Premium
Parallaxe : Humeurs et réflexions

Parallaxe : Humeurs et réflexions

Par Dopamine Blog créé le 28/12/09 Mis à jour le 27/06/17 à 19h32

Ajouter aux favoris
Signaler
Lectures

Je n'ai pas sauté dessus tout de suite. J'ai attendu la sortie de la biographie de Gunpei Yokoi pour grouper plusieurs bouquins chez Pix'N Love. Des Pixels à Hollywood en faisait partie. Paru en avril de cette année, ce livre est écrit par Alexis Blanchet. Comme l'évoque assez bien le titre il traite des rapports entre le septième art et les jeux vidéos.

L'abord de l'objet est convivial. La couverture d'excellente facture et glacée par endroits. Haute en couleur, sa mise en scène est parfaitement en accord avec le contenu du livre. Je pouvais donc assez légitimement m'attendre à trouver un contenu correspondant aux autres ouvrages que j'avais lu chez Pix. Mais il n'en est rien !

Bienvenue à l'université

Les illustrations sont rares et lorsqu'elles sont présentes, elles sont en noir et blanc. Le papier est de bonne qualité, mais il est de facture littéraire (stricto sensu) et non dans la lignée "mook" (fort grammage et glacé). Question plumage, le format et l'intérieur sont identiques à la nouvelle édition de La saga des jeux vidéo.

Le style de l'écriture est complexe, lourd et parfois difficile à cerner. Il peut même s'avérer nécessaire d'y revenir pour en saisir tout le sens. Des pixels à Hollywood ne se lit pas facilement et ce n'est pas dans le métro, le bus ou en dilettante qu'il faut s'y mettre. Mieux vaut s'installer confortablement, au calme, avec un verre à la main. En outre il ne s'agit pas ici de raconter une histoire, mais d'effectuer une analyse de médias et des choses qui les intriquent. Le fond de la question est donc aride. L'auteur est un universitaire et cela se sent. Alexis Blanchet est en effet docteur en études cinématographiques à l'université de Paris ouest. Des pixels à Hollywood fleure bon la thèse.

Si la forme de l'étude peut donc être perçue comme fastidieuse, le fond du sujet a bénéficié d'un travail remarquable. Le travail statistique est énorme, l'analyse est pertinente et les références bibliographiques sont encyclopédiques.

On découvre ainsi au fil des pages comment le jeu vidéo s'empare tout d'abord des grands succès cinématographiques en s'en inspirant, puis comment ce dernier finit par s'y intéresser. Tout d'abord en tant que produit dérivé qui peut profiter de la synergie initiée par les campagnes promotionnelles des blockbusters, puis en tant que média à part entière qui, peu à peu va s'affranchir du cinéma et même le transcender. L'analyse porte un éclairage majoritairement économique (conglomérats, partenariats, stratégies commerciales...), mais n'oublie pas de parler des évolutions techniques (arrivée du CD-ROM) et de l'impact qu'elles ont eu sur les principaux acteurs du secteur. Un impact aussi bien organisationnel que culturel.

Des pixels à Hollywood ne me semble pas aussi indispensable que l'histoire de Nintendo ou certaines biographies des personnages forts de la courte histoire des jeux vidéo, pour les geeks que nous sommes. Mais c'est une véritable étude scientifique sur le sujet et c'est assez rare pour que l'on ait envie de s'y intéresser.

Edit avant publication : En faisant quelques recherches, il s'avère effectivement que Des pixels à Hollywood est en fait le pendant publié grand publique d'une thèse d'Alexis Blanchet. Promis, je savais pas en débutant le billet :-).

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Commentaires

Dopamine
Signaler
Dopamine
Bravo pour la lecture dans le métro :)
Mais je dois dire que j'en serais probablement incapable (déjà que comme tout bon provincial j'ai du mal à supporter le métro ;) )
sseb22
Signaler
sseb22
Ton "edit" me rassure.
Effectivement, on sent que tu n'es pas au courant au début du billet.

Par contre, je veux juste ajouter que si si, il est possible de la lire dans le métro :o
Mais effectivement, c'est un vrai travail de fond derrière, ça se sent. A noter que ce n'est d'ailleurs que la partie la plus accessible retravaillée pour un lectorat qui n'est pas composé que de professeurs à l'université :)
onix4man
Signaler
onix4man
Moi je suis totalement d'accord avec ton article, Dopamine.

J'ai pris plaisir à apprendre des tas de choses. Mais c'est d'une lourdeur proprement académique à lire : citations d'auteurs très fréquentes (qui changent donc le style d'écriture général), références aux auteurs (d'analyse pas de jeu, je précise), découpage des sections, redites.

Bref. Il faut le savoir c'est tout : on lit une thèse. C'est très intéressant
.
Mes deux principaux reproches sont sur la forme et pas le fond :
- la fabrication, car en dehors de la couverture (superbe), la mise en page est cheap voire ratée, centrage, on voit au travers des pages. Ce n'est pas grave, certes mais ça déçois par rapport à la couv et aux autres ouvrage (hors Saga des jeux vidéo, c'est vrai) Je crois même qu'il manque un tableau important car je ne lai' pas trouvé au fil de la lecture, même au bout de quelques pages.
- l'autre est plus gênant pour la lecture, ce sont les redites. J'ai le sentiment au fil de ma lecture de lire et relire les mêmes informations. Je trouve que c'est effectivement un super boulot mais que la version livre aurait pu être allégée et être plus "user-freindly" ou alors annoncer que c'est une thèse d'emblée.
deftom
Signaler
deftom
J'ai tout simplement adoré ce bouquin ! J'y ai appris énormément de chose ^^

Édito

La parallaxe est l'incidence du changement de position de l'observateur sur l'observation d'un objet. En d'autres termes, la parallaxe est l'impact (ou l'effet) de changement de position de l'observateur sur un objet observé. 

 

Quoi de plus approprié pour vous parler de jeux vidéo que de titrer ce Blog Parallaxe ?

 

Pour ceux qui commencent à être des vieux clous du jeu vidéo (je ne suis pas aussi décrépi qu'AHL tout de même), la parallaxe c'était aussi le fait d'afficher plusieurs scrollings à des vitesses différentes dans le décor de fond d'un jeu. Cela donnait une impression de mouvement, de vitesse et surtout de profondeur. On s'extasiait devant le nombre de scrollings parallaxes qu'il pouvait y avoir (vive Thunderforce et autres shootings mythiques).

 

En ce moment

High Score pour le Pixel Museum
Le premier musée du Jeu Vidéo
La Switch Hackée plusieurs fois


Mes vidéos sur Dailymotion

 

Mes vidéos sur Youtube

 Sur Twitter

Archives

Favoris