Battlefield : Bad Company 2 sur Xbox 360, le test de

Publiez votre test
Signaler
8
X360

Le chantre du travail d'équipe!

Le voilà! Le tombeur auto-proclamé du titan de chez (feu?) Infinity Ward! Mais Dice a-t-il fait ce qu'il fallait pour faire de sa Mauvaise Compagnie une galette de choix?

 

Autant le dire tout de suite, du côté de la campagne solo Infinity Ward reste maître dans sa demeure. La série des CoD a conquis les joueurs pour sa mise en scène de blockbuster et l'intensité de ses niveaux. Et Dice n'y fera rien. Attention! La campagne 'offline' reste tout à fait plaisante à jouer, mais plutôt en guise d'entraînement pour le multi. Il y a de la variété, on nous propose de toucher à tous les aspects du gameplay, les armes, les accessoires et les véhicules, tout y passe. Mais Dice n'a pas su y mettre suffisamment de rythme. C'est assez mou du c** (pardonnez-moi!). Et sous l'intention d'instaurer une 'histoire' (bon ok, y a des bons gars et des plus méchants, et ça se tire allégremment dessus), Dice nous noie sous des cutscenes répétées jusqu'à plus soif! Parfois on ne fait pas 30m 'ingame' sans qu'il n'y ait un fondu et HOP! Une énième cinématique. La galerie de persos fait son effet, des répliques restent, mais le doublage français est mauvais, la synchro labiale souvent à la rue. Rassurez-vous, le gameplay assure, on prend du plaisir à évoluer avec son groupe de badass, on s'amuse avec le moteur physique et l'on se dit clairement : "La démolition de bâtiments en multi, gogogadgeto c4!"

 

La roue tourne! Après l'épreuve du solo, Infinity Ward gardait la tête. Au vu du multi, Dice enterre son rival. Qui n'a jamais pesté lors de ses premières heures sur le multi de MW2 contre un brouilleur de radar (ou autre)?? Ici, pas d'atouts frustants. Mais des classes. Quatre. Des armes et des accessoires à débloquer, de quoi motiver les plus réticents. Mais ces 'plus' ne creusent pas d'écart significatif entre les joueurs. Des skills et du travail d'équipe, c'est tout ce qui fera la différence. Une fois sur le terrain, ce qui avait été effleuré en solo, devient magique en multi. L'accès à une partie est très rapide et 30s suffisent pour prendre conscience du fracas qui reigne inévitablement dans BC2.  On cours pour se mettre à couvert, on sort de sa planque, zoom, rafale, +50. L'instant d'après notre mur protecteur explose sous le tir d'un tank. Et l'on se fait aligner par un joyeux gaillard de passage dans le coin. Et le rythme ne redescend jamais. Les parties sont agréablement longues, les maps énormes. Dice impose sa vision du multi, plus simple en apparence (en apparence seulement!) que celui de MW2, mais autrement plus jouissif. Le travail d'équipe paiera!

 

Deux choses maintenant. Tout d'abord une qualité que l'on peut attribuer aux deux titres. La durée de vie. Critiquée par certains, la durée des deux softs est excellente! Sans même mettre les pieds sur le Live, il est tout à fait facile de passer 60h sur MW2 (coop!). Quant à Bad Company 2, sans être un forcené comme certaines têtes de listes du classement en ligne qui comptabilisent déjà 200h de jeu, on se voit très vite passer la barre des 40h, en sachant très bien que le pad ne reprendra pas la poussière de si tôt.

Deuxième chose que les deux titres ont en commun : l'absence hallucinante de gestion du jeu en local! Certes le online est une chose grisante, mais certains joueurs préfèrent au Live les soirées bières/pizzas à 8, autant de pads, deux consoles, deux écrans. C'est bien dommage de ne plus pouvoir choisir sa façon de jouer à plusieurs. Seul Halo 3 semble être encore apte à proposer plusieurs expériences multi.

 

Conclusion! BC2 est le tombeur de MW2. CQFD

(Seulement en multi, l'objectivité est sauve :x).

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Vos tests de Battlefield : Bad Company 2

tous les tests