TEST de A Hat in Time : Un grand coup de chapeau

Par Gianni Molinaro - publié le

Après Yooka-Laylee il y a quelques mois, voilà qu'un autre titre au concept évoquant les meilleures heures de Rare sur Nintendo 64. Passé par Kickstarter et financé avant le jeu de Playtonic, aidé par Humble BundleA Hat in Time a pris bien plus de temps... pour qu'on lui tire, au final, notre chapeau.

Cela aurait dû être une journée normale pour la jeune fille au chapeau. Un réveil tranquille, une petite balade dans son vaisseau spatial, un arrêt devant la télé, une vérification du compte de sabliers, faisant office de carburant, nécessaires pour un retour sans encombres à maison... Tout allait bien jusqu'à ce qu'un mafieux ne vienne frapper à sa vitre (?) pour réclamer le paiement d'un droit de passage. Et patatras, la fenêtre se pète. La voilà aspirée et échouée sur une planète inconnue, obligée de retrouver les précieuses clepsydres pour finir son voyage. Celles-ci ont eu la bonne idée de se voir éparpillées dans cinq lieux différents. Entre les endroits inaccessibles et les personnes mal intentionnées, comme le parrain de tous ces crânes chauves aux accents chantants ou encore cette "Moustache Girl" aux airs de Chaperon Rouge habitée par des pulsions meurtrières, la tâche s'annonce rude.

Caméra cassée

Voilà un pitch parfait pour un jeu qu'on pourrait croire tout droit sorti des années 90. Non par sa réalisation, aux couleurs chatoyantes, riantes, mais il est vrai carrément simplette en termes de textures et d'effets, même lorsque l'on pousse les options graphiques à fond (quand bien même on reste impressionné par la distance d'affichage des stages les plus vastes). On parle surtout de son principe, qui fera plaisir aux fans de Super Mario 64, Banjo-Kazooie ou encore Conker : explorer des environnements plutôt ouverts dans lesquels il va être question de crapahuter dans la peau d'une protagoniste pleine de ressources. Saut, double-saut, rebond sur les murs, possibilité de s'accroupir, s'accrocher aux corniches et de dasher horizontalement, coup de parapluie, attaque en piqué... La petite est une sacrée acrobate. Et encore mieux : chaque action qu'on lui commande du bout de nos doigts boudinés répond sans faux-pas, sauf peut-être sur certains rattrapages hasardeux, la faute à des hitboxes pas toujours claires. Ou lorsque la caméra, véritable calamité qu'on a peine à manoeuvrer sans hausser le sourcil, décide qu'il est temps de vous empêcher de suivre l'action correctement ou de grimper facilement à une échelle. C'est bien le seul élément qui vient noircir le tableau d'un titre malin et accrocheur.

I need some Hat Stuff

Mais où en étais-je ? Ah oui, la raison pour laquelle on en vient à se balader, c'est pour... récolter. Tout ceci n'est qu'un prétexte à la "collectionnite" d'objets en tout genre. En premier lieu les 40 fragments de temps, qui, s'accumulant, débloqueront de nouveaux mondes dans le hub central (le total est de 5 pour le moment, 2 autres arriveront plus tard en DLC gratuits, comme le jeu en coopération online et en écran partagé). Mais pas que. Il y a aussi ces pelotes de laine, parfois planquées juste ce qu'il faut pour que vous grattiez la tête ou songiez à dérouiller vos habitudes dans le domaine de la plate-forme, qui vont, en nombre suffisant, permettre à la taciturne et si mignonne héroïne de se fabriquer de nouveaux couvre-chefs.

Et qu'est-ce que cela peut bien changer qu'elle puisse mettre d'autres chapeaux à l'aide d'un menu radial ? Tout. Comme dans les classiques de la plate-forme 3D cités plus haut, de nombreux espaces et items seront hors de portée tant que vous ne disposez pas d'un pouvoir précis, obligeant souvent à revenir plus tard. Et c'est justement les diverses coiffes qui vous autoriseront à lancer des fioles explosives, courir super vite, ou encore matérialiser ou effacer temporairement des morceaux de décor pendant une durée limitée. En outre, des orbes verts disposés un peu partout, enfermés dans des coffres ou relâchés par les ennemis, se dépensent du côté d'un étrange marchand itinérant. Ils permettent de se procurer des badges qui eux aussi vont conférer des facultés intéressantes, comme l'usage d'un grappin fort utile pour franchir des précipices. Tout est parfaitement pensé pour que l'on puisse errer et relever tous les défis, jamais insurmontables pour vos 4 points de vie, avec le sourire. 

Mondes et merveilles

Les thématiques bien marquées et plutôt originales de chaque univers (d'une île de mafieux, donc, jusqu'à des plateaux cinéma en passant par une forêt hantée), le comique absurde - mais cohérent à sa manière - de l'ensemble, ainsi que le découpage proposé par chaque challenge constituent les meilleurs atouts de A Hat in Time. Plutôt que de s'en tenir au même schéma, il offre une variété de situations jouissive, avec des séquences longues et d'autres, placées dans des failles temporelles à dénicher, durant une poignée de minutes au pire - à noter qu'une option permet d'activer un timer pour les speedrunner, histoire de gonfler la rejouabilité.

Vous allez bondir et taper, mais aussi devoir vous planquer dans des phases d'infiltration flippantes, essayer de composer avec un orchestre qui vous suit à la trace et peut vous faire bobo, fuir à toute jambes... Et le tout en côtoyant des personnages rigolos et bien doublés, dans des situations et avec des enrobages toujours adaptés et qui prêtent à rire, comme lorsqu'il sera question, après récupération de dossiers, de désigner le coupable d'un meurtre dans un train, où certains figurants sont des panneaux en bois. 

La construction intelligente, le plaisir manette en mains et l'humour omniprésent - que seuls les anglophones comprendront, dommage - font qu'on n'a pas le temps de s'ennuyer ou de pester dans le titre de Gears for Breakfast. En 8-10 heures passées pour en voir le bout (ajoutez-en 5 ou 6 pour du 100%), sans difficulté insurmontable, bercé par une bande-son qui s'imprime sans peine dans la tête et rappelle les meilleurs tubes de Grant Kirkhope, heureux de certains easter-eggs, on a la douce impression de rajeunir. Si ce n'est pas la preuve d'une réussite...

Indispensable Gameblog
Très bon
8
Une excellente surprise que ce A Hat in Time. Son inventivité et sa fraîcheur, sur fond de sensations assez classiques, ainsi que son esprit complètement déluré en font un indispensable à tous les joueurs nostalgiques de l'âge d'or de la plate-forme 3D, quand bien même il surprendra par sa réalisation un peu datée et agacera par sa caméra violemment old-school.
par
+ On aime
  • Design mignon et humour décalé : bingo !
  • Des mondes plutôt vastes, bourrés de défis et de secrets.
  • Plein de bonnes idées.
  • Des musiques qui restent en tête et un doublage réussi.
  • Incroyablement plaisant à prendre en mains...
- On n'aime pas
  • ... Mais la caméra indomptable gâche un peu la fête.
  • Quelques collisions hasardeuses.
  • Techniquement assez daté.
  • V.O. uniquement.
Donnez votre note
note
--

Ce jeu n'a pas encore été noté

Ma collection sur PC
Je l'ai 1
J'y joue 0
Je le vends 0
Je le cherche 0
Vos tests
Pas de test de lecteur pour ce jeu.
Soyez le premier à en rédiger un !

Galerie photo A Hat in Time - 19 images (cliquez pour zoomer)

La rédaction vous recommande

Top ventes

Pack Fnac Console Sony PS4 Slim 1 To Noi…
Neuf : 349,99 €
Console Nintendo Switch noire avec manet…
Neuf : 329,99 €
Super Mario Odyssey Nintendo Switch
Nintendo Switch
Neuf : 44,99 €
Assassin's Creed Origins PS4
PlayStation 4
Neuf : 58,78 €
Casque de réalité virtuelle Sony Playsta…
Neuf : 349,99 €
Pack Console Sony PS4 Pro 1 To Noire + F…
Neuf : 644,68 €
FIFA 18 PS4
PlayStation 4
Neuf : 54,70 €
Casque de réalité virtuelle PC Oculus Ri…
Neuf : 388,83 €
Call of duty World War II PS4
PlayStation 4
Neuf : 54,89 €
Console Nintendo Classic Mini Super Nint…
Neuf : 0,00 €
Occasion : 94,88 €
Pack Sony Console PS4 Pro 1 To Blanche C…
Neuf : 349,99 €
Console Nintendo Switch avec une paire d…
Neuf : 328,99 €
Pack Console Microsoft Xbox One X 1 To N…
Neuf : 499,00 €
The Legend of Zelda : Breath of the Wild…
Nintendo Switch
Neuf : 51,99 €
7 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (7)