>
>
Test de The Silver Case (PS4)

TEST de The Silver Case (PS4) : Le 1er jeu de Grasshopper (Suda 51) toujours d'actualité ?

Par Jonathan Bushle - publié le

The Silver Case est paru en fin d'année dernière sur Steam, plus de 17 ans après sa sortie originale sur la PlayStation première du nom. Et le voici finalement sur PS4... L'occasion de revenir sur cette version remastérisée d'un des premiers titres de Suda 51. N'a-t-il pas trop vieilli ?

Lors de mon premier contact avec la version PS4 du jeu, j'ai été très surpris de voir que la partie graphique déconnait complètement, en n'affichant par exemple pas la voiture ni la route, qui auraient dû être visibles à ce moment là. Lors des phases d'investigation, c'était encore pire, avec là aussi des murs ou des objets qui n'apparaissaient pas. Après avoir sauvegardé et relancé le jeu, c'était carrément la catastrophe : plus aucune fenêtre ne s'affichait ! Impossible de progresser dans ces conditions, toute avancée étant rendue impossible par ce bug. Il existe fort heureusement une solution, qui consiste à passer la langue de sa console en Anglais (celui des États Unis). Le jeu ne souffre alors plus d'aucun bug... Et si un patch correctif devrait arriver assez rapidement, impossible de ne pas vous mettre en garde.

 

Que vaut cette version PS4 ?

Presque six mois après sa sortie sur PC, The Silver Case débarque enfin sur PS4 dans sa version ré-actualisée. Cette dernière propose un contenu quasi-identique en termes de substance, ou même de graphismes. Seule une nouvelle liste de trophées, ajoutant neuf haut-faits à débloquer, est à noter au rayon des différences.

La jouabilité si particulière de ce titre s'adapte plutôt bien au pad de la PS4, même s'il faut avouer qu'y jouer sur le clavier de mon PC portable m'avait plus séduit. Aussi, le format « console de salon » de cette version PS4 n'est pas forcément le plus adapté, le genre du roman visuel convenant plus aux supports portables. Vissé sur votre canapé, attendez-vous à subir de façon encore plus forte les longueurs dont le jeu souffre, et dont je vous parlais dans mon test original (ci-dessous). Vous êtes prévenus !


Ci-dessous le test originel de la version PC


On continue et on arrive sur la fin de notre mini marathon de tests Gameblog d'un genre si particulier : le Visual Novel. Et après les géniaux Root Letter et Steins;Gate 0, le moyen Tokyo Twilight Ghost Hunters, voici donc venir The Silver Case, ou "Shirubâ Jiken" en version originale. Ce titre bénéficie d'une aura plus qu'intéressante, puisqu'il s'agit du premier jeu sur lequel le fantasque Goichi Suda, alias Suda 51, à véritablement posé sa patte et sa folie, tout en fondant son célèbre studio Grasshopper Manufacture. Initialement sorti en exclusivité sur la PlayStation première du nom en 1999, il avait failli ressortir sur Nintendo DS à peu près au même moment que No More Heroes. Mais faute de résultats convaincants sur l'utilisation des deux écrans de la portable de Nintendo, le projet avait été annulé. Il est finalement revenu il y a peu sur PC dans une version "remasterisée", mais s'apprête aussi à sortir sur PS4 au mois d'avril 2017.

D'un point de vue historique, et surtout si l'on est fan du bonhomme et de tout le travail artistique qu'il nous a proposé au fil de ses réalisations, toujours très original, bizarroïde et torturé, il est très intéressant de voir quelle à été sa première vision créative forte d'un jeu vidéo, et les influences qui auraient pu rester par la suite. Dans un titre comme Killer is Dead, on pouvait clairement identifier le lien de parenté avec ses précédentes productions comme Killer7 ou No More Heroes. Ici, et étant donné l'âge relativement avancé de ce Silver Case, c'est plutôt vers Flower, Sun & Rain qu'il faudra se tourner pour voir une véritable influence, gameplay et ambiance oblige.

CASE 51

Et du coup, on n'est pas sur un jeu d'action bas du front, mais bel et bien, comme je vous le disais en introduction, sur un Visual Novel, un jeu avec un minimum de gameplay et énormément de narration. Et on va déjà pouvoir sentir, plus de dix-sept ans avant la sortie du dernier né du studio, Let It Die, l'influence assez folle de Goichi Suda. The Silver Case ne se contente pas d'être un simple Visual Novel. Ce qui se passe à l'écran est juste complètement décalé, avec un système de fenêtres se superposant, un peu comme si l'on se trouvait face à un écran de PC faisant tourner de multiples applications. Et là, on peut y lire différentes couches d'informations, comme les personnages présents sur la scène, une fenêtre de dialogue, une autre avec un visuel du lieu dans lequel on se trouve, et même, en fond, des messages subliminaux apparaître furtivement pendant que le texte défile. Cela crée une ambiance très particulière, d'autant plus que les médias utilisés passent aussi bien par les magnifiques illustrations de Takashi Miyamoto que des vidéos "live" tournées avec de vrais acteurs, mais aussi quelques séquences animées, qui ont d'ailleurs plutôt mal vieilli, ces dernières semblant tout droit débarquer de notre enfance et d'une VHS des Tortues Ninja abîmée par moult rembobinages dans le magnétoscope du salon familial. Cet aspect un peu cradingue est d'ailleurs un choix voulu par Suda 51 lui même, les premiers prototypes du remaster ne lui convenant pas, car trop lisses.

Au niveau du scénario, The Silver Case va aussi faire preuve de pas mal d'originalité. À commencer par le découpage en deux parties de cette histoire. Une première faisant office d'arc "principal", ou l'on va pouvoir suivre notre avatar, engagé malgré lui dans le bureau s'occupant de tous les crimes les plus sordides de la société dystopique adoptée par le jeu comme background. Il est le seul rescapé de l'évasion de Kamui, le tueur légendaire d'un vieux dossier : l'affaire argentée (mais vous l'aviez deviné). Après le périple de son évasion, Kamui va entraîner dans son sillage d'autres êtres humains à devenir à leur tour des meurtriers, un peu comme si la tendance à tuer son prochain se répandait comme une maladie, ce qui fera beaucoup penser au scénario d'un manga paru deux ans avant la sortie initiale du jeu : MPD Psycho (que ceci ne me rajeunit pas...). Les six chapitres de cette histoire vont donc proposer des phases de gameplay (dont nous reparlerons plus tard) visant à faire la lumière sur l'histoire qui se trame derrière le "Silver Case", mais ce n'est pas tout. Une autre partie, elle aussi en plusieurs chapitres et proposant beaucoup moins d'interactivité et de gameplay, va quand à elle faire la lumière sur les aventures d'un journaliste enquêtant sur les faits.

The Boring Case

The Silver Case propose donc une approche ultra originale du genre Visual Novel, en adoptant cette narration toujours très surprenante dix sept ans après. Mais malheureusement, malgré toutes ses qualités intrinsèques, elle souffre aussi de gros défauts inhérents à l'âge de cette production. À commencer par l'absence totale de voix dans les longues scènes de dialogues (et ce malgré un travail de remixage de la partie sonore par Akira Yamahoka...). Uniquement le très agaçant bruit d'un clavier qui tape à toute vitesse. Ajoutez à cela des échanges à rallonge, pas toujours pertinents dans l'avancée du jeu, et l'ennui n'est jamais très loin... Certains passages sont longs. Vraiment longs. D'autant plus que vous ne serez que spectateur de ces conversations, sans véritable choix déterminants à faire. Le véritable gameplay, il faudra aller le chercher ailleurs.

Je vous parlais dans la première partie de cet article de ces phases présentant un peu plus de jouabilité que le reste, dans l'arc principal de l'histoire. Ces passages ne sont pas franchement non plus une grande réussite. Dans la petite fenêtre affichant des graphismes Playstation 1, vous allez déplacer votre avatar en vue subjective case par case, à la manière d'un Dungeon-RPG assaisonné d'un soupçon de Point'n'click, pour enquêter sur les cases ou l'icône affichée est différente des autres. Vous aurez alors bien souvent à résoudre quelques énigmes, pas forcément bien ficelées, mais qui peuvent être passées si jamais vous ne vous sentez pas l'âme d'un Sherlock Holmes en herbe. Mais l'impression générale qui se dégage du titre reste plutôt négative tant les commandes sont poussives et peu intuitives, et l'histoire très difficile à suivre à cause de l'absence de voix et la présence de passages longuets. A l'instar du Deadly Premonition de Swery65 (le fils spirituel de Suda51), seuls les plus courageux pourront en voir le bout et apprécier à sa juste valeur un scénario et une mise en scène tirés vers le bas par un gameplay d'un autre âge et un rythme peu soutenu qui n'est pas aidé par l'absence de voix.

Satisfaisant
6
Où acheter :
The Silver Case est le premier jeu du studio Grasshopper Manufacture, fondé par le légendaire Suda 51. Plus de dix-sept ans après, il vient bénéficie enfin d'un portage sur PC/PS4. Bien loin des Beat'em all que nous propose habituellement Goichi Suda ces dernières années, nous sommes en présence un Visual Novel lorgnant du côté du Point'n'click. Et si le scénario, la mise en scène et la narration sont plutôt bons, le jeu souffre malheureusement de l'absence totale de voix, de grandes longueurs dans l'avancée de l'histoire, ainsi que de phases de gameplay peu intéressantes. À ne conseiller qu'aux joueurs assez patients, capable d'endurer les défauts pour en apprécier le coeur généreux.
par
+ On aime
  • La narration originale.
  • La mise en scène décalée.
  • Le scénario travaillé.
  • L'ambiance générale.
- On n'aime pas
  • Gameplay peu intéressant.
  • On s'ennuie parfois.
  • Pas de voix.
  • Textes en Anglais uniquement.
Donnez votre note
note
--

Ce jeu n'a pas encore été noté

Ma collection sur PS4
Je l'ai 0
J'y joue 0
Je le vends 0
Je le cherche 0
Vos tests
Pas de test de lecteur pour ce jeu.
Soyez le premier à en rédiger un !

Galerie photo The Silver Case - 6 images (cliquez pour zoomer)

Top ventes

Console Nintendo Switch noire avec manet…
Neuf : 329,99 €
Console Nintendo Switch avec une paire d…
Neuf : 329,99 €
Console Sony PS4 Pro 1 To
Neuf : 399,00 €
Console Sony PS4 Slim 500 Go + Manette P…
Neuf : 349,90 €
Mario Kart 8 Deluxe Nintendo Switch
donnée non spécifiée
Neuf : 33,89 €
The Legend of Zelda : Breath of the Wild…
donnée non spécifiée
Neuf : 43,89 €
Casque de réalité virtuelle HTC Vive
Neuf : 899,00 €
Console Sony PS4 Slim 1 To
Neuf : 309,80 €
Pack Fnac Console Microsoft Xbox One S 5…
Neuf : 279,99 €
Casque de réalité virtuelle Sony Playsta…
Neuf : 386,89 €
Casque de réalité virtuelle Oculus Rift …
Neuf : 589,00 €
Console Sony PS4 Slim 500 Go
Neuf : 273,28 €
Console Microsoft Xbox One S 500 Go Blan…
Neuf : 239,99 €
Console Nintendo New 3DS XL Bleu Métalli…
Neuf : 179,99 €
Injustice 2 PS4
PlayStation 4
Neuf : 51,75 €
2 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (2)