Trafalgar Square
     
Signaler
[ Archives - 2011 ]

 

Voir aussi Et Si Gustave Doré Avait Dessiné Les Pookas ?

Voir aussi [ Musique Maestro ! ]

Les grands amateurs de la 2d connaissent forcément les travaux du très talentueux studio Vanillaware, créateurs de titres tels que Princess Crown, GrimGrimoire, Muramasa. Des jeux réputés pour leurs graphismes somptueux et une esthétique merveilleuse.

Mais l'oeuvre la plus connue du développeur japonais demeure tout de même Odin Sphere. Sorti en 2007 sur l'archipel et aux Etats-Unis, un an après en Europe, le jeu a charmé des joueurs très intrigués à tel point qu'une certaine aura s'est dégagée autour du deuxième titre de Vanillaware, une aura digne de celle qui fait les grands jeux, voire les jeux mythiques.

Pourtant, après avoir presque terminé l'aventure, je ne peux m'empêcher de ne pas adhérer à ce point de vue. Odin Sphere a certes des qualités incontestables mais de nombreux points noircissent une expérience pourtant grisante.

Explications.


Commençons par le commencement. Odin Sphere est un beat'em all ( up, pour les puristes ) saupoudré d'éléments propres aux rpg. Votre seul et unique objectif est donc de progresser au gré des tableaux et d'abattre tout les adversaires qui se présentent sur votre chemin. Tout simplement. Votre mérite au combat est gratifié par des coffres aux trésors offerts à chaque fin de niveau dans lequel vous trouverez diverses récompenses qui faciliteront votre progression.

Vous l'aurez compris, le jeu est bête comme chou et se résume à un enchaînement de tableaux dans lesquels vos talents aux combats seront mis en valeur.

Le titre de Vanillaware regorge toutefois de subtilités. En effet, chaque ennemi abattu relâchera du phozon, cette énergie mystique qui compose le monde, que vous pourrez absorber pour infliger de plus gros dégâts. Ces phozons servent aussi à faire germer des graines que vous trouverez au cours de votre aventure et qui donneront des fruits, très utiles pour se régénérer et augmenter sa force vitale. Vous pourrez aussi les conserver pour cuisiner et créer des plats bien plus riches en expérience et énergie qui faciliteront votre progression. Evidemment, ces recettes exigent plusieurs ingrédients qu'il vous faudra recueillir avec soin au cours de vos voyages.




Graines et fruits servent aussi d'éléments fondamentaux à un aspect essentiel du gameplay : l'alchimie. En effet, vous serez souvent en possession de fioles qui associées à certaines mandragores ( créatures végétales enfouies dans le sol ) vous confieront des pouvoirs très particuliers. Vous pourrez dès lors créer des potions de soin, d'autres pour vous protéger, augmenter votre endurance, blesser l'adversaire...

Simple d'aspect, le gameplay d'Odin Sphere se révèle donc bien plus riche que ce que l'on pourrait imaginer de prime abord. Ces différents éléments devront d'ailleurs être considérés avec attention tant ils sont essentiels pour progresser sans trop de difficulté.

Mais la véritable force de Odin Sphere réside plutôt dans son univers, dans sa narration. Le monde d'Erion sera ici le théâtre des pérégrinations de cinq héros : Gwendolyn, la valkyrie, fille du seigneur de Nebulapolis, Odin, Cornelius, le prince héritier du royaume de Titania maudit et condamné à vivre sous les traits d'un Pooka, Mercedes, la jeune et hésitante Reine des Fées chargée de mettre un terme au conflit qui déchire son peuple, Oswald, le chevalier des ténèbres manipulé par un parent aux viles intentions et hanté par des pouvoirs occultes, et enfin Velvet, la petite fille d'un roi fou animé par le terrible dessein de démarrer l'Armageddon, événement qui devrait mettre un terme à toute vie résidant en Erion.




La chose qui passionne avec Odin Sphere est le grand soin donné aux histoires propres de chacun de ces personnages. Tous vont faire face à de terribles événements, devoir faire des choix difficiles aux répercussions parfois terribles, cotoyer la mort, souffrir de leur tristesse et de l'ambition de dirigeants impossibles à contrôler. Les rencontres avec d'autres personnages tout aussi travaillés seront nombreuses ce qui donne corps à un univers unique, riche en histoires et légendes ainsi qu'en créatures de tout types, des plus petites aux dragons, monstres dotés d'un grand savoir et dont le rôle sera décisif dans le conte.

Evidemment, le tout séduit d'autant plus que la réalisation et la direction artistique sont magnifiques. Les graphismes sont fournis et détaillés et profitent de la patte de Vanillaware pour créer des atmosphères originales. Les personnages sont tous charismatiques, les décors somptueux et cette osmose vous plonge dans un monde enchanteur. Seules les animations se montrent un peu rigides mais force est de constater qu'il est difficile de ne pas saluer le talent du développeur nippon pour créer des atmosphères uniques.

Cependant, cela se fait peut-être au détriment de la qualité ludique, au sens premier du terme.




Si l'histoire intrigue, les personnages intéressent, le jeu, quant à lui, n'est pas exempt de défauts, petits certes, mais suffisamment présents pour nuire à l'expérience.

Tout d'abord, la jouabilité est rigide. Si dans la grande majorité des situations, cela ne pose pas trop de problèmes, cela ajouté à la grande, voire très grande, difficulté proposée par certains tableaux peut pousser les moins patients d'entre nous à jeter la manette au sol. Nombreux sont les boss particulièrement difficiles à vaincre surtout que certaines de leurs attaques dévastatrices sont difficiles à éviter. Par conséquent, vous devrez de nombreuses fois recommencer certains niveaux bien retors avec ce sentiment que la défaite n'est pas uniquement due à votre manque de talent manette en main.

Fort heureusement, il est toujours possible de réduire la difficulté du jeu afin de ne pas bloquer bêtement sur un obstacle même si cela ne garantit pas votre victoire, loin de là.

On peut aussi déplorer le nombre trop restreint de tableaux offerts. S'ils sont tous somptueux, sans aucune exception, le fait qu'il n'y en ait qu'une dizaine renforce l'impression de répétitivité, surtout que les différents scénarios vous obligeront à revenir en ces mêmes endroits. De plus, leur organisation n'est pas aléatoire et ne diffère jamais ce qui réduit à néant le sentiment d'exploration.



Le fait que Vanillaware propose aussi des aventures plutôt old school dans leur conception ne va pas ravir tout le monde. Si l'idée de découper l'histoire en cinq contes séduit, le sixième et dernier d'entre eux est tellement difficile qu'il vous obligera à recommencer depuis le début chacun des contes afin de pouvoir avoir le niveau et les équipements suffisants pour terminer l'aventure.

Si Odin Sphere est un titre qui séduit par son ambiance enchanteresse et son histoire aux multiples facettes dont les éléments se dévoilent subtilement au cours de votre progression, il s'agit surtout et avant tout d'un jeu qui manque clairement de souplesse dans sa conception. L'aventure vaut clairement le coup, je le concède, mais de nombreux points vont obscurcir votre expérience. Soyez donc préparés à en baver malgré votre dextérité. Toutefois, le jeu en vaut la chandelle.


Voir aussi

Jeux : 
Odin Sphere
Plateformes : 
PlayStation 2
Sociétés : 
Atlus, Square Enix, Vanillaware Ltd.
Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Commentaires

Migaru
Signaler
Migaru
Bon test, ça reflète relativement bien le sentiment que j'ai eu en découvrant ce jeu le mois dernier. Narration originale, aspect artistique plus que réussi... Mais alors niveau gameplay, je n'ai jamais réussi à accrocher, si bien que j'ai lâché l'affaire au bout d'une vingtaine d'heures. Trop répétitif, comme tu l'as souligné.

Trafalgar Square

Par Sirocco Blog créé le 20/01/10 Mis à jour le 17/12/13 à 11h42

Toulousain sympathique, fantastique, folklorique, féérique, symphonique, éclectique, chimérique, mirifique, artistique, acoustique, exotique...et autres adjectifs en -ique que j'accepte volontiers.

Ajouter aux favoris

Édito


 

Mesdames, mesdemoiselles et messieurs, bonjour/bonsoir à toutes et à tous.

Je suis Sirocco, étudiant en 5e année de Droit à Toulouse, blogger à mes heures perdues, mais avant tout grand amateur du Jeu Vidéo, marmite dans laquelle je suis tombé tout petit.

Trafalgar Square, c'est le nom de ce tout petit site qui privilégie notamment la musique tirée du média mais qui parle aussi de tout et de n'importe quoi. Ne vous étonnez pas d'entendre beaucoup parler de Nintendo, c'est parce-que j'en suis grand fan mais cela ne m'empêche pas de passer de nombreuses heures sur PS3 ainsi que sur les jeux Steam dont le prix défie toute concurrence.

N'hésitez pas à commenter les articles et à "liker" si vous avez apprécié la lecture de mes articles. Vous pouvez évidemment me joindre par MP si vous souhaitez me poser une question ou parler d'une chose, d'une autre. En attendant, j'espère que la lecture vous plaira et rendez-vous ici-bas ou bien ailleurs, si mon activité vous intéresse.

 


 

 

J'arbore fièrement une récompense aujourd'hui plus tellement valable mais que voulez-vous, c'est la seule que j'aie ^^. Elle fut attribuée par l'ami Anfalmyr sur la base des votes des Gamebloggers et elle me plaît tout particulièrement du fait que je tente de soigner le mieux possible l'apparence du blog, pour un plus grand confort de lecture. Et vi, je pense à vous et à vos petits yeux fatigués...

 

Archives

Favoris