Le Blog de ShorF

Par ShorF Blog créé le 01/07/17 Mis à jour le 02/07/17 à 06h28

Un blog de gameur passionné de 1990, de la Moselle 57, franco allemand donc :P Venez partager votre passion avec moi :)

Ajouter aux favoris
Signaler
Réflexions (Jeu vidéo)

Le jeu vidéo moderne traverserait-il une sorte de crise existentielle ? Englué entre ce désir de nouvelles technologies et cet amour du rétro. Depuis quelques années nous célébrons les anniversaires des plus grandes licences, leurs 20, 30 voire 40 ans d’existence. Récemment, la presse remet en lumière des développeurs et journalistes des années 90, à l’occasion de leurs anniversaires des 20, 25 ans. En ce moment, nous pouvons également noter cette gloire du jeu indépendant, hommage à ces jeux au fonctionnement si simple et pur. Etonnement ce média commence même à intéresser les médias (les grands et populaires : TV et magazines) qui désirent tirer profit de cette potentielle manne, car nos chers politiciens ont remarqué que les matchs « de e-sport » attirent en masse les foules (une émission télé-réalité va être diffusée sur TF1 dont l’objectif est de montrer au quotidien l’entraînement de joueurs professionnels en devenir, afin de voir s’ils peuvent se qualifier pour les championnats du monde de League of Legends). Le jeu vidéo n’a également jamais été aussi connecté, que cela soit par les réseaux sociaux (twitter et twitch en tête), le jeu en ligne ou les plateformes d’achat en ligne (Humble Bundle, Steam, U Play, Origin). Il semble que le public s’intéresse désormais à d’autres choses, le jeu vidéo est devenu un produit de consommation à grande échelle, un objet que l’on aime posséder et afficher. Cet amour porté à la customisation et à la collection est aussi présent dans le gameplay des jeux de façon inhérente et totalement assumée, voire même débridée : skins, DLCs, succès, bande-son, bribes de scénario… tout ces éléments collectables traduisent une nouvelle tendance de société. Si l’on observe bien, chaque génération de console marque une nouvelle étape du fonctionnement général de notre société de consommation : il est fascinant de comparer l’évolution des façons de consommer par tranches de 5 années depuis les années 1970 jusque 2020. Le jeu vidéo n’est plus une activité dans laquelle on prend le temps de s’immerger complètement, rapidement lorsque nous sommes bloqués dans un jeu nous cherchons la solution via internet ; ou le jeu devient une activité fragmentée dans le temps, on préfère les sessions de jeu courtes. Et c’est justement cette tendance de fond qui me révolte, le jeu devient un consommable et non plus une expérience à laquelle on accorde du temps. La recherche du plaisir immédiat et sans cesse renouvelé pousse à la création de jeux dont le gameplay devient axé sur des quêtes type Fedex, complètement détachées d’une réelle cohérence de son univers ; l’argument hypocrite de dire au joueur qu’il se crée sa propre expérience et qu’il est libre de faire ce qu’il veut, cache en réalité une paresse des développeurs peu inspirés. On fait croire au joueur qu’il est unique et qu’il est maître de ses actions, mais en réalité il ne fait que jouer le jeu d’une entité éditoriale et marketing qui vise à le faire consommer toujours davantage.

Un paradoxe m’habite cependant, j’ai adoré et je continue d’y consacrer beaucoup de temps, à la nouvelle licence qu’est Overwatch, le nouveau jeu compétitif de Blizzard, et pourtant il incarne en quelques sortes ce qu’est devenu le nouveau jeu moderne de l’hyper-consommation; je le trouve extrêmement bien conçu par rapport à ce qu’il est conçu pour délivrer au joueur : de l’action continue, des batailles en équipes, une grande diversité de personnages pour créer un maximum de synergies. J’ai toujours été plus un joueur de FPS que de RTS ou MOBA, en ce sens j’y ai plus vite trouvé mes marques que dans Starcraft II ou Heroes of the Storm. Mon seul regret est de ne pas avoir pu le pratiquer avec 5 autres amis en même temps, voire même soyons fou avec 11 autres amis.

Au final, après plus d’une 20aine d’années de pratique, si je ne devais retenir que quelques jeux, il resterait surtout des jeux Nintendo et des jeux indépendants : Smash Bros, Metroid, F-Zero, Mario Kart, World of Goo, The Witness, Sword and Sorcery, Starcraft II, Age of Empires II, Battlefield 3.

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Commentaires

ShorF
Signaler
ShorF
Fachewachewa : je trouve paradoxal de jouer à Overwatch car je critique l'hyper consommation alors que selon moi, oW est l'incarnation du modèle FPS esport avec cet aspect gadget de la personnalisation.
Fachewachewa
Signaler
Fachewachewa
Pourquoi c'est paradoxal que tu joues a OW ? Pcq que c'est online et qu'il y a des skin ? Il reste quand même loin des "mauvaises" pratiques habituelles, je trouve que ça fait du bien justement d'avoir un FPS online sans système de progression meta à la CoD.

(j'avoue j'ai eu un peu de mal à suivre le post, il gagnerait a avoir un peu plus de paragraphes je pense :D)
Neves
Signaler
Neves
Totalement d'accord avec le commentaire de Bbali mais un élément qu'on ne peut pas enlever, c'est la tendance depuis quelque temps au jeu "service" qui ne dit pas son nom. Avant, tu avais clairement le jeu multi, le jeu solo, ou une séparation des 2 axes au sein d'un même jeu, maintenant, tout devient "seamless", dans certains cas, ça donne les Souls, ou du Journey, dans d'autres du Destiny ou TheDivision voire du Splatoon. Les concepts en eux-mêmes ne me dérangent pas mais faire passer des solos tuto/didacticiels pour de réelles campagnes alors que ce ne sont que des tramplins pour le coeur multi de l'expérience que propose le jeu, ça me gonfle. Et ça a l'époque, pas certain que ça existait ...

"l’argument hypocrite de dire au joueur qu’il se crée sa propre expérience et qu’il est libre de faire ce qu’il veut, cache en réalité une paresse des développeurs peu inspirés" => Ubisoft dans toute sa splendeur.
ShorF
Signaler
ShorF
Bbali, je te remercie pour ton commentaire développé et pertinent. En effet, à la lumière de tes arguments, je me rends compte que ce je n'ai fait que moderniser une liste de choses et d'attitudes qui existent depuis longtemps, et que oui en effet, c'est une réflexion personnelle. Mon article ne se voulait pas moralisateur, juste mise-en-gardiste, mais après tout comme tu le dis, tout ça date de l'époque minitel. J'espère que mon article ne t'a pas froissé :)
Bbali
Signaler
Bbali
Ton billet me fait penser au Bilan de l'Intelligence, discours donné par Paul Valéry en 1934 dans lequel il faisait exactement la même critique de la société qu'on entend de nos jours : "tout va trop vite, on ne prend plus le temps d'apprécier les choses, les avancées technologiques sont trop rapides, les enfants ne sont plus éduqués, et bla bla bla". Cela ne traduit aucune réalité concrète, tout est paradoxalement dans un ressenti subjectif sur lequel on tend à être tous d'accord.

Quand tu dis qu'aujourd'hui on ne prend plus le temps de jouer, qu'on va regarder la soluce sur internet au moindre problème, qu'on recherche le plaisir immédiat, ta critique sur les collectibles/DLC et tous tes autres arguments, tu aurais pu les tenir quasiment au mot près il y a 20, 30 ou même 40 ans :
Tu dis que les médias commencent à s'intéresser au jeu vidéo, mais as-tu oublié Televisator, Micro Kids, Cyber Flash, Hugo Délire et autres émissions d'antenne 2 animées par Donkey et Diddy Kong ? Il n'y a rien de nouveau ici :)
Et les soluces, quand on en avait une de disponible dans un magazine, on n'hésitait pas moins (et pas plus non plus) à la consulter, et je ne parle même pas des gens qui se tapaient des factures de Minitel faramineuses pour les mêmes raisons qu'on peut le faire aujourd'hui sur Internet. Et les jeux n'étaient ni mieux ni moins biens dans leur globalité, il y a toujours eu des perles noyées dans une masse énorme de bouses, ça a toujours été le cas depuis les années 70'. Quant aux quêtes Fed-Ex elles existaient déjà il y a 20 ans, tu l'as juste oublié (me vient spontanément en tête Fallout 1, mais je suis sûr qu'on pourrait trouver des exemples de jeux bien plus vieux) :D
Bref, la seule chose qui a réellement changé avec le temps, c'est le fait que dans les années 80'-90' on avait moins de sous, il y avait moins de soldes, le piratage n'était pas aussi facile qu'aujourd'hui et donc on ne pouvait pas se procurer autant de jeux aussi facilement. Mais si on avait pu le faire, je suis certain qu'on aurait eu strictement le même mode de consommation qu'aujourd'hui. D'ailleurs regarde les démos sur PS1 : on se souvient des heures passées sur des démos géniales, mais à côté de ça combien d'entre elles a-t-on jeté après avoir décidé que c'était de la merde au bout de 5 minutes ? Est-ce là un mode de surconsommation ? Je ne pense pas, c'est juste que quand on fait face à une masse de jeux on ne peut pas passer du temps sur chacun d'entre eux. Et d'ailleurs ça ne nous empêche pas de passer des dizaines voir des centaines d'heures sur les plus addictifs.

Je pense que tout ça est une affaire de mœurs personnelles bien au-delà des changements fantasmés qui pourraient opérer dans la réalité. Le meilleur résumé de ton post, c'est le titre : tu sembles vivre une remise en question personnelle mais celle-ci reste subjective. Si tu avais écrit ces mots durant l'année 1983 j'aurais probablement acquiescé, mais là on est loin d'une telle situation.
Je pense qu'il nous arrive à tous d'avoir des moments de lassitude quand on est trop plongé dans une activité. Mais dans ce cas-là c'est pas le média qu'il faut remettre en cause, c'est nous-mêmes :)

Édito

Notre média préféré est le Jeu Vidéo, certes. Mais que devient-il au fur et à mesure de ces années ? Entre nostalgie et modernité. Entre Pixel Art et Hyper Réalisme. Entre Pad et Casques Virtuels. Entre jeu de Salon et Transportabilité. 

Et n'oublions pas la multitude d'activités qu'il engendre : jouer, parler, écrire, dessiner mais aussi ressentir, partager, s'épanouir, s'évader.

Le JV en 2017, c'est tout ça à la fois !

Le JV en 2017, c'est vivre et créer.

Archives

Catégories