Screenopathe
Signaler
Mes critiques cinéma

The Thing afficheFilm devenu culte malgré un score faible au box-office, The Thing figure parmi les longs métrages les plus mémorables filmographie horrifique du maître John Carpenter. Ce n'était donc que justice qu'un remake voit le jour pour réactualiser l'original datant de 1982. Plus curieux, c'est un réalisateur néerlandais, Matthijs van Heijningen Jr qui s'y colle pour son tout premier long-métrage. Il ne reste plus qu'à voir si le remake est à la hauteur.

En Antarctique, une unité de recherche a fait une énorme découverte. Peu habitués à la biopsie de formes de vie inconnues, les chercheurs norvégiens font appel à Kate Lloyd, une paléontologue américaine qui va les aider à mieux comprendre leur trouvaille. Mais la « Chose » se réveille et se révèle on ne peut plus hostile, massacrant les chercheurs les uns après les autres. Pour plus de paranoïa, la « Chose » est métamorphe et va donc prendre l'apparence de certains membres de l'équipe pour mieux dévorer les autres vivants. Le jeu de survie peut commencer.
Autant le dire tout de suite, The Thing 2011 n'est pas réellement un remake dans la mesure où il ne reprend pas exactement le scénario de l'original ni même ses personnages. Le but affiché au fur et à mesure qu'avancera le film est en fait le développement d'un préquel à The Thing pour mieux mettre en lumière les événements qui ont eu lieu dans la station de recherche norvégienne dont on nous parlait rapidement dans le premier film.
Du coup, on a l'impression de revoir quasiment le même film avec des personnages un peu différents qui ne font pas exactement la même chose que dans l'original.
The Thing 2011 est donc un plus ou moins remake couplé à un plus ou moins préquel. A cette occasion, les effets spéciaux ont bien évidemment été revus à la hausse, notamment en ce qui concerne la « Chose » qui se voit traitée en image de synthèse, là où l'originale n'était qu'une marionnette qui a perdu beaucoup de sa superbe, trente ans après. Le design de la « Chose » ne plaira pas forcément à tout le monde et on lui reprochera surtout un traitement assez inégal d'une scène à l'autre.
The-Thing-image-01.jpgThe-Thing-image-02.jpg
Côté horreur, il faut avouer que le réalisateur néerlandais nous en donne pas mal. Il se dégage un sentiment de paranoïa assez bien rendu, que ce soit à l'écran ou dans la salle de cinéma, le film jouant justement sur la déception des spectateurs et de leurs attentes pour mieux les surprendre. Un bon stress donc et quelques sursauts à noter en face de ce film même si on n'en fera pas non plus des cauchemars la nuit.
Mary Elizabeth Winstead, une habituée des films de genre, et Joel Edgerton, dont on avait déjà parlé pour
Warrior, sont les deux têtes d'affiche du film. Le reste du cast étant norvégien et inconnu du grand public. On reconnaîtra que la performance des deux acteurs principaux, sans être exceptionnelle, reste dans le ton sans qu'on puisse crier au génie pour autant.
Au final, The Thing 2011 reste une très bonne initiative qui transpire l'admiration pour le maître John Carpenter. Le choix d'un préquel était judicieux dans la mesure où le débat de l'adaptation et du remake est légèrement décalé. Trente ans après, l'édition 2011 fait honneur à Carpenter et son oeuvre, en la réactualisant aux endroits qui en avaient besoin. Un film d'horreur tout à fait correct dont le statut de remake est louable mais qui ne rendra pas non plus The Thing 2011 indispensable...

Note critique - Bobomb mitigée

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Commentaires

Pedrof
Signaler
Pedrof
Je te crois ;)
Mordraen
Signaler
Mordraen
Ce n'est pas ce film qui va te réconcilier avec les images de synthèse, alors. Crois-moi! ^^
Pedrof
Signaler
Pedrof
J'ai une aversion pour les images de synthèse.
Mordraen
Signaler
Mordraen
C'est sans doute parce que je l'ai vu pour la première fois récemment. Du coup, j'ai un peu de mal. Merci de m'avoir lu en tout cas ;)
Parker32
Signaler
Parker32
Tout à fait d'accord, les FX de l'époque sont toujours hallucinants pour moi.
Zalla
Signaler
Zalla
"là où l'originale n'était qu'une marionnette qui a perdu beaucoup de sa superbe, trente ans après" O_O ayant revu ce film récemment, je trouve que la créature n'a pas tant vieilli et reste assez incroyable!

Screenopathe

Par Mordraen Blog créé le 08/05/10 Mis à jour le 01/07/13 à 18h10

Itinéraire d'un jeune homme atteint de screenopathie (maladie en phase terminale causée par l'abus de biens visuels comme les jeux vidéo ou les films). Le screenopathe n'est rien d'autre qu'un amoureux de l'écran et de tout ce qui s'y passe, pour son plus grand plaisir...

Ajouter aux favoris

Édito




La fascination de l'écran et de tout ce que l'on peut en faire m'amène à créer ce blog. Amoureux de jeux vidéo et de cinéma depuis mon plus jeune âge, je rêve de faire partager ces passions qui m'animent quotidiennement. Etant donné que j'aime aussi écrire, l'idée d'un Gameblog était faite pour moi!

J'estime qu'une grande partie d'entre nous est atteinte d'une délicieuse maladie : la screenopathie. Tout ce qui peut être projeté sur tout type d'écran (des jeux vidéo aux films en passant par les séries télévisées...) emporte en nous un grand intérêt.

Ce blog a l'intention modeste de vous faire partager mes opinions sur tout ce qui peut passer sur mes écrans. Quand j'irai voir des films au cinéma, je vous en parlerai. Quand je jouerai à un jeu vidéo, je vous en parlerai. Tout simplement parce que j'aime parler de ces choses là et, qu'entre nous, être amoureux des petits comme des grands écrans est tout à fait compréhensible, nous ne savons que trop bien ce qui s'y passe!

Je vous invite donc à continuer un bout de chemin avec un screenopathe et fier de l'être!

Archives

Favoris