaire à tout le monde ? C'est peut-être là le talon d'Achille de notre dame en noir. La cohérence semble avoir été jetée dans les orties. On rappelle qu'un de ses amis est un démon qui peut ouvrir un portail vers les Enfers lorsqu'il le souhaite... et elle doit se farcir tout un voyage pour y accéder et sauver l'âme de Jeanne qui y est enfermée. Admettons. Quant à l'ambiance exubérante et sans sérieux, les persos agaçants (Loki en tête) et autres relent de J-Pop ahurissante, c'est certain, ça ne conviendra pas forcément à tous les publics. Mais vous n'allez pas faire la fine bouche, si ?

Dire qu'on aurait dû ne jamais la revoir. Dire que certains ont (et vont) rechigné parce que les retrouvailles se font Wii U. Alors qu'au final, il n'y a qu'une chose à dire : merci. Oui, merci Nintendo d'avoir pu permettre le retour de la sorcière de l'Umbra dans une suite surpassant en tout point l'original. Altruiste, excitant, somptueux, difficile à lâcher (on ne cesse d'y découvrir de nouveaux éléments) : Bayonetta 2 est une référence incontestable dans son domaine, qu'il est hors de question de bouder. La sorcière est de retour, les conditions sont idéales pour l'aimer encore longtemps, sans se lasser. On espère ne plus la perdre de vue et on compte sur ses développeurs pour réussir à nous aider à entretenir la flamme à l'avenir.

Indispensable Gameblog
Culte
10
Notes de la Rédac (2)
Où acheter :
La Wii U tient avec Bayonetta 2 sa carte maîtresse : une reine de pique qui coupe pratiquement tout ce qui a été proposé jusqu'ici dans le genre et nous touche en plein coeur. Commençant sur les chapeaux de roue pour ne jamais ralentir, le trip proposé par PlatinumGames et Nintendo est du genre à se revivre indéfiniment pour toujours avoir en bouche ce goût inimitable. Celui d'une production époustouflante dans ce qu'elle propose à l'écran, peaufinée à l'extrême dans ses mécaniques, jamais décevante et diablement généreuse dans son contenu. Ajoutez à cela qu'elle ne se réserve en aucun cas à un public restreint de gamers furieux et vous obtenez le beat them all pour tous. Gageons qu'on n'aura pas besoin d'une manifestation pour voir un troisième épisode débouler.
par
+ On aime
  • Le système de combat, à la frontière entre accessibilité et profondeur : un modèle.
  • Visuellement impressionnant.
  • Difficulté adaptée à tous.
  • L'apport de l'Apothéose de l'Umbra.
  • N'a jamais l'air de traîner, d'être mou ou redondant.
  • Un contenu tellement généreux.
  • Le mode Double Apothéose.
  • Les différents costumes bonus.
  • Le droit de jouer à l'écran tactile avec des gestes simples, pour les novices.
  • Bayonetta.
  • Bayonetta.
  • Et Bayonetta.
  • L'ambiance, le scénar' et les musiques WTF...
- On n'aime pas
  • ... et ça ne plaira pas à tout le monde.
  • Trouver un partenaire en ligne, compliqué.
  • Aliasing prononcé et un ou deux bouts de décor baclés, pour les chipoteurs.
Donnez votre note
36 notes
9
0
1
0
2
0
3
1
4
0
5
1
6
3
7
3
8
1
9
27
10
Ma collection sur WiiU
Je l'ai 96
J'y joue 14
Je le vends 0
Je le cherche 3
Vos tests (1)
0 61
vidok
Difficile de trouver des défauts à ce Bayonetta 2. Ce n’est pas faute d’avoir cherché, mais après trois runs, de nombreuses parties en ligne et plus de trente heures au compteur, pas l’ombre d’un défaut à l’horizon....
10

Galerie photo Bayonetta 2 - 18 images (cliquez pour zoomer)

Sans esquive, la puissance n'est rien. L'Apothéose de l'Umbra donne l'impression qu'on est intouchable. D'ailleurs, c'est le cas. Nous sommes bien sur Wii U, et il s'agit bien d'un jeu qui casse la gueule. Les séquences "annexes" ne sont jamais trop longues contrairement à celles du premier. Il reste encore une blinde d'armes, combos et costumes à trouver et essayer. Le mode Double Apothéose propose une expérience en tandem convaincante. Au Game Pad, aucun problème pour les joueurs occasionnels.

Top ventes

Console Microsoft Xbox One S 500 Go Blan…
Neuf : 299,00 €
Pack Fnac Console Sony PS4 500 Go + Deus…
Neuf : 299,90 €
Console Sony PS4 Slim 500 Go
Neuf : 299,90 €
FIFA 17 PS4
PlayStation 4
Neuf : 57,78 €
Casque de réalité virtuelle Oculus Rift …
Neuf : 699,00 €
Console Microsoft Xbox One S 1 To Blanc …
Neuf : 349,00 €
Casque de réalité virtuelle Sony Playsta…
Neuf : 399,99 €
Console PS4 Sony 500 Go Noire - Console …
Neuf : 318,28 €
Rise Of The Tomb Raider 20ème Anniversai…
PlayStation 4
Neuf : 49,99 €
NBA 2K17 PS4
PlayStation 4
Neuf : 47,76 €
Console PS4 Sony 1 To Noire + Uncharted …
Neuf : 349,90 €
Pack Console PS4 Sony 1 To Noire + Jeu L…
Neuf : 349,90 €
Console Sony PS4 Pro 1 To
Neuf : 399,99 €
FIFA 17 Xbox One
Xbox One
Neuf : 59,90 €
Console Nintendo Classic Mini NES
Neuf : 59,90 €
204 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (204)