1. Jeux Vidéo Gameblog
  2. >
  3. Tests de jeux vidéo
  4. >
    Test de Maskmaker (PlayStation VR, HTC Vive)

TEST de Maskmaker (PC VR et PS VR) : La France a d'incroyables talents

Par VRSinge - publié le
×
vidéo : Maskmaker | Announcement Trailer
vidéo : MaskmakerVR | The World of Maskmaker Trailer | MWM Interactive

Après nous avoir conté l'histoire d'un marin et de son phare dans le magnifique A Fisherman's Tale, le studio français Innerspace revient avec son nouveau jeu en réalité virtuelle sur PC et PlayStation VR, Maskmaker, qui se veut plus vaste et plus long que son prédécesseur. Mettez votre « masque » VR et laissez-vous emporter par ce test.

Maskmaker débute dans une ruelle. Alors que nous sommes invités à nous déplacer, nous atteignons rapidement une boutique dans laquelle deux personnes semblent se disputer : deux créateurs de masques, un maitre et son apprenti, dont on suivra l'histoire par bribes. Le personnage qu'on incarne demeure inconnu et pourtant, après la résolution d'une petite énigme, nous découvrons un passage secret menant à un atelier de masques magiques...

Ssssssplendide

La ruelle, la boutique et l'atelier nous prouvent immédiatement le talent artistique de Innerspace, une patte graphique qu'on retrouve bien sûr dans A Fisherman's Tale, mais qui cette fois s'étend sur des environnements bien plus vastes. Car oui, le jeu ne se déroule pas uniquement dans l'atelier de masques bien au contraire. Chaque masque, que le joueur a la tache de fabriquer, transporte celui-ci dans un autre monde en prenant la place d'un des nombreux « gardiens des masques ». Avec un marteau et un burin, on façonne un bloc de bois pour créer la forme principale, on utilise les bacs de peinture pour lui donner une couleur, on accroche divers matériaux çà et là et c'est parti ! En plaçant le masque devant le visage, on est immédiatement transportés ailleurs et le simple fait de retirer celui-ci nous fait revenir instantanément dans l'atelier.

Cependant, bien que nous soyons libres au niveau de la création du masque, seuls certains modèles prédéfinis (une trentaine) sont connectés à des gardiens. Il faut alors les découvrir, pour cela nous sommes équipés d'une longue-vue permettant de voir au loin les gardiens qu'on peut incarner. Après avoir « scanné » leur visage, il est possible de créer le dit-masque, à condition d'être en possession des matériaux nécessaires. La progression est plutôt non-linéaire puisque parfois, un ingrédient manquant nous oblige à changer de « biome » pour partir à sa recherche. Les matériaux sont au nombre de 4 par biome pour un total de 24. Un peu de math ne fait pas de mal et vous saurez ainsi combien de biomes sont à parcourir dans Maskmaker. Même ce test vous propose de petites énigmes, c'est dire ! D'une forêt rappelant fortement l'âge de la passerelle de bois dans Myst, jusqu'au désert de sable et ses huttes de charmeurs de serpents, l'aventure nous fait voyager tout en proposant son petit lot d'énigmes.

Tchik Tchiki Boom

Bon, en réalité, notre progression est sans cesse bloquée par des ponts cassés, des précipices et autres éboulements, nous obligeant à utiliser chaque gardien au loin, en confectionnant leur masque. Parfois, il est nécessaire de déplacer l'un d'entre eux, sur une sorte d'ascenseur par exemple, afin de le faire descendre avec la manivelle actionnable par un autre gardien. Vous voyez le principe. D'autres fois, il s'agit de transmettre un objet clé de l'un à l'autre via un système de paniers. Dans l'ensemble, les énigmes ne sont pas bien compliquées mais nécessitent tout de même un petit peu de réflexion et d'agilité, notamment lorsqu'il faut jongler entre les divers masques en notre possession pour agir suffisamment rapidement. D'ailleurs, si au départ il est nécessaire de retourner à l'atelier pour changer de masque, il est possible d'en changer sans avoir à quitter le biome à partir d'un certain point de notre quête.

Outre les matériaux nécessaires à la confection des masques, il est possible de trouver divers objets de collection liés à l'histoire qui nous est contée. Petite parenthèse, l'histoire nous est par ailleurs racontée en langue française, nous permettant ainsi de nous immerger sans être pollués par des sous-titres. En plus de tout ça, des statues disséminées dans l'environnement doivent être découvertes et nous sommes alors invités à reproduire la pose de celle-ci afin de débloquer l'accès à une tour gigantesque et mystérieuse...

Nous portons tous un masque

En ce qui concerne les déplacements, tout est paramétrable. On peut se mouvoir librement avec le contrôleur gauche et se téléporter avec le droit. La rotation angulaire ou totale sont possibles bien que cette dernière soit un peu lente, même en choisissant la vitesse maximale. Pour éviter les incommodations liées au motion sickness, les vignettes de protection sont présentes mais tout à fait désactivables et on peut choisir de se déplacer en direction du regard ou de la manette de son choix, donnant alors la liberté de regarder autour de soi tout en gardant le cap.

Maskmaker est une très belle oeuvre. Comptez 4 à 5 heures pour en voir le bout, en ayant plus ou moins récupéré tous les éléments de collection. Pour en revenir à la création des masques, celle-ci s'étoffe bien entendu au fil de l'histoire, donnant ensuite la possibilité de varier les couleurs grâce à deux pinceaux. L'aventure est entrecoupée de petites séquences narratives jusqu'au dénouement final, révélant l'identité du maitre des masques, tandis que le joueur que nous sommes fini par lui aussi enlever son « masque » de réalité virtuelle après avoir vécu une quête immersive et originale.

Test effectué sur PC avec une carte graphique GeForce GTX 1080 (graphismes en ultra) et un casque HTC Vive Cosmos Elite.

PS VR
HTC Vive
Indispensable Gameblog
Bon
7
Maskmaker est le nouveau jeu en réalité virtuelle du studio français Innerspace après le très réussi A Fisherman's Tale. Il conte l'histoire d'un apprenti créateur de masques magiques et de son maitre, tandis que le joueur s'infiltre dans leur atelier secret. On doit alors créer les masques et les placer sur notre visage pour se voir propulsés dans le corps d'un gardien, arpentant les divers environnements tout en résolvant des énigmes relativement simples. D'une durée de vie convenable pour un titre de ce calibre (4 à 5 heures), Maskmaker est surtout une oeuvre artistique de qualité, autant visuellement qu'au niveau de la bande son, avec un doublage intégral en français. On regrette cependant que les énigmes ne soient pas plus complexes, tout est plutôt trop facile et convenu, même lorsqu'il s'agit de faire interagir les gardiens entre eux pour progresser ; tandis que des zones secrètes auraient été bienvenues notamment par la création de masques bien planqués par exemple... Ceci dit, Maskmaker reste un conte magique et immersif plus que correct à faire au moins une fois dans notre vie de masqués.
par
+ On aime
  • Un concept beau et innovant
  • Un joli conte avec un final intéressant
  • La confection des masques
  • Changer de corps en un instant
  • Entièrement doublé en français
  • Durée de vie convenable
- On n'aime pas
  • Des énigmes (beaucoup) trop simples
  • La rotation libre est trop lente
  • Ça manque de secrets cachés
Donnez votre note
note
--

Ce jeu n'a pas encore été noté

Ma collection sur
HTC Vive
Je l'ai 0
J'y joue 0
Je le vends 0
Je le cherche 0
Vos tests
Pas de test de lecteur pour ce jeu.
Soyez le premier à en rédiger un !

Galerie photo Maskmaker - 9 images (cliquez pour zoomer)

La rédaction vous recommande