>
>
Test de Danganronpa 2 : Goodbye Despair (PS Vita)

TEST. Danganronpa 2 : Goodbye Despair (PS Vita)

Cluedododo-do Do-dodo
Par Julien Inverno - publié le

Un manga, un roman, une adaptation animée ; au Japon, le succès de Danganronpa, du "visual novel" criminel, genre spécifique et populaire au pays, n'est plus à faire. Si bien que Danganronpa 2 : Goodbye Despair se paye le luxe d'une sortie sur le territoire européen, comme son prédécesseur Danganronpa : Trigger Happy Havoc. Cette fois, le jeu de massacre n'est plus confiné aux salles de classe mais se vit au soleil, sur l'île tropicale Jabberwock.

Entre le visuel de Persona et le principe d'Ace Attorney, ce Dix petits nègres signé Spike Chunsoft cultive l'absurde propre à un certain esprit japonais, dans son récit comme dans ses apparences. Avec ses personnages improbables mais répondant à des canons de personnalités finalement redondants dans la culture populaire du jeu vidéo et de l'animation japonaise, ce Danganronpa n'est certes pas accessible à tous. Pour apprécier ce qui fait le sel du titre, il faudra faire preuve de tolérance et de patience. Envers l'introduction interminable et certains dialogues aussi longs que creux par exemple, additionnés à un sentiment de liberté bien trop télécommandé, où dès lors, PS Vita en mains, on est plus spectateur que joueur. Mais au-delà de ces défauts qui pour certains feront aussi son charme, Danganronpa 2 devient vite prenant avec ses scènes de meurtre dignes de Détective Conan et ses procès aux effets ludiques variés et à la mise en scène aux réjouissants effets exagérés.

L'exploration est très guidée, on est plus spectateur que joueur.

Blabla Royal

En schématisant, Danganronpa 2, similaire dans ses mécaniques à son prédécesseur auquel on aura bien fait de jouer pour réagir à toutes les subtilités de l'intrigue, se décompose en trois grandes phases : aventure, enquête et procès. Dans la première, on suit le fil des événements, des conversations imposées, mais on jouit aussi d'un peu de temps libre pour parcourir les différents endroits de l'île (hôtel, plage, supérette, etc.) afin de faire la chasse aux différents objets à collectionner, mais surtout dans le but de nouer des liens avec les autres personnages. Et ce même en sachant que chacun est une victime ou un meurtrier potentiel. En effet, sont rassemblés sur cette île des personnalités excellant dans leur domaine, que ce soit le sport, la photographie, la cuisine ou encore... la royauté ou le crime organisé. Seul moyen de sortir de l'île, imposé par l'ours robotique et démoniaque Monokuma : s'entre-tuer, puis trouver le coupable lors de procès aux rebondissements parfois abracadabrantesques, l'erreur étant synonyme d'exécution pour le héros. Ainsi prendra-t-on bien le temps d'analyser les scènes de crime, de dialoguer avec tout le monde, afin d'avoir des arguments aussi perforants, littéralement, qu'une balle de revolver.

Les instants de bravoure des procès sont très excitants.

L'objection qui tue

Point culminant d'un rythme qui parfois agace, les procès de Danganronpa 2 hypnotisent par leur sens du rythme et de la mise en scène. A la manière d'un Phoenix Wright, il faudra objecter, présenter des preuves au bon moment, appuyer ses accusations. Mais Danganronpa 2 va plus loin, proposant des phases de combats dialectiques comme autant de mini-jeux, de rythme, de skateboard, de shoot... Si de prime abord rien n'est évident, et ce malgré des explications trop bavardes qui auraient gagnés à être plus concises, le plaisir découle de la maîtrise, même s'il faudra s'y reprendre à plusieurs fois avant de se tirer vivant de ce tribunal de l'horreur. Non pas par manque de déduction, mais plutôt parce qu'on n'aura pas bien assimilé telle mécanique originale mais mal présentée. Ou alors parce qu'on aura un peu trop séché les cours d'anglais... En effet, si vous n'avez pas un petit niveau en anglais, difficile de s'impliquer dans ce titre qui, s'il garde ses voix en japonais, n'a pas bénéficié d'une traduction en français pour les sous-titres, le cantonnant encore un peu plus à une certaine niche de joueurs.

Bon
7
Notes de la Rédac (2)
Comme c'était déjà le cas avec Danganronpa : Trigger Happy Havoc, c'est une bonne surprise de pouvoir suivre le récit aussi loufoque que morbide de Danganronpa 2 : Goodbye Despair sur nos PS Vita européennes. Visual novel criminel comme on n'en voit trop peu par chez nous, et même si les personnalités clichés et les dégaines fluo propres au jeu vidéo et l'animation japonaise pourront refroidir certains détectives en herbe (comme ils en séduiront bien d'autres), le titre Spike Chunsoft possède une science de la mise en scène et du rebondissement très efficace, pour qu'on souffle d'impatience quelques heures avant que véritablement l'ambiance s'installe et que les procès commencent... La localisation exclusivement en anglais le réserve cependant à ceux maîtrisant assez convenablement la langue des Monty Pythons. Comme le premier donc, pour son style et sa langue, c'est à essayer avant d'acheter.
par
+ On aime
  • Du visual novel, en Europe et en anglais !
  • Des scènes de crimes à la Détective Conan.
  • Les procès, excitants et à rebondissements.
  • Musiques et visuel uniques, japonais jusqu'au bout des mèches improbables.
  • Une vingtaine d'heures de jeu.
  • Doublages japonais.
- On n'aime pas
  • Une introduction bien trop longue.
  • Bon niveau d'anglais exigé.
  • D'emblée, les mini-jeux en procès sont incompréhensibles.
  • Des dialogues et des procès qui s'abîment par des longueurs inutiles.
  • Bien plus souvent spectateur que joueur.
  • Des clichés de personnalités qui agacent parfois autant qu'ils amusent.
Donnez votre note
4 notes
10
0
1
0
2
0
3
0
4
0
5
0
6
0
7
1
8
0
9
3
10
Ma collection sur PSV
Je l'ai 11
J'y joue 1
Je le vends 0
Je le cherche 1
Vos tests
Pas de test de lecteur pour ce jeu.
Soyez le premier à en rédiger un !

Galerie photo Danganronpa 2 : Goodbye Despair - 10 images (cliquez pour zoomer)

L'exploration est très guidée, on est plus spectateur que joueur. Les instants de bravoure des procès sont très excitants. Il faudra étayer ses accusations... ... même avec des preuves un peu étranges...

Top ventes

Console Sony PS4 Pro 1 To
Neuf : 399,00 €
Casque de réalité virtuelle Sony Playsta…
Neuf : 399,99 €
Console Microsoft Xbox One S 500 Go Blan…
Neuf : 270,74 €
Console Sony PS4 Slim 500 Go
Neuf : 289,99 €
Pack Microsoft Xbox One S Battlefield 1 …
Neuf : 270,84 €
Pack Console Sony PS4 Slim 1 To Noire +…
Neuf : 349,90 €
Console Sony PS4 Slim 500 Go + Fifa 17
Neuf : 369,80 €
Console Sony PS4 Slim 1To + Watch Dogs +…
Neuf : 349,90 €
Console Sony PS4 Slim 1 To + Call of Dut…
Neuf : 330,00 €
Console Microsoft Xbox One S 1 To Blanc …
Neuf : 324,00 €
Console Nintendo Wii U Mario Kart 8 Pack…
Neuf : 279,90 €
Pack Fnac Console Xbox One S 500 Go + Ma…
Neuf : 329,90 €
Console Nintendo New 3DS XL Bleu Métalli…
Neuf : 189,95 €
Console Sony PS4 Slim 1 To + Call of Dut…
Neuf : 349,00 €
Final Fantasy XV Day One Edition PS4
PlayStation 4
Neuf : 50,68 €
18 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (18)