Indé, Néo, Rétro...

Indé, Néo, Rétro...

Par Retromag Blog créé le 28/10/11 Mis à jour le 04/07/15 à 10h26

Toute nouvelle publication sur le rétrogaming !

Ajouter aux favoris
Signaler
jeu video rétro (Jeu vidéo)
 
Petite révolution dans les salles d’arcade japonaises. Deux des principaux opérateurs arcade viennent d’annoncer la généralisation progressive à tout le pays des bornes équipées d’un mode de paiement électronique, rapporte le quotidien Nikkei. Prévues pour être équipées avant la fin de cette année, son déploiement démarrera dans l’un des principaux réseaux arcade de l’archipel, Taito Station.
 
Reconnaissable entre mille avec son imposant logo Space Invaders, cette chaîne exploitée par Taito proposera le dispositif “emoney” à partir de mai prochain dans la banlieue de Tokyo et s’élargira à 40 exploitations supplémentaires jusqu’en mars 2016. L’objectif est d’installer au plus vite ce nouveau mode de règlement dans les cent salles les plus rentables de l’opérateur historique. Cet empressement à bouleverser les habitudes de glisser un jeton ou une pièce de monnaie d’une valeur de 100 yens (près d’un euro) en place depuis 1973, n’est pas seulement guidé par un esprit de commodité et encore moins en vue d’éviter une pénurie de piécettes comme celle qui toucha le pays en 1978 quelques mois après la commercialisation du plus grand succès de tous les temps du même opérateur, Space Invaders.
 
La modernisation de ses bornes d’arcade coûtera à Taito la bagatelle d’un milliard de yens (73 millions d’euros environ), une facture salée difficile à amortir dans un contexte de crise économique endémique. Ce changement obéit davantage à une volonté de répercuter la hausse de la taxe sur la consommation ordonnée par le gouvernement japonais (la première en 17 ans) sur le prix unitaire de la séance de jeu. Matériellement inapplicable, car impopulaire, cette majoration se traduit par l’obligation de glisser trois malheureux yens de plus dans une borne voire une flambée du prix planché à 200 yens pratiquée par de petites salles isolées. Taito fait le choix éclairé d’adopter une stratégie d’investissement offensive plutôt que de regarder fondre ses marges bénéficiaires. L’ “emoney” accorde à l’opérateur historique plus de flexibilité dans sa politique de prix. Ainsi, la rigidité à la baisse comme à la hausse de la tarification d’une partie vole en éclat après quarante ans d’existence. Taito appliquera un droit d’entrée évolutif en fonction de l’affluence, de la popularité d’un jeu, d’une campagne promotionnelle.
 
Concrètement, le joueur glisse une simple carte de crédit rechargeable (pourvue d’une puce NFC) dans une fente prévue à cet effet. Quatre cartes des quatre grands groupes bancaires dominant ce marché sont référencées. Reste à ce mode de paiement dématérialisé de s'approprier la même symbolique que véhicule la pièce de 100 yens insérée dans la fente d'une borne !
 
Dans le sillage de Taito, Sega équipera également ses 150 premières salles de terminaux de paiement emoney dès juillet et ce jusqu’en mars prochain. Konami a emboîté le pas à ses concurrents quelques mois auparavant. Cette modernisation à titre expérimentale s’était toutefois limitée aux bornes propriétaires de l’opérateur et réservée aux seuls possesseurs de carte gérée par Konami.
 
Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Commentaires

Masahiko666
Signaler
Masahiko666
Génial, comme ça, les petits japonais ne sauront plus ce qu'ils ont dépensés...
Donald87
Signaler
Donald87
Dans le même ordre d'idée, Disneyland Paris avait, il y a plusieurs années, sorti des certes (5, 10, 15 ou 20 unités) pour jouer sur les bornes de jeux implantées dans le parc. J'en possède quelques unes que j'ai d'ailleurs montrées sur mon blog ;)
izis7r
Signaler
izis7r
étrange comme procédé ... car très coûteux à installer.
le traditionnel distributeur de token serait plus adéquate, en appliquant simplement augmentation sur le prix du token ...
mais effectivement, là bas, la pièce de 100Y est un symbole difficilement remplaçable !
Retromag
Signaler
Retromag
Tu penses à la tête dans les nuages RetroBob ?
RetroBob
Signaler
RetroBob
J'ai un vague souvenir d'un système de paiement par carte en France dans les dernières salles d'arcade du pays à la fin des années 90'
Retromag
Signaler
Retromag
C'est une excellente question Tomoe. Les opérateurs devraient trouver un terrain d'entente afin d'uniformiser ces cartes, pour l'instant Konami se la joue solo. On verra au terme de cette généralisation à l'e-card s'ils ont pu se mettre d'accord. C'est dans leur intérêt, le marché est moribond.
Tomoe
Signaler
Tomoe
"Concrètement, le joueur glisse une simple carte de crédit rechargeable (pourvue d’une puce NFC) dans une fente prévue à cet effet."

A ce sujet, je me demande comment le système va évoluer. Ne va t'-on pas retrouver ces fameuses puces NFC sur les habituelles cartes de profil permettant de stocker son classement ou son score ? Ou bien ira t-on vers une universalisation du moyen de paiement commun à tous les éditeurs pour éviter de se trimballer ouatmille cartes différentes ?

Édito

L'exercice est tellement délicat lorsqu'il s'agit d'écrire son premier édito ! Comme le nom l'indique, Retromag est une nouvelle publication sur le rétrogaming dont je suis le responsable. Je vous présenterai ici, le magazine en cours de création. J'espère de tout coeur vous savoir nombreux à me suivre et à partager vos (vieux) souvenirs !

 

Archives

Favoris