> > TEST. BioShock Infinite : Tombeau sous-marin (Épisode 2) (PC, PS3, Xbox 360)

TEST. BioShock Infinite : Tombeau sous-marin (Épisode 2) (PC, PS3, Xbox 360)

Femme fatale
Par Gianni Molinaro - publié le

Surprenant à plus d'un titre, le premier épisode de Tombeau sous-marin  avait globalement réussi son travail de réconciliation de la licence avec les fans du tout premier Bioshock. Malgré une durée de vie un peu faible, cette plongée dans la Rapture de 1958 s'était révélée captivante, tant sur le plan de l'intrigue que sur celui d'un gameplay plus proche des racines de la série. Ne restait plus qu'à connaître le dénouement, à travers les yeux d'Elizabeth.

Pourquoi Elizabeth et pas Booker DeWitt ? Eh bien si vous n'avez pas terminé le chapitre précédent... je ne répondrai pas à cette question. Je vais me contenter de rappeler, pour simplifier et éviter le spoiler qui me mènera au bûcher de l'Internet, que la demoiselle s'est rendue à Rapture pour sauver une Petite Soeur prénommée Sally. Une entreprise compliquée. D'autant que notre brunette se retrouve cette fois seule. Et démunie. La capacité lui permettant de manipuler les failles s'est faite la malle et il lui reste bien des tâches à accomplir, bien des personnages hostiles à croiser, bien des endroits à visiter. Comme l'aérienne Columbia, étroitement liée à la sous-marine Rapture... Avec, à chaque pas en avant, une explication à un événement connu des amoureux de l'univers de Ken Levine. Non, je ne dirai rien de plus. Mais l'habileté scénaristique est totale, voire époustouflante. Avec des révélations choc... qui n'ont d'intérêt que si l'on connaît la saga dans sa totalité. Vous êtes prévenus.

Cache-cache entre ciel et mer

Revenons à Elizabeth, dont le dénuement inopiné va nous pousser à une approche encore plus subtile que dans l'épisode 1 - et j'éviterai toute comparaison au Bioshock Infinite d'origine. Comment opérer lorsque l'on est toute menue et recherchée par des dizaines de chrôsomes, voire un Big Daddy, qui peuvent vous zigouiller en un claquement de doigts ? La furtivité.  La grande majorité du temps sera consacrée à se faufiler, accroupi, en faisant attention à ne pas laisser traîner ses petons sur des bouts de verre ou dans des flaques d'eau, à assommer les poursuivants, à user des manches à air telle une Petite Soeur et ainsi se créer des raccourcis, à s'accrocher aux boucles surélevées et atterrir en douceur... Bref, à tout faire pour ne pas se faire gauler dans les nombreuses zones, assez ouvertes, proposées. Ajoutons à cela qu'Elizabeth peut aussi user de sa capacité à crocheter les serrures (encore faut-il disposer d'assez d'épingles) voire les tourelles qui pourraient trahir sa présence trop facilement via un mini jeu stressant, consistant à faire jouer du loquet au bon moment, qu'il y a donc une foule de chemins possibles à l'abri de regards parfois peu aiguisés - il n'est pas rare en effet que les antagonistes brillent par un champ de vision restreint et "zappent" votre présence.

Projet sombre

Est-ce à dire qu'on n'aura jamais quoi que ce soit dans les mimines, que la baston est proscrite ? Que nenni, mais disons qu'au début, une arbalète avec quatre fléchettes soporifiques maximum, des leurres sonores et un pouvoir qui permet de se rendre invisible ou de voir au travers des murs, pour démonter des groupes entiers, y'a pas moyen, comme on dit. Il sera d'abord conseillé de procéder soit en esquivant, soit en éliminant un par un et discrètement. Il n'y a pas obligation de fuir en permanence. Mais les munitions s'avèrent rationnées et l'Eve (pour remplir sa jauge de magie) s'évapore rapidement. Cela n'empêche pas de se retrouver par la suite avec des opportunités de manier un pistolet, un fusil à pompe, le Radar Range ou encore de faire péter des plasmides permettant d'absorber des balles pour les réexpédier à l'envoyeur, le gel des ennemis ou leur retournement de veste temporaire. Reste que l'intérêt ne réside pas vraiment dans l'action, comme le souligne la présence d'un mode de difficulté baptisé 1998 (en référence au très mythique Thief : The Dark Project) où les armes létales sont simplement bannies.

La reine Elizabeth

Dire que Tombeau sous-marin épisode 2 est avant tout un jeu d'ambiance relève de l'euphémisme. Il s'autorise d'ailleurs à vous priver de toute idée de gameplay pendant de longues minutes précédant le générique de fin. Il faudra savoir accepter la façon dont il veut que vous jouiez : avec un sentiment d'impuissance, une sensation d'oppression absolue qui vous force à demeurer aware. L'enrobage va évidemment contribuer à rendre le tout immersif. La direction artistique, le travail sur le son (dont des doublages en V.O. d'une puissance incommensurable, mention spéciale à Elizabeth), la mise en scène générale, l'ambiance teintée d'une certaine folie... On ne ressort pas indemne de ce DLC au petit goût de 12 Monkeys, à la durée de vie autrement plus conséquente qu'auparavant (2h30-3h00 au premier run, en farfouillant un minimum) et qui vaut, à lui seul, largement le coup de dépenser 20€ dans le Season Pass.

Je ne vous raconte pas la tronche que j'ai tiré une fois l'aventure terminée. La tristesse. D'une part parce que j'en aurais bien repris une louche, tant le tout est mené de main de maître, avec une approche infiltration parfaitement travaillée permettant de voir Bioshock d'une façon différente. De l'autre parce que ce la chanson - que vous découvrirez par vous-mêmes - qui accompagne Elizabeth n'est là que pour renforcer l'incroyable noirceur de ce second DLC. Il s'agit d'un petit bijou que je ne vous conseille pas de terminer si votre moral n'est pas au top et préparé. 

TEST. BioShock Infinite : Tombeau sous-marin (Épisode 2) (PC, PS3, Xbox 360)
BioShock Infinite : Tombeau sous-marin (Épisode 2)
Acheter sur
Aucun disponible
Indispensable Gameblog
Très bon
Notes de la Rédac (0)
Une conclusion brillante à l'histoire débutée voilà quelques mois. Cet épisode 2 du Tombeau Sous-Marin nous mène sur le chemin de la furtivité avec brio, permet de lever le voile sur des évènements de façon à faire bondir les fanboys au plafond et plombe on ne peut plus correctement l'ambiance en plus d'avoir suscité en nous la peur, l'empathie, l'espoir, grâce à un travail visuel et sonore de grande qualité... Difficile de ne pas reconnaître qu'après ça, Elizabeth va nous manquer.
par Gianni Molinaro
+ On aime
  • Le lien entre Bioshock et Bioshock Infinite.
  • L'approche infiltration.
  • Direction artistique, ambiance sonore, mise en scène et écriture proches du soleil.
  • Incarner Elizabeth.
  • Cette fin.
- On n'aime pas
  • I.A. pas toujours folichonne.
  • N'a aucun intérêt et donne la migraine si on n'a pas joué au reste de la série.
  • Peut éteindre toute étincelle de joie de vivre pendant quelques heures.
Vos notes
1
2
3
5
11 notes
4,5
Notez ce jeu

L'argus
Pas assez d'estimations !
Quel prix pour ce jeu ?
Vos tests
Pas de test de lecteur pour ce jeu.
Soyez le premier à en rédiger un !

Galerie photo BioShock Infinite : Tombeau sous-marin (Épisode 2) - 7 images (cliquez pour zoomer)

L'actu Jeux en vidéo

Top ventes

Pack Console PS4 + 2ème Manette PS4 - Ex…
Neuf : 474,70 €
Just Dance 2015 Wii
Nintendo Wii
Neuf : 31,50 €
Captain Toad Treasure Tracker Wii U
Nintendo Wii U
Neuf : 36,74 €
GTA 5 PS4
PlayStation 4
Neuf : 51,78 €
Console Microsoft Xbox One + Assassin's …
Neuf : 379,90 €
Assassin's Creed Unity PS4
PlayStation 4
Neuf : 58,18 €
Pokémon Saphir Alpha 3DS
Nintendo 3DS
Neuf : 34,74 €
Super Smash Bros 3DS
Nintendo 3DS
Neuf : 34,19 €
Console PS4 Sony - Console Playstation 4…
Neuf : 379,99 €
Pokémon Rubis Oméga 3DS
Nintendo 3DS
Neuf : 34,54 €
Call of Duty Advanced Warfare édition st…
PlayStation 4
Neuf : 49,99 €
FIFA 15 PS4
PlayStation 4
Neuf : 56,57 €
Super Smash Bros U Wii U
Nintendo Wii U
Neuf : 46,78 €
GTA 5 Xbox One
Xbox One
Neuf : 50,89 €
Console Nintendo Wii U Mario Kart 8 Pack…
Neuf : 298,85 €
DEVENEZ MEMBRE PREMIUM

Abonnez-vous et profitez dès maintenant de nombreux avantages :
Émissions vidéo en avant-première, contenus exclusifs, disparition de la pub, avantages communautaires...

Derniers commentaires

tous les commentaires (29)