Rêves électriques

Rêves électriques

Par Noiraude Blog créé le 17/09/10 Mis à jour le 27/02/17 à 22h55

30 ans de passion pour les jeux vidéo, le Japon et le cinéma, ça laisse forcément des traces. Vous voulez en savoir plus?

Ajouter aux favoris
Signaler
Cinéma (Cinéma)

Hello tous,

Je sais, vous allez direct me sortir la sentence habituelle : les Français, ça sait pas faire de bons films d'horreur. Et je serai même d'accord avec vous, m'voyez. En revanche, les Franchouillards, ça aime le foot, et ça adore rigoler. Et en la matière, on sait tenir la dragée haute à la plupart des productions venues du monde entier.

Maintenant, imaginez juste un instant une sorte d'ovni version pelloche qui met bout à bout tout ce que je viens de décrire. Une sorte de variation comique dans laquelle on serait confronté à des beaufs bien comme il faut, à une petite pincée de mauvaise foi et à une bonne grosse rasade de crocs-en-jambe, de maillots tirés et de cartons rouges pour avoir insulté l'arbitre tout au long de la soirée. La base est là, alors ajoutez-y encore un petit coup de virus mutant, des têtes qui volent et une faim de chair humaine comme dans les meilleurs Romero des années 70. Oui, mesdames et messieurs, je vous parle de morts-vivants, de supporters et d'un bon petit match de coupe au fin fond de la cambrousse, version rouge sang. C'est barjot ? Assurément. Ca vous fait penser à la recette magique de la trilogie Cornetto d'Edgar Wright (Shaun of the dead)? Il y a de ça, probablement. On salue donc bien bas l'avènement de Goal of the dead, qui se paye le luxe, en prime, de vous offrir un film par mi-temps. Et rien qu'à voir la bande annonce du premier, ça s'annonce au minimum décapant.

Plus sérieusement, le diptyque est censé être déjà visible sur les écrans. De fait, il l'est, mais selon un mode de diffusion inhabituel, puisque les réalisateurs - Benjamin Rocher pour le premier opus, Thierry Poiraud pour le second - sillonnent l'hexagone de soirée spéciale en soirée spéciale pour faire connaître leur bébé dans les cinés. Goal of the dead sortira donc de son relatif anonymat un peu plus tard dans l'année, à la faveur d'une édition dvd (fin 2014 sans doute). Et d'ici là, il compte très fort sur le bouche-à-oreille pour faire connaître sa féroce envie de sortir le film de genre de l'ornière dans laquelle il est embourbé, dans notre beau pays, depuis quelques années.

Si je vous parle de ces deux films totalement azimutés, c'est parce que Rocher et Poiraud ont peut-être bien trouvé la solution au problème de reconnaissance dont le film d'horreur français souffre, victime bien souvent d'une intellectualisation trop artificielle pour réellement toucher les spectateurs. Ce qui a fait le succès du genre lors de son âge d'or, (les années 70-80, donc), c'était certes la capacité des réalisateurs de l'époque de s'emparer des grands sujets de société. Mais il s'agissait aussi de sujets qui touchaient tout un chacun jusque dans son quotidien. Dans un pays comme la France, qui érige le football au rang de quasi-religion, décortiquer les mécanismes du fanatisme à travers le prisme d'un moment gore et drôle a donc tout d'une idée lumineuse : c'est l'opportunité de saisir un instantané de notre culture populaire, de rire et de s'effrayer des comportements qui ont cours une fois au coeur de notre version moderne des arènes du colisée. Les jeux du cirque moderne, "croqués" à travers un film d'horreur bon ton et de toute évidence joliment troussé, voilà qui promet d'être savoureux de la première à la 90e minute. On se retrouve dans le quart de virage pour déguster le bébé ?

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Commentaires

Noiraude
Signaler
Noiraude
Grave. ^^
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
J'ai un peu de mal avec la facilité du pitch, mais ça a quand même l'air super bien fichu. En plus y'a Klaus. <3
Noiraude
Signaler
Noiraude
Après, tu peux voir le truc comme un exercice de style, sur fond de comédie. Je dois normalement avoir accès aux deux films cette semaine, je te dirai ce qu'il en est.
zhibou
Signaler
zhibou
Personnellement, je déteste le foot (mais vraiment), alors le film ne me tente pas plus que ça.
Mais je salue ce genre de prise de risque dans le paysage ciné français. Et c'est bien dommage qu'ils doivent sortir des chemins de distribution classiques pour faire vivre le film via de l'événementiel qui limite la visibilité.
Le genre en France, c'est pas gagné encore.

Édito

Ceci n'est pas un blog.

Ceci n'est pas une pipe.

Ceci est une fenêtre sur un pré où je pais en paix.

Les vidéos de Noirdenoir sur Dailymotion  

Suivez-moi sur Twitter @Noirdenoir67

Ou sur la communauté Facebook Rêves électriques (toute jeune !)
https://www.facebook.com/noiraude67/

Le site pour les amis de l'illustre Seb le Caribou: http://seblecaribou.wordpress.com/about/

 Et si vous avez envie d'une petite partie de Mario Kart 8 avec moi : Noiraude67
 

Archives

Favoris