Premium
Parallaxe : Humeurs et réflexions

Parallaxe : Humeurs et réflexions

Par Dopamine Blog créé le 28/12/09 Mis à jour le 04/12/16 à 10h04

Ajouter aux favoris
Signaler
Critiques Jeux (Jeu vidéo)

J'ai joué à encore plus de jeux cette année, mais j'en ai terminé 36. Premier abonnement PS Plus en début d'année, et joie indicible à la vue de ces offres très intéressantes. Sony m'a conquis, en particulier en fin d'année.

 

 

Tout premier jeu à être terminé, Vanquish a souvent été décrié en raison de sa courte durée de vie. Un reproche qui me semble injuste dans la mesure ou le jeu est fait pour se faire un kiff et tenter de jouer toujours mieux en le maîtrisant. Cette « lecture » à plusieurs niveaux en augmente largement la profondeur. Bien que je n'ai pas eu le temps de faire cela, je pense que ceux qui ne l'ont pas apprécié sont passés à côté justement à cause de cela.

 

N'étant pas un vrai fan de l'homme chauve souris, je ne m'attendais pas à apprécier particulièrement Batman Arkham City. J'y ai joué parce qu'il faisait partie de l'offre PS Plus et parce que les critiques en disaient grand bien. Je suis effectivement tombé sur un grand jeu avec une superbe DA, mais une ambiance un peu trop sombre à mon goût. Évidement... c'est Batman.

Pop corn, Motorstorm Apocalypse l'est assurément. Ultime itération de la série, c'est mon côté amateur de jeux de caisse qui m'a poussé à prendre le guidon de cet opus. Encore une fois il était inclus dans la PS+, mais au final je n'y aurais pas mis le prix pour une version en boite.

 

Resident Evil 5 est bourré de défauts. Pourtant, j'y suis resté assez accroché pour le terminer sans m'ennuyer et avoir même envie d'y jouer avec des amis. Ma fibre rétro a sans doute été touchée par cette pris en main surannée.

 

Limbo m'a laissé de marbre. Le fait qu'on l'ait loué un peu partout y est peut être pour quelque chose. J'ai cette -peut être mauvaise- habitude d'être très méfiant avec les jeux qui buzzent. Il a été très vite terminé et très vite oublié. Au contraire d'une majorité (à ce qu'il semble) qui a trouvé que la fin était excellente, je l'ai trouvé très conventionnelle et plate.

 

Lego le Seigneur des anneaux est, comment dire... Un jeu Lego quoi. Ça reste un kiff et un jeu qu'on peut très facilement jouer avec ses enfants et qui est bourré d'humour.

Everybody's Golf reste encore aujourd'hui une tuerie. J'y joue toujours sur ma Vita et c'est peut être un des rares jeux que je vais « platiner ». Il ne me manque qu'une poignée de couronnes pour avoir terminé toutes les épreuves comme un pro. C'est définitivement, le jeu de golf de ces dernières années.

Crysis trois est en revanche aussi beau que dispensable. On s'arrête devant la vitrine parce que la demoiselle a attiré l’oeil et on l'oublie aussitôt en constatant sa vacuité. Suivant.

Ni No Kuni fait partie de ces jeux « si tu n'y a pas joué, tu as raté ta vie de gamer ». Associer Ghibli et Level 5 a juste donné une bombe visuelle et émotionnelle en ce qui me concerne. J'ai toujours du mal d'ailleurs à ne pas avoir un petit pincement au c½ur lorsque je vois la bande annonce du jeu. Je n'ai qu'un seul regret : avoir laissé passé l'édition collector, victime de spéculateur qui n'avaient que la revente à prix d'or en tête. Sans moi les arnaques.

Sleeping Dogs fut une bonne expérience. Loin du mastodonte GTA, mais comportant tout de même de bonnes idées, j'ai passé d'agréables moments baguettes, parond manettes en main.

Quittant les bas fonds de Sleeping Dogs, je me suis envolé avec Flower. Grâce à l'acquisition en import de la compilation That Game Company regroupant Flower, Journey et Flow. Des expériences originales qui m'ont emporté surtout avec Flower et Journey. Je n'ai pas accroché à Flow.

J'ai ensuite enchaîné des jeux violents et de l'action. A commencer par Metal Gear Rising, sans doute sauvé d'une certaine débâcle en cours de développement mais souffrant justement de ce manque de constance. J'ai aimé, mais bien senti aussi qu'il est passé à côté d'un potentiel digne d'un Bayonetta.

God of War est resté fidèle à lui même. Sexe, violence, sang, Kratos ne fait pas dans la dentelle. Il fait partie des jeux indémodables tout comme certains classiques de la cuisine. C'est une pizza.

Bioshock par contre, a bénéficié d'une mise en scène qui, certes, met de la poudre aux yeux mais nous plonge tout de même dans un sacré univers. C'est grâce à ce jeu que j'ai découvert les musiques de Scott Bradlee qui continuent à m’accompagner régulièrement pendant que je travaille devant mon moniteur. Croyez moi, vous allez encore entendre parler du bonhomme qui ne fait que monter vers les étoiles.

Dans les étoiles justement, on pourrait trouver Sine Mora. Un bon vieux shoot des familles tellement sympa que je me suis fendu d'une petite vidéo à son endroit. C'était aussi une excellente manière de tester mon tout nouveau stick arcade, que j'ai modifié depuis pour qu'il fonctionne sur presque toutes les consoles connues. Il ne donne toujours entière satisfaction d'ailleurs.

 

Cette année a aussi été l'année ou j'ai fait le point sur mon couple avec Catherine. Non, pas Catherine. Catherine. Non ma femme ne s'appelle pas Catherine. Mais derrière un système de Puzzle plutôt bien trouvé et bien mis en scène, le jeu s'amuse à mettre en question nos choix de vie de couple. Famille enfants, sexe tout ça. Une originalité en tout cas bienvenue.

Pour faire le grand saut il fallait bien sauter de Catherine (ne voyez dans cette pharse aucune intention de quiproquo), à un sujet plus innocent. En l'occurrence un vers du terre du nom de Diggs. Le jeu de la série Wonderbooks permet de dépoussiérer un peu le move de la PS3. Correcte avec un prix du même acabit.

Pour terminer cette première partie de mes jeux de 2013, on fait dans le français. Remember Me a cette couleur très originale que j'aime dans les jeux français. D'abord il parle à notre culture en prenant place à Paris, ensuite il bénéficie d'un travail artistique tout à fait remarquable. Malheureusement si les ingrédients sont bons, j'ai trouvé que la magie n'opérait pas. Des mécaniques trop rigides, de bonnes idées sous exploitées. A faire si vous le trouvez à bon prix (ce qui est le cas en ce moment).

Pour éviter de vous envoyer un pavé bien trop indigeste, la seconde partie des mes jeux de 2013 arrivera dans un autre billet. Il y a encore de quoi faire ! D'ici là, mais petite liste à droite du blog a été mise à jour. Une nouvelle année de jeu est en route !

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Commentaires

Noiraude
Signaler
Noiraude
Remember me vient de passer gratuit sur le ps+ ;-)

Édito

La parallaxe est l'’incidence du changement de position de l'’observateur sur l’'observation d'’un objet. En d'autres termes, la parallaxe est l'impact (ou l'effet) de changement de position de l'observateur sur un objet observé. 

 

Quoi de plus approprié pour vous parler de jeux vidéo que de titrer ce Blog Parallaxe ?

 

Pour ceux qui commencent à être des vieux clous du jeu vidéo (je ne suis pas aussi décrépi qu'AHL tout de même), la parallaxe c'était aussi le fait d'afficher plusieurs scrollings à des vitesses différentes dans le décor de fond d'un jeu. Cela donnait une impression de mouvement, de vitesse et surtout de profondeur. On s'extasiait devant le nombre de scrollings parallaxes qu'il pouvait y avoir (vive Thunderforce et autres shootings mythiques).

 

En ce moment


Silence Episode 1
Silence Episode 2
Silence Episode 3

Le Test de la GEM Box



 

  

Mes vidéos sur Dailymotion

 

Mes vidéos sur Youtube

 Sur Twitter

Archives

Favoris