>
>
Test de Outlast : Whistleblower (PC, PS4)

TEST. Outlast : Whistleblower (PC, PS4)

La peur au ventre
Par Carole Quintaine - publié le

Si vous aimez vous faire peur, voire très peur, vous avez très certainement tenté l'aventure Outlast, au coeur de l'asile abandonné de Mount Massive où une espèce de fou furieux jouait au Docteur Maboul avec ses patients... Eh bien si vous avez apprécié cette pépite horrifique signée Red Barrels, vous allez probablement adorer son premier DLC, Whistleblower, qui vous propose de revenir aux origines de la situation scabreuse qui règne à Mount Massive en incarnant un personnage pas totalement étranger à l'histoire originale... et qui va vivre les pires moments de sa vie à l'intérieur de l'asile. Mais est-ce que cette courte et atroce escapade est à la hauteur du jeu original ?

Outlast : Whistleblower est un DLC se déroulant avant et pendant la trame principale d'Outlast ; il vous plonge à nouveau dans l'univers angoissant de Mount Massive mais cette fois-ci dans la peau d'un nouveau personnage... Je vous conseille fortement de faire le jeu initial avant de vous lancer dans la lecture de ce test.

Dans l'épisode original, nous incarnions Miles Upshur, un journaliste avide de scoops qui devait tenter de percer les mystères de Mount Massive, un hôpital psychiatrique abandonné dans lequel des expériences étranges étaient menées sur les pensionnaires... Armé d'une simple caméra, il fallait arpenter les sombres couloirs de la bâtisse, une bande de malades à moitié zombifiés aux trousses. Dans Whistleblower, rebelote, sauf qu'on incarne cette fois Waylon Park, un consultant logiciel qui bosse sur les lieux et qui n'est autre que celui qui envoie un mail à Upshur pour le prévenir de la situation au début du jeu initial...

Dans la peau d'un cafteur

Quand le jeu commence, notre personnage est justement en train d'envoyer le mail en question... avant de se faire choper et de devenir un des nombreux cobayes de l'asile. Coup de bol : deux heures plus tard il se réveille et, malgré son esprit à demi embrumé, arrive à s'échapper. C'est ainsi que, muni d'une caméra identique à celle d'Upshur, il va tenter de fuir cette baraque de cinglés.

En termes de gameplay, peu de différences avec l'opus original : on avance à tâtons dans l'obscurité, on fuit, on ramasse des piles pour alimenter la lumière de notre caméra, on se planque sous un lit ou encore dans des casiers pour tenter d'échapper à ses poursuivants qui sont, notez-le, beaucoup plus flippants que dans l'aventure principale. On sera amené à escalader quelques obstacles et à se déplacer plus horizontalement qu'avec Upshur. Et je vous conseille d'assurer si vous ne voulez pas vous faire coincer, car vos assaillants sont plutôt rapides et ne vous feront pas de cadeaux. Cependant, si vous avez fait Outlast, vous aurez sans nul doute les bons réflexes pour vous en sortir. Enfin, sachez que si la durée de vie de ce DLC dépasse à peine les deux heures, il ne faut pas vous attendre à souffler une seule seconde : vous aurez constamment la peur au ventre, et ce du début à la fin...

Pas le temps de souffler !

En effet, si l'ambiance d'Outlast était déjà oppressante au possible, celle de Whitsleblower est carrément insoutenable. Et c'est probablement dû au fait que trois dingues se sont mis d'accord pour vous coller aux basques non-stop, tout au long de ce véritable run horrifique. Il est vrai que l'épisode initial nous offrait de copieux moments de pure pression, Upshur étant régulièrement traqué par l'espèce de gros porc aux apparitions surprise façon Nemesis dans Resident Evil 3, mais on avait quand même droit à quelques moments de "calme", pendant lesquels notre journaliste pouvait souffler... Ici, pas question de respirer. Le fameux gros porc est toujours de la partie, mais il est accompagné d'une espèce de psychopathe avide de chair humaine ainsi que d'un jeune marié (probablement un cousin éloigné de Frankenstein) qui vous prend pour sa fiancée, et tout ce petit monde ne vous lâche pas d'une semelle !

De plus, votre environnement est encore plus malsain qu'avant : plus de crasse, plus de sang, plus de viscères, plus de membres coupés... c'est la joie. Non, sincèrement, âmes sensibles abstenez-vous ou munissez-vous d'un grand sac plastique. A côté de ce que vous allez voir, l'univers des Silent Hill parait presque enchanteur ! Et si l'on ajoute enfin une bande-son toujours aussi immersive, ponctuée de cris et de bruits angoissants, on atteint le sommet de l'horreur !

La peur au ventre

L'asile de Mount Massive offre un environnement dérangeant et malsain au possible. Je le soulignais plus haut, ce DLC en rajoute une bonne couche, histoire de vous mettre (mal) à l'aise. Le stress et la peur sont toujours à vos côtés, mais leur intensité est multipliée par trois. Il faudra donc vous armer de tout votre courage et prendre une bonne inspiration (et peut-être une couche) avant de pousser à nouveau les portes de cette maison de fous. A noter que vous passerez évidemment dans des lieux que vous connaissez déjà, mais découvrirez également d'autres endroits tout aussi accueillants, dont un grenier dont vous risquez de vous rappeler pour le reste de votre vie. Avec un scénario en plus toujours très bien maîtrisé, vous ne risquez pas de vous détendre une seule minute...

Très bon
8
En bref, Whistleblower est un DLC qui va vous laisser un sacré souvenir d'horreur et qui vous empêchera de fermer l'oeil pendant un bon nombre de nuits... Si Outlast est une référence en termes de Survival Horror, Whistleblower le surpasse largement, en offrant des sensations plus intenses et une expérience de jeu encore plus oppressante. De plus, les nombreux documents que vous trouverez lors de votre progression vous permettront d'en savoir plus sur l'histoire de Mount Massive, et vous aurez droit à pas mal de petits clins d'oeil en rapport avec le jeu initial. Disponible sur PC et sur le PS4 pour 9 euros, les amateurs de Survival Horror ne doivent pas hésiter une seule seconde, car même si la durée de vie est limitée (un peu plus de deux heures, trois si vous aimez faire le touriste... mais je le déconseille fortement, sauf si vous voulez finir dans une casserole à bouillir dans du sang humain), il propose une escapade intense et riche en frayeurs diverses et variées. En somme, une très belle danse au bal de l'horreur...
par
+ On aime
  • L'ambiance, encore plus oppressante.
  • La cohérence avec l'épisode initial.
  • Un super design.
- On n'aime pas
  • C'est trop court, on en veut encore !
Donnez votre note
10 notes
9
0
1
0
2
0
3
0
4
0
5
0
6
1
7
4
8
3
9
2
10
Ma collection sur
PS4
Je l'ai 14
J'y joue 4
Je le vends 0
Je le cherche 0
Vos tests (1)
0 156
radski
Après avoir savouré le premier opus, il est tout à fait normal d’espérer une suite, chose faite par les développeurs de Redbarrels qui proposent six mois plus tard un DLC avec l’ambition de captiver une nouvelle fois les adorateurs des...
9

Galerie photo Outlast : Whistleblower - 5 images (cliquez pour zoomer)

Top ventes

Console Nintendo Switch noire avec manet…
Neuf : 329,99 €
Console Nintendo Switch avec une paire d…
Neuf : 329,99 €
Console Sony PS4 Pro 1 To
Neuf : 399,00 €
Mario Kart 8 Deluxe Nintendo Switch
donnée non spécifiée
Neuf : 49,90 €
The Legend of Zelda : Breath of the Wild…
donnée non spécifiée
Neuf : 56,00 €
Casque de réalité virtuelle HTC Vive
Neuf : 899,00 €
Console Sony PS4 Slim 500 Go + Manette P…
Neuf : 249,90 €
Casque de réalité virtuelle Sony Playsta…
Neuf : 386,89 €
Injustice 2 PS4
PlayStation 4
Neuf : 51,77 €
Console Sony PS4 Slim 1 To
Neuf : 299,99 €
Casque de réalité virtuelle Oculus Rift …
Neuf : 589,00 €
Console Nintendo New 3DS XL Bleu Métalli…
Neuf : 179,99 €
Fire Emblem Echoes Shadows of Valentia E…
Nintendo 3DS
Neuf : 113,88 €
Farpoint PS4 VR + manette de visée Plays…
PlayStation 4
Neuf : 89,90 €
Console Sony PS4 Slim 500 Go
Neuf : 279,99 €
6 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (6)