Premium
Olive Roi du Bocal

Olive Roi du Bocal

Par oliveroidubocal Blog créé le 28/12/09 Mis à jour le 03/02/17 à 10h20

J'ai pas la prétention de t'apprendre des trucs, de te faire réfléchir ou de t'imposer un rictus, mais je vais quand même essayer. De toute façon, je suis tellement cool que tu pourras pas t'empêcher de venir et de revenir. Tu vois, tu viens déjà de lire ce texte avec un plaisir non dissimulé :)

Ajouter aux favoris
Signaler
Histoires parallèles du Jeu Vidéo (Jeu vidéo)

Les jeux vidéo sont dangereux                                                               

Vous l'avez forcément déjà vu ou entendu. A la télévision, à la radio, dans les journaux, certains faits divers sont accompagnés d'une relation au jeu vidéo. Politiques et personnalités n'hésitent plus à montrer ce média du doigt comme étant une des causes phare de la dégénérescence des principes de notre société et de la décadence de notre jeunesse. En tête de liste des jeux vidéo visés, on retrouve quasi systématiquement GTA et Call of Duty. Des jeux où il est question de guerre, de meurtre, de vol, de drogue et de sexe. Rien que ça.

Nier l'influence de tels jeux sur nos bambins n'a aucun sens, mais vous allez voir que les causes et les responsabilités sont quand mêmes plutôt déplacées et qu'il existe surtout plusieurs moyens de se prévenir de voir notre progéniture devenir un serial killer en puissance.

Etablissement de la relation violence réelle/violence virtuelle

Plusieurs médias citent le jeu vidéo comme un vecteur de la violence ou de la bêtise d'un fait divers. Pour références, vous pouvez consulter quelques articles comme celui sur la Fusillade d'Istres d'Avril 2013 ou celui sur la Disparition d'Agnès en Novembre 2011.Vous pouvez aussi taper dans votre moteur de recherche les mots "Jeux vidéo meurtre" ou "Jeux vidéo tuerie", histoire de voir l'ampleur de la relation établie par les médias entre le jeu vidéo et les divers évènements marquants impliquant des morts et des jeunes. 

Il est toujours question d'un acte de violence extrême, accompagné d'une enquête qui révèle que l'auteur de ces actes possédait ou jouait aux jeux vidéo, parfois avec excès.

Ces faits sont marquants mais les médias passent souvent à côté de leur sujet:

  • La relation est toujours établie sans véritable cause à effet. Rien ne montre que le joueur devient tueur par le jeu. Aucune étude sérieuse ne prouve d'ailleurs la moindre relation directe ou indirecte entre la pratique de ce divertissement et le passage à l'acte.
  • Le jeu vidéo est toujours mis en avant dès les premiers mots, voir dans le titre, de telle sorte qu'il attire un public plus enclin à la polémique qu'à l'information.
  • Les informations sur la possession d'armes, sur l'environnement familial ou sur des possibles antécédents sont reléguées au second plan, voire complètement occultées.

Alors soyons clairs, je ne fais pas dans ce chapitre la défense du jeux vidéo violent, écartant la moindre relation entre violence virtuelle et violence réelle. Je pointe simplement certains médias généralistes qui, au travers de leur ignorance ou de leurs convictions personnelles ont franchement tendance à braquer les projecteurs sur le jeu vidéo alors qu'il n'y a aucune raison particulière de le faire. Que la pratique excessive d'un jeu de guerre puisse participer à la catalyse d'un acte de violence, je peux l'admettre si c'est argumenté. Mais que le coeur du problème soit un divertissement, ça me paraît complètement impossible. Ne faudrait-il pas plutôt regarder du côté des relations sociales ou familiales, de la stabilité morale et intellectuelle, des accidents de la vie ou de l'éducation pour trouver des causes plus tangibles, plus profondes, rarement uniques et n'ayant aucun rapport avec le jeu vidéo, qu'il soit pratiqué sous forme d'addiction ou de simple passe-temps?

Au delà du jeu...l'écran

Quoi qu'il en soit, au delà de ces faits divers graves, c'est toute une partie de notre société qui se voit tournée de façon plus prononcée vers la violence.

Sans tomber dans le classique "c'était mieux avant" ou dans un alarmisme de vieux jeune frustré, je constate avec mon expérience personnelle que les réseaux sociaux, les forums, les chats ingame (les moyens de communication dans un jeu, par écrit ou par la voix) voient proliférer une agressivité verbale décomplexée, pleine de haine raciale, de mysogynie, de moquerie, de domination ou de méchanceté gratuite. Cette violence quasi généralisée, je ne l'ai jamais rencontrée lors de parties multijoueurs avec canapé commun, mais caché derrière son écran, tout est beaucoup plus facile que dans la vraie vie où l'éducation, la réserve, le regard des autres, sont des remparts à de nombreuses attitudes violentes ou déplacées. Vous pouvez certainement vous en rendre compte vous mêmes en navigant au gré de l'internet ou en regardant ce genre de vidéo montrant ce que peuvent faire vos enfants quand vous n'êtes pas là:

Dites vous que ces gamins n'ont probablement pas plus de 15 ans et qu'ils usent pourtant d'un language et d'attitudes largement attribuables à des adultes. Leur attitude est violente par leur propos, leurs actes et la pression mise sur ce joueur fictif au pseudonyme féminin. La faute à l'écran .... ou à l'anonymat qui en découle? La faute au groupe ou au jeux vidéo auquels ils jouent? A moins que les fautifs soient tout autres.

Parents, VOUS êtes responsables

Fautifs, peut être pas totalement. Responsables? Oui à 100%.

L'éducation d'un enfant revient à ses parents, en droits comme en devoirs. Il n'y a pas de secret, tout passe par l'apprentissage et la surveillance. L'apprentissage d'abord des règles de vie, de la différence entre réel et virtuel. Fixer des limites est important, notamment en termes de temps passé à jouer. Proposer une diversité des activités semble essentiel à l'épanouissement et évite que le jeu vidéo devienne l'unique refuge des diverses frustrations.

Quelle que soit votre attirance pour les jeux vidéo, vous devez gardez le contrôle:

  • Sélectionner les jeux auquels joue votre enfant
  • Maîtriser le temps passé à jouer
  • Contrôler et aiguiller votre enfant dans ses attitudes face au jeu et aux autres joueurs

Et pour être capable d'agir en conséquence, il faut maîtriser un minimum son sujet. L'attraction naturelle de votre enfant vers le jeu vidéo ne doit pas s'accompagner de votre part d'une forme de cécité face à l'inconnu sous prétexte qu'à la base vous n'y connaissez rien.

Protéger un enfant d'un monde ignoré revient à essayer de le sauver de la noyade sans savoir nager. Faut il pour autant l'empêcher de s'approcher de l'eau alors que ses amis plongent, sautent et se coulent mutuellement ou faut-il laisser faire et donner au hasard la possibilité d'attribuer une fin heureuse ou malheureuse aux évènements?

Si nécessaire, renseignez vous auprès de personnes plus compétentes que vous: éducateurs, psychologues, amis, famille. Internet est également un excellent outil. Je peux vous conseiller de lire ce petit article, court et bien résumé sur la façon d'apréhender la "dose" de jeu vidéo raisonnable pour un enfant: 

Combien de temps pour le jeu vidéo ? par Tomislav Govekar

Des articles de ce type, il en existe des tonnes sur internet. L'essentiel étant de faire son propre tri, en fonction de l'éducation que l'on souhaite donner à son enfant.

Et surtout, ne pas oublier la donnée qui est peut être la plus importante: Il faut jouer à des jeux adaptés à son âge! On ne fait pas la guerre à 8 ans, c'est une évidence... mais à quel âge peut on vraiment la faire? 10, 12, 16 ou 18 ans? Il en va de même que pour le cinéma ou pour la littérature. Aborder des sujets comme la violence, le sexe, les drogues, dépend de la maturité de votre enfant et surtout de votre implication dans son éducation vidéoludique, comme vous le feriez pour la littérature ou le cinéma.

Sinon, encore une fois, faites appel à des personnes compétentes. Les vendeurs de jeux vidéo sont souvent des joueurs eux mêmes et sont capables de vous dire si tel ou tel jeu convient en termes d'age. Ils peuvent généralement vous dire si la violence y est présente et quelle est sa nature car ils en connaissent les codes. Ne laissez pas votre enfant dicter les règles, sous prétexte que plusieurs de ses amis ont la permission de jouer à des jeux inadaptés (ce qui arrive très souvent). Surtout qu'il existe un système simple à comprendre et parfaitement visible sur la boite des jeux pour vous guider dans vos choix.

Le système PEGI - perfectible mais présent

Le système PEGI est un marquage présent sur la quasi totalié des boites de jeux vidéo.

Il a été créé comme un outil de protection des mineurs, à l'intention des parents. Il fait correspondre le contenu d'un jeu vidéo avec une tranche d'âge précise et offre en plus une identification claire des types de contenus présentant un risque. Ce marquage utilise un système de pictogrammes clairs, assez parlant et dont vous trouvez l'explication officielle ci dessous:

 

 PEGI 3

Avec cette classification, le contenu du jeu est considéré comme adapté à toutes les classes d'âge. Une certaine violence dans un contexte comique (par exemple les formes de violence présentes dans les dessins animés de type cartoon comme Bugs Bunny ou Tom & Jerry) est acceptable. L'enfant ne doit pas pouvoir associer le personnage à l'écran avec des personnages réels, ils doivent être totalement imaginaires. Le jeu ne doit pas comporter de sons ou d'images susceptibles d'effrayer ou de faire peur à de jeunes enfants. Le jeu ne doit faire entendre aucun langage grossier.

 

 

PEGI 7

Tout jeu qui obtiendrait normalement une classification 3 mais qui contient certaines scènes ou sons potentiellement effrayants peuvent être considérés comme convenant à cette classe. 

 

 

PEGI 12

Les jeux vidéo montrant de la violence sous une forme plus graphique par rapport à des caractères imaginaires et/ou une violence non graphique envers des personnages à figure humaine ou représentant des animaux identifiables, ainsi que des jeux vidéo montrant des scènes de nudité d'une nature légèrement plus graphique tomberaient dans cette classe d'âge. Toute grossièreté doit rester légère et ne pas inclure d'insultes à caractère sexuel.

 

 

PEGI 16

Cette classification s'applique lorsque la représentation de la violence (ou d'un contact sexuel) atteint un niveau semblable à celui que l'on retrouverait dans la réalité. Les jeunes gens de cette classe d'âge doivent également être en mesure de gérer un langage grossier plus extrême, le concept de l'utilisation de tabac et de drogues, et la représentation d'activités criminelles.

 

 

 PEGI 18

La classification destinée aux adultes s'applique lorsque le degré de violence atteint un niveau où il rejoint une représentation de violence crue et/ou inclut des éléments de types spécifiques de violence. La violence crue est la plus difficile à définir car, dans de nombreux cas, elle peut être très subjective, mais de manière générale elle peut regrouper les représentations de violence qui donnent au spectateur un sentiment de dégoût. 

Le système PEGI offre en plus l'explication précise du type de contenu choquant que vous pourriez retrouver dans le jeu. Les pictogrammes ci dessous, accompagnés ici de leur explication, se retrouvent systématiquement à l'arrière de la boite du jeu vidéo:

 Violence

Ce jeu contient des scènes violentes

 Language grossier

Ce jeu contient des expressions grossières

. Peur

Ce jeu risque de faire peur aux jeunes enfants.

 Sexe

Ce jeu montre des scènes de nudité et / ou des comportements ou des allusions de nature sexuelle.

 Discrimination 

Ce jeu contient des images ou des éléments susceptibles d'inciter à la discrimination.

  Jeux de hasard 

Ce jeu incite à jouer aux jeux de hasard ou enseigne leurs règles.

 Drogue

Ce jeu illustre ou se réfère à la consommation de drogues.

 En ligne

Possibilité de jouer à ce jeu en ligne.

Le système PEGI a ses défauts. Tout d'abord, il ne conseille en aucun cas l'âge requis pour jouer à jeu, dans le sens de la possibilité (intellectuelle ou manuelle). Il ne s'agit pas d'une estimation du degré de difficulté. Un jeu estampillé PEGI 3 peut tout à fait ne pas convenir à un enfant de 3 ans en termes de jouabilité, de difficulté ou même de plaisir de jeu.

De plus, le système PEGI se veut naturellement plus sévère que les jugements habituels rencontrés. Au cinéma, la présence de violence caractérisée, de racisme, de sexe modéré, amènent en général une interdiction aux moins de 12 ans, voire de 16 ans. Les mêmes critères pour un jeu vidéo offrent généralement un PEGI 18. Cela peut s'expliquer par le caractère immersif plus fort pour le jeu vidéo que pour le cinéma ...sans que cela ne soit totalement prouvé.

Pour finir, le PEGI ne constitue aujourd'hui aucunement un organisme faisant loi et permettant l'interdiction de vente dans le cas d'une personne n'ayant pas l'âge requis. Un adolescent de 16 ans peut tout à fait acheter un jeu PEGI 18 sans que le vendeur ne puisse lui refuser la vente.

Néanmoins, on ne peut reprocher au système de ne pas être présent, compréhensible ou visible. Les pictogrammes sont facilement identifiables et donnent en général une explication claire et précise pour le néophyte. Ne vous reste plus qu'à vous fier à votre bonne intelligence pour juger de l'adaptation d'un jeu à votre enfant.

Mais pourquoi je n'en ai jamis entendu parler?

La violence des jeux vidéo est un fait. Elle concerne une partie des jeux du commerce et ces jeux sont identifiés comme contenant de la violence. Malheureusement, peu de publicité ou d'information est faite autour des systèmes de protection existants. Savez vous par exemple que les consoles modernes possèdent toutes un système de contrôle parental, facile à mettre en place. Une fois activé, un jeu classé pour une catégorie d'âge minimum ne peut fonctionner si le compte en cours n'est pas adapté. Un bon moyen d'éviter toute triche ou mégarde de la part de votre enfant ou de son entourage. Mais avez vous seulement lu le manuel de votre console de jeu?

Et côté politique, bien peu d'actions d'envergure sont mises en place auprès des parents. Il serait pourtant simple de communiquer autour du système PEGI ou de la protection parentale (une publicité existe, visible à cette adresse, mais elle est très peu diffusée sur les médias généralistes), avec des publicités à but informatif. Au lieu de cela, nous avons droit à des mises en gardes maladroites et contre productives, dans lequel le jeu vidéo est mis au niveau du racisme, de la prostitution ou de la pédophilie:

Ce manque de discernement vient de la méconnaissance des personnes politiques, de leur arrogance et de leur utilisation du jeu vidéo comme un spectre ou une excuse expliquant la violence sociétale actuelle. Un peu comme les dessins animés Japonais durant les années 80-90 qui valaient à Dorothée les pires insultes quant à son détournement de la jeunesse.

Nadine forever

Le cas de Nadine Morano est probablement l'exemple le plus flagrant de ce manque de réflexion face au jeu vidéo. Après avoir eu "l'idée" de mettre en place un système de marquage européen (alors que le PEGI existe et qu'il est bien implanté en Europe), elle se rattrape en pointant son manque de visibilité et de connaissance ... mais finit par ne rien faire pour que ça change. Alors qu'il n'est pas compliqué de se renseigner un minimum sur les systèmes déjà en place, surtout quand on est ministre en charge de la jeunesse, et qu'on sait normalement que 80% des jeunes jouent aux jeux vidéo. Et qu'il est tout aussi facile, avec la visibilité dont elle jouit, de transmettre les informations nécessaires et utiles aux parents en quête de renseignements.

Mais Nadine Morano préfère polémiquer, donnant aux jeux violents la responsabilité de la violence qui nous entoure, comme si le passé n'avait pas eu son lot d'hyper violence, alors même que le jeu vidéo ou la télévision n'existait pas encore.

Pire, elle va jusqu'à se ridiculiser en se laissant prendre en photo alors que ses enfants jouent à GTA 4 devant elle. A ce moment là, sa fille a 13 ans et GTA4 est un jeu PEGI18, donc normalement déconseillé aux moins de 18 ans. Faites ce que je dis, pas ce que je fais. Elle est depuis, la personne politique française la plus ridiculisée du monde du jeu vidéo.

Mais le vrai problème que cela pose, c'est la confusion créée par tant de communication foireuse et de méconnaissance mal assumée. Le grand public ne peut pas, en écoutant la parole de nos "dirigeants" se faire une opinion saine et claire du jeu vidéo puisque le message est soit inexistant, soit diabolisant. Car s'il existe bien des jeux violents et inadaptés à vos enfants, il existe aussi et surtout de nombreux jeux pour tous les âges. Et lorsque l'âge recommandé est respecté, le jeu vidéo dévoile alors tout son potentiel de plaisir, d'histoire, de stimulation des réflexes et de la réflexion. Mais ça, on n'en entend pas souvent parler: ca ne fait pas le buzz!

En conclusion

Ce qu'il faut retenir absolument, c'est votre responsabilité de parent. Le jeu vidéo est un outil de divertissement et d'éducation qui ne peut en aucun cas se soustraire à votre présence et qui nécessite de toute façon votre vigilance...comme toute autre activité. De même, si vous notez la méconnaissance générale du système PEGI, vous pouvez communiquer votre savoir autour de vous. Un jeu PEGI18 n'est pas adapté à un enfant de 12 ans...même si tous ses copains y jouent. 

Et pour finir, ne vous laissez pas influencer par les différents reportages ou interventions politiques. Faites vous votre opinion vous même. Ne diabolisez pas ce média qui ne le mérite pas. Le jeu vidéo n'est pas un monde parfait, mais bien utilisé il peut offrir beaucoup. Tout est question d'adaptation et de dosage. Et ce n'est que par la connaissance du média que vous apprendrez à le maîtriser.

Olive Roi du Bocal

Petite note: Et si vous avez de l'humour (ce dont je ne doute pas!), je ne peux que vous conseiller de lire cet article de legorafi.fr En se voulant satyrique, il en devient finalement parfaitement juste. Un bijou!

Postambule

Cet article est avant tout destiné aux parents. Comme tout joueur adulte, habitué depuis des années à choisir mes jeux, je connais aujourd'hui mes gouts et mes limites. J'ai toujours connu le jeu vidéo et ai toujours joué à des jeux pour enfants ou pour adultes. Si mes souvenirs sont bons, jeux de combats et jeux de guerre ont toujours existé. On tape, on mange, on tire on meurt. Des mécaniques usées dans le jeu vidéo...Mais avec l'évolution technique, le monde réel et celui du jeu se rapprochent fortement. Dangereusement peut être, si on n'y fait pas attention. Mais en tant que père, j'espère que je saurai faire l'éducation de mes enfants avec sagesse et en laissant une place au jeu...qu'il soit vidéo ou non d'ailleurs.

Hors sujet

Derrière chaque test, chaque article, chaque news et chaque blog, se cache une personne. J'ai aujourd'hui en horreur les réactions pleines d'animosité que je trouve quasi systématiquement dans les commentaires des news, des articles, des vidéos ou des tests de jeux. Cet article m'a pris du temps et de la passion...alors restez courtois entre vous et dans vos propos envers cet article. Si vous avez des remarques, faites les avec arguments afin que nous puissions ensemble en débattre sereinement. Comme je le fais parfois dans le forum, j'adresse une fois de plus toute mon affection aux créateurs et aux rédacteurs de ce site, ainsi qu'aux amateurs qui se lancent dans l'aventure de l'article. Encaisser les critiques, surtout quand elles ne sont pas constructives ou balancées en place publique, n'est pas un exercice facile. Je remercie en tout cas ceux qui me permettent aujourd'hui de m'exprimer, de partager mon avis et ma pensée, grâce à cet outil formidable qu'est Gameblog. Longue vie à ce site.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (33)

Commentaires

MrIDeem
Signaler
MrIDeem
J'ai joué aux jeux du genre comme Call of Duty et GTA V, mais ce n'est pas à cause de ces jeux qu'ils ont une attitude comme ça, c'est l'influence des autres avec qui ils se traînent, et la maturité du jeune. Et les médias disent n'importe de quoi, faut pas aller trop loin et être paranoïaque. J'ai joué San adreas à 7 ans, j'ai jamais eu une attitude comme celle là. Par exemple c'est comme prendre des élèves à l'école qui joue au Soccer qui ont une attitude comme ceux dans la vidéo. Et vous l'aurez remarque que ils sont pas comme ça avec les autres et juste avec leur copains.
oliveroidubocal
Signaler
oliveroidubocal
@nazman: Pourquoi pas, mais je n'ai pas les contacts ... ni la prétention d'en avoir le niveau, sérieusement.

@The-reaper: J'ai un petit qui commence à jouer et des amis avec des enfants qui jouent à mes côtés. J'ai pas la prétention d'écrire un article "révolution". Maintenant, il semble qu'on ne soit pas du tout d'accord. Laisser un petit de 6 ans jouer à GTA sous prétexte qu'il pourra y jouer chez ses potes, moi c'est pas du tout ma crèmerie.
Resh
Signaler
Resh
C'est clair, si t'es pas un parent irréprochable, une balle dans le dos et c'est réglé !
Et sous les yeux de tes gosses, ca t'apprendra à leur montrer des trucs violents !
Non mais !
glz92
Signaler
glz92
@ reaper : tu as peut être raison en disant que même en donnant la meilleure éducation du monde à son gamin, les parents ne peuvent être tenus responsables des actes de leur enfants passé 18 ans. Mais sache qu'il est plus probable qu'un môme qui n'a pas eu d'éducation devienne violent et délinquant par rapport à un autre qui en a eu un minimum.
Si chez toi ton enfant est a priori bien encadré (car tu lui apprend à être sociable) sache qu'il y a ailleurs (et plus que tu ne le crois) des familles qui s'en contre foute totalement et où le laxisme en tout genre est une religion. Tu peux entendre des propos genre : "c'est à l'éducation national de faire l'éducation", tu peux voir des gamins de 5 ans encore à 22h "jouer" dans la rue, tu peux entendre des gamins de 6 ans insulter grassement leurs prof à l'école, tu peux voir des jeunes de 17 ans conduire des engins genre quad sans se soucier du code de la route et des autres usagers... (la liste des exemples serait trop longue et sans parler de la culture et façon de vivre qu'il existe dans ce type de famille) car les parents ont abandonnés leur gamin à leur propre dès le plus jeunes ages. Le comble c'est que ces types de parents indignes et irresponsables cautionnent les agissements de leur môme alors que c'est eux les premiers fautifs. Combien de fois tu as pu entendre que tel parents est aller péter la gueule à un prof car celui-ci avait "sermoner" leur gamin et plus récemment sans rentrer dans un débat sur la légitime défense (ou autres) comment expliques tu que la soeur du braqueur de nice viennent chialer devant les caméra pour dire que le bijoutier est un criminel car il a tué son frère. Comme si le braquage était une simple activité sportive et que ce "jeune" n'avait rien commis de répréhensible. Je voudrais en dire davantage mais je pense que vous avez compris ma pensé. Alors oui les médias et la fameuse maxime "c'est la faute à la société" peuvent être responsables des faits de délinquances mais avant de regarder ailleurs il faut regarder chez soi si on est irréprochable.
Resh
Signaler
Resh
Bah oui c'est un problème non pas individuel mais collectif. C'est tout à fait possible d'isoler ses enfants de toute images violentes, mais le premier souci qui va se présenter, ce n'est même pas qu'ils vont aller en chercher et en trouver ailleurs, c'est qu'ils vont être des gros freaks dans la cour de récré.
Quand j'avais 6 ans la polémique c'était surtout sur la violence des dessins animés du Club Dorothée (merci ségolène), sauf que quand t'as 1 parent sur 10 qui ne laisse pas ses mômes regarder, mais les 9 autres qui cèdent, au final ce sont les gamins protégés qui se retrouvaient en difficulté pour s'intégrer parce qu'ils n'entravaient que dalle à ces histoires de kameha de hokuto et de météore de pégase qui monopolisaient 90% des conversations.
Et là c'est pareil, si tous les parents cèdent parce que leurs mômes chialent pour avoir GTA, c'est sur le gamin des parents qui ont tenus bon qu'on va jeter des cailloux.
The-reaper
Signaler
The-reaper
Non seulement je trouve que ton article défonce des portes ouvertes, non seulement tu t'adresses aux mauvaises personnes (je pense que 90% des gens sur les forums de jeux vidéo seront d'accord avec toi) mais en plus je trouve que son côté moralisateur et donneur de leçons est assez exaspérant. J'ai l'impression de lire une brochure de conseils du Ministère de la Famille ou, pire, de Familles de France & Cie!

En fait, à te lire, je me pose une question : as-tu des enfants en âge de jouer? Personnellement, j'en doute (mais peut-être me trompe-je!), car tu es beaucoup trop formel et 'scolaire" dans tes déclarations. Tu aurais tes enfants, tu serais probablement beaucoup moins affirmatif et tu mettrais probablement de l'eau dans le vin des tes déclarations.

Dans le fond, tu as raison : ce sont aux parents d'être responsables et de faire attention à ce qu'ils mettent devant les yeux de leurs gamins; mais mon Dieu que c'est difficile! Croire que votre enfant ne tombera pas sur un jeu, un film, une chanson inadaptés à son âge parce qu'on fait attention est une gageure! Car tu ne peux pas détourner leur regard de tout, à moins de finir comme Ned Flanders et d'éteindre la télévision, interdire les DVD, les jeux vidéo et la radio à la maison...

Le problème d'un enfant, c'est que, quoi que tu fasses et quoique tu veuilles, il finira par t'échapper tôt ou tard. Et j'ai même tendance à penser que plus tu les protèges contre des dangers imaginaires et plus il voudra se détacher de toi, parfois avec des conséquences plus ou moins dramatiques.

Et, contrairement à ce qu'on pense, ce n'est pas forcément à l'adolescence qu'on commence à perdre son gosse. Je vois mon fils de 6 ans (qui est, sans vouloir me vanter, plutôt équilibré, plutôt doué à l'école -il vient de sauter une classe- fait du sport et est assez sociable) commencer à me glisser lentement mais sûrement des doigts. Il vient d'entrer en primaire, il commence à avoir des copains, des activités extrascolaires, et j'aurai beau essayer de le contrôler, je ne pourrai pas le traiter comme un bébé toute sa vie. Et il découvre aussi le jeu vidéo, pour l'instant avec papa (et j'essaye d'être "responsable", en ne lui mettant que des jeux adaptés à son âge, comme FIFA, des jeux de courses ou des jeux de plateformes), mais dans quelques années, ça sera très probablement avec les copains. Et j'appréhende beaucoup le jour où je vais devoir le laisser utiliser internet (qui me fait bien plus peur que le jeu vidéo, vu toutes les saloperies choquantes sur lesquelles on peut tomber dessus, même par inadvertance). Et j'aurai beau lui interdire de toucher à un GTA, il voudra quand même y jouer chez ses potes (le défi de l'interdit est quelque chose de constructeur dans la vie d'un humain). Après tout, quel adolescent n'a pas fumé une cigarette, un joint, maté un porno avec ses potes parce que "c'est cool", alors qu'il n'a pas l'âge?

Pour ma part, je suis tombé accidentellement sur mon premier porno, j'étais en CM2 (mes parents, qui étaient pourtant très responsables et plutôt peu permissifs, avaient mis un programme plus long en enregistrant un film pour moi sur C+, et j'avais oublié de couper la K7 à la fin...). Et je me souviens que j''étais quand même assez fier de raconter ça à mes potes dans la cour de récré (qui savaient de quoi je parlais, ils ne tombaient pas des nues ; relire Titeuf peut remettre en perspective ce qu'on était vraiment quand on était gamin). Et je ne pense pas avoir été traumatisé pour autant (même si je ne cache pas, avec le recul, que les images étaient assez violentes, et que ça n'a rien à faire devant les yeux d'un enfant de cet âge et que j'espère que mes gosses verront ça le plus tard possible).

A mon avis, au-delà de tout ce blabla et de toutes les normes PEGI du monde (qui sont, de toute façon, ultra mal adaptées ; à 3 ans, aucun gamin normalement constitué ne sait se servir une manette correctement, et certains films -16 sont bien plus violents et malsains que des jeux classés -18), le plus important à mes yeux reste la COMMUNICATION. Il faut toujours essayer de parler avec ses gosses, voir avec lui ce qui le marque ou le choque, même avec ses mots d'enfants. L'autre jour, mes enfants ont été choqués par les images de la prise d'otages de Nairobi au journal TV de 20h (oui, bien entendu qu'il y a plus violent qu'un jeu), ma compagne et moi on a changé de chaîne et leur en a parlés un peu, histoire de dédramatiser.

Car, de toute façon, la vie est violente, malfaisante, perverse et ils l'apprendront bien assez tôt, même quand ils vivent dans un environnement sain et agréable (pour les enfants qui voient leur père alcoolique tabasser leur mère, ou qui le voient se suicider parce qu'il s'est fait virer comme un malpropre, les jeux vidéo sont presque un paradis...).
max97110
Signaler
max97110
Carrement d'accord. Mais PEGI, c'est inefficace. Il faudrait un truc plus réglementé, façon Allemagne ( pour le contrôle, pas pour la censure) et ce pour deux raisons :
- faire en sorte que nos têtes blondes aient des jeux adaptés sans avoir à verifier ce qu'on leur offre
-avoir enfin des jeux pour adultes. Et quand je dis jeux pour adultes, je veux dire vraiment adultes, dans les thématiques et l'exécution ( je reste choqué par le scandale de l'audiotel dans TLOU)
Nazman
Signaler
Nazman
Je me demande si il te serait possible de le proposer à des journaux et magazines en surfant sur la vague GTAV. Ca serait peut-être l'occasion de faire passer le message ?
oliveroidubocal
Signaler
oliveroidubocal
@Nazman: 100% raison. Quelques relais sur facebook, mais ça ne suffit pas. Un article ne peut se soustraire à une vraie campagne d'information.
oliveroidubocal
Signaler
oliveroidubocal
Salut à tous, merci pour vos commentaires.

@ladanettedu94: je suis d'accord avec toi, il faut élever le débat. Mais cet article s'adresse particulièrement aux parents. C'est comme ça qu'il a été écrit. Je dois donc poser des bases. En aucun cas je ne mets de niveau d'influence du jeu vidéo violent par rapport à la télé...rien n'a été prouvé de ce côté là. Par contre, toute activité avec de la violence, modifie notre comportement à court terme, c'est quand même assez bien prouvé. (t'as un article là par exemple si tu veux, avec des sources intéressantes: http://www.slate.fr/...violence-etudes )

Ce que j'essaie principalement de dire, avec plus ou moins de réussite, c'est que c'est aux parents à s'éduquer avant d'éduquer leurs enfants.Le jeu n'est pas fautif du tout, au contraire...son marquage est des plus clairs.
Pour moi: Tu fais jouer ton pitchou à GTA5 alors qu'il a 8 ans???? t'es un inconscient. Au même titre que le mettre devant Reservoir Dogs!
Nazman
Signaler
Nazman
Comme les autres, je trouves que c'est un très bon article comme ne sait pas en faire ou trop rarement la rédaction.

Maintenant, tu prêches des convaincus. Le seul bémol c'est que les principaux intéressés ne le liront jamais. C'est dommage, ils en ont bien besoin.
klein45
Signaler
klein45
Trés bon article et trés bien écrit ! ;) j'aimerais moi aussi être capable d'écrire ainsi :(
ladanettedu94
Signaler
ladanettedu94
Mon article n'élève rien Kaos, il n'est pas meilleur que celui-ci (au contraire d'ailleurs). Mais il propose enfin autre chose que "les parents doivent éduquer leurs enfants" et "la TV c'est pire que les JV".
Resh
Signaler
Resh
Bah ouais c'est pas que le jeu vidéo c'est tout notre environnement culturel.
Et les JT avant d'attaquer les jeux vidéos feraient mieux de s'interroger sur l'impact de LEUR travail sur la délinquance et le crime.
On a vu plus d'une fois des délinquants jouer à celui qui aura cramé le plus de bagnoles, on a aussi vu plus d'une fois des copycats reproduire les actes de serial killers dont les médias avaient quasiment fait des stars.
Les journalistes s'en lavent les mains en prétendant ne faire qu'informer, alors que ce sont les premiers à faire leur beurre sur des faits divers, qui n'ont aucun intérêt informatif, mais cultivent le gout de leur audience pour le macabre et le sordide.
amiga69
Signaler
amiga69
glz92 > sur la xbox 360 il y a un superbe contrôle parentale, très bien foutu et je m'en sert.
En revanche, j'ai l'impression qu'il est inexistant ou inefficace sur PS3 .. ? où alors les parents chez qui je suis allé, ne gère absolument pas les jeux de leurs gamins .... ; en tous cas je conseils aux parents vigilant la X360, elle est secure de côté là.
amiga69
Signaler
amiga69
Bien :)
glz92
Signaler
glz92
Et oui encore et toujours l'éternel débat de la délinquance associée aux jeux vidéos.
Les médias en font leurs choux gras et simplifient toujours le sujet quand l'actualité leur donne à manger.
Mais au final cette relation exclusive n'existe pas.
Les autres biens culturels (musiques, livres, internet surtout...) ont aussi leur part de responsabilité.
C'est l'addition de plusieurs facteurs sociaux (énumérés dans l'article) qui font qu'un individu instable "pète les plombs".
Il ne faut en aucun cas dire que c'était mieux avant car les jeux d'antan n'étaient pas plus "moraux" que ceux d'aujourd'hui.
La grosse différence que l'on peut faire entre les jeux de maintenant et ceux d'avant c'est que ces jeux décriés sont devenus beaucoup trop réalistes à mon goût et il suffit qu'un joueur un peu faible d'esprit (et manipulable) ne fasse plus la différence entre la réalité et le virtuel. C'est malheureux mais à vouloir toujours des jeux plus beaux et des consoles plus puissante les concepteurs font abstraction sur le seul but d'un jeu : le plaisir de jouer. Et au lieu d'avoir un étiquetage à la PEGI (jamais respecté par les vendeurs et parents) il serait beaucoup plus judicieux d'avoir une information type film préventif quand on allume sa console ou son ordinateur. On pourrait aussi concevoir que dans un jeu comme GTA la succession d'actes violents et gratuits soient sanctionnés par une punition ludique.
Il est donc de la responsabilité de tous les acteurs du jeux vidéos et des consommateurs de prendre en considération cette liaison (biaisée) de la délinquance avec les jeux vidéos en ayant un oeil attentif sur l'utilisation du jeu concerné.
Kaos
Signaler
Kaos
@ladanettedu94

Sympa de vouloir élever le débat, j'ai même pris le temps de lire l'article de ton auto pub, mais je ne vois pas en quoi ton intervention ou ton article élève le débat, sans vouloir t'offenser en quoi que ce soit. D’ailleurs, tu te bases sur tes propres expériences soit, mais justement, pour élever le débat, je m'attends à plus. Pour être bref, tu conclues que tu as peur du reflet que t'as laissé le jeu vidéo de toi même à certains moments, de ce que tu pouvais faire dans le monde virtuel et c'est malheureusement tout, j'aurais bien aimé une ouverture en contraste entre justement la réalité et le virtuel de manière générale, avec et hors le jeu vidéo (du genre une communication qui tourne mal en vrai et sur FB, pour montrer une différence comportementale)
De même ce que tu dis sur l'article ici présent est bien trop réducteur, car finalement la conclusion ne peut être aussi réduite à la phrase que tu as écrite.
Que ce soit au début ou à la fin, dans l'article, il est toujours dit qu'il faut rester vigilant par rapport aux enfants en ce qui concerne le jeu vidéo, quand l'auteur parle de "se faire sa propre opinion", il parle bien entendu de ne pas se fier à une seule source, de ne pas trop écouter à la même porte et d'essayer de rechercher le plus d'information possible, en essayant d'éviter les propagandes de toute sorte, que ce soit pour ou contre le jeu vidéo.
C'est comme les études "scientifiques" sur l'effet des jeux vidéos, bien souvent, statiquement parlant, leur risque d’erreur est bien trop grand, et l'échantillon bien trop petit, avec des effets qui ne sont pas significatifs, ce qui ne permet pas une généralisation de leur expérience. Pourtant elles font bcp de bruit et les médias les prennent pour argent content.

Enfin, je ne pense que les gens qui apprécie cet article sont de moutons sans opinion, qui like ou autre juste parce que c'est bien écrit et que forcément on est d'accord avec lui, on peut apprécier l'article pour sa clarté, son contenu etc ....... :/
Resh
Signaler
Resh
Il y a eu une étude quand même qui démontrait qu'on était un peu tendu en mode berzerk en sortant d'une partie de jeu vidéo, mais je pense que c'est pareil quand on sort d'un match de n'importe quel sport

Le problème avec le système PEGI c'est qu'il ne prends pas en compte (peut etre parce que c'est impossible) toute la dimension morale. Montrer de la violence gratuitement ou dans le but de la dénoncer ce n'est pourtant pas la même chose.
Et il y'a la clarté du message aussi, parce que "critique de la société américaine gnagnagna" c'est bien beau, mais les kids qui jouent à GTA ils pensent surtout qu'elle est super fun cette société
Platon21
Signaler
Platon21
Bonjour, félicitations pour le boulot abattu !
Pour ceux qui veulent aller plus loin, il y a mon livre sur "l'histoire des jeux polémiques" dispo sur Amazon :
http://www.amazon.fr...eux polémiques

et aussi une description du contenu du livre plus complète ici :
http://www.gameblog....miques-volume-1
ryo83
Signaler
ryo83
C sur!!! Quand je voie les parents qui achète GTA V (-18) et qui l'offre à un enfant de 11ans sa m énerve ils savent pas éduquer leur enfant ou quoi??
nicodeliessche
Signaler
nicodeliessche
Comme dirait un certain Julien L. sur France3: "Ah ouais ouais ouais!"
Super article, très juste. Tout est dit.
Je suis trentenaire, j'ai aussi grandi avec les jeux vidéo, et la question de l'éducation de nos propres enfants, face à ce média, alors que je pense en avoir 1 très bonne connaissance, se posera aussi à moi dans quelque temps.

Merci gameblog!
ladanettedu94
Signaler
ladanettedu94
Bon, on va mettre de côté deux secondes les parents. On sait qu'ils sont irresponsables. On sait que quand vous en aurez et quand moi j'en aurais, on n'arrivera absolument jamais à tout contrôler, que s'ils jouent pas chez nous ils le feront à l'école et se raconteront comment ils ont baisé et tué une pute dans GTA V.

Est-ce qu'on peut enfin élever le débat et comprendre pourquoi le jeu vidéo a plus d'influence que le cinéma ou la TV ?
Genre ça :"Nier l'influence de tels jeux sur nos bambins n'a aucun sens", pourquoi est ce que c'est pas développé ? Pourquoi est-ce que cette phrase sert de pincettes pour ne pas froisser ceux qui ne sont pas d'accord, plutôt qu'être un point de départ ?

On commence par "ouais c'est vrai que ça peut être influent", pour au final dire "faites vous votre opinion vous-même". Ben sache que les gens qui te lisent et applaudissent des mains et des pieds, ils ne font pas leur opinion eux-même, ils copient-collent ton opinion parce que tu écris bien et tu as un raisonnement tout à fait louable. Mais je pense juste que tu te poses pas les bonnes questions. Ou plutôt, tu apportes des réponses qu'on voit à chaque article fait par quelqu'un qui critique le jeu vidéo en mal.

Allez, un peu d'auto pub : http://www.gameblog....evenu-un-tueur-
fenryo
Signaler
fenryo
Bon article, c'est écrit avec sérieux.
Je suis totalement d'accord sur le principe du contrôle parental plus présent.
Nous quand on était gosses et qu'on regardait des films d'horreurs (freddy) il y avait toujours quelqu'un pour nous dire où était la limite entre ce que nous avions à l'écran et la réalité
Cerope
Signaler
Cerope
Ahh les gosses ...

Édito

 

 

 

 

  

 

Archives

Favoris