Le Gameblog officiel du site levelfive.fr

Par levelfive.fr Blog créé le 21/12/10 Mis à jour le 22/08/13 à 10h31

A travers des chroniques, articles de fond ou reportages, nous nous efforçons d'aborder le jeu vidéo de façon intelligente. Sans pédanterie, avec humour ou le plus grand des sérieux.

Ajouter aux favoris
Signaler
Réflexions

J'évoquais dans un billet précédent, relatant mes expériences au sein du jeu Wakfu, la pratique du "rôle-play", "rp" pour les intimes. Je ne connaissais absolument pas cette pratique, du coup j'ai commencé à m'y intéresser. A lire des articles sur le sujet, à questionner des pratiquants au sein de Wakfu. Bref, une petite enquête qui m'amène à rédiger cette première synthèse sur le sujet. En effet, la pratique du rôle-play me semble très importante dans le processus d'écriture de fanfictions.

Synthèse des éléments à prendre en compte pour un "rp"

 

 


Tout d'abord, le rôle-play est une pratique possible du jeu, faire comme si l'on était son personnage et donc parler en son nom. En effet, tous les joueurs au sein de Wakfu ne font pas de "rp", certains préfèrent le "xp" (faire de l'expérience en menant des combats, donc augmenter de niveau, avoir de meilleures statistiques, etc.). Lorsque l'on décide de se pencher sur la pratique du "rp", je vais m'en tenir quasi exclusivement à Wakfu pour ce billet, on découvre que cette pratique n'est pas qu'une manifestation d'une liberté absolue. En effet, de nombreuses règles, une codification parfois importante, structurent ces échanges.

La classe du personnage que le joueur choisit est déjà une détermination importante. En effet, chaque classe a sa psychologie et il serait incongru d'aller à l'encontre de cette base. Par exemple, mon personnage au sein de Wakfu, sous le pseudonyme "alfoux", est un Iop. Un Iop est un guerrier, il est réputé pour sa force, sa bravoure (son souhait est de mourir en héros, d'entrer dans la légende pour reprendre quelques expressions de Tristepin, personnage Iop du dessin animé Wakfu), mais pas pour son intelligence. Une des moqueries récurrentes dans le dessin animé, à l'égard de Tristepin, mais que l'on retrouve également dans le jeu, est "cervelle de Iop". Moi-même, jouant le jeu, je me pris à la taverne à tenir des propos outranciers, à parler de bagarre...bref à jouer la brute. Parler de néo-kantisme serait complètement absurde. D'une part parce que cette philosophie n'appartient pas au monde de Wakfu, d'autre part parce qu'un Iop ne peut pas parler de ce genre de choses.

Personnage de Iop

On en arrive, avec ce dernier exemple, à une autre contrainte : oublier notre monde. En effet, on ne peut pas parler de bus, de Rer A, de gouvernement Hollande ou de philosophie rousseauiste dans Wakfu (on ne peut pas si l'on décide faire du "rp"). Ces éléments de vie appartiennent à notre monde, il faut fait une scission. Il convient donc d'être cohérent par rapport à la psychologie de notre classe, l'essence du personnage, mais également cohérent vis-à-vis de l'univers fictionnel dans lequel on évolue (le monde de Wakfu et non la présidence Hollande en cette Vème République).

L'univers fictionnel du rôliste dans Wakfu, c'est le background. Dans le cas de Wakfu, il s'agit du monde des douze. Ce cadre veut donc dire que pour le rôliste (celui qui pratique le rôle-play), il faut respecter un cadre géographique (pour Wakfu, un monde partiellement englouti après le chaos d'Ogreste, des pleurs qui noyèrent des terres), un cadre temporel (actuellement nous sommes en 970 dans Wakfu) et des particularités techniques et technologiques (pas de voitures, de bus mais des portails Zaap, des montures et...vos pieds).

Un portail zaap (élément brillant)

Rentrons dans le détail. J'évoquais plus haut la psychologie générale de la classe. La classe définit également des caractéristiques physiques. Par exemple, un Iop n'a pas d'iris. Il serait donc absurde, si je venais à converser en "rp" avec un Iop, de lui dire "Regarde-moi dans les yeux".

La pratique du "rp" se soumet donc à plusieurs contraintes variées. C'est également une pratique qui peut s'exercer de diverses manières. Il est possible de ne faire que du "rp", certains joueurs croisés m'affirmèrent que ce personnage (ils en avaient plusieurs) était dédié au "rp". Une connexion sur Wakfu signifiait alors faire du rôle-play. D'autres par contre préfèrent pratiquer le "rp" de temps en temps. Pour baliser cet exercice singulier, les joueurs parlent de "séances RP". Sur Wakfu, le joueur Nalon m'avoua qu'il ne faisait pas d'xp le soir mais qu'il pratiquait le rôle-play. Il partageait ainsi son temps de jeu sur Wakfu de manière très distincte. Un temps pour se battre et un temps pour tenir un rôle.

On peut se demander comment débute un "rp" ? Il est possible de rentrer pleinement, de manière arbitraire, dans un échange. Ce fut plusieurs fois mon cas. J'observais par exemple Xremington, un joueur dont la classe est "brigand", à la taverne entrain de raconter des histoires sanglantes. J'ai écouté et suis intervenu à plusieurs reprises en faisant le Iop...donc l'excité bas du front ("Ouais, du sang !!", "Encore de la baston").

Il est aussi possible de débuter grâce à des phrases vides de sens, qui ne servent qu'à établir une connexion. En disant, à la taverne, "Bonjour, vous me servez à boire ?", l'autre joueur comprend qu'il ne s'agit pas d'un joueur ordinaire mais d'un rôliste. En tous les cas, les indices sont nombreux (vouvoiement, évocation d'une pratique virtuelle comme s'il s'agissait d'une pratique réelle, etc.).

J'évoquais dans un autre billet la taverne. En effet, le "rp" se pratique dans des lieux particuliers même si, dans la pratique, il est possible de le faire où l'on veut. Bien souvent, dans Wakfu, c'est dans la taverne d'Astrub que les échangent naissent (carrefour des joueurs abonnés ou non). Le fait qu'il s'agisse d'une taverne offre aux rôlistes des possibilités de mises en scène. S'asseoir sur tabouret ou sur la table montre aux autres, sans rien dire, le caractère du personnage. Du respectueux au frondeur. Encore une fois, il s'agit d'indices pour une interprétation. Il existe des tavernes dans les autres nations mais elles sont souvent moins fréquentées. La taverne de ma nation, Amkana, est assez vide le soir. Je pus tout de même voir quelques initiatives discrètes comme Melquiz le barbare qui me conta une histoire de barbares tuant des gnomes dans des mines. D'ailleurs, le récit attira un peu de monde, c'est souvent l'effet du conteur.

Taverne d'Astrub

Les caractéristiques de notre personnage, imposées par le jeu (la classe) ou par soi-même (l'histoire qu'on lui invente), guident les échanges. Les sens physiques du personnage par exemple. Si j'étais un Ecoflip, j'aurais un odorat très fin. Je pourrais donc, dans certaines situations, inventer des dialogues en me basant sur cette donnée propre à ma classe et le cadre (à côté d'un Iop, je peux faire la grimace et me plaindre d'odeurs nauséabondes). Les sens psychiques correspondent eux principalement à l'histoire que j'imagine pour mon personnage. Son enfance, son passé. Si j'imagine une enfance difficile, je pourrais facilement jouer sur une émotivité forte par exemple.

Il faut noter, même si cela semble une évidence, que le "rp" doit être voulu par tous les personnages en contact. Je vis un soir une scène illustrant à merveille une rupture du contrat tacite. Xremington était à la taverne d'Astrub, toujours provoquant il posa son personnage sur une estrade, devant Pisio qui lui était assis sur un tabouret. Xremington assis, face à Pisio (dont le personnage est une femme dont j'ai oublié la classe), le surplombant, commença à tenir un propos volontairement outrancier en demandant à Pisio s'il voulait vendre son corps contre quelques kamas (monnaie du jeu). Pisio, au lieu de rentrer dans le jeu, en s'offusquant ou non, rompit toute volonté de rôle-play en affirmant qu'il était "un gars". Xremington jouait un rôle, Pisio refusa de rentrer dans l'échange. Il parla en tant que joueur et non en tant que personnage.

Dans Wakfu, le "rp" ne se fait pas que par le dialogue. Il existe en effet des émoticônes. Ils sont nombreux et permettent, si l'on clique sur l'un d'entre eux, de faire agir notre personnage. Il y a la colère, le fait de pointer du doigt voire de lâcher un gaz. Un soir, jouant la carte de la provocation, je fanfaronnais à la taverne. J'affirmais haut et fort que j'étais un Iop, un grand guerrier, etc (alors que mon level tournait autour de 10). Pour souligner mon caractère nerveux, à plusieurs reprises j'utilisais l'émoticône "colère" pour faire rougir de haine mon personnage.

Page des émoticônes sous Wakfu

De même, un soir, je découvris un joueur, Kills Heal, à la taverne d'Astrub. Ce dernier ne parlait pas mais sa tenue était partie intégrante du rôle-play. En effet, il lisait (pour de vrai, derrière son écran) la gazette. Seulement, au lieu de laisser son personnage seul, sans mise en scène, il l'avait laissé à une table, assis sur un tabouret, un journal à la main. L'avatar reproduisait la pratique réel du joueur.

Pour évoquer plus précisément l'aspect pratique du "rp", il est amusant de noter que les rôlistes inventent leurs propres outils mais que, parfois, les codeurs/développeurs les aident. Par exemple, en utilisant ** au début de son message, notre texte prendra la forme d'une bulle de songe. La bulle du texte prend une autre forme, une forme voulue par les codeurs, une forme qui permet aux rôlistes d'élargir leur éventail d'expressions, d'enrichir leurs dialogues. A côté de cela, on note l'émergence de conventions d'écriture. La pratique a entériné certains codes. Par exemple, en entourant son texte de *, le joueur signale une action comme : *frappe le Iop*. Les rôlistes inventent des codes pour dépasser les carences des développeurs. En effet, les agissements du personnage se réduisent aux émoticônes. Certaines actions ne peuvent se faire via ces conventions officielles.

Voici donc quelques informations sur la pratique du rôle-play. Il s'agit d'une première synthèse. J'ai tenté de mêler mes propres expériences, déductions/réflexions à des éléments plus pratiques ou historiques sur cet exercice (1). Je reviendrai probablement sur le "rp" dans d'autres billets en évoquant d'autres aspects.

N'hésitez pas à laisser vos commentaires. Toute contribution est une aide pour la rédaction de ce mémoire.

 


 

(1) Rôle-play - L'encyclopédie, de Van Merwan, http://www.wakfu-world.com/guides/guide-1231, page consultée le 26/10/2012


L'article d'origine : http://levelfive.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=249:reflexions-journal-dun-memoire-precisions-sur-le-role-play&catid=35:reflexions&Itemid=29

Suivez-nous sur Twitter : https://twitter.com/#!/alfouxlf

Rejoignez-nous sur Facebook : https://www.facebook.com/pages/Levelfivefr-Chroniques-vid%C3%A9oludiques/121393444645752

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Commentaires

Celimbrimbor
Signaler
Celimbrimbor
Bienvenue dans le monde merveilleux du rôle-play !

Celim.

Édito

Il est temps que l'on communique. Rédiger des articles c'est bien mais communiquer...c'est nécessaire. Du coup, nous investissons gameblog afin d'avoir un meilleur écho pour nos articles. Surtout que gameblog.fr semble être une bonne plateforme pour nos écrits, plus des analyses que des tests; des réflexions que des actus.

Merci à vous tous de prendre la peine de nous lire. N'hésitez pas également à venir sur le site officiel : www.levelfive.fr

 

 

Archives

Catégories