Le Blog créatif de Subby-kun et Subbinette

Le Blog créatif de Subby-kun et Subbinette

Par Subby kun Blog créé le 25/07/10 Mis à jour le 16/02/13 à 11h47

Il y a des gens qui disent que je suis fou lorsque je passe 15 minutes à contempler mes jeux tous les matins. Le jeu vidéo étant un art, qu'est ce qu'il y a de fou à contempler une oeuvre d'art?

Ajouter aux favoris
Signaler
Réflexions personnelles

Années 2000-201X : Vers l'apogée du « live » 

 

 

Bienvenue pour cette 3ème et dernière partie de mon dossier et après promis j'arrête :-p. De nouveau, je vais essayer d'évoquer les grandes tendances qui m'ont marqué au cours de ces 10 dernières années en séparant de nouveau le monde des consoles de jeu et le monde du PC même si ces deux univers se rapprochent de plus en plus.

 

 

I)                  Retour au pays des consoles

 

 

a)      La 6ème génération de consoles

 

L'an 2000 marque l'arrivée de la 6ème génération des consoles de jeux : La Dreamcast (1999), la PS2, la GameCube et la Xbox. Surfant sur la vague de la N64, elles embarquent toutes (sauf la PS2) 4 ports pour les branchements de contrôleurs, laissant espérer du multijoureur, plus de multijoueur !!! Pourtant celui-ci  évolue peu et l'ensemble des genres de la génération précédente continue leur chemin...En majorité : les jeux de combat, les simulations sportives, ou les FPS.

 

Nintendo tentera une initiative originale mais pour le moins casse gueule : la connectivité GC/GBA. Si tous les potes avaient bien amené leur GBA, il était possible de l'utiliser comme contrôleur et  parfois switcher, sur l'écran de la console lors de mini séquence de jeux. Seulement deux jeux furent exploités avec ce système: Final Fantasy Crystal Chronicles et Zelda Four Sword. Ce deuxième présente un fun absolument indéniable, et si le concept était vraiment osé, il présentait de fortes contraintes (avoir 1 GBA/joueur).

Ayant toujours été un grand fan de la GBA, je dois être l'un des rares fous de France à posséder chez moi les 4 GBA, les cables et Zelda Four Sword pour s'adonner sans vergogne aux joies de la récolte de rubis.

 

Timide pour cette génération mais incoutournable pour la suivante,   l'évolution provient de l'arrivée des connections Internet. Lancé par la Dreamcast avec le magnifique Phantasy Star Online, et suivie par le PS2 et la Xbox avec Playstation Network et du Xbox Live respectivement (Nintendo restant un cas à part) ; la connexion à un serveur marque l'arrivée du multijoureur avec le reste du monde sur consoles de jeux !

 

Le très grand Phantasy Star Online. Je ne peux m'empêcher d'en vouloir à ce jeu qui m'a pris l'un de mes meilleurs amis gamers. Après près de 150 heures quasi non-stop sur le jeu pendant des vacances, il décida d'arrêter définitivement le jeu vidéo pour se mettre à la musculation. PSO, pourquoi tu m'as fait ça ?

 

Ces plateformes de partage seront encore renforcées pour la 7eme et l'actuelle génération de consoles.  Plus d'une évolution technologiques, la démocratisation d'internet  a profondément changé le jeu multijoueur et ce sujer mérite sa propre session  à la fin de ce dossier.

 

b)      Les consoles portables s'y mettent

 

Jusqu'à présent, je n'ai pas abordé le thème des consoles portables. Et pour cause, comment faire du « multi » avec ces écrans-manette conçu pour un seul joueur. L'un de rare exemple débute avec la Gameboy et son inséparable Tetris qui, relié par le fameux câble « link », permettait un affrontement par console portable interposée ! Mais celles-ci restent longtemps bloquées par l'obligation de trouver un nombre équivalent de consoles et de jeux au nombre de joueurs. La GBA tenta dans une moindre mesure de proposer les premiers jeux jouables avec une seule cartouche. Limitant les possibilités par rapport à l'utilisation de plusieurs cartouches, cette alternative proposée dans Bomberman ou Zelda Four Sword permit de jouer jusqu'à 4.

Comment vous faire partager ces inoubliables moments sur les bancs de la fac, avec 3 de mes potes qui avaient tous investis dedans. Jamais les cours en amphi n'ont été aussi palpitants et les cris de joie ou de colère aussi durs à retenir.

Le plus galère, c'était de dissimuler l'ensemble des cables et des consoles sous les tables de l'amphi sans que cela se voit. Une vraie prouesse technique pour l'époque. Si,si, je vous le jure.

 

Avec une technologie sans fil efficace, la DS et la PSP vont démocratiser le plaisir de s'affronter en ligne sur autant de hits que Mario Kart DS, Animal Crossing, les Monster Hunter...

Dans la mesure où l'évolution sur consoles portables via les réseaux internet me semble très proche de l'évolution observée sur Next-gen, je vous propose de détailler tout de suite ce point.

 

Véritable institution au Japon, les Monster Hunter deviennent un nouveau genre à part entière dans le jeu à 4 joueurs sur PSP : celle du jeu de chasse.

 

II)              Vers la compétition, le partage et la reconnaissance des joueurs

 

a)      Le World Cyber Games

 

Au début des années 2000 apparaît la première compétition mondiale de jeu vidéo : le World Cyber Games. Les STR (Starcraft, Warcraft 3, Age of Empires 2...), les FPS (Quake 3, Unreal Tournament, Counter-Strike...), les jeux de combats, de football et de course deviennent les principaux représentants de ces championnats du monde. En effet, ces catégories ont atteint leur apogée sur l'ensemble des PCs du monde et des équipes professionnelles finissent par se former. Le phénomène atteint des proportions surprenantes, notamment en Corée du Sud où Starcraft devient le nouveau « sport national » du pays avec des retransmissions télévisées.

 

 

 

b)      Les mods / les éditeurs de jeu / jeu communautaire

 

Bien qu'ayant débuté au milieu des années 90, les développements des mods font de plus en plus leur apparition. Le phénomène de Counter-Strike ou de Team Fortress avec Half-Life a très certainement aidé à démocratiser cette pratique. Certains jeux comme Warcraft 3 laisseront derrière eux des mods mythiques comme le fameux DotA. Ce phénomène se développe avec Neverwinter Nights (celui de Bioware) qui permet à la communauté de fan de pratiquer le role playing game à partir de son éditeur ultra simple d'accès. Et le joueur se transforme ainsi en maître du jeu.

Avec l'explosion des jeux dits « communautaires » ou aussi 2.0. Les joueurs ne se contentent plus de jouer ensemble, ils innovent, inventent, créent leur map, leur histoire, leur mode de jeu et peuventle partager avec le plus grands nombres. Je pense évidemment à Trackmania, ce phénomène ne cesse de se développer et Sony semble s'investir dans cette nouvelle forme de jeux multijoueurs avec des titres comme Little Big Planet, ModNations Racers...

Le deuxième épisode de LBP devrait pousser encore plus loin le concept au point de fournir un éditeur de gameplay. Attendons nous à voir venir de véritables pépites de la part des joueurs de la communauté

 

c)      L'explosion des MMORPG 

 

Difficile de parler jeu multijoueur sans aborder l'explosion des MMORPG (payant mais surtout en free to play) après le cataclysme, le cyclone, le ... qui porte le doux nom de World of Warcraft ou plus simplement WoW pour les intimes. WoW a véritablement lancé, surclassé et étouffé un genre à lui-seul. Il y a eu quelques concurrents avant son lancement, d'autres on tentait de surfer sur la vague de WoW mais avec un succès sans commune mesure en comparaison des millions de joueurs de l'original. Blizzard Entertainment semble lui-même souffrir (je ne parle pas de leur porte feuille) d'une grande difficulté pour développer leur prochain MMORPG. La richesse du premier ne peut être égaler au lancement de leur prochaine production. Mais les effets de WoW sur le jeu multijoueur deviennent multiples et parfois inattendus même de la part des développeurs. Je n'aborderai pas le phénomène de dépendance générée par une consommation abusive de « meuporg ou autre morpeug » (de la dépendance et de l'abus, il y en a dans tous les domaines). L'un des apports le plus intéressant de WoW est son système d'instance qui ont véritablement permis aux guildes de prendre toute leur importance. C'est une véritable organisation presque militaire (le jeudi soir, je ne peux pas sortir, j'ai une instance !) qui se développe pour les joueurs afin de progresser au plus profond dans les donjons. Ces « missions » multijoueurs des MMORPG ont permis véritablement de renforcer les liens entre joueurs (qui ne se connaissaient pas forcement) et le nombre de rencontre IRL  a véritablement explosé. Le second effet (négatif) qui s'est démocratisé avec l'avènement de WoW possède le doux nom du Gold Farming : Leveler, avoir le meilleur équipement... Tout cela prend énormément de temps et une véritable économie parallèle en argent bien réel s'est développée dégradant l'intérêt du jeu. Il y aurait bien d'autres choses à dire sur WoW mais il faut que je me limite volontairement.

 

Jamais je n'ai autant aimé regarder des vidéos de jeux réalisées par les guildes lors de leur décente dans les grosses instances. Un vrai spectacle toujours plus époustouflant.

 

d)     En route vers le live 

 

Ce reseau de PC n'a donc pas tardé à contaminer la 7ème génération de consoles grâce au développement massif des connections internet. Le développement de l'ADSL et de la puissance des connections a permis progressivement aux joueur des consoles de jeu de découvrir avec presque 5-10 ans de retard les apports de l'interconnectivité mondiale  et des jeux en réseau utilisés sur les PCs.

Cette connexion sur le net va fortement changer le comportement des « consoleux » . Jusqu'à présent habitués à se réunir pour s'affronter sur des écrans splittés, le net va permettre à chacun de s'affronter tranquillement installé chez lui avec un confort de jeu optimal. Du coup, les FPS sont de plus en plus (trop ?) nombreux, les simulations sportives et les jeux de courses n'ont jamais été aussi palpitants. Le nombre de joueurs en ligne ne cesse d'augmenter et les jeux exclusivement développés pour le multijoueur (comme M.A.G sorti récemment) permettent à 256 joueurs de s'affronter ensemble ! Pour Halo 3, Call of Duty Modern Warfare, Battlefield Bad Company 2, le multijoueur vient même démultiplier la durée de vie du jeu. Les environnements ouverts comme GTA4, Burnout Paradise, Red Dead Redemption sont de plus en plus présent et deviennent de véritables pépites de partage vidéoludique.

 

 

 

Cependant je trouve regrettable que les développeurs veulent à tout prix intégrer un mode multijoueur pour des jeux qui ne s'y prêtent pas. L'exemple le plus fragrant de ces derniers mois est, à mon avis, Bioshock 2 dont le multi n'apporte strictement rien. Heureusement, les déclarations récentes de Ken Levine (jeu de la mort qui déchire tout) confirme que l'absence de mode multijoueur pour Bioshock Infinite sauf s'il peut réellement apporter quelque chose de nouveau.

 

Le développement massif des Avatars (Mii, Avatars...) a renforcé l'aspect communautaire en ligne. L'arrivée des succès/trophées incite les récalcitrants à essayer les modes multijoueurs... mais ils ont aussi généré un aspect négatif inattendu. Petit dialogue : « - Dis, cela te tente une partie de XXXX ? -Pourquoi faire j'ai déjà tous les succès du jeu ! - Bah pour le plaisir de jouer ensemble tout simplement ? -Non ce jeu ne m'intéresse plus ». Cette pratique reste encore minoritaire mais commence de devenir de plus en plus marqué dans la communauté des « hard core gamer ». Cette évolution malheureuse contamine progressivement le plaisir du mode multijoueur et transforme le jeu en mouchoir jetable « je prends, j'utilise, je jette. Au suivant ! ».

Les plateformes de téléchargement auront apporté un petit plus indéniable au jeu multijoueur car elles ont permis par le biais des studios indépendants de voir revivre des genres oubliés du jeu multijoueur : le beat'em all 2D et le shoot'em up. Quel plaisir de voir revenir les grands classiques mais aussi quelques véritables pépites comme Castle Crashers. Les mécanismes de jeu ont peu évolué mais à 4 joueurs, le fun est toujours autant présent.

Castle Crashers ou le retour du beat'em all 2D dans sa plus pure tradition (mis à part les éléments RPG). L'une de mes plus belles surprises vidéoludiques de l'année 2009.

 

On note l'apparition du TPS et surtout l'arrivée des jeux en coopération dont l'histoire qui se vivait habituellement en solitaire. Faisant surement partie d'une minorité à avoir fini Gears of War 1 et 2 en écran splitté et sur le live, je peux vous le dire : le net a apporté un confort de jeu maximum. Ce jeu (et les autres TPS/FPS en coop) est un peu à l'origine de mon envie d'écrire cet article. Le jeu en coopération apporte réellement un gros plus à l'expérience de jeu. Grâce au Live, les joueurs peuvent se connecter directement en rentrant du boulot et retrouver sa communauté d'amis de jeu sans avoir à recevoir ou se déplacer.

Les améliorations sont telles qu'il semble finalement gênant de se retrouver tous ensemble autour d'une table pour partager cette expérience multijoueur. Aujourd'hui, je regrette parfois de ne jouer avec mes amis que par le biais d'un micro et non plus dans une seule et même pièce.

 

Si, si, je vous assure que ce mode est tout à fait jouable même si le confort visuel ne vaut pas un plein écran.

 

 

III)                  Nintendo trace sa route

 

Contrairement aux autres, la Wii de Nintendo a évolué vers une toute autre forme. En décidant de réunir l'ensemble de la famille autour du genre très florissant des party games, Nintendo a pris le parti des casual gamer et de la convivialité du jeu multijoueur : La but c'est d'être ensemble !!!

En simplifiant les contrôles grâce à la Wiimote, la console de Nintendo est devenue l'ambassadrice des soirées « délires » entre amis. A titre d'anecdote, le cri horripilant des Lapins Crétins est devenu culte au sein de mon laboratoire de recherche au cours de ma thèse. Les mini jeux crétins ou les affrontement sportifs nous font revenir aux jeux compétitifs de manière plus pacifiste. Si le but est de battre l'autre et de montrer ses aptitudes, l'interface sportive, sans être physiquement épuisante, permet de jouer avec les tous petits et les grand-parents. Si jamais vous n'arrivez pas à vous mettre dans l'ambiance, la multitude d'accessoires, souvent vendus avec le jeu, sont là pour vous aider : volant, pistolet ou raquette de tennis ...

Je ne sais pas ce qui s'est passé chez Ubisoft, mais le design et le cri des Lapins Crétins restera culte pendant des années.

 

Ainsi, à grand renfort de publicités très efficaces, les joueurs habitués comme les débutants se retrouvent ensemble pour une partie simple, fraîche et agréable. Tout le monde se retrouve dans un esprit bon enfant et Nintendo a transposé cette convivialité à son autre plateforme, la DS. En effet, la campagne marketing effectuée lors la sortie récente de la DSi XL (Professeur Layton) ou de Dragon Quest 9 marque cette volonté de jouer tous ensemble, de partager un moment « dans la même pièce ».

 

IV)              Quel avenir pour le jeu multijoueur dans les prochaines années ?

 

Evidemment il est très difficile de faire Nostradamus mais je voulais avoir vos avis sur l'avenir du jeu multijoueur.

Le développement du cross-plateforme PC-Xbox 360 afin de faire affronter les joueurs PC et consoles entre eux semblait sur le papier promu à un bel avenir. Son échec cuisant montre comme il peut parfois être difficile de faire des pronostiques sur l'avenir.

Une news récente de Sony particulièrement intéressante montre leur réflexion sur une évolution de la technologie pour les téléviseurs 3D. Le principe repose sur le même que la technologie dite « active» (je vous renvoie à mon post précédent) avec l'utilisation de lunette LCD. Au lieu d'envoyer une image sur deux à chaque oeil pour effectuer l'effet 3D, les écrans des deux joueurs seraient envoyés successivement afin de pouvoir profiter d'une image complète (mais différente) plutôt qu'un écran splitté. Je ne sais pas si cette technologie finira par être aboutie mais je la trouve intéressante car elle ramène les gens à jouer physiquement ensemble plutôt que par le biais d'un réseau. Idée à méditer mais notre société est elle prête à revenir en arrière ?

Une autre question que l'on peut se poser concerne l'impact des périphériques à reconnaissance de mouvement sur le jeu multijoueur. Avec l'arrivée du PS Move et de Kinect, les développeurs arriveront-ils à proposer suffisamment de renouveau autres que les partygames et les simulations sportives qui ont inondé le marché de la Wii.

 

Je tenais à tous vous remercier d'avoir lu intégralement ou partiellement cet article et je souhaiterai vraiment partager vos réflexions et vos anecdotes de jeu multijoueur que vous avez vécu au cours de votre expérience de gamer. A bientôt

Subby kun

 

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Commentaires

Subby kun
Signaler
Subby kun
Comme tu dis, la coopération est un aspect de plus en plus intéressant dans les jeux multijoueurs. L'esprit d'équipe est extrêmement important. Comme sur un MMO, le live m'a permis de rencontrer des gens avec qui je me suis amusé énormément sur différents jeux et maintenant nous formons un groupe de joueurs alors que l'on ne sait jamais rencontré. Cela nous a permis de se créer un historique de "jeu" que l'on aime se rappeler régulièrement lors qu'on se lance quelques petites vannes.
Un exemple qui me vient en tête pour l'apport de la coopération est Burnout Paradise: dans le mode multi j'ai joué des heures et des heures dans les défis freeburn à réaliser des objectifs bien particulier demandant parfois un peu d'organisation par micro. Le fun est pour moi omniprésent, cependant il m'est quasi impossible de faire des courses en ligne. Même avec mes potes, je commence à m'ennuyer dans ce mode.
Par contre, je pense qu'il est important de parfois garder une part de compétition (ou de fourberies) de le mode coopératif: je pense à un système de scoring ou de note attribué à la fin de la partie. Je pense aussi au friendly fire comme dans Halo 3 qui permet parfois de "péter" les plombs au milieu d'une partie. L'exemple le plus marquant et l'un des plus funs pour moi est Zelda Four Sword ou il faut coopérer pour progresser mais tu peux utiliser milles occasions pour lancer des crasses à tes potes.
rhed308
Signaler
rhed308
En soit, la coopération est l'aspect le plus intéressant du multijoueurs. Il permet à un petit groupe de jouer ensemble contre le jeu ou d'autres joueurs mais il instaure un esprit d'équipe et une solidarité. Celle-ci étant renforcé par le micro.
C'est bien plus agréable que de faire des parties seul, contre des inconnus. En cela j'aime énormément la formation d'une escouade dans Bad Company par exemple. La convivialité est juste exceptionnelle

A mon sens un bon multijoueur se résume aujourd'hui à son mode coopération, tout le reste n'étant que frustration et prise de tête. Car quitte a se faire dessouder par des idiots, autant ne pas être seul et pouvoir s'en amuser avec des amis ou des joueurs que l'on connait, avec qui l'on communique. Je râle énormément quand je suis seul à jouer, alors qu'en groupe j'en rigole presque car je sais que le groupe entier pourra se venger^^.
Subby kun
Signaler
Subby kun
Je me rappelle de The Darkness, j'ai touché pour quelques parties le mode multijoueur mais j'ai vraiment eu l'impression de toujours jouer à la même chose. Condemned 2 m'avait fait le même effet mais il y a beaucoup d'autres exemples.
A l'inverse, il me tarde d'essayer le mode multi du prochain Assassin's Creed Brotherhood qui pourrait surement apporter une expérience différente du solo à l'image de GTA4 ou RDR. Je croise les doigts pour qu'il soit bon.
A titre de contre exemple, un jeu comme Gears of War 1 et 2 pouvait "simplement" s'enfermer dans des modes multis classique. Ce fut en grande partie le cas pour le 1 mais l'arrivée du mode "Horde" du deuxième est tout simplement extraordinaire pour moi. Il arrive parfois que les développeurs aient des "révélations". Je garde presque autant de souvenir de GoW2 dont le solo en coop étant une pure folie et du mode horde à 4 totalement frénétique.
En tout cas, merci rhed308 pour tes commentaires et de partager ton ressenti.
rhed308
Signaler
rhed308
Sauf que très souvent le développement du solo en pâti. Pour Bioshock 2 ce ne fut heureusement pas le cas, car ce sont 2 autres studios (Arkhan + Digital Extremes) qui s'en sont occupé.
Mais je te citerai mon meilleur exemple qui est "The Darkness". Excellent jeu souffrant de quelques défauts, et d'un multijoueurs totalement inapproprié. Je considère qu'en ne faisant pas de multijoueur et donc en ne gaspillant pas ces ressources à le développer mais en les concentrant sur le solo, ce dernier aurait été encore meilleur.

Pourquoi diable font-ils des multijoueurs de façon systématique? Voilà la question que j'aimerai leur posé.

le multijoueur de Metroid Prime 2 est tout simplement inutile. Je ne l'ai jamais essayé, mais je n'y ai jamais vu un quelconque intérêt. Metroid Prime est une expérience solo, où nous sommes seul en terrain hostile. C'est l'essence même de la licence, et en cela Bioshock la rejoint totalement.
J'ai pour ma part vécu 2 expériences très forte entre Metroid Prime 1 et Bioshock. En beaucoup de points ils se rejoignent.


Un multijoueur qui m'a convaincu est celui de Red Dead Redemption. Pour la simple raison qu'on peut le faire seul, sans les autres, sans affronter d'autres joueurs. Le mode exploration est une petite merveille proposant des défis et des objectifs. J'y ai passé des heures sans me lasser et je n'ai toujours pas touché aux modes de jeu. Pour l'instant j'y suis bien
Subby kun
Signaler
Subby kun
Je suis tout à fait d'accord avec toi rhed308 et en particulier avec Bioshock 2 qui m'a totalement refroidi. Je suis un énorme fan du premier Dead Space et comme toi j'espère sincèrement qu'il passera à la trappe sauf s'il apporte véritablement du neuf. Le premier jeu où ce phénomène m'avait véritablement choqué était Métroid Prime 2:Ehoes sur Gamecube. Jamais à l'époque un mode multijoueur ne m'a semblé aussi inapproprié à un jeu que celui-là.
Mais bon tant que l'expérience du jeu en mode solo n'en pâti pas, pourquoi ne pas laisser une chance aux développeurs?
rhed308
Signaler
rhed308
Le problème du multijoueurs aujourd'hui est que le développeurs veulent en implanté partout. Des jeux qui ne s'y prêtent pas forcément possède ou possèderont un multijoueurs. Le dernier exemple en date reste Bioshock 2 dont le multijoueurs même s'il n'est pas mauvais, est juste totalement inutile et n'apporte rien à la licence.
Une rumeur tenace voudrait que Dead Space 2 ait au final un multijoueur, j'espère franchement que non car ce serait une erreur.

On veut nous faire manger du multijoueur à toutes les sauces mais au final elles ont toutes le même goût: la similarité. Peu d'entre-eux actuellement se démarque du lot, et du coup pourquoi tenter de s'essayer à un multijoueur proche de celui sur lequel on est deja et qui nous convient.
La liste des modes multijoueurs inutiles s'allongent chaque mois.

Édito

Sur ce blog, je souhaite débattre de jeux vidéo mais aussi de divers domaines comme le cinéma, la BD, les jeux de société, l'Art graphique... Autant de sujets qui me passionnent et dont je souhaite partager ma passion avec vous. N'hésitez pas à laisser vos remarques et commentaires.

 

 

 

Archives

Favoris