Gamer syndrome

Par Rectas Blog créé le 10/10/10 Mis à jour le 21/12/13 à 22h13

Des jeux, passés, actuels, futurs, des news, des désirs,... De l'univers fantastique des jeux vidéos! Et pourquoi pas ,plus tard des test made in rectas? Le blog d'un gamer pour les gamer, mais pas que ! La talent du passionné et de faire aimer sa passion à tous, même ceux qui ne la partage pas.

Ajouter aux favoris
Signaler

Avant propos : Pour vous soulager d'un grand nombre d'heures de frustration extrêmes, j'ai décidé de passer sous silence le nombre incalculable de morts dont nous avons été victimes, comme par exemple lorsque Pyrokaiser (mon camarade) à décider de réécrire la fable du lièvre et de la tortue en la remplacant par le survivant et les 250 zombies roublards, ou encore lorsqu'il a abandonné son sac au sol et l'a regardé tel une poule découvrant un couteau sans savori comment le mettre sur ses épaules... Mais qu'est ce que je fou avec ce mec ? Je vous comprend,  faut bien se détendre un peu non ? Aisini vous pourrez suivre uniquement la partie "amusante" (Si ce mot peut être utilisé pour ce jeu tant la souffrance mentale est importante). Voilà amuser vous bien à profiter de mon masochisme.

Premier jour :

  Alors voila, j'arrive sur cette fameuse île pour la première fois (quoi ? J'ai dis avoir déjà découvert le jeu ? J'ai aussi dis que j'étais mort vingt fois ? Je vois paaaaaaaaaaas du tout de quoi vous parlez). Une charmante petite île parfaite pour couler des jours paisibles. La brochure était sympa, des villes développées, des magnifiques forêts, de charmantes petites fermes, de belles bourgades bien pitoresque et bien entendu, des ZOMBIES. Votre meilleur ami, il sera là pour vous suivre pendant des heures, prenant plaisir à vous mordiller le fémur pour le montrer à ses amis une fois que vous serez dans le comas... Ah qu'ils sont taquins ! 

  A ce sombre moment de mon histoire, je n'étais encore qu'un simple survivant, seul, sans amis, sans vivres et surtout... sans armes. Choses qui en cas d'attaque de zombie peut s'avérer plutôt mortelle... Autant dire qu'il m'a fallut me hâter dans la première grange pour ramasser la première hache que j'ai trouvé. Jusque là rien de bien effrayant me direz vous. Et vous avez raison ! (Prononcez ces quatres mots en appuyant chaque syllabe vous verrez ça fait vraiment classe).
Ah ce moment là, la vie commence à devenir joyeuse ! On a plus trop peur des zombies qu'on massacre les uns après les autres à coup de hache (quand ils traversent pas les murs...) Mais c'est fourbe un zombie ! Quand il ne vous fais pas un side kick qui vous détruit l'os de la jambe vous empêchant de marcher et vous obligeant donc à ramper, il leur arrive, souvent, de vous mettre un coup juste avant de mourir. Oui oui. Il prend un coup de hache, il vous frappe, il meurt, vous tombez dans le coma, voous saignez, vous êtes mort... Bon pas tout le temps faut pas déconner non plus. On joue quand même un russe anesthesié à la vodka pas une grand mère estropiée qui étendais son linge avant de voir son chère et tendre époux ressortir de terre pour lui sucer le cerveau. Mais on se demande tout de même si parfois notre personnage n'est pas atteind de la maladie des os de verre.

C'est donc tout joyeux que je me dirige vers la direction approximative de mon ami (-T'es où ? - Euuuh vers un gros sapin et j'ai l'a mer à droite et toi ? - Euh je suis un rail de chemin de fer, je vois des arbres et y'a douzes zombies derrière moi.) Quand soudain ! (Quelle rupture dans le texte, on sent le suspens de l'élément qui va attiré votre attention !) mon regard se porte vers l'Ouest... (oui parce que dans ma tête, le Nord c'est devant moi et l'Ouest à ma gauche... Autant vous dire que nos cartes sont d'une précision absolue) et là qu'est ce que j'apperçois ? Une piste d'atterissage ! Réputée pour ses armes rares. Le coeur léger je me dirige vers mon futur cadeau. Traverssant la piste, je commence à m'étonner de l'absence de zombies aux alentours. Je décide donc de me rendre dans la tour de contrôle... et puis bon c'est pas comme si mon camarade avait besoin de moi ! Ce grand malade s'amusait à créer une chenille géante sur le chemin de fer avec sa horde de copains zombies. Hop on arrive vers le batiment ! Premier réflexe ! On prend sa hache et on se met à genoux pour faire le moins de bruit possible (Ou à cacasson comme on dit par chez moi) et on monte les escalier. SURPRISE un bruit de zombie vous tétanise sur place ! Mais vous êtes courageux ! Alors on va continuer à monter. En serrant très fort cette belle hache qui représente votre vie toute entière. Il ne reste que 3 marches, 2 marches, la dernière ! Bonne surprise au final, ce joyeux luron était en train de se régaler à manger les restes d'un pauvre joueur malchanceux. Ne souhaitant pas le déranger pour si peu, je me suis empresser de... LUI FRACASSER LE CRÂNE PARCE QUE JE SUIS UN MALADE DANS MA TÊTE MOI ! Non y'a plus de principe de lacheté dans ce jeu, soit tu tue, soit t'es mort. C'est la règle d'or. Bref. Toute menace ayant été détruite, je fini le travail du zombie... non je ne mange pas le joueur ... Je le fouille ! Et je trouve un fusil de sniper et des munitions... Oh joie ! Ah ce moment très précis j'entend un bruit et décide de fuir comme un courageux... (Oui tout à fait... un courageux !).

  

  Le point de rendez vous était fixé ! Un phare plus loin le long de la côte environ 10 minutes de marche. Enfin nous allions pouvoir commencer à jouer et chercher à manger... il fallait se dépécher, la faim et la soif commençaient à se faire ressentir. Une fois le phare en vue je décide de couper par la mer, histoire d'éviter un détour de plusieurs minutes... 
Et à ce moment j'ai découvert une chose... Être un rouskov drogué à la vodka ça n'a pas que des avantages... Pas du tout... On est tellement beurré qu'on est pas foutu de tenir un sac et son arme en nageant, vous avez bien entendu, il lache simplement tout le bordel sous l'eau, histoire de flotter et de nager comme une vieille qui se débat pour pas se noyer... Ce fut la première des plus grande déception de ma vie... Déception presque compensée par le fait que j'ai retrouvé mon ami qui, lui aussi, venait de faire la même découverte de moi... on s'est donc retrouvée en pleine cambrousse, assoifé, crevant la dalle avec pour seul arme, nos haches respectives solidements attachées à nos ceintures... seul vestige d'une baignade dans les eaux tumultueuses de DayZ.

 

Voilà il se fait tard, je vous promet la suite d'ici quelques heures, le temps d'aller reposer mon coeur qui déborde d'un surplus d'émotion (rage, frustration, adrénaline, euphorie, crise de rire, vous avez le choix)


Ps : Sachez que malgré toute l'amertume que vous pouvez ressentir sur certains éléments, je considère ce mod, comme étant l'une des plus belle pépite d'or de gamer attiré par les jeux hardcore de ces dix dernières années. Je rage, mais c'est ça qui est vraiment bon, ce jeu est un cadeau et ce dans tout les sens du terme. 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Archives