Rêves électriques

Rêves électriques

Par Noiraude Blog créé le 17/09/10 Mis à jour le 04/09/17 à 00h15

30 ans de passion pour les jeux vidéo, le Japon et le cinéma, ça laisse forcément des traces. Vous voulez en savoir plus?

Ajouter aux favoris
Signaler
Humeur

 

Hello tous,

Aujourd'hui, je reprends un peu la plume parce que j'en ai gros sur la patate. Non, pas à cause de L'origine du monde, qui a déjà fait couler ici suffisamment d'encre, mais plutôt à cause  du monde tel qu'il va. Ou plutôt, ne va pas.

Je pourrais m'étaler des pages et des pages sur les grandes questions des inégalités nord-sud, des politiques opportunistes des Etats amenés parfois à soutenir les dictatures afin d'honorer le dieu Mammon. Je pourrais parler du cynisme désespérant avec lequel nous détruisons notre home sweet home, méthodiquement, en rognant toujours plus sur les derniers espaces inviolés de la planète bleue - et je ne parle pas que de l'Amazonie. Je pourrais m'arrêter sur les méfaits du capitalisme, sur la confiscation du pouvoir et des ressources par une caste toujours plus soucieuse de préserver ses acquis et son statut.

Mais ce que je souhaite ici, surtout, c'est évoquer la question, non moins importante, des rapports que nous entretenons avec l'Autre. Celui qu'on ne connaît pas, celui qu'on fréquente chaque jour, celui qu'on regarde parfois en coin. Cette question, c'est celle qui est inséparable de notre conception de la société, celle qui régit les valeurs mêmes de la communauté. Cette question se devine, en filigrane, derrière toutes ces grandes thématiques que j'ai évoquées plus haut. C'est elle, aussi, qui m'interroge chaque matin, quand je navigue de page en page, sur le web, dans la presse, à lire la sordide histoire de notre quotidien. Cette question, c'est celle qui définit notre compréhension profonde de la nature même de l'être humain. Ce n'est pas moi qui le dit, mais des gens bien plus savants, qui ont théorisé voici plusieurs siècles la conception du vivre ensemble. Hobbes, notamment, soutenait que nous étions un animal communautaire par nécessité: pour nous placer au sommet des écosystèmes, pour échapper aux dangers d'une nature dont nous n'avions autrefois pas le contrôle, pour exister justement au regard de l'autre en tant que complément, et non plus comme concurrent, nous avons construit une société dans laquelle nous devions nous sentir unis, et en sécurité.

Aujourd"hui, cette nécessité a fait long feu. Nous dominons notre environnement, nous apprenons progressivement à maîtriser les éléments, quand bien même ceux-ci se rappellent parfois douloureusement à notre mémoire. Peut-être est-ce là qu'il faut chercher la raison profonde de l'émergence de l'individualisme le plus total dans les sociétés les plus avancées. Cet individualisme qui nous fait oublier l'essentiel: nous ne pouvons exister, prospérer, que dans des valeurs de respect, au risque sinon de voir détruite la notion de communauté.

C'est cet individualisme, cet oubli du prochain qui me fait aujourd'hui réagir. J'ouvre la page d'actus de Google News, j'y lis à chaque ligne l'étendue de notre échec en tant qu'hommes. Aujourd'hui, nous manifestons contre l'accès au mariage et à l'adoption pour les homosexuels. Nous regardons l'autre comme un ennemi, comme une créature étrange dont ne voulons pas comprendre qu'il n'est pourtant que le reflet de ce que nous sommes. Aujourd'hui, nous faisons extraire par la police une enfant de cinq ans d'une cantine municipale, au simple motif d'un impayé qui concerne ses parents. 170 euros de dette, ai-je pu lire, pour une action qui n'a à aucun moment envisagé les conséquences du point de vue de l'enfant. Comment peut-on, dans une communauté, admettre une telle chose, comment pouvons-nous soutenir un tel choix lorsque nous enlevons à cette petite fille ce qui constitue sans doute l'un des derniers points de stabilité de sa jeune vie ? Ceux dont les parents ont divorcé le savent mieux que moi : voir sa famille se déchirer, puis grandir dans les ruines de son foyer est une souffrance dont a du mal à se relever. Celui qui a ordonné cette action est à l'image de tout ce que je dénonce :en cet acte il oublie, comme tant d'autres, l'importance vitale de l'humain.

L'intolérance, le refus de la différence, l'intransigeance... Autant de comportements qui trouvent leur source dans l'incapacité croissante de notre société à se mettre à la place de ceux qu'elle martyrise. Une vision peut-être noire, certes, et objectivement partielle de la réalité. Car, et vous aurez raison de le souligner, il y a aussi du bon en nous ; la communauté reprend le dessus lorsque celle-ci se trouve confrontée à l'exceptionnel, au dramatique. Mais c'est insuffisant. Pour bâtir un monde dans lequel nous nous sentirons bien, nous devons réapprendre à devenir les anonymes héros de notre quotidien, à nous mettre à la place de notre prochain. Nous devons retrouver le goût de choisir l'intérêt de tous plutôt que celui de chacun. Un voeu pieu cependant, je le crains...

Ajouter à mes favoris Commenter (11)

Commentaires

Noiraude
Signaler
Noiraude
C'est exactement ça, Kala. Ca, et l'idée de prospérer en tant que communauté,, non pas en tant qu'individu. Tout le problème tient à ce que nous avons oublié que nous pouvons nous épanouir autrement que par un individualisme forcené.
Kalakoukyam
Signaler
Kalakoukyam
Il ne parle pas de prospérer pécuniairement parlant mais plutôt "spirituellement" parlant.

En tous les cas c'est ce que j'ai compris. :)
BlackLabel
Signaler
BlackLabel

Cet individualisme qui nous fait oublier l'essentiel: nous ne pouvons exister, prospérer, que dans des valeurs de respect, au risque sinon de voir détruite la notion de communauté.


On ne prospère pas avec le respect. Tu as des preuves de cela tous les jours. Les grands criminels prospèrent, les grands patrons prospèrent, les hauts fonctionnaires prospèrent, des incompétents aussi. Dans le domaine professionnel ou artistique, on ne prospère même pas forcément grâce au talent.
Et si tu prospères dans le respect en ouvrant un restaurant ou un bar, il se peut qu'un gangster vienne réclamer sa part.

Et là je ne parle même pas des histoires familiales où les questions d'héritage transforment ton frère en petite merde hypocrite et cupide, voire des idiots qui font des enfants pour à peine s'en occuper ensuite et leur payer tout ce dont ils ont envie en croyant que c'est comme ça qu'on aime..

La seule issue à tout ça, c'est de décider de ne pas en faire partie, et de faire sa part de son côté.
Strife
Signaler
Strife
"La société doit dépenser toute sa force, toute son intelligence et sa volonté pour que ce ne soit pas!"

... disait ce bon V.H.
Nemesis-8-Sin
Signaler
Nemesis-8-Sin
Pas grand chose de plus à ajouter, je crois. Tu m'as si je puis dire frappé droit au coeur par tes propos, principalement parce que ce sont ceux qui trottent dans la tête de beaucoup (et également de moi-même) ces dernières années.

A nous de changer la donne, au quotidien. Même si c'est parfois d'une apparence vaine.
Jonah
Signaler
Jonah
Chouette article, je suis d'accord sur le fond, la forme, je suis désolée cependant de ne pas apporter de réponse plus développée, parce que je suis lassée, lassée de lancer mes arguments contre un mur de convictions inébranlable. Le débat sur le mariage gay, notamment, me touche beaucoup, et si dans des sursauts miraculeux j'ai parfois l'envie d'écrire dessus, la plupart du temps, je reste simplement et totalement désespérée.
Waldotarie
Signaler
Waldotarie
Superbe article.

J'imagine que tu ne choisis pas ton moment pour le poster par hasard... ;)
Kalakoukyam
Signaler
Kalakoukyam
On ne peut avoir foi en l'homme qu'à partir du moment où il est démuni ou dans une position de faiblesse. En général plus l'homme possède, plus l'homme est fort... plus il est pourri.
ronan72
Signaler
ronan72
@Dopamine :"Cela fait un moment que je n'ai plus foi en l'homme"
C'est bien pour ça que j'ai maintenant foi en Dieu.
Les humains n'en sont pas vraiment, il y a tellement de choses a dire la dessus, qu'on ne peux que résumer ( très bon article au passage)..
Dopamine
Signaler
Dopamine

la communauté reprend le dessus lorsque celle-ci se trouve confrontée à l'exceptionnel, au dramatique.

Malheureusement, c'est loin d'être le cas ici aussi. La nature humaine sera malheureusement de profiter du malheur des autres pour un enrichissement personnel. Un quartier ravagé par une catastrophe naturelle sera pillé aussi sec s"il n'y a personne pour l'empêcher.

Pour l'avoir vécu en partie au moins en circonstances dramatiques, tous les moyens seront bons pour passer devant l'autre. Cela fait un moment que je n'ai plus foi en l'homme. Aussi, j'ai plutôt des bonnes que des mauvaises surprises lorsqu'un rayon de soleil perce.
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
:worship:

J'ai eu l'impression de me lire sans avoir rien eu à écrire. O______O GG !

C'est l'hostilité de notre environnement qui a poussé l'homme à passer du statut d'animal à celui d'animal social, afin d'assurer sa préservation. Mais aujourd'hui, l'hostilité de l'environnement a été perdue de vue, elle n'effraie plus, à un ou deux Tsunami près qui, de toutes façons "sont pour les autres". Par conséquent, tout se passe comme si l'homme perdait progressivement de vue l'intérêt d'être ce fameux "animal social" qui nous vaut d'être encore sur terre aujourd'hui en tant qu'espèce, pour revenir au statut d'animal "tout court". Un animal instruit (relativement), certes, mais un animal malgré tout, Avec tout ce que ça implique. Si ce n'est, peut-être, encore pire.

Édito

Ceci n'est pas un blog.

Ceci n'est pas une pipe.

Ceci est une fenêtre sur un pré où je pais en paix.

Les vidéos de Noirdenoir sur Dailymotion  

Suivez-moi sur Twitter @Noirdenoir67

Ou sur la communauté Facebook Rêves électriques (toute jeune !)
https://www.facebook.com/noiraude67/

Le site pour les amis de l'illustre Seb le Caribou: http://seblecaribou.wordpress.com/about/

 Et si vous avez envie d'une petite partie de Mario Kart 8 avec moi : Noiraude67
 

Archives

Favoris