>
>
Test de FIFA 15 (PS4, Xbox One, PC)

TEST. FIFA 15 (PS4, Xbox One, PC)

Le résultat, sans forcer
Par Gianni Molinaro - publié le

Le coup de sifflet de la génération PS4/Xbox One donné, FIFA 14 ne s'est pas fait prier pour trouver le chemin des filets de nos coeurs. En quelques mouvements, cette mise à jour d'une version PS360 déjà excellente a su élever l'expérience footballistique virtuelle. Mais, comme pour toute simulation sportive, les matchs s'enchaînant, on a vite trouvé deux-trois choses à lui reprocher. Et comme toujours, des développeurs se sont attelés à rendre le suivant, FIFA 15, toujours mieux, à tous les niveaux... Au risque d'en faire trop et de risquer le claquage ?

Il convient de commencer ce texte en rassurant les plus anxieux. Ceux que la démo parue le 9 septembre dernier a échaudés. Vous pouvez oublier cette dernière. Bien que son fantôme, drapé d'un rythme frénétique et d'une tendance aux scores fleuves sans se fouler, plane parfois sur les pelouses de quelques rencontres, FIFA 15 en version finale est bel et bien un progrès par rapport à l'édition parue l'an passé. Reste à voir dans quelle mesure cela concerne le gameplay, sachant que c'est surtout la présentation, à l'image d'une interface et d'un menu d'équipe autrement plus clairs et effectifs, qui semble avoir bénéficié des bons soins d'EA Sports

En termes de présentation, on n'a pas fait mieux dans un jeu de foot.

You'll never walk alone

Durant les différentes démonstrations depuis son annonce, ont été surtout mis en exergue des progrès sur l'expérience générale. L'authenticité, pour un titre déjà bardé de licences en tout genre, permettant de jouer avec des centaines d'équipes (dont on peut découvrir des statistiques comme le nombre de buts ou d'internationaux au moment de choisir) cela paraît évident. Et ça passe par des ajustements que les programmeurs ont jugé nécessaires. S'ils paraissent bénéficier avant tout à la partie cosmétique, on ne boudera clairement pas le résultat final. Des angles de caméra toujours plus nombreux, des ralentis qui montrent des animations et collisions bien retravaillées - la plupart du temps -, des modélisations qui, à quelques gabarits un peu "cartoon" près, font le job, des stades absolument magnifiques aux ambiances capables de nous coller des frissons, des salissures et des gazons qui s'érodent, des interactions entre joueurs à base d'encouragements ou de gestes d'énervement suivant les différentes actions, des commentaires qui, s'ils n'ont toujours pas été entièrement refondus bénéficient d'une bonne mise à jour avec toujours plus de descriptions et d'anecdotes sur les joueurs et équipes, des célébrations toujours au top : jamais un jeu de football n'a semblé aussi vivant et proche de la réalité dans ce qu'il propose à voir et à entendre. Point.

Toujours aussi chouette à jouer et profond, grâce à quelques ajustements.

Hourra football

La question de l'enrobage passée, il faut alors s'attaquer aux sensations manette en mains. Je ne cesserai de le clamer pour chaque jeu de football : il ne peut y avoir de vérité totale sur la base de quelques échanges, qu'ils soient online ou offline, que l'on joue avec un club de Ligue 2 ou le Bayern Munich face à une tanche ou un professionnel. Globalement, le plaisir est là. La base est solide et son aménagement permet de proposer un jeu qui a du répondant. L'expérience se dose et se customise, jusqu'au FUMA réservé aux oufs-malades, comme il faut. On met à notre disposition une foule de mouvements individuels et de stratégies collectives (dont des corners encore plus riches de possibilités) ainsi qu'une intelligence artificielle qui, malgré quelques errances aussi irritantes que des téléscopages parfois hasardeux, assure l'essentiel en s'adaptant convenablement à nos desiderata à la volée, d'un jeu ultra défensif à une attaque à outrance. Et n'oublions pas les réactions du cuir, impeccables tant sur les passes que les frappes, avec une sensation d'indépendance assez bluffante et des dribbles souvent délicieux, aussi jouissifs que des passes millimétrées lorsqu'ils sont placés de façon adéquate. Accessible mais profond, FIFA 15 a préféré l'affinage à l'évolution. Et cela fonctionne.

Tacler au bon moment : un vrai challenge.

Maradona good, Pelé excellent and George Best

Comme si une étrange force - ou un algorithme, peut-être - s'en mêlait, les matchs et leur qualité peuvent basculer sur des détails. Cela rappelle la Yougoslavie de Dragan Stojkovic : capable du pire et du meilleur. Un coup ce sera étonnamment fermé, posé, complexe, une autre fois les défenseurs se laisseront emmener par le moindre coup de rein, s'écarteront presque devant un attaquant qui aura déjà couru 80 mètres tout droit et les ballons fuseront de toutes parts vers la cage comme dans un remake de Fort Alamo. Il n'est pas inexact de dire qu'il y a une belle prime à l'attaque et au jeu direct, avec des une-deux et des passes en profondeur lobées qui font toujours autant de dégâts face à un système défensif parfois arbitraire. Parce que le spectacle prime sur le reste, trouver le bon tacle (debout avec la touche de tir ou glissé, avec celle de la passe en hauteur) et respecter un timing exact sans être immédiatement enrhumé par le possesseur du ballon, surtout lorsqu'il s'agit d'une mobylette à la souplesse irréprochable, est devenu une épreuve à part entière. Surtout que l'arbitre, déjà bien pénible à siffler les hors-jeu trois secondes trop tard et proposer mi-temps et fin de rencontre en pleine action, a la main lourde sur des contacts parfois anodins. Patience et longueur de temps nous diront si la courbe d'apprentissage se révèle en effet plus subtile qu'il n'y paraît et si le jeu aérien est effectivement moins abusé.

Quatre tirs en lulu à la suite ? Même pas une goutte de sueur pour les stopper.

Il est déjà Neuer ?

Il fallait bien réserver une place importante à ce vers quoi la communication de l'éditeur nous a aiguillés ces derniers temps : les gardiens. On nous a expliqué à quel point ils étaient enfin dotés d'une intelligence propre, capables de réflexes de folie, d'un placement parfait en toute circonstance. Bref, on nous a vendus du rêve. Bah nom de Zeus, c'est vrai. Mais à un point qu'on n'imaginait guère. Imaginez la baraka de Tim Howard contre la Belgique cet été (record d'arrêts, et pas des dégueulasses, durant un match de Coupe du Monde) appliquée à tous les derniers remparts. Imaginez qu'à quelques exceptions - les tirs lointains, montrant qu'ils sont souvent trop avancés et prêts à des ruées à la Neuer, et les chandelles au milieu d'une foule de millionnaires en short - ils parviennent à sortir des parades plus folles les unes que les autres et qui, en sus, envoient le cuir dans une direction surprenante. Imaginez que vous avez affaire à des murs qui bouchent leur angle et usent de leurs membres avec fermeté. D'un coup, tout le travail accompli pour parvenir à ses fins s'avère injustement démoli. Bon point ou plaie, à votre convenance. J'aurais tendance à trouver cela plus plausible qu'un homme de paille qui reste couché et repousse automatiquement dans les pieds adverses de manière systématique. Ajoutez à cela que cadrer n'est plus garanti dans toutes les conditions, vous obtenez quelque chose qui tend vers l'imprévisible. Comme la réalité.

Le nouveau menu d'équipe s'avère fonctionnel. Il était temps.

Hannibal, Looping, Barracuda et FUT

Le contenu, quant à lui, ne connaît aucun chamboulement. Juste des petites touches pour justifier le changement de chiffre sur la jaquette. Ce qui ne veut pas dire qu'il n'y a pas de quoi passer des heures sur sa console seul ou entre potes. On trouve des mini-jeux d'entraînement impeccables pour se faire la main, un mode Saison en ligne (rappel : il faut un abonnement PS Plus ou Xbox Live Gold) en solo ou en duo toujours aussi addictif, le droit de suivre les infos concernant son club favori en temps réel grâce à Journée en direct, alimenté par Goal.com, et le représenter à chaque journée importante, un mode Carrière qui dispose d'un outil de recherche amélioré, un Ultimate Team qui se contente d'un système de prêt pour découvrir immédiatement un des 12.000 joueurs qui vous aurait tapé dans l'oeil et d'un mode amical, et toujours ce mode Be a Pro qui autorise à incarner un joueur seul parmi 22 présents sur le terrain. Vous l'aurez compris, le dépaysement n'était pas forcément à l'ordre du jour. Mais qui risque de s'ennuyer avec tout ça ?

On dira de FIFA 15 qu'il est un paresseux. La réalité, c'est que même si l'accent a été mis sur l'habillage et la "transmission d'émotions" plus que sur un bouleversement du gameplay, ce dernier procure toujours, grâce à de nombreuses touches, d'excellentes sensations - quand bien même certains affrontements tournent vite au cauchemar avec la sensation qu'on a mis les 22 acteurs sur 10.000 volts. L'herbe du jeu d'Electronic Arts est donc suffisamment verte pour qu'un fan de football la foule sans se poser trop de questions. Mais attention : celle du voisin pourrait avoir repris quelques couleurs. Il faudra sûrement songer à vite appliquer de l'engrais. Très vite.

PS4
XB1
PC
Indispensable Gameblog
Très bon
8
Ambiance et enrobage de folie, technique de haut niveau, interface joliment recitfiée, modes de jeu en pagaille : ce FIFA 15 fait le boulot sans avoir à forcer son talent au niveau d'un gameplay qui n'a bénéficié que de menus ajustements. Un poil trop exigeant en défense, permissif en attaque et avec des gardiens aux parades parfois décourageantes, il affiche un style plaisant, énergique, spectaculaire - sans verser systématiquement dans le n'importe quoi - qui fonctionne très bien et fera le bonheur de nombreux aficionados du ballon rond. Cette fois, la licence donne dans la force tranquille, en somme. Pas sûr que cela tienne longtemps.
par
+ On aime
  • Du foot riche en possibilités et souvent imprévisible.
  • Techniquement bien en place.
  • Présentation extraordinaire, ambiance fantastique.
  • Un contenu toujours aussi costaud, offline et online.
  • Une interface tellement plus avenante.
  • Des gardiens redoutables.
- On n'aime pas
  • Des gardiens TROP redoutables - mais bizarrement inertes par moments.
  • La profondeur lobée, toujours trop dangereuse.
  • Quelques ratés occasionnels dans l'I.A. et les collisions.
  • Arbitrage souvent frustrant.
  • Modes qui diffèrent assez peu de ceux de l'édition précédente.
Donnez votre note
84 notes
6
3
1
9
2
5
3
7
4
10
5
3
6
9
7
11
8
11
9
16
10
Ma collection sur
PS4
Je l'ai 120
J'y joue 29
Je le vends 0
Je le cherche 1
Vos tests (2)
0 297
b2zo-almendha
Points forts : - Graphiquement de qualité. - La licence totale de la Premier League avec un grand nombre de joueurs modélisés, même dans les petites équipes. - Le nombre de mode de jeux, que ce soit en ligne ou hors ligne. - Les...
4
1 332
DaHero
Une fois de plus nous retrouvons un FIFA qui aspire encore et toujours au réalisme et à la simulation. Bien que le gameplay soit peu changé par rapport au titre précédent, on remarque clairement les améliorations de gameplay. Nous pouvons retenir...
8

Galerie photo FIFA 15 - 14 images (cliquez pour zoomer)

En termes de présentation, on n'a pas fait mieux dans un jeu de foot. Toujours aussi chouette à jouer et profond, grâce à quelques ajustements. Tacler au bon moment : un vrai challenge. Quatre tirs en lulu à la suite ? Même pas une goutte de sueur pour les stopper. Le nouveau menu d'équipe s'avère fonctionnel. Il était temps.

Top ventes

Console Sony PS4 Pro 1 To
Neuf : 399,00 €
Casque de réalité virtuelle Sony Playsta…
Neuf : 399,99 €
Console Microsoft Xbox One S 500 Go Blan…
Neuf : 270,74 €
Console Sony PS4 Slim 500 Go
Neuf : 289,99 €
Pack Microsoft Xbox One S Battlefield 1 …
Neuf : 270,84 €
Pack Console Sony PS4 Slim 1 To Noire +…
Neuf : 349,90 €
Console Sony PS4 Slim 1To + Watch Dogs +…
Neuf : 349,90 €
Console Sony PS4 Slim 1 To + Call of Dut…
Neuf : 330,00 €
Console Microsoft Xbox One S 1 To Blanc …
Neuf : 358,28 €
Console Sony PS4 Slim 1 To + Call of Dut…
Neuf : 349,00 €
Console Nintendo New 3DS XL Bleu Métalli…
Neuf : 189,95 €
Console Nintendo Wii U Mario Kart 8 Pack…
Neuf : 279,90 €
FIFA 17 PS4
PlayStation 4
Neuf : 55,06 €
Final Fantasy XV Day One Edition PS4
PlayStation 4
Neuf : 49,99 €
77 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (77)