KojiSonic

KojiSonic

Par koji Sonic Blog créé le 20/04/15 Mis à jour le 04/04/16 à 23h43

Jeux vidéo et pop culture passés sous la loupe du seul franco-japonais-portugais de France.
Du fond, des analyse et des vannes.
Conker et Trevor Phillips sont mes potes, Glados ma voix intérieure.
Epicuriens intrépides du monde vidéo-ludique, bienvenue sur Koji Sonic Blog!
Twitter: @Kojigantesque

Ajouter aux favoris
     
Signaler
Games (Jeu vidéo)

Alors que MGS V: The Phantom Pain se rapproche et que Kojima s'éloigne de Konami, revenons sur les personnages cultes de la saga: Snake et Big Boss. Ils figurent parmis les héros les plus charismatiques du jeu vidéo, retour sur la création de ces personnages et de leurs origines cinématographiques.

 
New York 1997 : Snake Plissken 

Sorti en 1981, New York 1997 est un film de science fiction réalisé par John Carpenter dans lequel Manhattan est transformé en prison géante. Un ancien soldat légendaire, Snake Plissken intepreté par Kurt Russel a pour mission de sauver le président des Etats-unis après le crash de Air force One au coeur de Manhattan (Une séquence qui annonce presque les attentats du 11 septembre). Petite anecdote, le responsable des effets spéciaux de New York 1997 n'est autre que James Cameron

Le personnage de Snake Plissken a évidemment fortement influencé Hidéo Kojima lors de la création du personnage de Snake et Big Boss , et oui Big Boss descend en quelques sorte de Kurt Russel. Voyons cela plus en détails.

 

Le Physique 

La ressemblance physique avec Snake et Big Boss n'est pas hyper évidente dans Metal Gear Solid  mais devient de plus en plus frappante à partir de Metal Gear Solid 2: Sons of Liberty. Les héros partagent alors les mêmes traits et le même style. Cette inspiration sera de plus en plus assumée par Kojima avec le temps. Dans MGS 2, Snake prend par exemple le pseudonyme d'Iroquois Pliskin en référence au héro de New York 1997. Dans MGS V la ressemblance, avec la barbe, le cache-oeil et la coupe de cheveux est encore plus visible. 

De plus une référence à la suite de New York 1977 a été insérée dans l'un des sublimes trailers de MGS V. A la fin de l'un de ces derniers on peut voir Big Boss portant un blouson en cuir et fumant le cigare sur une grosse cylindrée. Ce plan rappelle beaucoup l'affiche de Los Angeles 2013. Le côté apocalyptique de l'affiche est aussi repris. La fumé de cigare, le ciel sombre et tenebreux ainsi que la "corne" insérée dans le haut du front droit de Big Boss soulignent cet aspect. Big Boss et Snake Plissken portent aussi les mêmes gants. De plus en juxtaposant cette scène avec celle du film, on voit que la lumière et que les couleurs utilisées sont similaires.

 

Je pense que les visuels se passent de commentaire.


L'histoire et la psychologie des personnages

On note clairement un coté double, manichéen ou ying et yang sur le traitement physique et psychologique des 2 personnages. Snake Plissken est un "gentil-méchant". C'est un ancien soldat, futur tolard, manipulé par l'armée pour fair le sale boulot. Ce caractère et cette histoire se retrouve dans Snake et Big Boss. New York 1997 a donc aussi influencé l'histoire et l'évolution des personnages tout au long de la saga Metal Gear.

Big Boss a en lui aussi un bon et un mauvais coté, une part d'ombres, représentés par divers éléments. Dans Metal Gear Solid V: The phantom pain, Le bandeau sur l'oeil et la "corne" lui donnent un aspect maléfique, son bras mécanique rouge aussi, un peu comme ci ce bras été devenu celui du diable. Ce coté bipolaire de Big Boss est d'ailleurs mis en avant à travers la réalisation dans le trailers présentant Quiet, que je vous invite à regarder avec attention.

Notez le mouvement constant de la caméra et comment celle-ci se place. Lorsque que Big boss est "gentil ou bon" on voit systématiquement son "bon" profil sans cache oeil et lorsqu'il est "méchant ou plus dur" on voit son "mauvais" profil avec cache-oeil. 

 

De New York 1997 à Metal Gear Solid

Lorsque j'ai regardé New York 1997, je me suis rendu compte que ce film n'a pas simplement inspiré le physique et la personnalité des personnages, mais aussi une partie de la structure et des mécaniques de gameplay de Metal Gear Solid.

En effet les debuts des missions de Snake Plissken dans le film et de celle Snake dans le jeu présentent un parallèle remarquable, qui s'exprime à travers un sens de l'action contraire ou miroir. Je m'explique:

Snake Plissken arrive à Manhattan en pilotant une planeur furtif, Snake lui est au commande d'un sous marin furtif. Les 2 héros sont alors en communication avec leurs colonels respectifs qui leur donnent des instructions et conseils. Ainsi l'un arrive par la mer, l'autre par le ciel, voilà l'action contraire dont je parle, ou plutôt miroir. De plus le plan serré sur le visage de Snake aux commandes de son sous marin est très proche de celui de Snake Plissken aux commandes de son planeur. Une lumière verte domine la scène dans les deux cas. Dans Metal Gear Solid la lumière alterne entre vert et rouge.

Autre parallèle amusant, le premier objectif des deux Snake est d'atteindre l'ascenseur. Encore une fois effet miroir, l'un le prend pour descendre, l'autre pour monter. Cette scène de l'ascenseur nous a, à tous, donnée des frissons et est devenue culte.

En dehors du parallèle sur l'aspect formel des deux débuts de mission. On retrouve aussi des éléments qui ont pu inspirer certains points du gameplay de Metal Gear Solid.

Dans New York 1997 Snake Plissken utilise constamment une radio afin d'être en contact avec le colonel et d'avoir des infos sur sa mission. Concept que l'on retrouve évidemment dans Metal Gear et qui contribue au charme de la série. 

Dans Metal Gear Solid Ground Zero, Big Boss utilise un "Idroid" qui rappelle lui aussi un peu la radio et le radar de Snake Plissken.

 Le radar justement est un élément clé du gameplay de Metal Gear Solid. Or Snake Plissken se sert justement tout au long du film d'un radar afin de repérer la position de sa cible.

On notera enfin la fameuse cigarette présente dans Metal Gear Solid et dans tous les autres épisodes de la série. Cette dernière est bien évidemment présente dans New York 1997 pour donner un coté un peu plus badass et cowboy au personnage de Snake Plissken.

New York 1997 et sa suite ont donc indéniablement influencé l'oeuvre d'Hideo Kojima, qui ne cesse encore aujourd'hui de faire des références et des clins d'oeil à l'oeuvre de John Carpenter. Merci donc à la saga New York 1997 d'avoir aidé Hideo Kojima à nous offrir l'un des personnage les plus cool et charismatique du monde du jeu vidéo. 

Ajouter à mes favoris Commenter (15)

Commentaires

koji Sonic
Signaler
koji Sonic
@TheAirRaidSiren :)
TheAirRaidSiren
Signaler
TheAirRaidSiren
Ton article tombe au moment ou je me suis revu Le film. Je connaissais l’origine de MGS mais je m'en suis encore plus rendu compte en revoyant ce chef d’œuvre du cinéma.
Monarch
Signaler
Monarch
Oui ça vient de terminator ^^
Image IPB
koji Sonic
Signaler
koji Sonic
@Monarch merci. Effectivement j'y ai pensé en l'écrivant mais j'étais déjà très avancé. D'ailleurs la pochette de ces mgs reprends carrément l'affiche d'un film dont j'ai oublié le nom
Monarch
Signaler
Monarch
Très bon article que j'ai dévoré, mais si je peux me permettre, je trouve que cela aurait été plus pertinent de parlé également des deux premier Metal Gear de la MSX qui s'inspire tout deux très fortement des films de Carpenter! Mais ça reste très agréable à lire :-)
lui
Signaler
lui
Elle était bien l'émission de papa, 24 fps !
koji Sonic
Signaler
koji Sonic
@TheDriver Thanks!
The Driver
Signaler
The Driver
Par ailleurs, super article... J'ai vraiment apprécié de le lire!
The Driver
Signaler
The Driver
DemaH: C'est de la grosse inspiration. Kojima ne l'a d'ailleurs jamais caché...

C'est pareil pour Nathan Drake par exemple. Un personnage grossièrement inspiré d'Indiana Jones et John McClane. Pourtant c'est devenu un personnage culte du JV, tout comme Snake...
koji Sonic
Signaler
koji Sonic
Et merci à tous pour vos commentaires en tout cas, ça m'encourage à continuer! :)
koji Sonic
Signaler
koji Sonic
Effectivement pour Lee van cleef! Je ne savais pas. :) Pour le pseudo dans MGS 2 je l'ai bien mentionné dans mon article :P : "Dans MGS 2, Snake prend par exemple le pseudonyme d'Iroquois Pliskin en référence au héro de New York 1997"
DemaH
Signaler
DemaH
Au final, Hideo Kojima n'a pas inventé grand chose.
StephaneLink
Signaler
StephaneLink
Autre clin d'œil : l'acteur Lee Van Cleef, qui a inspiré Ocelot, est le "Colonel" de Snake dans New York 1997 :)

J'ai découvert le film récemment et j'ai aussi vraiment été frappé de la ressemblance entre ce dernier et la série MGS!
makiayoyo
Signaler
makiayoyo
Du bon gros film culte !!!
"Plus les choses changent, plus elles restent les même ... "
ASHdata
Signaler
ASHdata
Ca m'a interpellé y a quelque jour quand je me suis décidé à regarder encore une fois New York 1997 ;)

Édito

De l'actu de l'analyse et des vannes, violentes comme Hotline miami, tendres comme Shenmue, réfléchies comme Portal. Un Blog aussi légendaire que la Dreamcast (RIP). Epicuriens intrépides du monde vidéo-ludique, bienvenue sur Koji Sonic Blog

Twitter: @Kojigantesque

Archives

Catégories

Favoris