>
>
Test de Xenoblade Chronicles 3D (New Nintendo 3DS)

TEST. Xenoblade Chronicles 3D

Cybernetic Fantasy
Par Yann Bernard - publié le
vidéo : Xenoblade Chronicles 3D - Notre test vidéo
vidéo : Xenoblade Chronicles 3D - Bande annonce

Impossible de dissocier la série Xeno de son créateur, Tetsuya Takahashi, au point que ce RPG initialement intitulé Monado : Beginning of the World n'a guère tardé à être rebaptisé Xenoblade. Certains lui prédisaient un sombre avenir, dans le sillage de Xenosaga, en raison des ambitions démesurées de notre "übermensch". Pourtant cet adepte de Nietzsche a offert à la Wii l'une de ses oeuvres les plus accomplies, digne de figurer aux côtés de Xenogears. Son portage exclusivement destiné à la New 3DS permet-il de conserver ce monument intact, voire de le redécouvrir sur portable ?

Un horizon dessiné par les hautes herbes, qui se courbent sous le vent. Un ciel azuréen, où planent paisiblement de gigantesques nuages. Et au milieu trône une épée mystérieuse, plantée à côté de quelques débris mécaniques... C'est sur cette page que s'ouvre à son tour Xenoblade Chronicles 3D, une fenêtre de plénitude sur ce monde littéralement colossal. Il repose en effet sur les épaules de Bionis, le dieu des hommes, figé sur place alors qu'il portait un coup fatal à Mékonis, le dieu des Mékons, et réciproquement. Toutefois ce statu quo n'empêche pas leurs hôtes de se livrer une guerre sans pitié. D'un côté, l'univers verdoyant des humains qui vivent en harmonie avec la Nature. De l'autre, celui des machines et ses plaines de désolation, surplombées par des usines. Or nos monstres de métal n'ont semble-t-il de cesse que d'envahir les terres de leurs voisins, en les absorbant au passage.

Bionis face à Mékonis, un combat sans fin ?

Gigantisme

Le jeune Shulk fait justement partie d'une colonie « d'Homz » menacée, et farfouille aux alentours dans l'espoir de dénicher des carcasses de robots à bricoler. Ce canevas évoque immanquablement Nausicaa : La Vallée du Vent, des similitudes confirmées dès lors que l'on arpente ces immenses étendues. Des collines, des rivières, des forêts, des lacs et des montagnes se dressent à perte de vue, avec le vide et d'abruptes falaises pour seules frontières. Ainsi un souffle de liberté nous emporte immédiatement dans ce monde tantôt baigné de soleil, tantôt ruisselant de pluie. Évidemment la végétation apparaît moins foisonnante et les textures moins fines que sur Wii, la baisse de résolution entraînant un crénelage plus marqué. Cependant ces anicroches s'oublient vite devant de tels paysages, observés à l'aide du stick C, d'incroyables panoramas que la 3D auto stéréoscopique rend encore plus vertigineux. Et ce splendide décor n'a rien d'une nature morte...

Mieux vaut jouer avec la 3D pour apprécier la vue.

Hors-piste

D'innombrables animaux habitent ces contrées, soumises aux variations diurnes et nocturnes. Une atmosphère débordante de vie dont on a tout loisir de s'imprégner, tant Xenoblade encourage l'exploration buissonnière. Point de cut-scenes intrusives et dirigistes ici - ni hélas de voix nippones, puisque cette version New 3DS ne propose que les doublages en anglais. L'endroit où l'histoire doit reprendre son cours est clairement signalé, ce qui laisse libre de vagabonder aux quatre coins de chaque région. Ou presque, car la faune ne se montre pas toujours pacifique, et encore moins indifférente aux pérégrinations de nos aventuriers. Certaines espèces réagissent au bruit, d'autres à l'agression de congénères, voire simplement à l'intrusion de proies sur leur territoire. D'ailleurs la présence de bestioles au niveau démesuré suffit à indiquer les lieux trop dangereux, qu'il convient de visiter plus tard. Mieux vaut alors prendre la fuite, bien que l'éradication de l'équipe n'occasionne pas le moindre malus.

On peut sauvegarder partout, la découverte d'un lieu offrant des points d'XP.

Terre d'opportunités

On se retrouve juste au repère le plus proche, des balises qui servent aussi à se téléporter n'importe où sur la carte, désormais quasiment sans temps de chargement grâce au changement de support. Monolith Soft avait en effet déjà soigneusement gommé sur Wii les éventuels aspects fastidieux de ces longues balades, et des rencontres parfois fâcheuses qu'elles suscitent. Les plus impatients peuvent même faire avancer l'horloge à leur guise, quitte à écorner légèrement le sentiment d'immersion dans cet océan de quêtes plus ou moins optionnelles, selon les liens établis avec la population, sociogramme à l'appui. Entre la collecte d'objets, de métaux et d'ingrédients éparpillés un peu partout, les tâches se cantonnent plutôt aux sentiers battus, mais s'enchaînent avec un naturel désarmant. Quoiqu'il faille se tenir sur ses gardes, en particulier durant la traque de créatures uniques.

Reconstruire cette colonie fait partie des quêtes annexes.

Chasse et cours

Dès que l'on se fait repérer, la confrontation commence, sans aucune phase de transition. Le pad circulaire est voué aux déplacements du meneur, qui pourfend automatiquement la cible à proximité. L'IA s'occupe des deux autres membres de la formation, souvent avec opiniâtreté suivant les ordres. Et heureusement, parce que la collaboration se révèle fondamentale, notamment pour manoeuvrer les ennemis en dirigeant leur hostilité vers l'un des personnages, pendant que ses coéquipiers s'organisent. Doit-on y voir à nouveau l'inspiration de Nausicaa ? Une chose est sûre, les affrontement tirent leur dynamisme de ces principes, malgré la confusion engendrée par une adversité massive et la fluidité sensiblement en retrait de ce cru portable. Surtout que le positionnement de la croix en dessous du pad n'autorise plus la sélection des "Arts" simultanément aux mouvements, une vraie lacune par rapport au duo Wiimote/Nunchuk avec des conséquences quelquefois très préjudiciables.

Le positionnement et les techniques permettent de trouver la faille.

L'art des lames

Dommage que l'écran tactile ne soit consacré qu'à l'affichage de la mini carte, de l'heure et des informations relatives à ses troupes. Cela libère néanmoins un précieux espace sur l'écran supérieur, tout spécialement pour la palette d'Arts, qui englobent l'ensemble des techniques de combat, y compris les magies. Ces pouvoirs évolutifs constituent la facette la plus tranchante du gameplay, a fortiori avec l'élaboration des combos. S'y ajoute une jauge de motivation collective pour ranimer ses camarades, ou déclencher une offensive coordonnée. A ce moment précis l'action s'arrête, le temps de sélectionner les Arts qu'effectueront nos compères, dans l'optique de briser la résistance adverse. De fait, le choix de ces aptitudes régénératives et de leur timing s'avèrent des points stratégiques essentiels. Enfin n'oublions pas Monado, l'arme maîtresse de Shulk et la pierre angulaire de Xenoblade. Sa montée en puissance, phénoménale, va de pair avec l'intensité du scénario.

Le temps de récupération des Arts empêche les abus.

Histoires parallèles

Au-delà de ses capacités dévastatrices, cette épée laisse entrevoir l'avenir, un atout précieux pour éviter un funeste destin à son porteur, ou à ses compagnons. De la même façon que batailler à l'unisson donne accès à des habilités spécifiques, des liens se créent entre nos héros, qui s'encouragent (ou plaisantent) carrément au beau milieu de la mêlée ! Ces relations évoluent au fil de leurs conversations en aparté, dont on peut influencer la tournure. Il est aussi possible de les zapper, mais cela rimerait à se priver de tout un pan du développement des personnages, et d'une narration si délicatement bâtie. D'ailleurs le nouveau mode Collection permet d'admirer les principaux protagonistes sous tous les angles, ou d'écouter les musiques à l'envi. Ces éléments se déverrouillent via un système de loterie, avec des jetons obtenus par le biais du StreetPass, des pièces de jeu et de l'amiibo de Shulk.

Les modification d'équipement sont visibles, même pendant les cut-scenes.

Galerie de portraits

Un peu léger comme bonus, et pas très original, à l'image du casting qui rappelle tellement celui de Soma Bringer (entre autres points communs). Le classicisme du Character Design cache pourtant une intrigue autrement plus profonde qu'il n'y paraît. Le voici donc, l'énorme background inhérent à tous les représentants de la saga... Seulement cette fois, Takahashi a choisi de raconter son histoire pas à pas, plutôt que de nous ensevelir d'emblée sous une montagne de références énigmatiques. La longueur de l'épopée, une cinquantaine d'heures au bas mot, facilite bien entendu la construction très posée du récit. Et découvrir cet univers à notre rythme ne signifie pas que la trame centrale s'évanouisse au second plan, ni qu'elle manque de rebondissements. La tension va crescendo de bout en bout, tandis que les instants d'évasion jouent le rôle de respirations contemplatives.

La complicité entre les personnages se traduit aussi au combat.

Le sens du son

Idem pour la bande son, une partition collégiale composée des thèmes épiques de Yuko Shimomura, des mélodies atmosphériques de Manami Kiyota et des notes synthétiques d'ACE+, sans oublier le retour anecdotique Yasunori Mitsuda pour le générique de fin, le tout sous la houlette de Takahashi San. La beauté de ces morceaux déteint sur le jeu autant que l'inverse, et ils présentent une véritable unité, un équilibre qui reflète sans doute la sérénité atteinte par l'auteur. Oubliées, les circonvolutions du passé. Tetsuya Takahashi est enfin parvenu à concilier les mécaniques complexes de sa machine à écrire avec l'humanisme de sa plume, pour signer ce RPG d'exception, l'aboutissement limpide de toute son oeuvre. Et si ce portage sur New 3DS reste dans l'ombre de son homologue sur Wii, c'est pour mieux se cacher dans celle de nos poches.

New 3DS
Indispensable Gameblog
Fantastique
9
Xenoblade Chronicles laisse son histoire se raconter comme une rivière qui s'écoule à travers les contrées de cet univers foisonnant de vie. Ses panoramas donnent le vertige, tant par leur beauté que par leur immensité, encore soulignée par l'effet de profondeur. Et un gameplay aiguisé vient compléter ce tableau digne d'un maître du RPG, qu'est justement Tetsuya Takahashi, enfin délivré de ses vieux démons. Hélas le portage d'un tel monument sur New 3DS souffre logiquement de la comparaison avec la version Wii, sur le plan technologique et ergonomique. Cette édition 3D préserve néanmoins l'essentiel, en restituant Xenoblade Chronicles sous une forme quasiment intacte, et dorénavant transportable dans nos poches, de sorte que l'on ne puisse plus jamais s'en séparer.
par
+ On aime
  • Le monde sublime et gigantesque.
  • Le sentiment de liberté absolue.
  • La bande son magistrale.
  • Le gameplay nerveux et profond.
  • La richesse des possibilités de customisation.
  • La myriade de quêtes annexes.
  • La traduction française.
  • Les quelques bonus.
- On n'aime pas
  • Le crénelage très visible.
  • Le frame rate à la baisse.
  • La sélection moins dynamique des Arts.
  • L'exploitation très restreinte du second écran.
  • La qualité sonore légèrement en retrait.
  • L'absence des doublages japonais.
Donnez votre note
24 notes
8
3
1
0
2
0
3
0
4
0
5
1
6
0
7
4
8
6
9
10
10
Ma collection sur New 3DS
Je l'ai 40
J'y joue 10
Je le vends 0
Je le cherche 2
Vos tests
Pas de test de lecteur pour ce jeu.
Soyez le premier à en rédiger un !

Galerie photo Xenoblade Chronicles 3D - 8 images (cliquez pour zoomer)

Bionis face à Mékonis, un combat sans fin ? Mieux vaut jouer avec la 3D pour apprécier la vue. On peut sauvegarder partout, la découverte d'un lieu offrant des points d'XP. Reconstruire cette colonie fait partie des quêtes annexes. Le positionnement et les techniques permettent de trouver la faille. Le temps de récupération des Arts empêche les abus. Les modification d'équipement sont visibles, même pendant les cut-scenes. La complicité entre les personnages se traduit aussi au combat.

Top ventes

Console Sony PS4 Pro 1 To
Neuf : 399,00 €
Casque de réalité virtuelle Sony Playsta…
Neuf : 399,99 €
Console Microsoft Xbox One S 500 Go Blan…
Neuf : 270,74 €
Console Sony PS4 Slim 500 Go
Neuf : 289,99 €
Pack Microsoft Xbox One S Battlefield 1 …
Neuf : 270,84 €
Pack Console Sony PS4 Slim 1 To Noire +…
Neuf : 349,90 €
Console Sony PS4 Slim 1To + Watch Dogs +…
Neuf : 349,90 €
Console Sony PS4 Slim 1 To + Call of Dut…
Neuf : 330,00 €
Console Microsoft Xbox One S 1 To Blanc …
Neuf : 358,28 €
Console Sony PS4 Slim 1 To + Call of Dut…
Neuf : 349,00 €
Console Nintendo New 3DS XL Bleu Métalli…
Neuf : 189,95 €
Console Nintendo Wii U Mario Kart 8 Pack…
Neuf : 279,90 €
FIFA 17 PS4
PlayStation 4
Neuf : 55,06 €
Final Fantasy XV Day One Edition PS4
PlayStation 4
Neuf : 49,99 €
54 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (54)