Intrigue

Intrigue

Par Snake_in_a_box Blog créé le 14/12/10 Mis à jour le 18/10/16 à 17h43

Look up at The Sky...
There must be a fantasy.

Ajouter aux favoris
Signaler

Alors que les lycéens viennent de sortir de leurs salles d'examens, l'oeil un peu torve et l'estomac un peu hypoglycémique, il est plus que temps de se pencher sur la douloureuse épreuve de philosophie, (coef 4 quand même. Voire 8 chez ces drogués de L), ordalie implacable du baccalauréat.

En tant qu'ancien membre de la glorieuse section ES (Esu banzaii !! ) je me propose ici de fournir une correction du premier sujet de philo ES afin de rassurer au plus vite les lycéens sous béta-bloquants et perfusés à la fiche Bristol.

Voici donc le premier et tonitruant sujet d'ES.

Suffit-il d'avoir le choix pour être libre ?

 Oulà...

C'est chaud...

Le sujet questionne donc notre liberté et la problématique du choix. Etre libre, est-ce être libre de choisir? Mais le choix de quoi? N'y a t-il de liberté que par la liberté du choix? Et le choix est-il infini? (très bon départ d'ailleurs pour les ES, car le libéralisme pose la libre-concurrence d'une infinité d'offre et de demande comme préalable indispensable à l'exercice du libéralisme économique.)
C'est à toutes ces questions qu'il a fallu répondre pour espérer avoir une note correcte face au cruel professeur toujours prompt à casser en deux le pauvre lycéen que vous êtes et qui a toujours plafonner à 8.

Bref, voici maintenant...

La correction.

Introduction

La liberté, le premier des droits de l'Homme, est celui qui est le plus mis en avant.
Cette liberté recouvre de nombreuses choses. Le seul fait de se déplacer est une liberté. S'exprimer aussi en est une autre...
Elles sont donc nombreuses ces libertés.
Mais nous incluons ici les droits de l'Homme, droits qui découlent de la philosophie des Lumières et qui fait de l'Homme doué de raison le centre des attentions.
Indépendemment de cette liberté qui est pour ces philosophes, absolue, se trouve à un degré moindre liberté du choix.
Liberté triviale si il en est car nous choissisons tous les jours, de notre petit-déjeuner à notre paie de chaussettes en passant par le métier de toute une vie...

Cette même vie qui nous dicte parfois ses choix, qui les impose. Avons-nous alors été libres? Sans doute que non mais alors avoir le choix est-ce être obligatoirement libre? La liberté ne se trouve-t-elle que dans le choix?

Mais si choisir c'est exercer sa raison ou son instinct en soi-même pour prendre une décision, alors on excerce là une/notre liberté. Celle d'être sensible, unique, quoique grégaire.
Les choix étant par définiton multiples, ce sont donc trois facettes de la liberté de choix qu'il nous faut explorer tour à tour afin de donner la vision la plus large possible à notre réflexion.

Première partie. Thèse: La Xbox One ou la liberté de choisir Kinect.

Cette partie devra s'attacher à démontrer que la liberté, c'est aussi pouvoir choisir Microsoft. Si un tel choix peut sembler stupide,  l'élève ne manquera pas de souligner que les gens sont foncièrement cons et qu'ils sont prêt à jouer à Call of Duty  et à payer le XBLA
Partant de là, on peut expliquer que le joueur et donc l'Homme est un individu sensible et limité par ses sens. Le choix est certes l'expression de la liberté mais c'est aussi la liberté de se tromper, et c'est la toute la problématique des personnes qui choisissent Microsoft: Ils se trompent.
Mais l'erreur est formatrice, c'est donc par le choix qu'intervient l'erreur, puis la prise de conscience de celle-ci et la découverte d'une nouvelle réalité. C'est sortir de la caverne de Platon en prenant conscience que 'crosoft c'est de la merde, et qu'il nous faut dépasser notre condition de joueur lambda.
Vous pouvez citer ici les mots de Solid Sénèque. qui a écrit dans Lettres à sasukezenaruto78.
Il est plus facile de se contenir que de se retirer du Xbox live. Le joueur qui a acheté une Xbox est donc piègé dans la caverne platonicienne car il n'a pas su faire le choix, le bon choix. C'est donc ici l'absence de choix véritable qui l'a empeché d'être libre. Et en rennonçant à cette libeté, il se retrouve espionné par Kinect qui restreint désormais sa liberté. Citez ici Georges Orwell. 1984.

Deuxième partie. Antithèse. : La PS4 ou la liberté de choisir un truc moins bon qu'un PC récent

Si le joueur est fait prisionnier car il n'a pas su sortir de ses préjugés, le gamer qui lève la tête saura voir derrière les apparences de la Xbox pour découvrir que Sony a fait une nouvelle console.
La liberté s'exprime déjà plus car on découvre que Sony offre une première liberté, celle de choisir sa console plutôt qu'une autre.
N'est-ce pas déjà être libre que de choisir? Aussi modeste soit le choix?
Mais malheureusement, si la PS4 offre déjà de meilleurs graphismes et n'envisage pas un Kinect à la con, la prospection du joueur en lui-même et dans les tests de jeux vidéos lui feront prendre conscience que les deux machines sont foncièrement les mêmes. Si les composants changent un peu, on se retrouve avec les mêmes fabricants. C'est donc une véritable chape de plomb qui s'abat sur le joueur, car même quand il a le choix, la liberté ne reste qu'une illusion et le choix donc ne suffit pas à être libre.
Vous pouvez ici citer comme une métaphore , les mots de Heidegger (de la Shinra)

Gyaa haa haa haa! Je vais détruire l'Avalanche avec la plaque du Secteur 7!Mais alors, avoir le choix entre la peste et le choléra, est-ce être libre?
Comme nous l'avons vu, les deux consoles sont identiques, le choix n'est donc pas un gage de liberté, car nos propres limites, celles des autres et celles des choix en eux-mêmes nous empechent de faire un choix qui soit vraiment pur, retiré des préjugés, qui soit fait en notre ame et conscience.
Choisir? Pour quoi faire, ma seule liberté n'est que la XBox One ou la PS4...

Et c'est là qu'une troisième voie s'ouvre pour le philosophe.

Troisième partie. Synthèse. La WiiU ou la liberté de choisir l'enfermement.

Le choix n'est donc pas un gage de liberté, mais si c'était le fait de ne pas choisir qui serait le vrai exercice de la liberté?
Choisir c'est sacrifer quelque chose pour en avoir une autre. C'est dire adieu à un avantage pour avoir un autre avantage mais peut-être aussi un inconvénient qui lui est attaché...

Renoncer à la next-gen est déjà un choix, celui du dépouillement, de l'abandon des choses matérielles.
En choisissant Nintendo et la WiiU, on fait le choix de renoncer aux choses superficielles comme les graphismes et la nouveauté.
C'est retrouver un cadre acceuillant et tellement connu et rabaché qu'on le connait déjà par coeur et que l'on peut donc parcourir en toute liberté, car par le choix de ce qu'il connait déjà , le philosophe-joueur n'est pas bloqué par un nécessaire apprentissage et des échecs qui restreindraient sa liberté

Nintendo donc offre son choix, puis dans un second temps par l'absence de choix, il permet de rester dans la forme une liberté que Nintendo a choisi en laissant le joueur libre de parcourir les mêmes environnements avec les mêmes personnages depuis 30 ans. Nintendo vous libère donc du choix de choisir des jeux car il n'y a en aucun à part Mario et les vieux trucs moisis de la Wii. C'est donc tout un autre univers, sans choix et donc libre qu'offre Nintendo, libérant ainsi le jour de la course vaine du choix qui ne donne donc qu'une fausse liberté.

C'est donc dans l'enfermement et la répétition des jeux Mario que Nintendo dépasse la problématique du choix et touche donc une forme de liberté, la délivrance du "choisir" pour le remplacer par le "être", même si c'est être Mario pour l'éternité...
Mais alors, si le totalitarisme est une forme de liberté car libéré du choix, ne vient-on pas par la même de vendre notre liberté?

 

Conclusion.

Jouez sur 3DS.
...

...

....

Vous voyez, c'est pas dur la philosophie...

Ajouter à mes favoris Commenter (19)

Commentaires

Fouals
Signaler
Fouals
Ton devoir manque de GIFS en guise d’illustration. 3/20.
Critobulle
Signaler
Critobulle
Utilisation de Solid Sénèque = 20/20 quoi qu'il arrive.
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
Un plan argumenté riche et fécond, qui permet d'amener un véritable réflexion de fond au-delà du troll, GG. Ceci étant, si tu me permets un bémol, en matière de synthèse ou de conclusion, j'aurais plutôt ouvert le débat en évoquant Steam et l'anarchie : la liberté de pouvoir acheter quinze gillions de jeux et de n'en faire aucun parce qu'au final, on en a trop et qu'on arrive plus à se décider pour l'un plutôt que l'autre. Avec cet ultime constat, imparable quand il est chargé dans une kalachnikov : "trop de libertés tue la liberté, c'est pour ça qu'il faut jouer à Final Fantasy".
Strife
Signaler
Strife
C'est vite oublier les apports de la psychanalyse et du déterminisme (tu auras tout de même un bon point pour avoir cité Heidegger) qui limitent la liberté individuelle en limitant les choix selon l'origine socio-économique, et en orientant inconsciemment les choix d'un individu selon sa propre expérience.
On peut ici citer Groucho Marx ( "Je trouve que la télévision est très favorable à la culture. Chaque fois que quelqu'un l'allume chez moi, je vais dans la pièce à côté et je lis." par exemple) afin de transitionner sur les conséquences de ces limitations du choix individuel sur les choix collectifs, et sur les limitations que pose en retour l'inconscient collectif sur l'individu.

De même qu'avec le dilemne du prisonnier théorisé par Albert Tucker, une gamme de choix contraignants sans échappatoire s'apparente à une absence de liberté. En effet si l'on définit la liberté par la capacité d'un sujet à agir selon sa volonté, alors non: Le choix ne suffit pas à être libre. Mais nous noterons tout-de-même que cette liberté se limite elle-même en détournant inconsciemment l'individu d'une partie des possibles. On pourrait alors penser que l'absence de volonté libère ainsi des choix illusoires. Mais c'est vite oublier que sans le vouloir, il reste le besoin. L'instinct seul ne laissant place ni au choix, ni à la volonté, on peut alors l'assimiler à une absence de liberté.

Ainsi, si le choix ne suffit pas à la liberté, il en reste cependant une composante essentielle.
Snake_in_a_box
Signaler
Snake_in_a_box
Synthèse = 3ds.
Toutes ces années de jv parfaitement synthétisé dans une console portable...
Waldotarie
Signaler
Waldotarie

Et puis l'ouverture aurait dû être sur le PC, je maintiens.

Ouvrir en conclusion sur une console portable est une imposture intellectuelle !!

 

Je revois ma note tiens : 3/20.

P.Y.T.
Signaler
P.Y.T.
Mon cher Snake, aurais-tu oublié qu'en conclusion, tu es censé faire une synthèse de ton développement et une ouverture ?
Ttttttttt....
Snake_in_a_box
Signaler
Snake_in_a_box
C'est un plan simplifié pas une disert '
Et la 3ds, c'est pas ouvrir sur un sujet vaste?
Waldotarie
Signaler
Waldotarie

@snake : pas du tout, il te reste toujours le choix de se séparer d'un organe ou deux pour t'en payer un ! :P

P.Y.T.
Signaler
P.Y.T.
J'ai lu, voici ma note :
- langue : 3,5/5
- Méthodologie : 3,5/7 (tu n'annonces pas les parties dans la 3ème paragraphe de l'intro, tu ne fais pas d'ouverture en conclusion, et tes parties du développement ne sont pas en 3 paragraphes chacunes)
- Pertinence des idées : 5/8 (pas assez dialectique dans la partie Nintendo)

Appréciation générale :
Vos idées sont pertinentes, mais votre devoir est mal organisé.
P.Y.T.
Signaler
P.Y.T.
Je n'ai pas le temps de lire, mais je t'accuse de tricherie, vu que le sujet a été diffusé dès hier sur ne net... :P
Snake_in_a_box
Signaler
Snake_in_a_box
@Waldo: Le sujet c'est "Suffit-il d'avoir le choix pour être libre" et pas "Suffit-il d'être riche pour être libre". :P
Waldotarie
Signaler
Waldotarie
Très déçu de ne pas voir la description de l'anarchisme social libéral du PC, pourtant essentiel sur un sujet comme celui-ci.
Le reste de l'argumentaire ne peut être mis en exergue que vis à vis de ce point majeur et essentiel, malheureusement passé sous silence, et point essentiel du programme.
4/20.
winston
Signaler
winston
Yeah ce vieux bro' de Tocqueville. En double combo avec le contrat social de J.J Abrams ... oups J.J Rousseau.
Snake_in_a_box
Signaler
Snake_in_a_box
J'aurais pu sortir du Tocqueville mais il m'aurait fallu plus de temps aussi.
winston
Signaler
winston
Et la main invisible du Mario kart ? Marx et la lutte des classes Toads/Goombas ? Le Fordisme appliqué à Call of Duty ?
C'est très très bien pour un ES mais il manque le pack de survie du mec qui a confondu les cours de philo avec un dortoir (parole d'ancien Es spé Es ;) )
izis7r
Signaler
izis7r
6/20
arguments troll imités
newgamemachine
Signaler
newgamemachine
Pas mieux, aucun avenir. :)
Joniwan
Signaler
Joniwan
Et la Vita alors ? Hein ?

NUL, 2/20

Édito

L'actualité trépidante du jeu vidéo oblige à la plus grande prudence.
Le but de ce blog est donc de proposer à tous les joueurs en quête de la vérité des news de qualité, vérifiées et objectives.
Mais la rigueur de ces articles n'empêche pas néanmoins d'exposer des avis affutés et des critiques constructives qui ne manqueront pas d'élargir l'esprit des gameblogueurs ouverts aux thèses le splus audacieuses.

Si ce blog reste un oasis d'où jailli une source intarrissable de savoir, il n'en reste pas moins un havre accueillant où les sens seront nourris d'illustrations de qualité, bien que portés plutôt sur un look en particulier.

Quand l'actualité (toujours trépidante, rappelons-le) me laissera quelque latitude, je parlerai aussi d'animation et de sujets autrement plus graves comme... Euh... Le jeu vidéo, tiens. Ou les mechas.... (c'est important les mechas, vu les  films de merde qui sortent en ce moment...)

Sur ce...

Il faut pardonner à ses ennemis mais pas avant de les avoir vu pendus. (Heinrich Heine)

Archives

Favoris