Premium

Dragon Ball Miraï No Trunks ~ Une Histoire à Travers le Temps ~

Par Andyzuka Blog créé le 05/06/16 Mis à jour le 06/06/16 à 00h36

Bonjour à tous, bienvenue sur ce blog consacré à ma Fiction sur Dragon Ball Miraï Trunks

Après 10 ans voir plus ! ainsi que de nombreuses réécriture, remasterisation, ou autre encore reboot voici la version finale. Il était temps que je la poste. Bonne lecture, et n'hésitez pas à donner votre avis.

Ajouter aux favoris
Signaler
Fan Fiction (BD-Manga-Comics)

Attention avant le chapitre numéro 1 il y a :
~ Premier Prologue ~ Avant
~ Deuxième Prologue ~ Une Histoire Familière

~ Chapitre 1 ~ Préparatifs

Depuis quelques mois à la New Capsule Corporation, Trunks s'était plongé dans la construction d'une machine pour voyager dans l'espace à l'aide de sa mère... C'était la fin de soirée quand notre héros assembla les dernières pièces de l'engin. Il était là, dans le système de la machine les cheveux en bataille, des milliers de grains de poussières s'étaient déposés sur son visage, un t-shirt noir porté avec fière allure, arborant les lettres "Gohan". Le reste de ses vêtements étaient tâchés, et, les outils à la main, il finissait le travail qui lui permettrait d'accomplir son souhait le plus cher, s'envoler pour la Nouvelle-Namek. Grâce à son voyage temporel, il avait pu récupérer les coordonnées de la planète, et pouvait désormais espérer retrouver les Dragon Balls de Porunga, afin de ressusciter son ami de toujours, Son Gohan...

A côté de lui se tenait un homme d'une carrure imposante, et d'une taille gigantesque. Il portait un collant noir sur tout le corps, et par-dessus une sorte de doudoune verte assez folklorique, aussi étrange que sa coupe Punk aux cheveux orangés. Ses fortes mains de bûcheron tenaient les câbles, et autres morceaux d'acier aussi lourd qu'une voiture que lui transmettait Trunks avec une facilité déconcertante.

Quelques mètres plus loin se trouvaient Bulma, assise sur un transat, soda dans une main, et un plan titré « Numéro 17 » dessus, dans l'autre. Ses cheveux violets attachés laissaient tomber devant ses lunettes des mèches rebelles qui ne l'empêchaient pas de se distraire de la lecture dans laquelle elle était plongée. Jusqu'à ce qu'une voix vînt détourner le regard de celle-ci.

« Enfin terminé ! affirma Trunks, exténué de ces journées entières de travail. Numéro 16, tu peux le ranger. Quant à toi, tu es libre de retourner chez toi, tu nous as assez aidés pour la journée, merci. On mettra le vaisseau en marche demain matin.
- Merci, répondit-il. »

L'imposant personnage qui assistait notre jeune Saïyan n'était autre que le Cyborg Numéro Seize, construit par le Docteur Gero à l'effigie de son propre fils pour éliminer Son Gokû. Celui-ci s'avança et vint déposer sa main droite en dessous de la navette. Il la souleva comme un enfant soulèverait un ballon de football. Puis, s'envola en direction de l'entrepôt de Capsule Corporation, où il y plaça le vaisseau. Il partit ensuite en direction de la forêt où il avait élu domicile, près de la nature et des animaux dont il était devenu le premier défenseur.

Trunks se lava les mains et le visage à la fontaine qui se trouvait à côté, puis s'essuya. Il se retourna en direction de sa mère qui s'était levée et qui se rapprochait de lui. Ses yeux brillaient de mille feux ! Son fils venait de terminer sa propre machine, rendant nostalgique notre chère Bulma.

« Je suis si fière de toi ! avoua-elle à son fils. Ton père aurait été trop orgueilleux pour te le dire, mais il le serait lui aussi. J'ai l'impression de me voir quand j'avais ton âge. Cette navette, elle est bien plus aboutie que celle que ton grand-père avait fabriqué, afin que Son Gokû puisse nous rejoindre, Son Gohan, Kulilin et moi sur Namek.
- Merci, répondit timidement le jeune homme, mais je n'aurais pas pu y arriver sans ton aide, qui m'a été précieuse, tout comme celle de Numéro 16.
- Il est tard, tu ferais mieux d'aller te reposer. Demain, on s'envole pour un long voyage, rappela Bulma. »

Notre héros et sa mère rentrèrent chez eux, afin de récupérer des forces, car demain était une journée des plus chargées.

******************************

Le lendemain, Trunks et sa mère mirent en place les préparatifs pour le décollage. Le Cyborg numéro seize était présent, laissant apparaître un léger sourire. Il s'amusait à caresser avec son imposant index un petit oiseau au plumage bleu, et au bas ventre blanc qui était perché sur son épaule gauche.

Non loin de lui, Bulma, qui tapait sur son clavier tactile à une vitesse astronomique, s'arrêta soudainement puis appuya sur un dernier bouton. Elle se retourna et regarda son fils tout sourire. Elle pencha la tête, et laissa couler une larme, qui vint ruisseler sur sa joue et s'effacer sur le dos de sa main venant l'essuyer. Sa nostalgie l'avait frappée de nouveau, elle se remémorait son voyage passé avec Kulilin et Son Gohan... Elle était revenue dans sa jeunesse, elle repensait à ses moments passés, ces journées entières à travailler sur le vaisseau de Kami-sama que lui fit découvrir Mister Popo, il y a quelques dizaines d’années de cela.

A présent, c'était son fils qui se rendait sur Namek afin de ressusciter leur ami... Elle reprit le dessus sur ses émotions, et alla rejoindre Trunks qui méditait à l'extérieur du hangar.

« Voilà, tout est prêt pour le décollage, affirma-t-elle, essoufflée par tout ce travail acharné. Les essais sont concluants, j'ai rentré les coordonnées que tu as recueilli auprès de Dendé dans le passé, et tout est OK. Nous pourrons partir pour la Nouvelle-Namek dès que tu seras prêt, et que tu auras rassemblé les autres.
- Je serais vite de retour, répondit aussitôt le fils de Végéta. »

Trunks embrassa sa mère sur le front, se mit à courir quelques mètres à l'extérieur de l'habitation, il s'envola dans les cieux, laissant derrière lui une petite rafale de vent qui fit s'agiter les brins d'herbes du jardin de la nouvelle Capsule Corporation.

******************************

Notre héros se dirigeait droit vers le sud, où il y volait à pleine vitesse. Il arriva en quelques minutes à destination, et commença à ralentir au-dessus de l'océan. Il s'arrêta brusquement en plein milieu d'une vaste étendu d'eau. Il baissa la tête et sous ses pieds il pouvait apercevoir une toute petite île, seule au centre de la surface bleue. Il vint se déposer sur le sable fin de la bordure de plage, où venaient s'y mourir des petites vagues. Devant lui se trouvait une maison d'un violet très clair presque rose, et au toit rouge éclatant, entourée de trois magnifiques palmiers et d'un transat couvert par un parasol. Sur la face de l'habitation, on pouvait lire d'un rouge vif « Kame House ».

L'endroit où avait atterri notre héros n'était autre que la Maison de « Kame-Sennin », également connu sous le nom de « Tortue Génial », ou encore « Muten Roshi ». Il vivait à l'écart de tous, sur sa petite terre déserte, accompagné de sa fidèle tortue de mer « Umi Gamé », ainsi que d'Oolong, et de Puerh orphelin de Yamcha. Depuis la disparition des Cyborgs, ils pouvaient à nouveau mener une vie paisible.

Trunks ferma les yeux quelques secondes, juste un instant, juste pour se remémorer les souvenirs passés avec ses amis ici, où il venait prendre du bon temps avec son mentor Son Gohan ainsi que tous les autres. Ses cheveux violets étaient soufflés par la brise du vent. Il inspira passionnément à ses poumons l'odeur matinal de la mer, ainsi que l'air pur qui l'enveloppait. Il rouvrit les yeux après cet égarement, et se dirigea sous le porche qui menait à la porte.

A l'intérieur de « Kame House » on y retrouvait Umi Gamé, Oolong, et Puerh jouant aux cartes dans le salon. A côté d'eux, était déposée sur un petit meuble une grande télévision allumée sur une émission pour femme. Celle-ci proposait un programme de remise en forme, présenté par une magnifique demoiselle en tenue sportive très moulante et sexy. La coach se donnait corps et âme dans son exercice, et réussissait à transmettre l'énergie suffisante pour motiver la gente féminine qui suivait assidument son cours, et qui tentait de reproduire à l’identique la même gestuelle...

Devant le poste se trouvait un vieillard, assis devant le téléviseur. Il était chauve, et possédait une grande barbe blanche. Il portait une paire de lunettes de soleil qui venait cacher son regard fixé devant la télé. Sa bouche était entre ouverte, et l'on pouvait y voir sa bave dégouliner sur son débardeur blanc...

L'ermite se rapprochait petit à petit du téléviseur, jusqu'à l'enlacer dans ses bras. Ses joues venaient se frotter à l'écran. Puis il se stoppa, et pencha la tête en arrière. Il venait de ressentir la présence du Saïyan qui ouvrait la porte.

« Oh mais c'est le petit Trunks. Se réjouissait Umi Gamé.
- Il n'est plus si petit que ça ! Repris Oolong.
- Salut tout le monde, répondit le jeune homme timidement.
- Oh mais c'est le fils de Vegeta ! Quel beau jeune garçon tu es devenu, tu dois avoir un succès fou au près des filles... »

Trunks rougit, et inclina la tête, un peu intimidé par les propos que venait de tenir le vielle ermite. L'ancien Maître de Son Gokû s'approcha du saïyajin l'air cocasse. Il lui fit signe de la main, lui demandant de tendre l'oreille comme pour lui transmettre un secret. Kame-Sennin mit sa main devant sa bouche et murmura à l'orifice du fils de Bulma.

« A propos toi qui a sauvé la Terre, et qui devrait avoir toute la gente féminine à tes pieds. Tu n'aurais pas une ou deux petites amies qui aimeraient aider une vielle personne comme moi à retrouver le sourire... Demanda sérieusement le vieillard. »

Quand soudain il prit un air enjoué, s''imaginant probablement entre les bras d'une de ces femmes. ISes deux mains devant son visage, parallèles et séparées d'une trentaine de centimètre l'une de l'autre. Chacune se rapprochant quelque peu, puis se rétractant lors de chaque prononciation de ces mêmes syllabes « Paf Paf ! Paf Paf ! » permettant de mieux définir le geste et la pensée de l'homme au lunette noire.

« Espèce de vieux pervers, affirma Umi Gamé. »

Kame-Sennin qui était partit en pleine fiction, à l'entente des propos prononcés à son égard, retomba à la dure réalité, son nez pissa violemment du sang et le fit tomber à la renverser. Il se releva instantanément, un coton dans chaque narine pour arrêter l'effusion de celui-ci, et vint se frotter presque tête à tête avec sa Tortue de Mer.

« Tu dis n'importe quoi ! démentie-t-il. »

Le vielle homme tourna le dos à nos amis, les bras derrière lui, il se posta face à la fenêtre qui donnait vu sur l'océan. Kame-Sennin toussa deux fois, la main droite devant sa bouche pour rester polie, mais aussi pour préparer sa mise en scène. Il prit alors un ton à la fois entre le sérieux, et le calme, comme celui d'une personne qui n'a aucune crédibilité mais qui essaie de se justifier jusqu'au bout.

« Quand je parlais de retrouver le sourire, je parlais de quelqu'un qui viendrait me préparer de bon petit plat. »

Il se retourna grand sourire à la lèvre, un rire complètement faux, la main droite grattant son crâne chauve. Le sang dégoulinant de plus en plus de son nez.

Nos héros tombèrent tous à la renverse. A peine relevé que l'un d'entre fit part de sa remarque à ses camarades.

« Vous ne changerez donc jamais, affirma Oolong. »

Trunks esquissa un timide éclat de rire après les mots du polymorphe, entraînant un effet domino de fou rire.

Après ces quelques secondes d'égarement, notre jeune héros expliqua à ses amis la situation. Il leur apprit la fin des travaux du vaisseau spatial. Ainsi que l'embarquement aura lieu ce soir. Kame-Sennin, et les autres étant informer Trunks repartie en direction de la New Capsule Corporation, et s'envola, laissant ses compagnons qu'ils retrouveraient dans la soirée.

Le fils de Végéta était tout sourire, il allait enfin partir pour Namek. Il allait enfin pouvoir revoir son mentor, mais surtout son ami... Son Gohan.

******************************

Au même moment, bien loin dans l'espace, bien loin de la Terre, précisément dans la galaxie du Sud, dirigé par l'un des quatre Kaïo...

L'univers ténébreux dominant les lieux, était pourtant éclairé par les milliards d'étoiles qui peuplent notre cosmos.

Parmi elles, on pouvait apercevoir cinq petites planètes, toutes de couleurs proches à nos yeux. Passant par le bleu azure d'un océan, le vert flamboyant de gigantesque forêt, ou le sable blond des zones de sécheresse ...

Quand une main surgit de ce combat entre la lumière et l'obscurité. Elle était blanche et violette l'union d'un mélange parfait. Elle était composée de cinq doigts qui vinrent se refermer, puis se serrer...
Au bout de quelques secondes, la pression des phalanges fut relâchée, laissant réapparaître la paume, d'où jaillit une petite sphère d'une trentaine de centimètre, entourée d'une poussière de fée d'un jaune éclatant. La boule lévitait au-dessus de la poigne, quand elle se mit soudain à se déplacer droit devant elle, jusqu'à ce qu'on la perde de vue.

Là où elle se dirigeait, se trouvait une planète nommée « Sit ». Elle avait pour caractéristique d'être habité par toute une race de soldats dont la puissance était bien supérieure au guerrier lambda Saïyajin de la planète Vegeta, ou bien ceux des Nameksejin, en écartant Piccolo et Naïl...

Ce monde était deux fois plus petit que la Terre et ses habitants, bien moins nombreux, ils y vivaient en parfaite harmonie, mais souffraient d'une grande sécheresse, le globe étant complètement irradié par les rayons et la chaleur d'une étoile bien plus imposante que notre soleil.

Quand, instantanément, la planète implosa, une énorme vague de flamme vint s'installer dans le paysage, devenu chaotique, s’accompagnant d’un bruit de ssouffle assourdissant, qui se propagea dans le silence général de l'espace...

Des fragments de roche vinrent se projeter vers notre inconnu, qui était à l'origine de l'extermination de tout un peuple. Celui-ci resta immobile face à son acte effroyable, car après tout, tout ceci était volontaire.

Cet être à priori sans c½ur possédait une queue blanche, se terminant par une pointe violette et tranchante comme une lame tatouée d'écriture d'une langue inconnue. Plus haut, entre ses omoplates, se trouvait un aileron ressemblant à ceux des requins de notre Terre. Sur son crâne chauve avaient poussé deux longues cornes noires sur les côtés et une retroussée en avant, plus petite, comme un tricératops, mais plantée sur son front. Ses lèvres bordeaux et noires pétillantes donnaient une impression de malfaisance. Il avait l'½il gauche noir, et son opposé était rouge. Le côté droit était entaillé par une cicatrice, et dessus était crypté d'autres lettres, ou mots, d’un alphabet inconnu...

Son corps était recouvert de ces symboles, même sur son armure qu'il portait sur lui. Ses jambes fines et robustes se finissaient par trois doigts posés sur le dessus d'un vaisseau, celui d'un être sanguinaire.

Le brasier qui sortit de l'explosion, désintégra tous les fragments de la planète ayant été propulsé loin de l'impact. Pourtant la flamme continua d'avancer et ensevelit la créature et son engin.

Au bout de quelques instants le feu se dissipa, laissant place à un nuage de fumé noirâtre. La brume s'évapora enfin et l'on commençait à y voir plus clair...

Jusqu'à ce qu'une ombre se manifesta dans la buée, laquelle n'était autre que la silhouette de notre inconnu et de son vaisseau intact après la péripétie. La créature n'avait toujours pas fait un sombre geste, mais était enveloppée son navire et elle, d'un bouclier de protection d'un violet transparent, qui grésillait quelque peu, jusqu’à s'arrêter pour de bon.

Notre guerrier regagna l'intérieur de son vaisseau, en silence, mais certainement pas celui du repenti.

A l'intérieur du complexe spatial, très peu de boutons et autres gadgets, pour une navigation pratique et simple. Seul un interphone, pour pouvoir communiquer avec l'ordinateur. Notre inconnu ouvrit la bouche et se mit à s’exprimer avec une voix forte et sadique ...

« Quelle est notre prochaine destination ? Demanda-t-il.
- La Terre ! Informa la voix robotique.
- Parfait, jubila la créature, j'espère qu'il y aura plus de spectacle. »

Les réacteurs de l'engin se mirent alors en marche, et propulsèrent le vaisseau à la vitesse de la lumière bien loin de sa position actuelle, laissant derrière lui un vide dans l'espace, entouré des quatre planètes restantes ...

******************************

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Édito


Petite présentation de ma Fiction. Celle-ci va traiter sur la suite des aventures de Miraï Trunks, depuis plus de 10 ans j'ai commencé cette fiction qui tente le plus possible de s'instaurer dans une time ligne avec celle du manga (avant tout).
C'est ce qui m'a poussé à la sortir juste avant l'arriver de l'arc Miraï Trunks dans Dragon Ball Super !

Quand je l'ai commencé tout ceci n'existait pas encore, que ce soit les dieux de la destruction ou plusieurs anecdocte que l'auteur avait distilé un peu partout !! Bien évidement j'ai fait des arrangement pour qu'elle reste en cohésion, même si l'arrivé du nouvelle arc animé ne m'a pas aidé.
Ici tout simplement je vais m'intéresser à Trunks du Futur mais aussi pas mal au peuple Namek, et à la création même des Dragon Balls (Bon avec DBS c'est expliquer à la va vite, mais du coup j'en avais fait ma propre vision).
Assez blablaté je vous laisse lire, j'attends vos commentaires, vos critiques positifs, ou négatifs avec attention afin de pouvoir m'améliorer petit à petit !

Ps : Je suis à la recherche de personne pouvant dessiner quelques croquis, ou juste des passages de ma fiction, où des personnages. Histoire de l'illustrer un petit peu !! :) Merci de me contacter si cela vous intéresse

 

Archives

Catégories