1. Jeux Vidéo Gameblog
  2. >
  3. Actualités
  4. >
    Joy-Con Drift Switch : L'UFC Que Choisir porte plainte contre Nintendo

Joy-Con Drift Switch : L'UFC Que Choisir porte plainte contre Nintendo

Par Gianni Molinaro - publié le
×

L'association française de défense des consommateurs avait en novembre 2019 mis en demeure Nintendo de réparer gratuitement les manettes Nintendo Switch souffrant du problème de Joy-Con. Plus de 5000 plaintes cas lui ont depuis été signalés.


À voir aussi : Nintendo 3DS : La production de tous les modèles a été stoppée, clap de FIN


Si Philippe Lavoué, président de Nintendo France, avait déclaré que l'entreprise était disposée à réparer ou remplacer les manettes défectueuses même hors-garantie, cela n'empêche pas le Joy-Con Drift, panne entraînant des mouvements fantômes du stick analogique, de demeurer un problème auquel l'UFC Que Choisir veut trouver une solution rapide et indolore pour le consommateur.

Ce mardi 22 septembre, l'association porte plainte contre Nintendo auprès du Procureur de la République de Nanterre pour "obsolescence programmée", comme on peut l'apprendre sur son site. Elle insiste sur des signalements constants.

65 % des consommateurs victimes ont constaté cette panne moins d'un an après l'achat des manettes. Elle apparaît quel que soit le profil ou l'âge du joueur, même en jouant moins de 5h par semaine. 25 % des consommateurs ont même vu la panne survenir dans les 6 mois après l'achat, malgré la faible utilisation de la console.

L'UFC Que Choisir explique avoir fait appel à des experts pour connaître les origines, découvrant que si la firme de Kyoto a bien procédé à des modifications dans la conception des Joy-Con, le dysfonctionnement n'a pas été réglé.

Les rapports expliquent qu'il y a deux causes :

  • Une usure prématurée des circuits imprimés
  • Un défaut d'étanchéité qui entraine une quantité inquiétante de débris et poussières au sein du joystick, dont l'origine paraît être à la fois interne et externe.

La nature de la panne, sa fréquence d'apparition auprès des joueurs, la durée de vie limitée de ces produits, et l'inertie de Nintendo pourtant informée du dysfonctionnement... sont autant de caractéristiques qui indiquent que Nintendo s'adonne à des pratiques d'obsolescence programmée.

L'objectif de la plainte reste que Nintendo se penche réellement sur le problème, pour lequel le PDG Shuntaro Furukawa s'était excusé en juin dernier, de manière à proposer un produit irréprochable. L'UFC Que Choisir se permet même un petit trait d'humour en rapport avec l'actualité de la société japonaise :

Alors que Nintendo fête le 35ème anniversaire de son personnage mythique « Mario », il est important de rappeler que l'expertise acquise au cours de ces années doit être mise au service des consommateurs. Il serait ironique de constater que le père du célèbre plombier ne parvienne pas à colmater un problème d'étanchéité de ses manettes...

Contacter le service après-vente de Nintendo pour obtenir la réparation gratuite d'une manette défectueuse reste préconisé. Un guide a été partagé, ainsi qu'un formulaire de signalement de refus de prise en charge sans frais pour l'utilisateur.

Aux États-Unis, les class actions lancées en juillet et septembre 2019 (pour la Switch Lite, souffrant des mêmes maux) n'ont pour l'heure pas trouvé d'issue. Il y a une semaine, au Royaume-Uni, après un véritable parcours du combattant, un joueur ayant lui aussi déposé plainte a remporté la bataille, le tribunal ayant tranché en sa faveur et ordonné un remboursement.

La rédaction vous recommande

12 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (12)