Play With Greg GS

Play With Greg GS

Par Gregory Saison Blog créé le 16/10/15 Mis à jour le 22/08/16 à 21h45

"Ce qui revient souvent chez le geek, c'est que sa vie ne lui convient pas. Mais dites-moi, pourquoi se tourmenterait-il ? Il joue, visionne et lit avant de manger a sa faim et de se coucher. C'est simpliste ! Mais cette simplicité est ... sublime. - Avis aux connaisseurs

Ajouter aux favoris
  
Signaler
(Jeu vidéo)

À l'heure actuelle et en prenant en considération les ventes du titre, difficile de ne pas considérer Rocket League comme l'un des jeux les plus appréciés de cette année 2015. Vendu à des millions d'exemplaires a travers le monde, Rocket League présente un concept simple. À l'aide de votre voiture, vous tentez de propulser un ballon géant dans le but de l'adversaire plus souvent que ce dernier. Amenant des touches de gameplay simple tel que le saut ou le boost, ces ajouts confèrent une touche de fun non-négligeable au titre. Les parties s'enchaînent encore et encore, à tel point qu'on en vient à la conclusion de se demander : qu'est-ce que les autres jeux pourraient tirer comme enseignements de la réussite de Rocket League ?


Ici et là, on entend que Rocket League, et j'ai d'ailleurs moi-même cette impression, est sorti de nulle part sans la moindre annonce de la part de ses développeurs. Très peu connu hier, il est devenu par la suite très connu jusqu'à être un des jeux les plus communautaires aujourd'hui. Mais le jeu ne sort finalement pas de nulles parts ! BulletStorm ou encore le très populaire Gears of Wars sont des titres qui ont été réalisés par les mêmes personnes qui ont sorti Rocket League il y a quelques mois. Mais le jeu ne sort finalement pas de nulles parts ! Au contraire, le studio Psyonix est un studio confirmé qui ne fait que peu de bruit, mais qui possède une histoire remplie de titre abouti. Pour réussir à réaliser des titres ayant toutes les idées parfaites pour rendre ce dernier excellent en terme de divertissement, il faut la plupart du temps posséder une expérience enrichie de succès, mais également d'erreur. Peu sont ceux qui ont finalement réussi à sortir des succès dès leur premier essai.

Mais l'une des recettes les plus ingénieuses de ce jeu sans prétention qu'est Rocket League n'est nulle autre que son concept des plus simplistes. Dans un esprit parfaitement logique, plus vous offrez aux joueurs de possibilités en matière de gameplay, plus grandes sont les chances de voir toutes ces possibilités ne pas se marier correctement dans la globalité. Rocket League a choisi l'idée de se concentrer sur un nombre restreint de système de jeu. Le saut aurait pu être mal équilibré ou la physique de balle mal retranscrite, mais ce parti-pris a permis aux développeurs de travailler au mieux sur ces différents points afin d'en faire la force de leur titre. Les petits gars de Psyonix avaient d'ailleurs déjà réalisé un titre presque pré-quel a son Rocket League d'aujourd'hui. Ce dernier avait été tout de même sacrément critiqué de façon négative. Les développeurs auraient pu abandonner l'idée, mais ils ont préféré reprendre les bases de leur jeu et travaillé à nouveau dessus.

Simplicité de gameplay ne veut pas forcément signifier simple à prendre en main et à maîtriser. L'idée d'un jeu vidéo revient presque a une recette de cuisine. Vous aurez beau utiliser les meilleurs produits tels que le foie gras, si vous ne le cuisinez pas correctement cela peut finir en catastrophe. Rocket League, lui, a plutôt choisi des chips ou du jambon blanc, mais a su embellir ces aliments pour offrir un résultat final qui ravit les plus grands gourmets de la planète.

De plus, Rocket League apparaît à une époque du jeu vidéo ou l'aspect communautaire et l'envie d'affronter des joueurs du monde entier se trouve être à son paroxysme. Si Psyonix n'a pas forcément réalisé de publicité à grande échelle a la sortie de son jeu, cela aurait pu lui coûter très cher et se révélait être un échec total il y a dix ans. Heureusement pour eux, leur jeu basé sur le partage de moment de fun avec les personnes du monde entier leur a permis d'obtenir un soutien et une visibilité par le biais des streamings sur les plateformes mondialement connues que sont Youtube et Twitch. Cela est d'ailleurs une possible raison de l'échec du prequel sorti à l'époque de la Playstation 3. Ce genre de phénomène de publicité par les joueurs se fait de plus en plus fréquent, mais par encore a l'échelle que fut Rocket League. C'est pour moi un concept à creuser pour les petits développeurs en manque de moyens par rapport aux grosses entreprises.

Pour finir, l'un des aspects les plus frustrants quand vous découvrez un jeu et que vous encouragez votre entourage à vous rejoindre, réside dans le fait que ces derniers seront la plupart du temps désavantagés par le biais d'expériences engrangées ou d'équipement acheter par vous-même, rendant les confrontations sans réel intérêt avant un long moment. Rocket League a choisi lui de ne pas offrir de perspective d'évolution et de garder donc tous les joueurs au même niveau durant la totalité de leur phase de jeu. Que vous ayez des centaines d'heures à votre actif ou seulement une petite dizaine, vous partirez à égalité face à votre adversaire au coup d'envoi.

Rocket League est loin d'être une expérience de la part des développeurs. Il est un travail long de plusieurs années et de nombreuses erreurs. D'apparence simpliste, il repose finalement sur un gameplay maitrisé que de nombreux titres ont tenté de réaliser sans succès. Nul doute que dans les années à venir, le titre de Psyonix sera pris comme exemple sur différents points pour l'élaboration de jeu vidéo a la recherche d'un aboutissement aussi excellent qu'a pu l'être ce Rocket League.

Voir aussi

Jeux : 
Rocket League
Plateformes : 
PC, PS4
Ajouter à mes favoris Commenter (10)

Commentaires

Thera
Signaler
Thera
Il n'y pas tant que ça de Rage Quit... Je n'en vois pas beaucoup (je joue tout le temps en classé 2vs2 ou 3vs3). J'ai eu trèèèèèès peu de match en infériorité numérique. C'est sûr que le 1vs2 ça fait mal...
Sinon, pour moi, c'est définitivement le fait que ça ne soit pas un Play2Win qui fait que je continue.
Cthulhu
Signaler
Cthulhu
il manque plus qu'a ce jeu une variété dans les mode et les arènes. Son défaut qui le rend parfois répétitif selon moi est qu'au fil des parties, tu change juste de skin et pas d environnement. Je demande pas que le jeux devienne Mario kart mais parfois on est obligé de faire un break et revenir pour mieux l’apprécier. A oui et ils peuvent pas mettre une ambiance musicale fixe dans les parties ? C est dommage d avoir la musique uniquement lors des buts :/ . Après je fait confiance a l'équipe de dev qui le met souvent à jour ^^
F.ben34
Signaler
F.ben34
Je n'aime pas non plus que les adversaires quittent la partie parce que ça commence mal pour eux. J'avais fais une vidéo pour prouver qu'il se sert à rien de rager sur Rocket League car tout est possible. Je montre un match ou la partie commence très très mal pour moi, mais finalement en ce concentrant un peu, on finit par renverser la situation.
Guntherinho Jr
Signaler
Guntherinho Jr
le ragequit fait parti du gameplay pour moi, jle vois pas comme un mongol qui rage, mais comme un gars qui declare forfait, vu que c'est une option du jeux d'abandonner.
mercobenz13
Signaler
mercobenz13

 

Ca se voit. Rocket League est un des jeux les plus sains de ces dernières années question communauté. Les boulets et autres emmerdeurs sont plutôt rares au contraire.

Les plus sain? niveau insulte, respect et tout peut être, mais niveau ragequit, par exemple j'ai beau ne pas avoir joué à énormément de jeux différent en ligne mais j'ai plus de 2 000 heures de jeu cumulé sur les différent killzone en ligne, et déjà que je me plain des ragequit là bas, ça n'a rien de comparable avec rocket league. A moins de jouer avec des gens qu'on connait, c'est quasi impossible de faire plusieurs parties d'affilés avec les mêmes joueurs, histoire d'avoir des revanches en cas de défaite, car comme je le disais avant dès que tu commence à perdre avec 2 buts d'écart tu peux être sur qu'au moins une personne va quitter. Heureusement c'est moins handicapant qu'un killzone puisque là t'a les bots qui t'évitent de casser le rythme, mais quand t'a des mecs qui viennent et partent en boucle parce que le score ne leur plait pas, et qu'en plus le bot explose pile au moment où il allait arrêter un tir, moi perso cette attitude m'exaspère...

A.Z.N.Humboldt
Signaler
A.Z.N.Humboldt

Entièrement d'accord avec gauffreman, je ne joue pas à énormément de jeux en ligne mais je n'ai jamais vu un jeu avec autan de ragequit. Dès qu'une équipe perd 2-0 tu peux être sur que 9 fois sur 10 il y en a un qui se barre dès le deuxième but. C'est une attitude que je conhie d'une force....
 

 

Ca se voit. Rocket League est un des jeux les plus sains de ces dernières années question communauté. Les boulets et autres emmerdeurs sont plutôt rares au contraire.

mercobenz13
Signaler
mercobenz13
Entièrement d'accord avec gauffreman, je ne joue pas à énormément de jeux en ligne mais je n'ai jamais vu un jeu avec autan de ragequit. Dès qu'une équipe perd 2-0 tu peux être sur que 9 fois sur 10 il y en a un qui se barre dès le deuxième but. C'est une attitude que je conhie d'une force....

Après il y a un élément qui est loin d'être étranger dans le succès de ce jeu et qui n'a pas été mentionné ici, c'est le fait que cet été il ai été gratuit sur le psn+. Sans ça il n'aurait certainement pas eu le succès qu'il a aujourd'hui, ne serait-ce que par le bouche à oreille qui a eu lieu vraiment pendant cette période.
psykomatik
Signaler
psykomatik
Qu'est-ce que c'est mal écrit, d'un point de vue syntaxique et orthographique... comment un tel article a pu passer en home ? Incompréhensible. De plus, je m'attendais à trouver une analyse de fond sur le phénomène, mais cet "article" ne comporte rien que je ne sache déjà.

Dommage.
gauffreman
Signaler
gauffreman
J'étais un grand fan de supersonic acrobatic rocket powered battle cars, donc forcément j'attendais Rocket League comme un fou. Même s'ils ont fait quelques ajustement et amélioration sur le gameplay, avec le recul je suis vraiment déçu par ce jeu et pour plusieurs raisons.

-De un: Où est passé le contenu du jeu? Ou sont tous les défis de SARPBC? D'une ça apportait un contenu solo plutôt sympas, mais surtout ça formait les joueurs bien plus efficacement que le tutoriel de Rocket League.

-De deux: Où est passé l'originalité des arènes de jeux? Sur SARPBC, chaque arène possédait une forme unique, donc une tactique de jeu propre à chacune... Dans Rocket League, ce sont toutes les mêmes...Rébarbatif...

-Et de trois: La communauté! Je suis content que Psyonyx est eu un succès commercial, mais je trouve la communauté de Rocket League vraiment dégueulasse en comparaison du précédent. Dans SARPBC les gens jouait avant tout pour s'amuser, et ça pouvait aussi amener à faire de la compétition, mais l'ambiance était toujours au top, les joueurs restaient jusqu'à la fin des match, qu'ils perdent ou gagnent, et le tchat audio tournait à gogo, le nombre de soirée rigolade que j'ai pu avoir avec des amis ou de totales inconnus... Mes meilleurs souvenir de jeu multi sont clairement sur ce jeu! (et y en a un paquet!)
Sur Rocket League, rien à voir... le ragequit est OMNIPRESENT à chaque match, gonflant! Le tchat audio n'est jamais actif et surtout, le nombre de mec à l'égo surdimensionné qui n'hésite pas à rabaisser leur cooéquipiés via le tchat textuel est infect... Et le côté jovial n'existe plus qu'en jouant en mode canapé en multi avec ses potes...

Bref, c'était ma plus grosse attente 2015, et au final ça a été ma plus grosse douche froide de cette année... Pour moi il fait tout moins bien que son prédecesseur, à l'exception de ses ventes (merci le PS+).
Donc non, c'est pas forcément un exemple à suivre... Le précédent jeu lui par contre l'était.
chefhalo
Signaler
chefhalo
Je ne voit pas l'utilité de cet article, qui en plus est assez mal écrit. On ne va pas au bout de certaines phrase et d'autre n'ont pas de sens ... Rocket League est bel et bien sortis de nul part d'un point de vue annonce/marketing. Pas d'un point de vue technique en revanche et ca ce serais bien de la souligné mieux que ca plutôt que de le sous-entendre sans aller au bout de la réflexion. Je suis d'accord sur le fait que c'est un pur succès, malgré le fait qu'il manques quelques fonctionnalité purement pratique, et que le matchmaking soit totalement raté ...

Édito

 

Archives