Screenopathe
Signaler
Mes critiques cinéma

Trust affiche


    Après avoir réalisé Cours Toujours Denis entre autres films pour la télévision, David Schwimmer n'en est plus à son coup d'essai. Pour son nouveau long-métrage destiné au cinéma, l'éternel Ross Geller de Friends a choisi un drame moderne tournant autour de l'abus sur Internet. Avec Trust, il signe un drame efficace.


    Annie est une jeune fille de quatorze ans. Au fait des nouvelles technologies, elle passe son temps sur son smart phone ou son ordinateur à discuter sur un chat adolescent. Jusqu'au jour où elle rencontre Charlie, un garçon de seize ans qui lui fait tourner la tête. Petit à petit, une relation se construit et, chaque jour, Annie n'a qu'une hâte : retrouver Charlie sur le chat. Mais la jeune fille va de surprises en surprises avec Charlie qui ne cesse de lui avouer qu'il est, en réalité, plus âgé qu'elle ne le pensait. Un jour que les parents d'Annie sont absents, elle va rencontrer Charlie, qui abusera d'elle. Dès cet instant, plus rien n'est pareil et la famille va tenter de se reconstruire tant bien que mal entre l'enquête du FBI, l'amour qu'Annie continue d'éprouver pour son agresseur et la haine que les parents lui voue.

    Trust est un film qui se construit clairement en deux temps. D'un côté la mise en place de la relation Annie / Charlie jusqu'au drame, de l'autre la descente aux enfers de toute la famille et surtout le père, Will, joué par Clive Owen. Si la première partie du film se révèle, en réalité un brin longue, on appréciera les efforts consentis dans la seconde pour éviter le manichéisme. En effet, visiblement bien documenté, le scénariste a fait en sorte d'aveugler la jeune fille abusée à tel point qu'elle n'arrive pas à comprendre la gravité de ce qui lui est arrivée. Dans son esprit, Charlie est en réalité devenu son petit-ami et ce qui s'est passé était tout à fait normal.
Trust-image-01.jpgTrust-image-02.jpg
    On a donc un film qui, malgré son côté publicité d'avertissement contre les risques d'internet, tente le difficile pari d'être plutôt nuancé. Au final, c'est plutôt réussi et efficace. On appréciera surtout l'angle avec lequel est traité le personnage du père impuissant. Clive Owen révèle une nouvelle fois ses qualité d'acteur dans ce rôle d'un père fragilisé qui endosse toute la responsabilité du viol de sa fille. Liana Liberato (qui a déjà fait son petit bout de chemin à travers des apparitions dans des séries télé), qui joue Annie, est elle aussi impressionnante dans un rôle très demandeur en émotions.

    Pour finir, Trust est un drame extrêmement efficace qui tente la nuance sur un sujet particulièrement difficile. On regrettera peut-être un peu le fait qu'il manque un peu d'éclats en terme de mise en scène de la part de David Schwimmer. Le film mérite toutefois qu'on lui prête de l'attention.

 

3

 

                                     Sens Critique logoVodkaster logoTwitter-logo.pngFacebook-logo.jpg

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Screenopathe

Par Mordraen Blog créé le 08/05/10 Mis à jour le 01/07/13 à 18h10

Itinéraire d'un jeune homme atteint de screenopathie (maladie en phase terminale causée par l'abus de biens visuels comme les jeux vidéo ou les films). Le screenopathe n'est rien d'autre qu'un amoureux de l'écran et de tout ce qui s'y passe, pour son plus grand plaisir...

Ajouter aux favoris

Édito




La fascination de l'écran et de tout ce que l'on peut en faire m'amène à créer ce blog. Amoureux de jeux vidéo et de cinéma depuis mon plus jeune âge, je rêve de faire partager ces passions qui m'animent quotidiennement. Etant donné que j'aime aussi écrire, l'idée d'un Gameblog était faite pour moi!

J'estime qu'une grande partie d'entre nous est atteinte d'une délicieuse maladie : la screenopathie. Tout ce qui peut être projeté sur tout type d'écran (des jeux vidéo aux films en passant par les séries télévisées...) emporte en nous un grand intérêt.

Ce blog a l'intention modeste de vous faire partager mes opinions sur tout ce qui peut passer sur mes écrans. Quand j'irai voir des films au cinéma, je vous en parlerai. Quand je jouerai à un jeu vidéo, je vous en parlerai. Tout simplement parce que j'aime parler de ces choses là et, qu'entre nous, être amoureux des petits comme des grands écrans est tout à fait compréhensible, nous ne savons que trop bien ce qui s'y passe!

Je vous invite donc à continuer un bout de chemin avec un screenopathe et fier de l'être!

Archives

Favoris