L'extraordinaire et Intemporel Blog de Cronos

L'extraordinaire et Intemporel Blog de Cronos

Par Cronos Blog créé le 12/12/09 Mis à jour le 22/09/13 à 19h33

"Vers l'infini et l'au-delà!"

Ajouter aux favoris

Édito

Un peu de tout, souvent de rien, quelques billets selon l'humeur. Jeux vidéos, cinéma, comics, animation (surtout), et chaque dimanche, une petite sélection de travaux pointés ici et là. Accompagné de critiques de films ou de billets sur les mouvances vidéoludiques du moment. Sans mauvaise langue, foie de canard.

 Gamertag: Cronosff04
IDSteam: Cronosff04
PSN: Cronosff04 

Disney, le Grand Dossier

- Mulan
- Le Bossu de Notre Dame
- Kuzco
-
Bernard et Bianca au pays des Kangourous
- Pinocchio
- Merlin l'Enchanteur
Le Livre de la Jungle

 

Archives

Favoris

Signaler
Top

Attention, on change du cinéma avec un top plus personnel sur les épisodes qui m'ont marqué dans les séries télévisés, que ce soit dans les comédies ou dans les drames. Il y a donc de tout et n'importe quoi, et ce top est hautement non-objectif.

"MODERN WARFARE"
(Community - S01E23)

Probablement l'un des épisodes les plus cultes de la série, alors que la saison 2 n'est même pas terminée. Pour ceux qui ne connaissent pas, la série met en scène un groupe d'études d'un community college, là où vont ceux qui ne peuvent pas aller à la vraie université. Drôle, bien barré, la série est extrêmement bien écrite, empruntant beaucoup de référence à la culture populaire américaine (quelques dialogues échappent parfois à l'auditeur européen) et le personnage d'Abed est bien plus complexe qu'un Sheldon Cooper ou un Barney dans le sens où le personnage remet en cause sa position de personnage dans une série imaginaire et joue avec son côté geek.

L'épisode "Modern Warfare" met en scène une sorte de concours pour avoir le droit de choisir ses cours prioritaire pour le semestre suivant, à travers une compétition de paintball. Jeff, l'un des personnages, en profite pour faire une sieste dans sa voiture. A son réveil, l'université est un véritable champ de bataille, chacun est complètement à fond pour tenter d'avoir le prix, et tout l'épisode tourne dans une parodie de films d'action post-apocalyptique, chaque personnage fait référence à un héros connu (Jeff en McLane, Senor Chang en héros de film de John Woo...), l'épisode est merveilleusement bien réalisé et c'est truffé de références. Un must du genre!

Autres épisodes à retenir:
- "Contemporary American Poultry" (S01E21)
- "Epidemiology" (S02E06)
- "Advanced Dungeons and Dragons" (S02E14)

 

"POST PARTUM"
(The Shield - S05E11)

The Shield est une série choc, le genre de show qui ne vous laisse pas indemne. Zade en a déja dis beaucoup de bien et cherche à convaincre tout le monde de la voir, ce que je soutiens. Car à travers toutes les séries policières qui se ressemblent et qui ont de moins en moins de personnalité, rares sont celles qui sortent du lot. The Shield est de ceux-là. Non seulement la série est très crue dans son traité de l'insécurité, mais en plus les personnages sont brillants, Vic McKay en tête. L'histoire de cette brigade de choc complètement pourri jusqu'à l'os qui ne recule devant rien pour se faire une place dans ce monde, et qui sombrera peu à peu dans leur propre déchéance.

Post Partum (Adieu en VF) est l'épisode final de la saison 5. C'est aussi l'épisode charnière, celui qui fera tout basculer avant d'entamer la dernière ligne droite lourde de conséquences pour les personnages. Evidemment, je ne révèle rien de ce qu'il se passe dans cet épisode, mais les personnages sont particulièrement bouleversants dans cet épisode et tout le rythme soutenu de cette cinquième saison voit son apogée et son explosion dans la dernière partie de l'épisode, qui modifiera beaucoup l'intrigue de la série. Un de ces épisodes qui marque l'esprit.

Autres épisodes à retenir:
- "Co-Pilot" (S02E09)
- "Parracide" (S07E08)
- "Family Meeting" (S07E13)

 

"ONE MINUTE"
(Breaking Bad - S03E07)

Breaking Bad est certainement une des meilleurs choses qui soit arrivé dans le monde des séries. Déja pour Bryan Cranston. C'est peut-être peu original, mais il faut reconnaître à l'acteur la capacité de camper un grand personnage de fiction, complètement perdu dans sa notion de bien et de mal et de son désir de protéger sa famille, quoi qu'il en coûte. Puis la série est magnifiquement réalisé, au rythme lent mais passionnant, avec une installation implacable des décors et des personnages, tout en créant une sorte de mythologie complètement crédible et un peu loufoque à la fois.

Mais Breaking Bad ne repose pas uniquement sur Walter White, et les personnages sont véritablement passionnants à suivre. Comme Jesse, bien plus complexe que le simple dealer de base, ou encore Hank, beaucoup plus intéressant dans cette saison et plus particulièrement dans cette épisode, avec une fin qui signe l'apogée de ses angoisses et ses émotions, canalisés dans la fin de la saison 2. En plus de ça, la fin de l'épisode signe une des meilleures séquences que j'ai pu voir dans une série, installant une tension à la De Palma, et n'a franchement pas à rougir devant la majorité des films sur grand écran. Un épisode référence, qui prouve bien l'immense qualité de la série, qui n'a fait défaut à aucune des saisons pour le moment. Un must.

Autres épisodes à retenir:
- "Grilled" (S02E02)
- "ABQ" (S02E13)
- "Full Measure" (S03E13)

 

"LAY DOWN YOUR BURDENS"
(Battlestar Galactica - S03E19-20)

Battlestar Galactica est certainement une des meilleurs séries de SF. Il faut dire qu'il y en a peu, mais dans un genre étrangement trusté par du Star Trek ou du Stargate (entre autres, les plus connus), ça commence à sentir le renfermé. Battlestar est une bouffée d'air frais, une vraie série de science-fiction moderne, avec évidemment ses défauts, mais comportant d'énormes qualités et propose une réelle richesse intrasèque, tout en posant son lot de personnages bien charismatiques. Sans compter des batailles spatiales plutôt spectaculaires pour de la SF et accompagné par une musique sublime de Bear McCreary.

Lay Down your Burdens est un double épisode qui conclue la deuxième saison. Il est véritablement crucial car il marque une étape importante dans la quête de la Terre de la Colonie, et prend un virage tranchant qui va marquer le début de la troisième saison sur un arc de plusieurs épisodes, et rompt énormément avec l'ambiance installé dans les premières saisons, en apportant son lot de qualités. Une période influencé par la Second Guerre Mondiale (carrément!) et qui va faire planer son ombre sur toute la troisième saison plus ou moins explicitement, pour atteindre son point d'orgue sur la fin de la saison suivante. Un épisode charnière dans la série.

Autres épisodes à retenir:
- "Resurrection Ship" (S02E11-12)
- "CrossRoads" (S03E20)
- "The Oath" (S04EE13)

 

"BOYS AT RANCH"
(Malcolm - S04E08)

Malcolm est probablement une des meilleurs séries comiques qui m'ai été donné de voir. C'est d'autant plus frustrant que la série n'a jamais été édité en France en DVD, pour des sombres histoires de droits d'auteurs sur les musiques (la même chose que pour Cold Case). C'est bien dommage quand on pense que cette série est véritablement génial, et fait déja connaître Bryan Cranston avant Breaking Bad dans le rôle du père, Hal. La série ne mâche pas ses mots, et quand on la compare aux autres comédies, on se rend compte de toute l'ingéniosité et de la créativité de cette série.

Boys at Ranch marque le grand retour de Francis, qui perd un peu de son statut lors de cette quatrième saison. D'abord envoyé en camp militaire, puis en Alaska et enfin dans le ranch d'Otto, c'est le seul personnage bénéficiant de storyline à lui, sauf évidemment quand il revoie ses frangins. Ici, c'est le reste de la famille qui va le voir au ranch. Malcolm et Reese, s'apercevant que Francis n'est plus le frère qu'il était, décident de tout faire pour retrouver l'ancien Francis, celui qui fait des conneries. A vrai dire, l'épisode est déja drôle de base, mais m'a achevé avec cette séquence culte du Komodo 3000, qui est une bonne représentation de l'univers barré de la série.

Autres épisodes à retenir:
- "Bowling" (S02E20)
- "Water Park" (S01E16)
- "Reese Comes Home (S06E01)

 

"THE CONSTANT"
(Lost - S04E05)

Lost est vraiment une série à part. Il y a les gens qui adorent et les gens qui détestent. Et dans les gens qui adorent, il y a ceux qui détestent la fin, et ceux qui adorent la fin. Moi, j'aime bien la fin. Suffisamment clair pour expliquer les grandes lignes et suffisamment mystérieuse pour garder une part d'ombre pour laisser une marque dans les esprits.  Mais dans Lost, certains personnages restent. A commencer par Desmond. Un des personnages les plus énigmatiques mais aussi un des plus passionnants car lui-même ignore pourquoi il lui arrive autant de choses.

Et The Constant est là pour le prouver. Il installe et surtout confirme un des grands aspects de la série, à savoir le voyage temporel, pour créer une passionnante histoire de SF centré sur ce personnage, à travers de multiples flashbacks. L'épisode est véritablement ingénieux et fait écho à un autre épisode de la saison 3 sur le même principe, et donne une dimension complètement nouvelle au personnage que l'on croyait alors complètement inutile. Un peu dommage que la fin de la série l'est sacrifié en tant que personnage-guide, mais il reste néanmoins un des meilleurs, tout comme les épisodes le concernant, tous aussi géniaux les uns que les autres.

Autres épisodes à retenir:
- "Through the Looking Glass" (S03E22-23)
- "Two for the Road" (S02E20)
- "There's no Place Like Home" (S04E14)

 

"THE CANNES KIDS"
(Entourage - S04E12)

Entourage est LA vraie comédie de HBO. Produite par Mark Whalberg, la série raconte l'ascension d'un p'tit gars du Queen's vers Hollywood en racontant la vie d'une star à Los Angeles, Vincent Chase, accompagné par son grand frère Drama, has been qui n'a jamais aussi bien percé, Turtle, un pote d'enfance qui cherche à se faire une place aux côtés de son ami star, et Eric, son plus fidèle pote qui joue les protecteurs. Tout ça chapeauté par Ari Gold, l'agent officiel de Vince Chase et qui n'hésite pas à jouer des poings pour que son poulain arrive en haut du podium. La série est véritablement poilante et montre l'envers du cinéma hollywoodien et n'hésite pas à faire appel à une tripotées de gens connus dans leur propre rôle pour confirmer la crédibilité de l'ensemble (James Cameron, Peter Jackson, Jessica Alba, Scarlett Johanson, Anna Farris, Mandy Moore, Dennis Hopper, Matt Damon... la liste est très longue!)

L'épisode The Cannes Kids est la fin de la saison 4, mais aussi un épisode important dans la vie de Vince Chase. En plein festival de Cannes pour présenter son dernier film, la star n'hésite pas à découvrir la capitale française du cinéma et reste zen en attendant la réaction du public à la projection. Cet épisode est représentatif de la série, et montre vraiment les enjeux du cinéma en général, avec ses coups fourrés, ses triomphes, sa déchéance. En plus d'être drôle, elle est particulièrement corrosive envers le monde du cinéma et n'hésite pas à frapper là où ça fait mal! Une grande série, beaucoup trop méconnue, et c'est bien dommage!

Autres épisodes à retenir:
- "Tree Trippers" (S05E05)
- "Aquamom" (S03E01)
- "Gary's Desk" (S04E08)

 

"HERE WAS A MAN"
(Deadwood - S01E04)

Deadwood est une série malheureusement annulé en cours de route, faute de budgets trop élevés compte tenu du nombre d'acteurs sur le plateau. C'est bien dommage, puisque la série de HBO (dont la saison 3 me fait encore défaut, il va falloir réparer cette erreur) est une très bonne série western, porté par un Timothy Olyphant décidemment plus à l'aide dans les séries que dans les films (Justified). L'action se déroule en pleine ruée vers l'or, dans une ville champignon appelé Deadwood. La série fait intervenir de grandes figures de l'époque, tel que Calamity Jane ou Wild Bill Hickock et est parfaitement crédible tant la réalisation des décors et la qualité de la cohérence de l'ensemble force le respect, et on peut comprendre parfaitement le budget placé dans cette série (et aussi pourquoi une série comme Rome n'aura eu que deux saisons). Par contre, comme toute série HBO, le rythme est assez lent.

L'épisode 4 de la première saison est un épisode fort, et se termine sur la mort d'un personnage important, introduit comme tel dans le début de la série. Sauf que l'épisode marche extrêmement bien dans le sens où personne ne s'attend à ce que ça se produise, et installe un sentiment de calme et de quiétude brisé par un évènement complètement inattendu, et plantera en quelques secondes l'ambiance sans honneur de cette ville batie dans l'unique but de s'enrichir. Al Swearengen, le patron du bar, interprété par le fabuleux Ian McShane (Barbe Noir dans le prochain Pirates des Caraïbes) bien trop rare à l'écran, prend alors le rôle du personnage le plus intéressant de la série, et formulera plus tard quelques unes des meilleurs répliques, bien sarcastiques mais aussi bien crues. Et c'est d'ailleurs ce qu'est la série. Un très bon cru.

Autres épisodes à retenir:
- "Mr. Wu" (S01E10)
- "Complications" (S02E05)
- "Boy the Earth Talks To" (S02E12)

 

"OUT OF GAS"
(Firefly - S01E09)

Firefly est peut-être la série perdue, l'OVNI télévisuel qui aurait dû continuer, la petite perle dans cet océan de séries qui n'aurait jamais dû sombrer. Crée par Joss Whedon, cette série de SF raconte les mésaventures de l'équipage du Serenity, à travers l'espace, colonisé par les humains. Après une bataille tragique, Malcolm Reynolds (Nathan Fillon) recrute plusieurs membres d'équipage pour former des chasseurs de primes, et ainsi faire sa vie et survivre. La série est un mélange de plusieurs genres, plusieurs cultures, et c'est peut-être la série live qui se rapproche le plus de Cowboy Bebop. Les personnages sont géniaux et hauts en couleurs. Malheureusement, après 14 petits épisodes (diffusés dans le désordre), la série est annulé faute d'audience (en partie à cause de la programmation catastrophique de la série), mais trouve une seconde jeunesse en vidéo afin de lancer le film Serenity, qui fait suite à la série et poursuit les qualités mises dans la première saison, tout en tentant de clôturer la série de façon peut-être un peu brusque.

Out of Gas est un épisode un peu à part. Suite à une panne étrange, tout le vaisseau est complètement perdu. On retrouve Malcolm Reynolds en bien mauvaise posture, seul et tentant de réparer le vaisseau. Il en profite pour se remémorer à travers des flashbacks comment il a recruter les différents membres d'équipage. C'est drôle, émouvant et c'est incroyablement bien écrit dans sa narration et dans son rythme. Les personnages en profitent pour faire éclater leur personnalité, et c'est tant mieux. Et puis Jayne est géniale (Casey dans Chuck, ou aussi dans Full Metal Jacket). Une vraie série de science-fiction à part qui aurait vraiment dû avoir une seconde chance tellement elle cartonnait. Un vrai gâchis.

Autres épisodes à retenir:
- "Ariel" (S01E10)
- "Objects in Space" (S01E14)
- "Jaynestown" (S01E08)

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Commentaires

benbass
Signaler
benbass
Deadwood , superbe épisode. D'ailleurs , Keith Carradine qui joue Wild Bill Hickock que je trouve tres bon dans la petite série comique "Les sauvages" et qu'on a aussi pu voir dans Dexter (le gars du FBI tres proche de Debra) ou encore dans The BB Theory.

Et l'épisode de The Community que tu cites m'a fait regarder les films de John Woo. J'adore les références à foison dans cette série (qui malheureusement s'est gravement détériorée en fin de S2).
Naeco
Signaler
Naeco
dire que je peux pas regardé la 4eme saison de Battlestar a cause de cette $£ù%@!! d'ampoule de vidéo projecteur qui a pété grrrrrrrrr
bobbyewing
Signaler
bobbyewing
super article, comme le dit sheep tu donne envie de voir ces series .
Mention spécial à malcolm et au Komodo 3000 qui rend aveugle !!
fabienfries
Signaler
fabienfries
Superbe sélection d'épisodes. Je ne connais pas Deadwood, mais je vais m'y mettre.
Sheep
Signaler
Sheep
Tu viens de me donner envie de re-re-re-revoir Entourage :P