Premium
LordGenome's Mansion
Signaler
Romans

Ils sont 23 , et forment ensemble la 34ème Horde du contrevent . La 34ème , sous la houlette de leur traceur le 9ème Golgoth , bien décidé à mener ses troupes là ou les 33 Hordes précédentes ont échouées : L'extrême Amont , le bout de la terre afin de découvrir l'origine du vent.

 

La horde du contrevent  , gros pavet de quelques 800 pages en poches , n'est pas une lecture facile. Alain Damasio est un virtuose de la plume , c'est indéniable , mais j'ai parfois eu du mal a rentrer dans le récit ...Trop de personnages , quand bien même , certains sont parmis les plus "beaux" qu'il m'ait été donné de lire. Je pense ici au Golgoth, chef de troupe, bourru , dur au mal , au langage de charretier et à l'abnégation digne des meilleurs shonen. Ou bien au noble prince pietro , stoïque face aux diverses péripéties et au langage calme et posé.Vient ensuite Caracole ,ce virtuose du verbe ( Damasio ?) , troubadour de la troupe toujours présent pour motiver ses frères et soeurs de la horde... Le temps me manque pour vous parler aussi de Erg le protecteur de la Horde , Oroshi , Sov ...Et bien d'autres. Le problème n'est donc pas dans la qualité des personnages , mais dans leur nombre.

J'en veux pour exemple où la Horde , arrivée à Alticcio , se voit contraint de subir 3 épreuves pour gagner le droit de continuer sa route. Damasio choisira de nous faire vivre seulement l'épreuve de Caracole ; une joute verbale contre un noble d'Alticio... Quel dommage de passer sous silence l'épreuve du Golgoth !


Damasio aime se lire, cela ne fait plus aucun doute après ce passage. Selon moi , son choix de nous faire vivre l'épreuve de Caracole et de passer sous silence les autres , est un moyen pour lui d'étaler toute la virtuosité de sa plume. Alors , certes , cette épreuve se rapproche vraiment du génie littéraire (Parler en palindromes ou juste avec la voyelle O, il fallait le faire! ) , j'y ai même pris mon pied malgré tout , mais BON SANG ! L'épreuve du golgoth quand même ! J'ai juste l'impression que Damasio à voulu se faire plaisir , avant de faire plaisir à son lecteur .

Un autre aspect du récit m'a grandement gêné. Tout ce vocabulaire technique pour décrire la horde , aurait gagné à être plus clair, avec des mots plus simples ...La description sur le vif , lorsque Oroshi décide de transmettre son savoir à Sov, m'a aussi grandement gonflé , à tel point que j'ai eue parfois envie de sauté ces passages, dont le sens , riche au demeurant aurait su me toucher avec plus de simplicité


Mais ce livre possède tout de même une force , une poésie , ce monde où le vent est roi vous fait voyager vraiment très loin . la charge symbolique est forte et chaque lecteur pourra trouver un sens dans le "contre". J'ai particulièrement aimé reconnaitre chaque personnage de la horde , rien que par leur façon de s'exprimer. Je me  suis vraiment beaucoup attaché à certains d'entre eux , au point d'en avoir les larmes aux yeux lorsque leur arrive des pépins.

Au final , la horde est un roman qui m'a tantôt captivé , tantôt ennuyé , parfois intense , parfois d'une longueur assommante . Quelques pages de moins aurait sans doute donner plus de punch . Un bon livre mais loin du chef-d'oeuvre que l'on m'a si souvent vendu ....

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Commentaires

Kitcham
Signaler
Kitcham
Les premières pages sont une torture. Pleins de personnages (23 donc, je remercie l'idée du marque-page reprenant leurs noms), un univers bizarre, une quête incompréhensible. J'ai souffert. Mais à l'image de Golgoth, je me suis accroché.
Et ça vaut le coup, vraiment :)
Parce que finalement, si on me demande un jour comment je définirais l'héroïsme, ben je conseillerais ce bouquin :)
Yilduz
Signaler
Yilduz
Ya pas mal de choses que Damasio transmet peu à son lecteur... en tous cas il ne t'a pas transmis son amour de la ponctuation :P

Moi j'ai bien aimé ne pas tout comprendre, le fait qu'on plonge dans un monde nouveau et autre dès son vocabulaire même qui semble formé par ce monde dominé par le vent. Les chevents et autres mots valises, j'aime, bien que j'aie trouvé le style de l'auteur très "scolaire" :)

C'est sûr que certains passages sont vraiment ardus et pétris de concepts philosophiques ; si certains ont un côté "la philo pour les nuls", notamment quand Damasio repompe quasi mot pour mot du Camus, d'autres pages, inspirées de Deleuze et du concept du pli, m'ont vraiment perdu.

Mais je garde de cette marche difficile vers l'Extrême Amont des souvenirs profonds et denses. J'ai dévoré les 700 pages en six nuits, emmitouflé dans ma couette, presque lisant à la lampe de poche comme quand j'étais ado à l'internat. Je suis tout à fait d'accord avec toi pour refuser le qualificatif de chef-d'oeuvre à ce roman. Mais quel voyage ! Quel rythme de fond ! Quel souffle !
Fachewachewa
Signaler
Fachewachewa
Je l'ai commencé ya un peu plus d'un an puis j'avais plus eu trop le temps de continuer, mais ma mère avait pas arreté de me dire que c'était trop bien et que je devais le lire xD
Faudra que je le reprenne un jour...

LordGenome's Mansion

Par LordGenome Blog créé le 29/12/09 Mis à jour le 14/01/12 à 11h08

Pour le plaisir de partager mes passions ...Rétrogaming , jeux-vidéo , mangas, animes, cinéma, romans et football .

Ajouter aux favoris

Archives

Favoris