Des souris et des jeux

Par Mellorine Blog créé le 28/05/12 Mis à jour le 15/07/12 à 15h14

Mon univers PC d'hier et d'aujourd'hui, sans prétention mais avec émotion !

Ajouter aux favoris

Édito

Une enfance sans jeu vidéo, cela a existé. Chez moi. Un vieil Amstrad CPC6128+ moisissant dans un coin faute de jeux, deux ou trois Game & Watch éventuellement, mais aucune console.

Puis, un jour, un PC débarque à la maison. Quelque part en 1994 il me semble. Et là, les CD de démos offerts par les magazines de jeux vidéo s'amoncellent, et même parfois des jeux complets ! C'est l'engrenage.

Me voilà en 2012, à bientôt 30 ans, et toujours aussi accro. Bien sûr, depuis, les consoles sont entrées dans ma vie et je prends beaucoup de plaisir à rattraper le temps perdu, mais je reste toujours plus à l'aise avec mon clavier et ma souris...

C'est cette histoire, que certains d'entre vous ont peut-être partagée, que je vais vous raconter.

Archives

Signaler
Elucubrations

... des élucubrations sur les RPG occidentaux !

 

Je n'ai pas envie de refaire pour la énième fois le match RPG japonais vs RPG occidental, pour la bonne raison qu'il a certainement déjà été traité bien plus savamment que je ne saurais le faire. Ma conclusion personnelle serait qu'il s'agit de deux genres radicalement différents se cachant par facétie sous la même appellation ; les comparer serait donc une erreur de débutant menant fatalement à une impasse ou, au mieux, à une baston de fanboys. Il n'y a peut-être guère que Dragon's Dogma qui peut se targuer de bouffer aux deux râteliers, mais puisque je ne possède pas (encore!) ce jeu, j'éviterai volontairement la question. Il y a déjà tant à dire si l'on se cantonne à une seule face de cette magnifique pièce qu'est le RPG !

Pour rendre ce blabla moins indigeste à lire, j'ai choisi de l'illustrer avec des screens sexy pris dans mes différentes parties de Morrowind ! Je m'en excuse platement auprès de mes consoeurs les femmes. Voilà une nana que j'avais moddée pour mon perso (qui s'appelle, je vous le donne en mille, Udufru).

 

Les RPG japonais sont admirables à bien des égards, et ont connu un âge d'or sous l'impulsion de Monsieur Sakaguchi et plus globalement des grands hommes qui ont fait la légende de Square (Soft puis Enix, je ne vais pas non plus vous apprendre la vie). Hélas, cent fois hélas, cette période faste semble loin derrière nous, et aujourd'hui, les jeux de rôles nippons sont cantonnés aux consoles portables, avec des graphismes 2D superdeformed kawaii ; à moins qu'on daigne nous offrir un nouveau Final Fantasy, licence en sévère perte de vitesse dont les dernières itérations n'ont pas franchement remué les caleçons.

La dernière fois que j'ai été stimulée par un J-RPG, si l'on exclut les milliers de remakes DS et PSP dont ChronoTrigger fut la plus indispensable incarnation, c'était avec le sublime Lost Odyssey en exclu sur Xbox360 (un comble!). Comme par hasard, oeuvre de Sakaguchi... Quand je pense à ce qu'il aurait pu faire avec les moyens mis dans FFXIII, j'ai envie d'insulter les gens de SquareEnix responsables de son éviction, pas vous ?

En voilà une tenue pour se promener à Sadrith Mora ! J'avais créé ce perso uniquement pour tester des mods coquins... Non je ne suis pas lesbienne =)

 

Le RPG occidental présente, à mon sens, davantage d'intérêt, surtout depuis qu'il traverse un véritable revival, pour lequel on doit sans doute remercier Bethesda Softworks. Les événements ludiques qu'ont été les sorties, à 5 ans d'intervalle, de Morrowind, Oblivion puis Skyrim, ont à chaque fois relancé l'intérêt pour un genre qui trouve pourtant ses origines dans les aventures textuelles des prémisses de la micro-informatique. Mais je préfère donner à l'excellent Matt Barton le soin de vous faire un cours d'Histoire avec son Dungeons & Desktops, pour en arriver directement à nos jours...

Aujourd'hui, on peut diviser le RPG occidental solo en deux grandes tendances :

  • Les RPG bacs-à-sable, dont les derniers efforts en date sont Skyrim et Les Royaumes d'Amalur : Reckoning (paix à son âme).

  • Les RPG narratifs, genre plutôt récent en plein essor avec les flamboyants Mass Effect et The Witcher.

 

Voilà ce que j'admire tous les matins dans mon miroir ! Plus ou moins...

 

Ces deux familles de RPG occidental titillent mon esprit depuis l'annonce du prochain projet de CD Projekt, basé sur l'univers du jeu de rôle papier Cyberpunk. En effet, ce studio polonais s'est fait une spécialité, avec la franchise du Sorceleur, des RPG au héros charismatique, dont les choix influent sur le déroulement du scénario. Hautement scriptées, les aventures de Geralt placent le gameplay au second plan, derrière une narration particulièrement chiadée, réfléchie pour proposer une expérience quasiment cinématographique.

Tous les joueurs ont été éblouis, à raison, par les évidentes qualités des deux opus de cette saga culte en devenir (notamment par le second, dont les graphismes encore inégalés soulignent une aventure exceptionnellement écrite quoi que trop courte, mais là n'est pas la question). Cependant, le mérite n'en revient pas entièrement à CD Projekt. En effet, les jeux se basent sur une série de romans actuellement réédités chez Milady et écrite dans les années 90 par un compatriote des développeurs, le trop rare Andrzej Sapkowski.

La plupart des éléments des jeux sont directement repris des nouvelles et romans de l'auteur : personnages principaux et secondaires, lieux, bestiaire, humour et même éléments de gameplay, sont copieusement décrits dans les sept livres qui composent l'intégrale des péripéties de Geralt de Riv. En concevant The Witcher, les gars de CD Projekt disposaient d'un background complet, très détaillé et d'une galerie de personnages hauts en couleur, idéaux pour des dialogues d'anthologie (Jaskier, je t'aime !!!). A ce titre, le second opus regorge littéralement de références aux livres, puisque chaque PNJ qui raconte un souvenir de Geralt apparaît dans les textes du maître. Il est donc passionnant de lire cette saga épique après avoir parcouru ce titre (quand on ne l'a pas fait avant). On découvre ainsi à quel point les jeunots de CD Projekt sont des fanboys de l'oeuvre originale.

Angarade savait être sage le jour...

 

C'est diamétralement opposé à cette démarche que se positionne Bethesda Softworks avec ses franchises phares que sont The Elder Scrolls et Fallout (depuis le troisième épisode). Dans leurs RPG bacs-à-sable, les territoires explorables sont immenses et totalement ouverts, très peu de scripts émaillent une aventure souvent vécue en pointillé, voir complètement zappée au profit de la seule exploration et des quêtes annexes, qui sont légion. L'ambiance et l'univers y sont extrêmement travaillés, au détriment des personnages aussi charismatiques que des cabillauds. Le héros notamment ne présente aucun intérêt puisque, créé de A à Z par le joueur, c'est un Zozo devant l'éternel.

Je m'arrête là une seconde pour vous expliquer le concept de « Zozo », dont je partage la théorisation avec mon meilleur pote. Cela date du soir où nous cherchions un nom pour notre personnage de Dragon Quest VIII. N'étant pas inspirés, nous l'avons nommé Zozo. Depuis, nous englobons vous cette dénomination tous les héros de jeu muets, sans personnalité propre, qui subissent l'aventure sans autre choix que de répondre « oui » à chaque proposition de quête. Il semblerait que Link soit le plus célèbre des Zozo ^^

... mais au petit matin, on pouvait l'apercevoir quitter des donjons dans des tenues pas très catholiques.

 

Les héros des TES sont donc des Zozo, qui peuvent certes faire quelques choix moraux dans l'aventure, mais ceux-ci n'ont finalement que peu d'influence sur le monde qui les entoure. Je pourrais vous citer quelques exemples flagrants concernant Skyrim, mais cela reviendrait à décourager ceux qui n'ont toujours pas passé 200h de leur vie sur ce titre colossal. Quoi qu'il en soit, ce n'est certainement pas pour la trame principale que l'on apprécie un RPG bac-à-sable, mais pour son aspect contemplatif, son absence de contraintes, ses propositions ludiques plus variées, la possibilité d'y ajouter des mods éventuellement.

Ces deux sous-genres du RPG occidental offrent des expériences ludiques très différentes. L'un fait la part belle au scénario et l'autre à la sensation de liberté. La durée de vie des premiers est clairement définie et relativement courte, tandis que celle des seconds dépend entièrement du joueur, mais permet d'atteindre une forme d'infinité qui ne trouve son égale que dans les MMO (on se fait super chier quand même, au bout d'un moment). Les personnages sont, dans un cas, réalistes dans leur écriture et participent à l'immersion, alors que dans l'autre, ce sont de simples distributeurs de quêtes n'existant que par le Zozo qui leur parle.

L'absence prétendue de linéarité relève, dans les deux cas, de l'arnaque pure et simple, car les choix moraux proposés au joueur sont rarement suivis d'un résultat évident dans le background (on ne refera pas ici le débat sur la fin de Mass Effect 3 car je l'ai aimée, mais je comprends fort bien les critiques concernant l'absence de répercussions réelles des choix de Shepard sur son environnement) : les deux types de RPG occidentaux peuvent encore énormément progresser à cet endroit.

Ne doutez plus jamais du pouvoir protecteur de l'armure de verre !

 

J'en reviens donc à l'annonce de CD Projekt. Si ce prochain jeu est bel et bien un RPG, ce qu'il reste encore à confirmer, à quelle famille appartiendra-t-il ? Sera-t-il le pendant futuriste de The Witcher, avec un héros prédéfini à forte personnalité, un environnement réduit mais très travaillé, et une aventure bourrée de scripts et de dialogues à choix multiples ? On ne peut que l'espérer, tant les Polonais ont démontré leur maîtrise et apporté une étonnante maturité à notre médium préféré. Mais... mais l'oeuvre originale, Cyberpunk, n'est pas une série de romans dont il suffit de tout adapter pour faire un hit ultime. C'est un background, très complet certes, mais juste un background. Il reste à inventer un personnage réunissant les caractéristiques les plus intéressantes du JdR et permettant des spécialisations sur un arbre d'évolution restreint (armes à feu, piratage, négociation, etc). Il faudrait lui adjoindre des comparses de la qualité de ceux de Geralt et leur construire des personnalités aussi fortes qu'au héros... sans l'aide du génial Sapkovski. Et il faudrait, évidemment, que ce personnage ait des enjeux capitaux, afin de nous entraîner dans son sillage sur les sentes d'une aventure prenante dégageant suspens et émotion. Un travail d'écriture considérable donc, que jusqu'à présent, les têtes pensantes de CD Projekt n'ont fait qu'effleurer, puisqu'ils se reposaient sur un matériel sans faille. Premier problème.

Le second problème réside dans la forme même de l'oeuvre originale. Un jeu de rôle papier implique la création intégrale d'un personnage (et quiconque a joué à Cyberpunk se souvient forcément du système de conception de perso carrément génial, le meilleur que j'aie jamais testé). D'aucuns penseront aussi que l'adaptation d'un JdR se doit d'offrir une liberté totale digne d'un RPG bac-à-sable, mais à cela, je ne suis pas d'accord : ce serait négliger la toute-puissance du Maître de Jeu qui, quand il est talentueux, parvient toujours à faire suivre son scénario aux joueurs même les plus récalcitrants. L'accès libre au territoire est donc un faux problème, mais la conception du personnage en reste un. Les fans de Cyberpunk, dont je fais partie, accepteront-ils qu'on leur impose un personnage ? Ne seront-ils pas déçus par les limitations nécessaires du format ? Et les autres n'auront-ils pas envie que CD Projekt sorte de sa zone de confort et essaie de réaliser la transformation ultime, l'exploit vidéoludique tant attendu : la fusion des deux genres ?

Il paraît que les talents magiques sont inversement proportionnels à l'encombrement...

 

Après tout, qui n'a pas rêvé d'un Skyrim avec des PNJ charismatiques, des animations variées, et surtout un scénario correct dont les enjeux nous tiennent réellement à coeur ? Les gars de Bethesda connaissent leur boulot car en terme d'expériences contemplatives et riches, ils se posent là. Mais ils ne savent toujours pas écrire ni réaliser une aventure poignante. Leurs efforts sont tout entier dirigés dans la conception et l'entretien de leur méta-histoire, ce qui est très fort en soi, mais manque clairement de mise en scène.

D'un autre côté, qui n'a pas rêvé d'un The Witcher bien plus long, au territoire explorable à loisir, aux mécaniques de gameplay plus travaillées ? Les jeux de CD Projekt ne sont pas exempts de défauts : divisés en zones assez réduites, ils proposent des choix moraux dont les répercussions sont finalement de la poudre aux yeux (l'import foireux des sauvegardes du premier opus vers le deuxième confirme cette opinion). Alors, qu'est-ce qui justifie des expériences si courtes et des paysages si clos ?

A ce jour, un seul titre a tenté avec un certain succès cette fusion ultime, mais manque de bol pour étayer mes réflexions, il ne s'agit pas d'un RPG. C'est, vous l'avez deviné, le fantastique Red Dead Redemption, qui a réussi l'association entre une expérience contemplative au coeur d'une map immense, et un récit linéaire à la réalisation impeccable. Alors certains me diront que si l'on ne fait pas les missions du jeu, on s'y ennuie. D'où, plus haut, j'ai parlé d'un « certain succès ». Le terrain a juste été défriché, et avec quel talent ! CD Projekt va-t-il partouzer avec Rockstar et Bethesda pour nous offrir le meilleur RPG de tous les temps ? Car il s'agirait pour moi du mariage gagnant dont je voudrais qu'il ait beaucoup, beaucoup d'enfants.

Dans Oblivion aussi, on pouvait fantasmer à loisir ! Héhé je trolle et j'aime ça.

 

Et vous, qu'en pensez-vous ? Aimeriez-vous jouer à un clone de The Witcher au pays des Corporations, préféreriez-vous un bac-à-sable futuriste à modeler selon vos désirs, ou êtes-vous, comme moi, un fervent défenseur de la polygamie vidéoludique ?

Ajouter à mes favoris Commenter (14)

Commentaires

feverish
Signaler
feverish
Morrowind....Premier PC, premier jeu acheté, première fois que je me trouve désemparé devant tant de possibilité. Dès le premier village une obscure traque faite au hasard pour trouver où un villageois cache sont magot et je découvre la puissance des jeux non linéaire en voyant du haut d'une tour ce personnage faire sa ronde discrètement et s'arrêter devant un tronc.
Premier village et j'y passe 3 heures, je regarde la map..... Oh putin....
Je quitte enfin celui ci et un homme tombe du ciel littéralement devant mes pieds O_0 Je le fouille, un parchemin mystérieux faisant voler, génial ! Je teste, je m'envole et....... rien pour m'arrêter je m'écrase.....et je ris en pensant au quidam qui s'était étalé avant moi.
J'étais devenu amoureux du RPG à l'occidental et malheureusement comme toi je n'ai jamais vraiment retrouvé ma passion pour un gros RPG japonais (ahhh je me souviendrai toujours de cette nuit d'été à réaliser la quête des chocobo et des coffres dans FF9 ) à part de rares occasions comme le premier Kingdom Hearts, Blue Dragon et Lost Odyssey.
Pourtant il y a quelques bonnes choses sur DS comme radiant historia, black sigil et golden sun obscure aurore mais ce ne sont pas des gros blockbuster 3D et avec les derniers final fantasy je ne crois pas que ça reviendra vraiment un jour, les japonais n'ont plus les même gouts que nous.
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
Jamais, tant que le pouvoir de l'imaginaire est en moi, je peux t'imaginer comme je veux !
Tu es donc vert, tu fais deux mètres et tu as les yeux pédonculés. Voilà. :D

Et pour répondre à ta question, n'étant pas très au fait de ce qui se pratique en termes de contacts humains, je n'ai que ceci à te proposer, mais peut-être y trouveras-tu ton bonheur :
http://www.gameblog....onde-exterieur/
Mellorine
Signaler
Mellorine
Bah tu vas être déçu =)
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
Et si je fantasme sur les gros dude un peu obsédé ? On fait comment ? :D
Mellorine
Signaler
Mellorine
Héhé, je ne suis pas là pour devenir un fantasme de gamer donc je m'en carre un peu, tu peux me prendre pour un gros dude un peu obsédé qui fait des screenshots de ses persos féminins en culotte et mate en boucle les vidéos de Katsuni =)
Tiens, ça me fait penser, y a-t-il un topic sur les IRL gameblog à Paris ? Maintenant que je suis là, j'aimerais bien me faire des amis, parce que pour l'instant mon quotidien n'est pas hyper folichon.
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
Sacré boulot.

A une époque, j'aurais hurlé au scandale et prôné la suprématie du RPG à la nippone, mais aujourd'hui, heureusement, je suis vieux : je n'ai certes pas mûri, mais j'ai moins d'énergie pour défendre mes idéaux (et surtout moins de raisons pour le faire, ha ha).
Les RPGs à la nippone tournent en rond, mais je trouve ceux à l'occidentale d'une pauvreté affligeante en termes d'imaginaire (un peu comme, hélas, une trop grande part de la littérature Fantasy, laquelle n'arrive pas, au contraire de la SF, a s'extirper hors de ses codes et de ses attendus). En deux lignes : à quelques détails près, c'est toujours le même univers, toujours les mêmes ingrédients, toujours le même scénario et toujours le même fan-service. ça me décourage d'emblée.
L'idéal serait donc, pour moi, pile entre les deux.

Ceci étant, ce qui fera toujours (?) la différence avec un JDR papier, c'est que celui-ci permet le "faire" et l'"être" personnalisé. Le jeu vidéo ne propose que le "faire", et réduit (par nécessité, l'"être" a sa plus simple expression( quelques choix de temps en temps). Peut-on, en ces conditions, vraiment parler de Jeu de Rôles ?
Et, plus angoissant encore, pourquoi est-ce que je poste sérieusement, tout à coup ?
Vite, vite, un calembour !

"Les jeux de rôles, c'est pas drôle". Voilà, elle est nulle et usée jusqu'à la corde, ça devrait faire l'affaire. :)

(et je refuse de croire que tu es une nana, c'est mon côté contrariant).
Adramel
Signaler
Adramel
Nan mais c'est quoi ce fanservice pour faciliter la lecture de l'article là ? Alors voilà, parce que nous sommes des hommes, nous accrochons forcement au ... au ...

...

Scusez moi, j’étais en train de baver sur le dernier Screen...

Je partage à peu de choses prêt ton opinion sur Mass Effect et Skyrim, avec une grosse grimace quand je pense aux incohérences de ce dernier (en plus des bugs, mais ça ...), j'ai besoin d'une véritable histoire maintenant, un truc vraiment prenant, comme un bouquin raconté devant mes yeux ébahis, pas juste un "t'es l'élu gars, va castagner le dragon", quitte à perdre en liberté de mouvement (à l'inverse un truc trop restrictif me saoule aussi ... Mon dieu, ça y est, j'approche de la trentaine, je devient un vieux gamer râleur de type "vieux con", +3 contre les 3/4 des jeux actuels ...)

Tu m'étonnes que tu aies un peu de mal niveau temps, si tu postes des articles à rallonge tous les jours.

Et donc, si j'ai bien compris, tu couds souvent des pétales de roses à tes corsets avant d'aller au boulot ?
Mellorine
Signaler
Mellorine
Slaanesh > tu as détesté Morrowind ?? C'est le jeu qui a fait de moi la gameuse d'aujourd'hui ! Je jouais déjà avant, mais c'est avec Morro que le jeu est devenu une passion quotidienne. Par contre j'ai détesté Oblivion et été tout aussi déçue par Fallout 3 et New Vegas. Quant à Skyrim, c'est un très beau jeu sur lequel j'ai passé énormément de temps, mais je crois que depuis Mass Effect, j'ai besoin de vivre des aventures plus scénarisées, plus intenses, avec des vrais dialogues et des enjeux plus présents. CCCP a un peu, plus haut, spoilé sans le vouloir le sujet d'un prochain article de ce genre que je travaille dans ma tête ces derniers jours et qui parlera de ça... Enfin si j'arrive à poster parce qu'entre les crash de Gameblog et ma nouvelle vie parisienne, ça devient un peu chaud là =)
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
Ton premier perso, tous mes persos de RPG sont comme ça. Sinon excellent personnage créé grâce au superbe moteur d'édition de Oblivion.

Je rêve malgré tout d'un Bethesda animé correctement, au mois juste correctement. Skyrim était moins dégueulasse, mais c'est pas encore ça carrément.
Slaanesh
Signaler
Slaanesh
Quand je vois les photos qui accompagnent l'article, j'aurais tendance à penser que Mellorine ça rime avec coquine. :)

Sinon pour répondre à la question, j'avoue que j'en attends pas grand chose. Grand fan de RPG occidentaux, le premier Witcher m'avait salement refroidi. J'ai du jouer une 10aine d'heure avant de me lasser. C'est d'ailleurs pour ça que j'ai toujours pas joué au second épisode :o Dans la même veine, j'ai pas trop accroché à Mass Effect (1 et 2, pas joué au 3). Par contre, j'ai surkiffé Skyrim, et dans une moindre mesure Fallout New Vegas. Pourtant j'avais détesté Morrowind, Oblivion et Fallout 3.

Donc bon, si on fait le calcul, j'aurais tendance à pencher un peu plus vers les jeux bac à sable en ce moment. Après, je ne connais pas trop l'univers de Cyberpunk. J'avais quelques amis qui y jouaient, mais l'univers m'était passé un peu au dessus de la tête. J'étais plutôt héroic-fantasy à l'époque.
Karas
Signaler
Karas
Cyberpunk semble bel et bien parti pour être un monde ouvert. Je ne doute pas que le studio saura s'en tirer surtout si Mike Pondsmith est à leur côté, en tant que consultant. C'est très ambitieux, mais je veux y croire :) Pourrons-nous vaquer dans les rues de Night City ? Hummm...Ça serait tout bonnement génial !

Sinon, je rêve surtout d'une matrice qui ait de la gueule et dans laquelle un netrunner pourrait vraiment s'éclater !
canard-sucrey
Signaler
canard-sucrey
Bha moi, quand j'ai a faire à un "Zozo", je l'appelle par mon prénom (Paul ou Polo). Parce que ça fait plus classe (ou pas.).

J'ai adoré Morrowind tout simplement parce que je l'ai découvert y'a un an (ou deux) et que j'ai été abasourdit par la qualité narrative et immersive du titre, a tel point que je le préfère à un Skyrim, mais je suis aussi un fanboy de Mass Effect juste pour son background et sa narration d'exception qui en fait pour moi un chef d’œuvre, comme The Witcher mais j'accroche un peu moins à l'univers, même si j'ai vraiment aimé le 2.

Et sinon, sympa les photos :D C'est déjà mieux fait que les skins de base, quant aux animations ...
Mellorine
Signaler
Mellorine
En règle générale, je ne fais que des persos masculins, mais avec les mods qui vont bien, Morrowind est un jeu dans lequel il FAUT faire un personnage féminin au moins une fois =)
Kelun
Signaler
Kelun
Sympa tes persos. :whistling: