>
>
Test de The Friends of Ringo Ishikawa (Nintendo Switch, PC)

TEST de The Friends of Ringo Ishikawa : I'll be there furyo

Par Julien Inverno - publié le
×

Parmi les nombreuses productions indépendantes qui passent bien trop souvent sous le radar, The Friends of Ringo Ishikawa devrait retenir l'attention, à l'occasion de sa sortie sur Switch, de quiconque ayant un rapport particulier avec le Japon du quotidien, avec ses figures classiques telle que la brute du lycée et sa bande. En plus du contexte, il y a un style visuel rétro, sorte d'évolution élégante dans l'aspect comme dans l'esprit, de Kunio-kun. "Un beat'em all existentiel dans un monde ouvert" peut-on lire dans la description du jeu sur Steam, disponible d'abord sur PC. Tout un programme.   

Un programme qui dans ce titre est laissé au bon vouloir du joueur, élément troublant mais à la fois rafraîchissant à une époque où l'injonction à faire mille et une choses pour doper la densité d'un titre est commune. Ainsi, sans qu'on sache vraiment quel en sera le débouché, on étudie et on se rend en cours régulièrement, du moins, quand les bastons ne nous renvoient pas manger nos dents à la maison. Et puis entre ça, on traîne, on clope, les mains dans les poches et le regard défiant, dans les rues et les champs de cette anonyme ville japonaise, assez grande pour accueillir un lycée donc, mais aussi un resto, une supérette, une salle de boxe ou encore un bar avec billard et Jukebox.  Pourtant, à la manière d'une vie réelle dans ce genre d'endroit, quand tout tourne finalement autour du conflit, de la violence, le temps est long et on finit par ne rien trouver de consistant à faire, si ce n'est passer le temps, dans ces lieux qui se ressemblent. 

Racaille Blues

Ce sentiment, The Friends of Ringo Ishikawa le retranscrit bien, ce qui rend difficile d'établir un jugement au couperet, noté, à son propos. En effet, en termes de mécanismes et de profondeur de jeu, rien de bien palpitant et même parfois un manque d'ergonomie qu'on impute à son statut de petit jeu. Un compliment dès lors qu'on réalise le soin apporté aux décors, aux musiques, à l'ambiance. Car ce qui fait tout le sel de ce titre développé par le Russe yeo, c'est le sentiment à la fois mélancolique, tranquille (d'ennui pourra-t-on dire souvent) qui nous y ramène invariablement pour de petites sessions, quelque part entre le manga Young GTO, le film Kid's Return et surtout Racaille Blues, autre manga de Masanori Morita celui-ci, dans lequel il est aussi question de bagarre et d'amitié. Un vrai jeu d'auteur en somme pour lequel on peut lister de nombreux défauts mais qui pourraient tout aussi bien s'effacer, paraître mineurs, pour peu que vous soyez pris dans l'atmosphère de ce jeu singulier.

Switch
PC
Moyen
5
The Friends of Ringo Ishikawa est assez faible dans sa pure proposition ludique mais possède une véritable personnalité qui pourrait bien vous embarquer pour peu que vous soyez sensibles à cette ambiance typiquement japonaise, portée par des mélodies hip hop et des graphismes rétro réussis, dans cette petite ville, libre de vivre l'existence souvent au ralenti d'une racaille lycéenne et de ses potes. En cela, encore une fois, le fait de pouvoir y jouer de façon nomade avec la Switch est un plus.
par
+ On aime
  • L'ambiance singulière, au ralenti, du quotidien de racailles japonaises.
  • La liberté d'action.
  • Un jeu d'auteur.
- On n'aime pas
  • Un manque d'objectifs clairs et le risque d'ennui qui va avec.
  • Un manque de profondeur ludique et quelques soucis d'ergonomie.
Donnez votre note
note
--

Ce jeu n'a pas encore été noté

Ma collection sur
PC
Je l'ai 0
J'y joue 0
Je le vends 0
Je le cherche 0
Vos tests
Pas de test de lecteur pour ce jeu.
Soyez le premier à en rédiger un !

Galerie photo The Friends of Ringo Ishikawa - 5 images (cliquez pour zoomer)

La rédaction vous recommande

2 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (2)