Axelay sur Super NES, le test de sseb22

Publiez votre test
Signaler
sseb22
8
sseb22 SNES

Ah ! Que ze l'ai(me) !

Désolé de vous embêter avec ça mais je vais commencer par vous narrer ma vie avec Axelay. Vous pouvez donc passer le prochain paragraphe.

Ah, vous êtes encore là ?
En fait, j'ai acheté Axelay pratiquement à sa sortie au prix magique de 649frs si je me souviens bien. Et là, avant même (ou presque) que j'ai pu y jouer, un pote me le subtilise discrètement. Je n'ai jamais vraiment pu prouver que c'était lui mais j'en reste persuadé. Le pire, c'est qu'on est resté ami (bon, OK, je suis une belle poire mais bon, c'est un type compliqué, on va dire !). Par conséquent, je n'ai que très peu jouer à Axelay à l'époque. Vous comprendrez aisément que je n'avais pas très envie de débourser à nouveau quelques centaines de francs, même en occasion, pour ce shoot them up. J'y ai donc ensuite joué par intermittence, au fil des années, sur émulateur. Et ce n'est que maintenant que je prends mon courage à 2 pouces afin de m'y remettre sérieusement.

Axelay est donc un shmup comme il en existe beaucoup sur SNES. À bord de votre vaisseau spatial du futur, vous affrontez seul une horde d'aliens afin de sauver Illis, votre système solaire de l'invasion de l'Armada de l'Annihilation ! Bref, un vaisseau spatial, des armes, des méchants à tuer. A-t-on véritablement besoin de plus pour un shmup ?

Axelay innove un peu en alternant les niveaux à scrolling vertical et horizontal au lieu de se cantonner à un seul type de défilement. Et autant le dire tout de suite, à l'époque, le premier niveau a fait l'effet d'une petite bombe ! En effet, non seulement Axelay arbore des graphismes assez magnifiques dans ce niveau juste au-dessus des nuages, mais surtout, les équipes de Konami ont décidé d'utiliser le mode 7 de la Super Nintendo pour simuler la courbure de la planète. Le décor, les ennemis et les obstacles subissent donc une déformation lorsqu'ils sont en haut de l'écran. Et pourtant, cette "simple" astuce avait un effet saisissant. Aujourd'hui, ça ne l'est plus tout à fait autant mais le jeu a bien vieilli et, ma fibre nostalgique aidant, j'y suis encore assez sensible. Je me demande d'ailleurs ce qu'en penserait un joueur ne l'ayant pas connu jadis. Malheureusement, Axelay aussi subit quelques ralentissements quand les sprites se font trop nombreux à l'écran.

Vidéo de ce fameux 1er niveau :
http://www.youtube.com/watch?v=V3F3l-SiN78

Je dois bien avouer qu'outre ce petit artifice, Axelay reste très classique. Le système d'armement s'étoffe au fil des niveaux mais de façon automatique, les niveaux défilent avec des décors variés (nuages, donc puis station spatiale, ville, caverne,...) de façon linéaire. La jouabilité est bonne puisque le vaisseau répond bien et qu'on a droit à l'erreur avec un système original. En fait, à chaque collision, une des trois armes est détruite mais on ne perd une vie qu'une fois complètement désarmé. Étrange mais c'est sympa de ne pas mourir immédiatement. Par contre, il n'y a pas vraiment d'upgrade de chaque arme et j'ai trouvé qu'il manquait une super-bombe à usage limité permettant de nettoyer l'écran.

Comme tout shmup, sa difficulté est corsée et venir à bout des 6 niveaux demandera pas mal de skill. C'est loin d'être le jeu le plus difficile qui existe mais il nécessite son paquet de vies afin d'en voir le bout. A la fin du jeu, vous serez gratifié d'un simple écran de fin puis vous pourrez recommencer le jeu entièrement, à la manière des jeux des année 70.

Axelay reste donc un shmup qui a marqué les esprits grâce à ses niveaux à scrolling vertical et "bombé". Si on enlève cette technique due au mode 7, il reste un bon et beau jeu de tir aux décors assez variés et au gameplay fluide. J'aurais bien aimé avoir plus de choix dans les armes mais je pinaille.

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Vos tests de Axelay

tous les tests