CARIBOU: Scholarship Edition

CARIBOU: Scholarship Edition

Par seblecaribou Blog créé le 05/02/10 Mis à jour le 22/11/13 à 06h02

Le quotidien d'un gamer, nanardeur, cinéphile, blondophile...

Ajouter aux favoris
Signaler
Réflexions

Note: je poste ceci avant d'aller en cours, je regarderais les fautes en rentrant XD

Récemment, une petite arlésienne made in Ubisoft a enfin vu la lumière du jour par l'intermédiaire des plate-formes de téléchargement en ligne du PC, de la Xbox360 et de la PS3. Ce titre, c'est I Am Alive. Apparu pour la première fois en Janvier 2009 (ça commence à faire un bout) il est passé d'une annonce présageant un jeu d'une grosse importance, à un silence radio qui coïncidait d'ailleurs à la mise en sourdine de Sam Fisher durant la même période, à enfin une réapparition somme toute décevante puisque finalement, la version boîte avait été annulée au profit de cette version dématérialisée. Alors le jeu est ce qu'il est, avec ses qualités comme une immersion assez remarquable et finalement un gameplay original qui sied parfaitement au background choisi. On regrettera bien évidemment certaines approximations dans la varappe, qui peuvent parfois mettre en danger contre sa volonté, ou encore des petits glitchs graphiques, qui sans prendre des proportions énormes, sont parfois un peu visibles. Ceci dit ce n'est pas pour le tester dans les règles que je m'exprime là...si vous voulez mon avis complet je vous renvoie à senscritique.

Non, si je veux parler aujourd'hui de I Am Alive, c'est pour pouvoir exprimer quelque chose que je ressens depuis un moment déjà dans le jeu vidéo de cette génération et qui aujourd'hui, avec ce titre me donne l'occasion de l'expliquer de manière simple. I Am Alive est l'anti-Uncharted. Certaines mauvaises langues diront sans doute que je parle de l'aspect graphique...ils auraient certes tort de se priver, mais ce n'est absolument pas l'objet de ce post. Les deux jeux utilisent un héros masculin, tendance next door (entendez normal, qui pourrait être votre voisin) mais ayant été rapidement transformé en disciple de Maurice Herzog par la pratique soutenue de grimpette. Ils sont tous les deux prêt à tuer pour atteindre leur objectif et savent pour se faire utiliser des armes à feu.

Les ressemblances s'arrêtent pourtant là. Uncharted laisse à Nathan Drake l'occasion de se projeter entre deux falaises, de remonter un train en chute libre avec une balle qui lui perfore l'abdomen, de survivre au clash de deux immeubles et de globalement courir, sauter et atterrir d'à peu prêt n'importe quelle hauteur, tant que cela reste tangible (pour éviter de dire réaliste). A côté de cela, le héros de I Am Alive doit prendre soin de s'économiser. Un peu trop de temps passer dans la poussière et c'est la mort. Une trop longue escalade sans piton pour faire une pause et c'est la chute libre également mortelle. L'eau et un peu de nourriture seront les seuls moyens de se remettre d'une ascension un peu trop violente pour les muscles.

A moins qu'un script ne casse le délire, Nathan est suspendu ad vitam eternam.

En revanche ici, si la jauge arrive à la fin, c'est la chute mortelle.

Les aventures des deux héros sont également diamétralement opposées. Quand Nathan s'enfonce dans une jungle luxuriante, une grotte glacée ou en plein désert, tuant au passages des dizaines de personnes que l'on aura tôt fait de nommer « mercenaires » pour se dédouaner du massacre perpétré, l'homme à la recherche de sa femme et de sa fille de I Am Alive ne parcourra que Haventon, sa ville en ruine qui n'offrira que des hommes aussi perdus que lui en guise d'affrontements, les dits affrontements tenant d'ailleurs toujours de la défense active et jamais de la véritable agression à part dans de très rares cas.

Plus personne ne bouge, mais j'ai encore de quoi faire pour la prochaine salve...

Moins d'une balle par personne, ça commence à être plus tendu.

Pour résumer, I Am Alive est l'anti-Uncharted parce qu'il n'est pas spectaculaire. Lorsque j'ai joué à Uncharted 2 : Among Thieves, considéré par beaucoup comme un chef-d'oeuvre, je n'ai pu m'empêcher d'en faire un test dithyrambique, me laissant à la fois porter par le hype et par le fait que c'était mon premier titre sur la PlayStation 3. Effectivement d'un point de vue factuel, le jeu est extrêmement beau, jouable, les musiques sont bien composées etc...mais il y a un truc qui avec le recul me fait dire que le jeu ne m'a pas marqué outre mesure et c'est maintenant que je peux dire précisément quoi. Il manque de tension réelle.

En comparant deux jeux qui n'ont absolument pas le même standing et la même valeur de production, je sais que je m'expose à des reproches mais soit, j'en prends le risque. Malgré son exécution imparfaite, I Am Alive a pour lui de savoir poser son univers et la cohérence qui va autour, en proposant par exemple de n'avoir jamais assez de balles pour foncer dans le tas, ou de toujours être à court de souffle avant de finir une ascension complète. Et ça, le jeu le fait au risque d'ennuyer le joueur le moins patient. Uncharted 2 (puisque c'est le seul épisode de la série auquel j'ai joué) ne peut pas se vanter de cela. Il y a certes cette fameuse séquence sans gameplay autre que la promenade, mais au delà de ça, le titre pêche pour moi par manque de plat. Il est trop spectaculaire. Les ennemis sont là par dizaines, les décors s'enchaînent et on traverse le globe en deux temps trois mouvements. Les balles pleuvent sans que jamais on soit à cours et les scripts sont d'une violence inouïe.

Loin de moi l'idée de dire que ces éléments font de Uncharted 2 un mauvais jeu ; je ne doute pas qu'une jauge d'endurance n'irait strictement pas avec le gameplay du titre (d'ailleurs je dis juste qu'elle est adaptée à I Am Alive) et à la vue des notes globales que celui-ci a bien pu recevoir et de la clameur du public (malgré des ventes pas si dingues qu'on pourrait l'imaginer) je dois bien être l'une des rares personnes à ne pas en avoir fait un jeu culte. Seulement voilà, Uncharted canalise ce qui fait que je m'ennuie désormais au cinéma et que je m'agace devant beaucoup de nouveaux épisodes de séries connues devant ma console. Le spectaculaire me tue l'immersion.

Typiquement ce qui ne me fait plus bander...comme la course aux beaux graphismes mais j'y reviendrais dans un autre article dédié.

Pourquoi ai-je crié au scandale quand on a supprimé ces phases en Mako de Mass Effect premier du nom pour les remplacer par des phases à pied en TPS pur ? Parce qu'à choisir, je préfère cent fois le silence et le vide absolu d'une planète que j'aurais l'impression d'être l'un des rares privilégiés à avoir pu visiter qu'un couloir, plus élaboré en terme de décors, plus « unique » mais qui de toute évidence sera dans les secondes à venir un champ de bataille.

Seul a visiter une planète abandonnée...

...ou l'intérieur d'un monument. Bien plus prenant qu'une guerre explosive où s'enchaînent les head-shots.

Cette génération a été l'occasion jusqu'à présent d'une montée en puissance des explosions et de l'action à gogo. Quand cela touche une nouvelle série, je n'y vois pas de malice, c'est une tendance forte et vendeuse depuis Call of Duty 4 (2007) voir Gears of War (2006). Mais je suis assez circonspect de constater que c'est désormais l'évolution logique choisie par des tous les développeurs en mal d'arguments pour défendre leurs sagas. Sam Fisher, John Shepard, la team originaire de Racoon City et bientôt mon Code47 préféré. Tous se planque derrière des murets, tous tirent plus ou moins discrètement à couverture et au global, cela a tendance à me fatiguer.

 

Aujourd'hui donc et même plus qu'avant, je me vois la plupart du temps conquis par les jeux qui ne me pressent pas et qui n'hésitent pas à faire perdre du temps au joueur, le temps de respirer et de s'imprégner. C'est aussi la raison pour laquelle je ne suis plus du tout séduit par les avalanches de scripts, si beaux et impressionnant soient-ils. Je préfère jouer au poker en plein désert mexicain avec John Marston, que tronçonner un locuste en deux avec Marcus Phoenix pendant qu'un bâtiment se casse la gueule en arrière plan. Bien entendu j'aime toujours de temps à autres un peu d'action et il serait idiot de se couper complètement d'un genre qui est de plus en plus perfectionné, mais j'ai l'impression globale d'être submergé par des titres qui proposent cette solution, au détriment d'ambiances plus posées ; car c'est vraiment ça mon propos, plus que le fait qu'il y ait du script ou pas finalement. Alors voilà, I Am Alive rejoint mes petits coups coeur cachés de cette génération dominée de mon point de vue par GTAIV, Mass Effect, Batman : Arkham Asylum, puis Arkham City, Red Dead Redemption, Assassin's Creed 2 ou encore The Elder Scrolls V : Skyrim.

Ajouter à mes favoris Commenter (52)

Commentaires

spycal
Signaler
spycal
Voici un article dans lequel je me retrouve parfaitement ! Et pour moi ça fonctionne aussi pour le Cinéma !
Je préfère un titre qui aura l'intelligence de travailler son atmosphère et son background au lieu d'abuser de scènes d'action. J'espère que l'arrivée prochaine de la VR va nous permettre de bénéficier d'expériences de cette nature !
air-dex
Signaler
air-dex
Vaste sujet que celui des ressorts éculés de l'action en guise de cache-misère. Une phase vide ? Il n'y a qu'à mettre des tirs, des combats et des explosions pour meubler. Cela évite la mention "ennuyeux" dans les critiques sur le jeu. Hélas l'effet secondaire de ceci est qu'il en faut toujours plus, peut-être pour masquer de plus en plus la médiocrité sous-jacente. Dans un autre genre, on a la même chose dans les nombreuses émissions de télé-réalité où ils font s'engueuler les gens pour qu'il s'y passe quelque chose et que le téléspectateur n'ait pas la brillante idée de zapper.

Il existe encore des phases où il ne se passe rien, mais elles deviennent désagréables. L'intérêt de celles-ci semble se limiter à faire sursauter le joueur via le contraste qu'apporte l'arrivée soudaine d'un monstre, en mode "diablotin qui sort de la boite". Là aussi on a un sacré ressort de l'action bien éculé. Tu veux faire ressentir une émotion au joueur ? Fais lui peur en faisant surgir brutalement un monstre. C'est possible de mieux faire mais il faut avoir du talent pour ça.
Ghost
Signaler
Ghost
Pour ceux qui se plaignent d'un article écrit en 2012: vous ne lisez que des livres écrits en 2015 ? Et maintenant 2016 ? Parce que c'est "vieux", ça n'a plus de valeur ? Un bon sujet et un bon sujet, peu importe quand il a été écrit...
spink94
Signaler
spink94
Bon article , bien écrit et qui est intéressant à lire .
Ballista
Signaler
Ballista
Un article de 2012 ! Pk ?
Jeo Nicolas
Signaler
Jeo Nicolas
Excellent article, c'est vrai qu'I am Alive est magnifique et prenant. A l'image de The Last of Us. Ils me manquent beaucoup !

Mais je ne vois pas en quoi ce serait mal de deterré un article comme celui ci, il se lit très bien, même aujourd'hui ;)
Fricken
Signaler
Fricken
On m explique le délire ??? Déterrer un vieux truc e 2012 ???
Lynn0ne
Signaler
Lynn0ne
J ai adoré I Am Alive. Une très belle expérienc.
Pedrof
Signaler
Pedrof

On est quand même poursuivi très souvent dans Miror's edge. C'est pour ça qu'on mon sens, ça en fait un mauvais jeu. Au lieu de pouvoir étudier un peu notre trajectoire, on est obligé de foncer, ça transforme le jeu en die and retry.


Je suis d'accord.
mercutio
Signaler
mercutio
ok, je comprend mieux.

Le truc c'est que les jeux très "action" sont les plus faciles à faire et en générale attirent beaucoup de joueur
Alors que les jeux plus calmes doivent avoir cette petites étincelle qui fait qu'on ne s'ennuie pas ....

Je garde en mémoire Heavy Rain que je voyais comme une bouffée d'oxygene, un peu comme un Shenmue version polar ... malheureusement je me suis assez vite ennuyé en le faisant : je trouve qu'on ne comprend que la moitié du temps ce que l'on doit faire et comment on doit le faire ...

de plus il ne faut oublier quelque chose qu'on voit de plus en plus : a vue de nez pas loin de 70% des (gros) jeux qui sortent sont des suites (de suite de suite de suite...)
PixX_L
Signaler
PixX_L
Excellent article !
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
@Gazette: Non mais Shadow of the Colossus c'est un de mes jeux de chevet t'en fais pas va :D
@mercutio: non par agression j'entends le fait que tu doives rusher et/ou tout défoncer pour aller d'un endroit à un autre et bien sûr en proportion avec le reste de l'aventure. Par exemple Uncharted 2 est pour moi trop action, avec des gunfight super long, et des moments plus tranquilles tués par des scripts que je trouve un peu trop grandiloquent (et aussi la maniabilité que je trouve légère, mais là c'est encore autre chose).

Mais justement je vais faire un autre article qui fera suite pour expliquer comment je joue maintenant sur cette génération de console et pourquoi donc, je ne suis plus très en phase avec les productions actuelles qui mise sur l'intensité de l'action.
mercutio
Signaler
mercutio
Je comprend ton avis, même si je fais partis de ceux qui s'amusent d'avantage devant les grandes explosions que devant un jeu comme I am Alive ...

mais j'ai l'impression et comme tu l'as dit, que c'est surtout un problème de proportion ...
car tu dis "je n'aime pas qu'on m'agresse", dans le sens : avoir des scenes d'actions ou il faut répliquer ... et pourtant le point que tu mets en avant c'est que dans Uncharted il n'y a pas de barre de "tenu" alors qu'il y en a une dans I am Alive ... autrement dit, tu semble préférer qu'on te demande de te dépécher quand ton perso est accroché a un rebord ...

de même tu site RDR qui est sans doute le jeu ou j'ai fait le plus de victime au cours de gunfight (peut etre même plus qu'un GTA ...) et pourtant je suis loin de tirer sur tout ce qui bouge ...

maintenant, si j'ai raison, et donc que ce qui te fait plaisir, c'est uniquement des périodes de pauses (et effectivement d'immersion) tel qu'un voyage en avion ou tu fais veritablement le voyage, même si c'est pour ne rien faire ... ou bien visiter une base juste pour le plaisir de le faire ... je dirai que oui, ca a tendance a manquer ...
cela dit, tout dépend du jeu ... il y a des jeux ou l'on apprécie vraiment l'ambiance et ou l'on est pas contre tout ca et dans d'autres on hésite vraiment a zapper les cinématique ...
mais j'ai tout de même l'impression que ce genre de chose s'est généralisé ... et je n'arrive pas a voir si c'est en recession ou non ...
bsm78
Signaler
bsm78
Très bon article, j'aime bien ta plume.
Rien à ajouter de particulier sans paraphraser ce qui à pu être dit précédemment.
Ah oui, je me retrouve pleinement dans ta sélection des titres qui ont "dominés" cette gen.
john_be
Signaler
john_be
J'aimerais ajouter à tes propos qui illustre également bien mon approche du jeux vidéo maintenant (elle étais bien différent à l'époque). On grandis on vieilli on arrive à une maturité et on oublie ces jeux qui ne nous font plus "vibrer", et moi justement ces le côté proche de la réalité, avec une intégration historique qui m'as le plus touché ces dernières années. Récemment j'ai terminé RDR à plus de 100% avec un grand plaisir, revivre une époque historique, en incarnent un fictif mais bien sympathique "cow-boy" chevauchant sur un couché de soleil.

Je ne parlerais pas évidemment de Assasin's creed, qui malgré un gameplay répétitif et franchement ennuyeux sur le long terme (et pourtant je suis fan de la série), j'ai eu un énorme plaisir à découvrir toutes ces villes intégrées à l'histoire et pour certaines à les visiter IRL.

Je n'ai malheureusement pas pu jouer a uncharted je n'ais donc aucun avis sur le sujet.

Je veux aussi de l'a&ir frais dans mes jeux vidéo, une ambiance qui te scotch à l'écran.

salut à tous
GazetteSDF
Signaler
GazetteSDF
En terme de gestion d'effort bien pensé et bien implanté, regarde si tu peux Shadow Of the Colossus car ton petit être, muni OK de flèches illimités n'a que ça et son épée pour abattre ces colosses et l'escalade reste un plaisir de gameplay car il faut gérer ses effort pour parvenir à les gravir mais en plus de gérer l'effort pour monter, il faut gérer aussi le fait que tu escalade des être vivant qui essaye de se défaire de cette bestiole qui leur grimpe dessus donc foncer trop vite peut réduire ton andurance et faire que t'en ai plus assez pour résister aux coups d'ailes ou de hanches pour se débattre, si tu l'a pas fait, fonce!
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
@armody: en fait la comparaison est juste là pour dire "aujourd'hui on a que du beau gosse increvable qui se jette de 200m sans mourir en faisant exploser l'Empire State Building". C'est pas pour dénigrer un genre ou en valoriser un autre, juste pour dire, bah voilà ceux qui aiment Uncharted, ils sont blindés de jeux du genre sur cette génération, de jeu où ça pète dans tous les sens, où on voit mille endroits différents toutes les 10 minutes...mais pour ceux qui comme moi, aiment un peu de tranquilité, ou qu'on leur laisse le temps tout simplement de profiter de ce qui est créé, c'est un peu plus rare. En fait j'en ai marre d'être agressé si tu veux, par des rythmes trop soutenu où c'est juste des piques de piques d'explosions et de shoot en somme. :)
armody
Signaler
armody
Pour résumer, je pense que tu essaies de comparer Indiana Jones et un film réaliste (j'ai pas d'exemple en tête:D). Dans Uncharted, on demande pas au héros de galérer à escalader, ou avoir du mal contre 3 mecs. On demande un surhomme, beau gosse, qui dégomme des mecs par trouzaine, et qui arrive à ses fins. Et on l'a. De toute évidence, le but n'est pas le même que dans I am Alive, et la comparaison n'a presque pas lieu d'être.
Mais il est vrai que, de fait, là où I am Alive a une vraie ambition, Uncharted ne peut que prétendre au pur divertissement.
BlackLabel
Signaler
BlackLabel
upselo
18/03/2012, 12:02
Sauf que les gunfights sont bien moins sympas (genre les grenades au sixaxis, les ragdolls abusés des ennemis). Mais y'a des covers destructibles, les ennemis rushent bien.


Les grenades au sixaxis oui c'est pas terrible (le sixaxis -_- ), surtout quand tu reviens du 2 où là ça fonctionne très bien. Sinon j'aime bien la difficulté, différente du 2, très frontale avec les ennemis qui te débordent. La salle des piliers inondés, cette torture ^^

Je préfère les gunfights des deux autres pour le confort de jeu et parce que les ennemis ont des comportements plus crédibles, notamment ils peuvent nous perdre de vue. Les arènes sont aussi mieux fichues. Mais le challenge du 1, un peu à l'ancienne, je trouve que ça a aussi son efficacité, puis même si Nate est un peu moins sympa à jouer dans les gunfights, il reste toujours au-dessus de la concurrence niveau TPS (avant de se faire idéalement surpasser par Maxounet Payne 3 :bave: ).
Killing joke
Signaler
Killing joke
Vive le jeu vidéo en apnée !
upselo
Signaler
upselo

Perso c'est mon préféré parce que ses qualités sont solides, même si moins visibles que le 2 car y'a pas d'explosions ^^

Sauf que les gunfights sont bien moins sympas (genre les grenades au sixaxis, les ragdolls abusés des ennemis). Mais y'a des covers destructibles, les ennemis rushent bien. Perso, j'aime beaucoup la présentation des personnages (c'est le plus réussi de ce côté là), mais je le trouve moins bon sur tous les autres aspects.
Zinzolin_Hallucine
Signaler
Zinzolin_Hallucine
Bon alors Seb' a réussi à me vendre I am Alive, Upselo lui Journey et maintenant BlackLabel avec Uncharted 1. xD
BlackLabel
Signaler
BlackLabel
seblecaribou
16/03/2012, 13:56
@Black: Pour tout te dire (oui je te dis tout à toi!) le premier Uncharted me tenterais plus que le troisième qui pour ce que j'en ai vu en fait un peu des caisses (enfin trop pour moi toujours).

Perso c'est mon préféré parce que ses qualités sont solides, même si moins visibles que le 2 car y'a pas d'explosions ^^
La construction alterne entre niveaux extérieurs et niveaux souterrains ça donne un bon rythme, les énigmes ont une taille normale, c'est plus crédible que les tibétains d'il y a deux milles ans qui ont construit des cylindres de dix tonnes suspendues dans le ciel... Pareil pour la plateforme, c'est anecdotique et c'est très bien comme ça (puis Drake trébuche pas toutes les 30 secondes).

Après tu butes évidemment au moins 500 types, mais le jeu est une aventure pèpère sans prétention, tu sauves pas le monde, t'as même aucun impact dessus, et Drake n'est même pas un héros, c'est juste un voleur parmi d'autres.

Puis Roman, le méchant B)
Clement
Signaler
Clement
U as ecrit un putain d article. Franchement un grand bravo et ca fait plaisir de lire un poqt d un article de quelqu un qui passe comme soit. Je me suis compketement reconnu dans ton texte. Il est que la surabondance de scene epique fait que nous joueur nous nous retrouvons quelque peu blasé . On retrouve d ailleurs ce phenomene au cinema. En tout cas un gramd bravo à toi et toutes mes felicitations. Vivement le prochain.
kaka2707
Signaler
kaka2707
Un article qui m'a fait respirer ;)

Édito

Suivez moi sur:

Archives

Favoris