TEST de No Man's Sky version PC : décollage technique raté !

Par Camille Allard - publié le - mis à jour le

Après s'être fait désirer, la version PC de No Man's Sky est enfin là et on peut sans conteste annoncer qu'elle était attendue de bon coeur par les joueurs qui souhaitaient profiter d'une expérience visuelle sublimée. Gomme elle pour autant les défauts de la version PS4 ? Ou rate-t-elle son envol ? C'est ce que nous allons voir.

Nous avons testé le jeu sur cette machine :

  • Système d'Exploitation : Windows 10
  • Processeur : i7 390K 3,20Ghz
  • Carte mère : Asus P9X79
  • Mémoire : 16 go DDR3
  • Carte graphique : Nvidia GeForce GTX 980 ti

Si nous devions résumer en quelques mots la version PC de No Man's Sky, nous dirions qu'il s'agit de la même version que celle de la PS4, mais avec un léger lifting visuel. Comme nous le savons la PS4 est assez limitée pour la gestion d'un contenu procédural de cette envergure ainsi que dans la gestion d'environnements aussi vastes, ce qui oblige la version PS4 a faire des concessions. À savoir un FOV étriqué pour éviter d'afficher trop de données à l'écran, du clipping à provoquer des crises d'épilepsie et un framerate bloqué à 30 FPS qui chute parfois à 20 dans certaines actions.

La version PC gomme en partie ses défauts. Le FOV est ainsi modifiable comme attendu et comme dans 99% des jeux à la première personne. Le framerate peut lui atteindre les 60 FPS (selon la configuration), voire même monter aisément au dessus des 80 avec notre machine de test. Hélas le clipping est encore bel et bien présent, bien qu'un peu moins visible. Pire encore, la version PC possède un problème que la version PS4 n'a pas. En effet, même avec un framerate à 80, le jeu subit des micro-freezes qui arrivent de manière intempestives. Désagréable. Impossible d'en déterminer la cause même en désactivant des options une par une. Le jeu semble clairement être mal optimisé par nos amis de chez Hello Games. Dommage. Il faudra attendre un patch pour en profiter pleinement. En attendant, le décollage est techniquement raté, d'autant que les textures se montrent plutôt banales. 

Sans plus attendre voici les différentes options disponibles  :

Options disponibles :

Bas :

Moyen :

Haut :

Comme vous pouvez le voir, peu de différences entre les paliers graphiques. Fait assez étrange même en réglage haut, la différence n'est pas flagrante avec la version PS4. C'est surtout au niveau de la végétation et des ombres que tout se joue et se fait ressentir, et c'est à peut prêt tout.

Toutefois les options qu'on attend d'une version PC sont présentes (synchronisation verticale, anti-aliasing, filtre anisotropique, etc) et grande nouvelle, la résolution monte jusqu'à la 4K, si bien évidemment vous possédez un tel écran. Au moins maintenant (si ce n'était pas déjà le cas), on a la certitude que 99% des vidéos promotionnelles furent réalisées sur PC.

Pour le reste c'est du PC tout craché au niveau du mapping des touches, il est possible bien évidemment de tout changer et la jouabilité est globalement assez bonne sur terre et dans les airs avec le combo clavier/souris. On ne saurait que trop vous conseiller une manette Xbox si vous êtes allergique au ZQSD et au déchaînement des cliques de souris.

Enfin, on vous conseille un bon PC pour faire tourner le jeu dans les meilleurs conditions. Le titre semble être gourmand, et plutôt mal optimisé, comme nous avons pu le constater (emballement des alimentations, etc). Nous vous conseillons fortement d'attendre les premiers drivers pour vos cartes graphiques.


Ci-dessous le test original de la version PS4, remanié à l'occasion de cette sortie PC


Je dois le confesser, je suis fan de simulation spatiale et globalement des jeux se déroulant dans l'espace. C'est donc avec beaucoup de plaisir que j'ai découvert No Man's Sky. Pour être sincère, j'avais quelques appréhensions initiales sur la longévité du jeu et sa capacité à nous tenir en haleine sur le long terme. Nous allons voir si ces craintes s'avèrent justifiées. 

Ce que l'on peut dire d'emblée c'est que les premières minutes du jeu sont grisantes et enivrantes. Nous commençons sur une planète lointaine parmi les 18 446 744 073 709 551 616 disponibles (autant dire l'infini). Et quand on sait qu'aucun joueur ne spawn sur la même, on ressent déjà ce frisson de joie à l'idée d'être le premier homme à y mettre les pieds. Pour réaliser cet exploit, Hello Games a parié sur le procédural. Ainsi tout ce que l'on rencontre ou presque, est crée par l'ordinateur via une série d'algorithmes. 

Un départ avec des étoiles plein les yeux

Malgré l'absence de cinématique d'introduction, on découvre notre vaisseau très abîmé et nous apprenons très vite que nous avons été victime d'un crash. Evidemment il va falloir réparer notre vaisseau et c'est là que l'on va découvrir les phases de gameplay à pied. Ce qui saute au yeux c'est l'interface, très claire et bien travaillée qui permet de voir que le jeu prend en compte la température de l'endroit où l'on se trouve et que celle-ci a une importance capitale sur notre progression. Si vous avez de la chance, vous allez atterrir sur une planète tempérée... Si non il faudra vous débrouiller avec des température pouvant descendre à -80 degrés, ou pire des planètes radioactives. 

VOIR NOTRE 10 CONSEILS POUR BIEN DÉBUTER
DANS NO MAN'S SKY

Dans tout les cas cités ci-dessus, on se rend compte que notre exo-combinaison est la seule chose qui nous sépare de l'air extérieur et qu'il faudra sans cesse vérifier qu'elle soit bien alimentée en énergie si on ne veut pas finir entre 4 planches. En fait tout notre équipement réclame de l'énergie et il faut s'en soucier à chaque instant pour ne pas se retrouver isolé loin de notre vaisseau qui est au départ le seul moyen de faire remonter sa température corporelle.

Hé ho hé ho, on rentre du boulot !

Pour cela il va falloir miner, et pour se faire rien de plus simple, on a en notre possession un multi-outil qui sert d'arme et d'outil de récolte via un rayon d'extraction. C'est vrai, le jeu nous livre un peu à nous même et on comprend très vite que pour trouver des ressources, il faut utiliser son scanner qui devient alors l'un de nos meilleurs amis. À l'aide d'une simple touche, une onde bleu viendra scanner la zone autour de nous pour nous indiquer les ressources. Un code couleur s'affiche alors à l'écran :

  • Rouge pour les ressources énergétiques
  • Jaune pour les ressources minières
  • Gris pour les loots
  • Violet pour les artefacts et les points d'intérêts

Après c'est une question de chance pour trouver la bonne ressource et il est parfois nécessaire de marcher de longues minutes pour s'y rendre et trouver le saint Graal. D'ailleurs à ce propos nous avons deux moyens de déplacements à notre disposition. La marche/sprint ou le jet-pack, les deux sont soumis à un cooldown et le seul moyen d'améliorer le tout est de découvrir de nouvelles technologie. Dans les deux cas, la recherche de ressource est un habile moyen du studio de nous faire admirer les divers paysages du jeu, tous procédural sans exception . De ce coté la direction artistique est très belle, pour ne pas dire bluffante, surtout lorsque l'on commence à comprendre l'immensité des lieux qui s'offrent à nous.

Les planètes sont gigantesques et regorgent de vie. La faune, elle aussi procédurale est assez impressionnante et est extremement variée. La découverte des animaux n'est d'ailleurs pas inutile puisqu'elle permet de communiquer avec certains d'entre eux (de les nourrir) pour qu'ils puissent vous mener à certains secrets ou certaines ressources rares. Notons aussi qu'il existe une banque de donnée galactique dans laquelle il est possible d'envoyer nos découvertes et même... des les renommer ! Cet aspect accentue notre statut d'explorateur et permet de laisser notre emprunte sur le vaste univers que propose No Man's Sky. 

Au final, le jeu nous donne la sensation d'être seul et en même temps nous fait comprendre que nous partageons le même univers que les autres joueurs sans possibilité réelles de les rencontrer. En fait il n'existe qu'une infime chance de faire une rencontre impromptue et le contact avec les autres joueurs ne se fait (pour l'instant) qu'à travers la découverte d'espèces et de planètes. 

Un univers gigantesque

L'étendu de l'univers, on le comprend surtout quand notre fameux vaisseaux est réparé et qu'on peut enfin quitter la planète de départ pour goûter au joie du voyage spatiale. Véritable prouesse technique on passe de l'atmosphère à l'espace sans aucune transition, il n'y aucun chargement dans le jeu. 

Quoi qu'il en soit, l'espace reste une ère de jeu très agréable. Notre vaisseau possède 4 modes de vitesse. Le déplacement sans accélération, l'accélération en elle même, le proto-hyperespace et le voyage par distorsion, qui permet lui de voyager d'étoile en étoile. Cette dernière technologie n'est pas disponible tout de suite et il faudra vous la procurer en communiquant avec les divers races extraterrestres qui peuplent l'univers et qui vous aideront à atteindre votre quête : la découverte du centre de l'Univers. 

Mais avant d'y arriver il va falloir faire évoluer notre vaisseau et notre équipement, et cela passera à un moment ou à un autre par le combat. Sur certaines planètes il est impossible de l'éviter. En effet la faune et la flore de celles-ci sont sont protégées par des sentinelles, des robots très agressifs qui n'hésiteront pas à tirer à vue au moindre faux pas. Un faux pas qui peut prendre la forme d'une trop forte gourmandise en matière de ressource ou tout simplement d'une trop grande curiosité. Pour vous défendre vous aurez votre fameux multi-outil qui, comme votre vaisseau et le reste de votre équipement fonctionne par système d'emplacement disponibles dans lesquel il faut y adjoindre divers modules. Mais autant le dire tout de suite si vous achetez No Man's Sky pour le combat vous allez être déçu. Assez mous, il ne faut pas s'attendre à grand chose bien qu'il soit plaisant d'aller castagner quelques robots géants à l'aide de grenade à plasma entre deux découvertes.

Un manque de profondeur ?

Le Combat spatial est du même acabit, nous ne sommes clairement pas au niveau d'un Star Citizen ou d'un Elite Dangerous. Le jeu n'a d'ailleurs clairement pas cette prétention. Les dogfights peuvent intervenir pour plusieurs raisons tel que l'attaque de cargo, le viol d'un espace aérien ou tout simplement une curiosité malsaine au milieu d'une bataille spatiale entre deux clans. La conduite du vaisseau est agréable sans être transcendante et le plus gros regret c'est l'impossibilité totale d'effectuer du rase-motte en vol atmosphérique. En effet une sorte de coussin invisible nous empêche tout simplement d'approcher trop près du sol. Quand on voit le système de collision, on se demande si ce n'est pas une bonne chose. Il arrive fréquemment de voir son vaisseau voltiger stupidement suite à l'impact avec un gros objets. On espère vraiment que ça sera résolu car ça n'aide clairement pas le jeu à être apprécié sur la durée. 

La sensation que l'on ressent lorsque que l'on joue au jeu est donc assez étrange, les premières heures sont extrêmement plaisantes. La magie de l'infiniment grand et de la découverte opèrent à plein, et c'est un franc succès. On est émerveillé à chaque instant. Puis rapidement, au bout d'une dizaine heures grand maximum, on se rend compte que l'on fait tout le temps la même chose, à savoir de l'extraction de ressource/vente/amélioration de vaisseau. Depuis le pré-test, j'ai poursuivi mon exploration et si l'émerveillement est bien là, la lassitude a continué à s'installer. Pas suffisante pour me rebuter, mais néanmoins présente.

Alors évidemment certaines personnes se lasseront moins vite, mais il est clair que la plupart des joueurs ne verront pas d'un très bon oeil le manque de contenu sur le long terme. Après comme signifié plus haut, il s'agit d'un jeu qui se joue en prenant son temps. L'atmosphère calme et apaisante permet de prendre une bonne bouffée d'oxygène et ce qui frappe clairement notre esprit à la fin de chaque session c'est l'impression réelle de jouer enfin à un jeu différent des autres. Et puis il y a cette sensation d'immensité, de découverte quasi illimité, un rien magique... et cela rend No Man's Sky assez unique.

Bon
7
Notes de la Rédac (4)
No Man's Sky est un jeu atypique proposant une expérience hors norme. Fort d'un contenu hautement procédural, il permet d'offrir au joueur un univers si vaste que même plusieurs milliards d'années sont insuffisantes pour le découvrir dans son intégralité. Pour l'une des toutes première fois dans l'Histoire du jeu vidéo (hormis Minecraft), nous avons vraiment la sensation d'être dans un monde sans limite. C'est d'ailleurs cette notion, très difficile à concevoir pour l'esprit humain qui est l'un des intérêts fondamentaux de No Man's Sky. Cela donnerait presque le vertige. Dans cet infiniment grand, des milliers d'autres joueurs parcourent le cosmos tout comme vous mais n'ont pratiquement aucune chance de vous rencontrer un jour tant la grandeur atteint ici son paroxysme. Doté d'un gameplay répétitif mais pas dénué d'intérêt, le jeu manque toutefois de profondeur sur le long terme que ce soit au niveau des combats ou du craft. Au jeu des différences avec la version PS4, rien de flagrant si ce n'est le FOV réglable et de meilleures textures pour la végétation. On a même l'impression d'avoir entre les mains une version PC au rabais quand on se rend compte qu'à intervalle régulier, des micro-freezes se produisent. En conclusion NMS est clairement réalisé pour vivre sur le long terme et a toute les chances de marquer sa génération si, et seulement si, le studio Hello Games l'alimente fréquemment en contenu et optimise la version PC. L'avenir est ouvert... mais le décollage un peu raté, techniquement.
par
+ On aime
  • Heureusement plus fin que sur PS4
  • 18 446 744 073 709 551 616 planètes
  • Une véritable sensation de liberté et d'émerveillement
  • Du contenu procédurale de haute volée
  • Une belle direction artistique
  • Des très belles musiques
- On n'aime pas
  • Des soucis de frame rate
  • Une optimisation défaillante
  • Un jeu qui devient vite répétitif
  • Pas assez de choses à faire
  • Pas de rase motte en vol atmosphérique.
  • Manque de profondeur globale
  • Une optimisation à revoir (micro freeze, jeu gourmand)
Donnez votre note
47 notes
6
8
1
1
2
2
3
1
4
5
5
4
6
4
7
3
8
14
9
5
10
Ma collection sur PC
Je l'ai 46
J'y joue 34
Je le vends 4
Je le cherche 2
Vos tests (4)
0 0
Pikachoux_bzh
Qu'est ce que j'aimerais aimer ce jeu ! Mais non, rien n'y fait, je n'arrive à accrocher... pourtant ce n'est pas faute d'apprécier Les Mass Effect, élite ou les Walking simulator.Passer les premières heures, c'est vite répétitif et contraignant....
5
0 0
GazetteSDF
Enfin, un vaisseau spatial qui me permet d'aller de planète en planète! No Man's Sky propose LA feature que j'attendais depuis gosse dans les jeux spaciaux, que c'était frustrant d'avoir le super vaisseau, de voir pleins de choses autour et de se...
6
5 0
lonelyplayer
Bonjour a vous    Je vais vous parlé de no man sky , qui pour une fois , veut changé la donne dans l'univers jeux video ludique , victime d'un sucés trop médiatisé , no man sky ne conviendra clairement pas a tout les type de joueurs .    Si vous...
9

Galerie photo No Man's Sky - 3 images (cliquez pour zoomer)

La rédaction vous recommande

Top ventes

Casque de réalité virtuelle Sony Playsta…
Neuf : 399,99 €
Console Sony PS4 Pro 1 To
Neuf : 399,00 €
Console Microsoft Xbox One S 500 Go Blan…
Neuf : 268,98 €
Console Sony PS4 Slim 500 Go
Neuf : 289,99 €
Pack Microsoft Xbox One S Battlefield 1 …
Neuf : 270,84 €
Pack Console Sony PS4 Slim 1 To Noire +…
Neuf : 349,90 €
Console Sony PS4 Slim 1To + Watch Dogs +…
Neuf : 349,90 €
Console Sony PS4 Slim 1 To + Call of Dut…
Neuf : 330,00 €
Console Nintendo Classic Mini NES
Neuf : 191,19 €
Console Microsoft Xbox One S 1 To Blanc …
Neuf : 328,98 €
Console Sony PS4 Slim 1 To + Call of Dut…
Neuf : 349,00 €
Console Nintendo New 3DS XL Bleu Métalli…
Neuf : 189,95 €
Console Nintendo Wii U Mario Kart 8 Pack…
Neuf : 279,90 €
FIFA 17 PS4
PlayStation 4
Neuf : 54,94 €
Pokémon Soleil 3DS
Nintendo 3DS
Neuf : 35,90 €
31 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (31)