>
>
Test de Final Fantasy XII : The Zodiac Age (PS4)

TEST de Final Fantasy XII The Zodiac Age : Votre astro de l'été

Par Thomas Pillon - publié le

Trois ans après nous avoir resservi ce bon vieux Final Fantasy X sur PlayStation 3, voilà que sort de l'usine (à recyclage) le dernier épisode de l'emblématique saga sorti sur PlayStation 2 en 2006. Inarrêtable quand il s'agit de glorifier ses gloires passées, Square Enix nous propose donc aujourd'hui de revivre en haute définition les pérégrinations de Vaan et sa troupe de rebelles élégants. Mais la décennie écoulée réussira-t-elle à nous faire oublier à quel point Final Fantasy XII avait pu diviser la communauté des joueurs à l'époque de sa sortie ?

Ce douzième épisode est un véritable rescapé, le dernier témoin de l'ancien monde, en quelque sorte : celui où Square Enix réussissait à pondre une trilogie par génération de machines, et où chaque aventure réussissait à revendiquer l'héritage d'une saga légendaire. Relativement classique au regard des errements de la série en 2017, Final Fantasy XII faisait en 2006 le choix de transposer les mécaniques de combats d'un MMORPG dans une aventure offline, à la surprise générale.

Que ce soit dans les donjons ou en ville : merci la carte en surimpression.

Ouvrez grand les Vaan

Bien évidemment, la recette originale demeure intacte, bien que quelques sympathiques ajouts viennent la pimenter comme il faut, histoire de justifier un nouveau passage en caisse. Mais pour les petits nouveaux, plantons rapidement le décor, je ne voudrais pas vous perdre en chemin ! Final Fantasy XII : The Zodiac Age vous plonge dans le monde littéralement fantastique d'Ivalice, un univers plus arabisant qu'à l'accoutumée, où un petit groupe de rebelles va tenter tant bien que mal de jouer un rôle majeur dans le conflit latent qui oppose deux empires voisins. Si le scénario emprunte autant à Star Wars pour ses premières heures qu'aux autres Final Fantasy pour son développement, il aura permis aux petits gars de Square Enix de bâtir les fondations d'un univers original et à la direction artistique novatrice. Pour le reste, adieu les affrontements séparés de l'exploration : Final Fantasy XI est passé par là, et c'est dorénavant en temps réel et sans transition (comme dirait la vieille marionnette de PPD) que vous affronterez Mimic et Flans d'usage.

La mise en scène de ce douzième épisode est particulièrement soignée.

Une posture jupitérienne

Ceci étant dit, attelons-nous à examiner de plus près ce ravalement de façade à la sauce 2017. Déjà pensé pour être affiché en 16/9 à l'époque dans sa version japonaise (on ne se moque pas, s'il vous plaît), Final Fantasy XII : The Zodiac Age nous rappelle qu'il débarqua en fin de vie de la PlayStation 2 : vastes, hauts et colorés, les environnements de ce monde flattent toujours la rétine, preuve s'il en est qu'une direction artistique de haut vol encaisse bien les affres du temps qui passe. Ère 128 bits oblige, les zones à explorer restent relativement limitées en taille, un problème que les temps de chargement accélérés rééquilibrent sans mal : on passe en un clin d'oeil de l'une à l'autre. En plus, la carte en surimpression via un clic sur le stick gauche évitera aux handicapés de la carte routière de prendre à droite à Albuquerque.

Ceci dit, ce n'est pas une feature pareille qui justifierait à elle seule un ravalement de façade digne de ce nom. Heureusement, Final Fantasy XII bénéficie d'un lifting haute définition du plus bel effet : si le jeu gagne en finesse et en couleurs, il rehausse considérablement le niveau de détails visibles à l'oeil nu. Ça n'a peut-être l'air de rien dit comme ça, mais ça change dans les faits le ressenti global que l'on conservera d'Ivalice : les vêtements apparaissent plus riches et permettent ainsi d'épaissir les personnages. Le constat s'applique également aux différents environnements : détaillés et lumineux, ils regorgent plus que jamais de vie et vous happent d'autant plus aisément ! Sans aller jusqu'à dire qu'il transforme le ton du titre, ce relooking extrême s'avère plus justifié et abouti que celui de Final Fantasy X.  

Dans un souci de rendre l'aventure plus pratique que jamais aux vieux pirates du J-RPG comme aux éventuels nouveaux curieux, Square Enix vous propose également d'accélérer la progression en multipliant le rythme par deux ou par quatre : les fans de Benny Hill ne seront certainement pas dépaysés. Sans jamais accélérer le chrono in-game, cette multiplication du rythme est un outil merveilleux qui devrait être rendu obligatoire dans tous les jeux du genre, quitte à réformer la Constitution s'il le faut ! Accessible à tout moment via le menu d'options, la gestion du rythme permet d'accélérer l'exploration à pied aussi bien que les nombreuses joutes inhérentes au genre, une bénédiction au vu du nombre d'étendues à parcourir dans ce douzième épisode. Pour les trois terriens qui auraient soutenu leur thèse sur le douzième épisode canonique de Final Fantasy, vous pourrez également constater que les statistiques de certains ennemis ont été légèrement modifiées, tout comme le drop potentiel de nouveaux coffres. Pour les autres, vous pouvez à présent reprendre le fil de votre lecture.

Douze Jobs disponibles et deux cumulables par personnage : voilà de quoi s'occuper un bon moment !

Job d'été

Mais ne vous y trompez pas : ce Zodiac Age ne se contente pas de proposer un confort de jeu optimal en ne s'occupant que de la forme, il propose également une modification de taille tirée de la seconde édition japonaise de Final Fantasy XII, sortie en 2007 et sous-titrée "International Zodiac Job System". Oui, Square Enix aime les titres (et sous-titres) à rallonge, cessez donc de jouer les étonnés. Si la version occidentale de l'époque laissait chacun des six protagonistes explorer librement un damier standard, la réédition japonaise et ce remaster HD propose de définir clairement des Jobs (les classes de Final Fantasy) et d'en choisir deux par personnage. Si vous n'êtes pas encore trop fâchés avec les mathématiques, vous aurez donc deviné par vous-mêmes qu'il sera dès lors possible de s'offrir les douze classes du jeu en un seul et unique run. Joie.

Cette ouverture se justifie d'autant plus que Final Fantasy XII : The Zodiac Age demeure un RPG stratégique où l'action peut rapidement s'emballer. À l'instar de ce que ses successeurs spirituels (je pense évidemment à Xenoblade Chronicles et sa suite classée X) proposeront, des ennemis non-désirés pourront très bien profiter de votre combat en cours pour venir vous cueillir au pire moment ! Il conviendra donc d'adapter ses Jobs et sa vitesse de jeu pour rester pertinent en toutes circonstances.

Les Gambits commencent avec seulement deux fonctions, de quoi se faire les dents avant de passer à la suite.

Un bon coup de Gambit

L'autre force de cet épisode réside évidemment dans son savant système de Gambits. Pour les jeunes ou les amnésiques (bien que les deux ne soient pas incompatibles), les Gambits s'entendent comme une série de comportements programmés par le joueur pour ses co-équipiers, ce qui évite de hacher les affrontements en ne s'occupant que de son personnage, ou simplement des grandes lignes directrices. Chaque protagoniste possède son menu, que l'on enrichira via le damier puis en achetant des statuts dans la boutique dédiée de Rabanastre. Si deux slots sont proposés d'entrée de jeu, les combinaisons atteignent un niveau complètement fou au fur et à mesure que l'on dépense ses points de compétences chèrement acquis. Il devient donc ensuite possible de hiérarchiser tout un ensemble de cas de figures et ainsi ne plus jamais maudire l'IA. Concrètement, on pourra demander à son mage blanc de soigner son leader dès que celui-ci descend en-dessous d'un certain pourcentage de sa barre de vie, puis de soigner l'empoisonnement de n'importe quel membre du groupe si le cas se présente, pour ensuite booster son attaque magique avant de s'attaquer à l'ennemi possédant la meilleure attaque.

Ce système qui ravira les esthètes du réglage autant que les control freaks obsessionnels fonctionne dans les faits à merveille, pour peu que l'on ne soit pas un tantinet rebuté par le temps passé dans les menus. Mais combinez ces Gambits savamment élaborés avec cette liberté dans le choix des classes et un rythme accéléré, et vous obtiendrez avec le temps une machine de guerre impitoyable qui fera votre fierté.

Un damier par Job : les possibilités sont nombreuses, y compris celle d'upper certaines statistiques rapidement.

Trials HD

Pour conclure ce tour du propriétaire, laissez-moi vous parler de l'ajout (également hérité de l'International Zodiac Job System) d'un mode Trial, qui vous propose assez simplement d'enchaîner rapidement les combats contre divers ennemis dans des environnements toujours différents. Si cette enfilade permettra notamment de tester et d'affiner ses stratégies de combat sans risque, elle vous permettra également de récolter moult items utilisables ensuite lors de votre partie principale. Pratique donc, pour looter et tester ses Gambits, sachant que ce mode Trial a été conçu pour vous obliger à changer de stratégie, sans quoi c'est la mort qui vous pend au nez. A l'extrême inverse du spectre, on découvre également une sauvegarde rapide qui s'active à chaque changement de zone, pratique si on se fait décimer sans l'avoir vu venir (ce qui, par définition, est toujours le cas...). Il aurait été de bon ton de lifter un tant soi peu le système classique d'enregistrement, car les slots génériques sans image et les menus à valider sans cesse nous renvoient aux poncifs d'un autre âge, pas zodiacal celui-là. 

Mais je ne saurais vous laisser repartir sans mentionner le dernier ajout colossal de ce portage haute définition : sa bande-son. Déjà grandiose à l'époque, elle change aujourd'hui de dimension, car la version synthétique de l'époque a été in-té-gra-le-ment réorchestrée, oui Madame. L'oeuvre collégiale largement composée par Hitoshi Sakimoto (qui a bossé sur tous les Vanillaware les plus récents, mais également sur Final Fantasy Tactics ou encore Vagrant Story, en passant par Gradius V) vaudrait presque à elle seule le run, c'est vous dire. Et que les aficionados conservateurs qui souhaiteraient baigner dans le jus de l'époque se rassurent : la version originale est également disponible et échangeable à la volée. Mais il suffira d'ouvrir ses esgourdes poilues au détail du souffle des vents dans The Royal City of Rabanastre ou à l'orgasmique Boss Battle à l'enchevêtrement fantastique des cordes, des cuivres et des percussions pour ne jamais revenir en arrière. Que du bonheur on vous dit. Et pour ceux qui n'arrivent pas à se satisfaire de cette magnifique proposition, précisons que les voix japonaises sont dorénavant proposées, le tout étant disponible en 7.1 pour les bourgeois technophiles. Ça vous va comme ça ?

Très bon
8
Où acheter :
Pour une fois, on pourra dire que Square Enix ne s'est pas moqué de nous. Exemplaire à tout point de vue, ce portage HD de Final Fantasy XII tient toutes ses promesses en sublimant juste comme il faut l'oeuvre originale. Ceux qui ont déjà parcouru en long et en large (et peut-être en travers) les vastes contrées du monde d'Ivalice pourront replonger sans s'interroger dans cette aventure aux thèmes musicaux sublimés et avec un rythme de jeu plus soutenu ; les autres découvriront un épisode ô combien intéressant de la saga, qui nous rappelle qu'un développement chaotique a parfois permis aux équipes de Square Enix d'accoucher d'un grand jeu. Voilà de quoi passer un bel été.
par
+ On aime
  • Redécouvrir un Final Fantasy "à l'ancienne".
  • Le second Job qui permet les combinaisons les plus folles.
  • Le système de Gambits toujours aussi efficace.
  • Une réorchestration qui sublime les compositions originales.
  • Le mode accéléré pour farmer sans se prendre la tête.
  • Les voix japonaises !
- On n'aime pas
  • Une certaine latence dans les menus qui nuit à l'action.
  • Un système de sauvegarde générique d'un autre temps.
  • Vaan est toujours aussi insipide.
  • Tout ceci ne va pas m'aider à terminer Persona 5...
Donnez votre note
note
--

Ce jeu n'a pas encore été noté

Ma collection sur PS4
Je l'ai 4
J'y joue 2
Je le vends 0
Je le cherche 0
Vos tests
Pas de test de lecteur pour ce jeu.
Soyez le premier à en rédiger un !

Galerie photo Final Fantasy XII : The Zodiac Age - 17 images (cliquez pour zoomer)

Que ce soit dans les donjons ou en ville : merci la carte en surimpression. La mise en scène de ce douzième épisode est particulièrement soignée. Douze Jobs disponibles et deux cumulables par personnage : voilà de quoi s'occuper un bon moment ! Les Gambits commencent avec seulement deux fonctions, de quoi se faire les dents avant de passer à la suite. Un damier par Job : les possibilités sont nombreuses, y compris celle d'upper certaines statistiques rapidement.

Top ventes

Console Nintendo Switch noire avec manet…
Neuf : 329,99 €
Console Nintendo Switch Splatoon 2 Noire…
Neuf : 379,99 €
Console Nintendo Switch avec une paire d…
Neuf : 329,99 €
Console Sony PS4 Pro 1 To
Neuf : 399,00 €
Console Sony PS4 Slim 500 Go
Neuf : 299,80 €
The Legend of Zelda : Breath of the Wild…
donnée non spécifiée
Neuf : 54,99 €
Console de jeux Sony PS4 Slim 1 To + Hor…
Neuf : 369,99 €
Mario Kart 8 Deluxe Nintendo Switch
donnée non spécifiée
Neuf : 47,99 €
Console Nintendo New 3DS XL Bleu Métalli…
Neuf : 179,99 €
Pack Fnac Console Microsoft Xbox One S 5…
Neuf : 279,99 €
Console PS4 Pro Sony 1 To + Jeu Tekken 7
Neuf : 419,99 €
Splatoon 2 Nintendo Switch
donnée non spécifiée
Neuf : 50,99 €
Console Sony PS4 500 Go Or + 2ème manett…
Neuf : 349,99 €
Console Sony PS4 500 Go Argent + 2ème ma…
Neuf : 349,99 €
The Legend of Zelda Breath of the Wild L…
Solution de jeu
Neuf : 69,99 €
27 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (27)