>
>
Test de Persona 3 Dancing Moon Night (PS4, PS Vita)

TEST IMPORT de Persona 3 Dancing Moon Night : L'étincelle du samedi soir

Par Rudy Jean-François - publié le

Porté par des visuels de qualité, des mécaniques de jeu solides et des remix réalisés par de grands noms de la scène électro japonaise, Persona 4 Dancing All Night, sorti en 2015, était l'ultime matérialisation de l'esthétique pop et des musiques entraînantes de l'univers Persona. Atlus remet le couvert cette année façon Pokémon avec non pas une, mais deux suites à Dancing All Night, respectivement intitulées Persona 3 Dancing Moonlight et Persona 5 Dancing Starnight et dont les interfaces et le gameplay sont similaires (seules les musiques diffèrent en fonction de la version choisie). Cette critique est donc pour ceux qui souhaitent danser sur les thèmes préférées de la brigade S.E.E.S de Persona 3 ; les voleurs en herbe désireux de bouger comme les Phantom Thieves pourront s'intéresser à la critique de Starnight signée Joniwan !


Test réalisé à partir d'une version import japonaise
fournie par notre partenaire Nin-Nin-game.com.


Un bon niveau de Japonais est-il requis pour y jouer en import ?

Peu importe votre niveau en japonais, vous pourrez pleinement profiter de ce jeu de rythme, les musiques se débloquants automatiquement au fur et à mesure de vos parties. Seul le mode COMMU nécessite certaines bases, mais au vu de la platitude des échanges entre les personnages, vous ne raterez rien.

 

Personne n'aurait pu croire que le retour de la brigade S.E.E.S s'effectuerait sur une piste de danse, pas même ses membres. Invoqués dans une Velvet Room décorée façon VIP Lounge du Makoumba de Melun, le MC et ses amis se retrouvent contraints à participer à une fête dansante organisée par Elizabeth, qui s'improvise productrice pour l'occasion. Il n'est pas nécessaire de réfléchir longtemps au pourquoi du comment : tout n'est bien évidemment qu'une excuse pour faire danser nos héros préférés, mais une excuse malheureusement bien moins élaborée que celle utilisée dans Persona 4 Dancing All Night...

Chaque niveau de relation débloque de nouveaux accessoires en jeu.

Une histoire sans COMMUne mesure

Fidèle à la série originelle, Persona 4 Dancing All Night était un jeu de rythme dont la progression était régie par un mode histoire retranscrit en un Visual Novel. Ce dernier étendait le scénario du Persona 4 original et introduisait même un nouveau membre à l'équipe du héros. Ces additions nous permettaient de nous replonger dans l'univers du jeu tout en découvrant chaque protagoniste sous un nouveau jour. Malheureusement, Atlus a abandonné son mode histoire au profit d'un mode sobrement intitulé COMMU. Le mode COMMU est l'équivalent des séquences de "Social Link" des épisodes principaux, à savoir des phases de dialogue servant à tisser des liens avec ses coéquipiers et à récupérer de nouvelles compétences tout en développant le scénario du jeu.

Dans Persona 3 Dancing Moon Night, les COMMU servent uniquement à débloquer des accessoires pour nos personnages. Ne vous attendez surtout pas à en découvrir plus sur ces derniers, ou sur ce qu'ils sont devenus après les événements du jeu principal, car les discussions avec chaque membre sont d'une platitude assez étonnante pour la série. Au mieux on en apprendra plus sur le style de musique préféré de chacun, ou encore sur la raison pour laquelle il est nécessaire de s'entraîner à crier pour soutenir ses équipiers... décevant. Seuls les modèles 3D des personnages, qui remplacent les images fixes des épisodes précédents, ainsi que la qualité de leurs animations, donnent un semblant d'intérêt au mode COMMU.

La classe à Dallas.

The Beauty and the Beat

Persona 3 Dancing Moon Night marque la première apparition de la brigade S.E.E.S sur consoles haute-définition et nous prouve encore une fois que le moteur utilisé par Atlus donne d'excellents résultats, aussi bien sur PS4 à 60fps que sur PS Vita. Comparé à Persona 4 Dancing All Night, des articulations supplémentaires ont été ajoutées au modèle de chaque personnage, afin de rendre leurs mouvements plus fluides et plus naturels. De plus, le cel-shading fait des merveilles et permet d'accentuer les expressions de chacun des personnage lors de leurs performances musicales ou lors des dialogues, insufflant une dose d'humanité touchante à chaque héros.

Junpei, fidèle à lui-même, se laisse complètement aller lors de ses danses, enchaînant d'amples mouvements mais pas de shuffles, tout en lançant quelques clins d'oeil moqueurs au passage. Fuuka, quant à elle, est beaucoup plus timide, réservée, ce qui se retranscrit par une gestuelle moins précipitée et des pas de danse plus simples, voire enfantins, qu'elle finira d'achever à l'aide d'un sourire en coin bien placé. Bref, les chorégraphies correspondent au style et à la personnalité de chaque personnage, rendant chaque performance unique.

Il est d'ailleurs possible de personnaliser encore plus ces expériences en équipant ses personnages d'accessoires et vêtements en tout genre, voire - nouvel ajout pour la série - en modifiant la couleur et la coupe de leur cheveux. Les options sont nombreuses et raviront sûrement les fans de la série. Déjà très satisfaisants dans Persona 4 Dancing All Night, les visuels et les chorégraphies de ce Dancing Moon Night sont un vrai délice pour les yeux. Bravo Atlus !

Jusqu'à deux personnages supplémentaires peuvent vous accompagner lors des FEVERs, en fonction des morceaux.

Old is Gold

Le gameplay est très classique : des commandes apparaissent et se déplacent du centre vers l'extérieur de l'écran, et il faut appuyer sur les boutons adéquats avec le bon timing. Notes tenues, double-notes et scratch à réaliser (en frottant l'arrière de la console sur PS Vita ou en utilisant les sticks analogiques sur PS4) sont toujours de la partie. Seul le "double tap" est une mécanique inédite, mais cela consiste surtout à taper deux fois très vite sur une seule touche. Rien de révolutionnaire, mais ce n'est pas bien grave vu la qualité du gameplay proposé ici. Le jeu reste tout de même plus abordable sur Vita que sur console de salon. Sur la télévision, les notes partent du centre vers l'extrémité de l'écran, ce qui rend l'action très difficile à suivre, surtout dans les niveaux plus élevés. De plus, le scratch est beaucoup moins intuitif lorsqu'on utilise les Sticks plutôt que le pavé tactile arrière de la Vita, ce qui devient souvent une source de "Combo Breaker".

La force de Persona 4 Dancing All Night résidait dans les remix audacieux qu'Atlus avait réalisé avec de nombreux DJ japonais. Le titre ne consistait pas uniquement à taper en rythme en écoutant la soundtrack de Persona 4, mais il nous proposait plutôt une nouvelle manière d'apprécier l'univers du jeu original via des relectures électro de ses thèmes principaux. Des artistes tels que Lotus Juice, Akira Yamaoka ou encore Daisuke Asakura se sont appropriés ses morceaux et les ont remixés à leur sauce tout en réussissant à préserver leur saveur originelle. Cette tracklist clubbing était étonnamment addictive. Mention spéciale à Shinichi Osawa et son remix lunaire de My True Self avec sa basse hypnotisante et son instrumentalisation venue d'une autre planète, soutenue par la chorégraphie haut perchée de notre chère Teddy. Un pur régal visuel et auditif.

Vos réponses n'ont absolument aucun impact sur le reste du jeu dans le mode COMMU.

I've got 99 problems and that tracklist is one of them...

Cependant, avec Persona 3 Dancing All Night, Atlus semble avoir baissé le potard de l'audace pour nous proposer des mix plus « sages »... quand ce n'est pas directement les versions "nature" de la bande originale sans la moindre modification (même pas un petit scratch pour pimenter le tout !). Certes, les musiques originales de Persona 3 étaient déjà de bonne factures, plaisantes à écouter, mais ce ne sont pas le type de compositions sur lesquelles on aurait envie de danser All Night. Par exemple, le titre Mass Destruction est un excellent Battle Theme, mélangeant habilement Jazz et Hip-Hop afin de nous faire ressentir l'intensité des combats tout en mettant l'accent sur leur aspect stratégique. Cela étant dit, Mass Destruction est également d'une platitude sans nom à jouer dans un jeu où les termes "Party", "Dance" et "Fever" sont criés toutes les secondes par les protagonistes. Même constat pour Burn my Dread, qui apparait non pas une, ni deux, mais trois fois dans la playlist, dont deux versions ne sont même pas remixées et ne diffusent en fond qu'une simple vidéo !

Sur 25 titres disponibles dans la version de base, 9 sont des titres non remixés, soit 1 musique sur 3. Cela est d'autant plus dommageable que les 16 remix restants sont réussis. Deep Breath Deep Breath ou A Deep Mentality flirtent allègrement avec des sons plus violents, plus indus, et retranscrivent brillamment la noirceur de Persona 3 tout en y ajoutant cet esprit électro/dancing. D'un autre côté, Time ou Way of Life, remixés de manière plus Pop/Girly, sont des thèmes plus joyeux, plus pétillants, sur lesquels Aegis et Fuuka semblent prendre un plaisir non dissimulé à danser, plaisir particulièrement communicatif grâce à la qualité des visuels du titre.
Malheureusement, on a à peine le temps de s'échauffer que la fête est déjà finie...

PS4
PSV
Bon
7
Jouer à Persona 3 Dancing Moonlight, c'est comme danser avec l'amour de votre vie qui aurait deux pieds gauches : vous êtes heureux dans ses bras et vous voulez profiter de chaque seconde à ses côtés, mais vous ne pouvez vous empêcher de pleurer lorsqu'accidentellement elle vous écrase les pieds à cause de ses nombreux faux pas ! Malgré le manque de remix originaux, le mode COMMU paresseux et le manque de prise de risque général, on ne peut que pardonner Persona 3 Dancing Moonlight, car il arrive encore à nous transporter vers un monde de paillettes, de danses et de remix exaltants. Finalement c'est tout ce qu'on lui demande !
par
+ On aime
  • Esthétiquement et visuellement à tomber, aussi bien sur PS4 que sur PS Vita.
  • Un 60 fps constant sur PS4
  • Des remix de qualité...
- On n'aime pas
  • ... mais pas assez nombreux.
  • Le mode COMMU inintéressant.
  • Les tracks non remixées trop nombreuses.
  • Les clips vidéo, paresseux.
  • Un titre moins audacieux que son prédécesseur.
Donnez votre note
note
--

Ce jeu n'a pas encore été noté

Ma collection sur
PS4
Je l'ai 0
J'y joue 0
Je le vends 0
Je le cherche 0
Vos tests
Pas de test de lecteur pour ce jeu.
Soyez le premier à en rédiger un !

Galerie photo Persona 3 Dancing Moon Night - 4 images (cliquez pour zoomer)

Chaque niveau de relation débloque de nouveaux accessoires en jeu. La classe à Dallas. Jusqu'à deux personnages supplémentaires peuvent vous accompagner lors des FEVERs, en fonction des morceaux. Vos réponses n'ont absolument aucun impact sur le reste du jeu dans le mode COMMU.