Premium
Signaler
Articles

Ami gamer, tu le sais sûrement, une guerre sans merci fait rage depuis plusieurs années. Depuis les tréfonds des serveurs de Microsoft et Sony, chacun avance pas à pas, niveau après niveau, jeu après jeu. De cette bataille sourde mais bien réelle, qui ferait passer l'attaque de Pearl Harbor pour un épisode de « La croisière s'amuse », peu arriveront à faire éclater leur supériorité au monde entier. Ami gamer, je te parle bien sûr de la mythique quête aux trophées/succès. Mais cette crise de collectionnite aigue, qui pourrait paraitre bien anodine, ne nuirait-elle pas au jeu lui-même ?

Avant de rentrer dans le vif du sujet, un petit rappel pour les néophytes. Les trophées et les succès sont apparus respectivement avec l'arrivée de la PS3 et de la Xbox 360. L'idée était de « récompenser » virtuellement le joueur tout au long de sa progression dans le jeu. Au pire, le joueur y portait autant d'importance qu'aux résultats de la dernière élection de Miss Picardie, au mieux il était content de recevoir ces quelques récompenses au fil du jeu. Sauf que voilà, l'Homme a parfois un besoin irrépressible de se confronter avec son voisin : comparer son salaire, sa femme, sa voiture, son club de foot, la taille de son jardin ou de sa virilité (oui, on dit pas bite, c'est vulgaire). Bref, la possibilité de comparer ses trophées ou succès avec les autres joueurs via un système de points bien addictif a lancé pas mal de gamers dans une quête effrénée de ces récompenses. Fini le temps où l'on comparait ses habilités sur un seul titre, c'est sur l'ensemble du catalogue de la machine que l'on se mesure. Et c'est là que les choses se gâtent...

Certains de ces trophées/succès se gagnent en remplissant ce qui se rapproche de quêtes annexes, qui rallongent la durée de vie mais peuvent paraitre « déplacées », hors du jeu. L'affaire ne date pas d'hier, si l'on pense aux RPG par exemple. Alors que notre héros aux cheveux gominés est le seul à pouvoir tuer le démon qui menace de détruire la planète tout entière, l'univers et la laque coiffante, ce p'tit con prend le temps d'aider une grand-mère à chasser les lapins de son potager. Faut avouer que ça fait tache. Avec l'arrivée des trophées/succès, ce type de quêtes annexes un peu déplacées se sont multipliées, y compris dans des genres prônant l'immersion.

Un exemple parmi tant d'autres : Assassin's Creed II. Le jeu promet de nous plonger dans un univers hyper-réaliste, de nous faire découvrir le plus fidèlement possible un monde et une époque passée. Sauf qu'au détour d'une ruelle, on pourra tomber sur une plume transparente flottant à dix centimètres du sol, aberration nécessaire à l'obtention du trophée « Je me suis fait chier à ramasser toutes les plumes », digne d'un MMORPG coréen. Plus étrange, certains trophées/succès récompensent une « contre-performance », du style marquer un but contre son camp ou tomber dix fois d'une falaise. En gros, on nous demande de jouer mal, d'être mauvais. Un comble pour un jeu vidéo ! Mais l'absurdité de ces récompenses peut être beaucoup plus perverse.

Prenons un jeu ô combien immersif : le bien-nommé Red Dead Redemption. Le joueur lambda rentrera pleinement dans l'ambiance western, vivra pendant quelques heures la vie de John Marston. Le joueur chassera juste ce qu'il faut pour vivre, portera secours aux innocents, bref, il insufflera à son personnage ses propres valeurs et convictions. Mais si ce joueur veut faire durer le plaisir en cherchant à compléter tous les trophées ou succès du titre, certains l'obligeront à aller contre sa vision du jeu. On lui demandera ainsi de ligoter une femme sur les rails, ou encore d'éradiquer irrémédiablement tous les bisons de la map. Bref, alors que le titre avait réussi à faire oublier au joueur qu'il était devant sa console, ce système de récompenses casse brutalement l'immersion (NdCouCou : et ne parlons même pas des fameux thermos à café d'Alan Wake...).

Dernier exemple, et pas des moindres : Heavy Rain. Jamais un jeu n'avait autant eu l'ambition de faire vivre une expérience unique au joueur, remplie d'émotions fortes servies par un scenario complexe, lui proposant de prendre ses propres décisions. Mais ici aussi, le système de récompenses va à l'encontre totale de l'ambition du jeu. A chaque embranchement ou presque, un trophée est débloqué, quelle que soit la décision du joueur. Au final, pour avoir tous les trophées et ainsi obtenir le Saint Graal (un trophée platine plus exactement), il faudra donc bêtement refaire encore et encore le jeu, zappant certains passages, laissant parfois mourir délibérément certains personnages. Une hérésie.

En conclusion, loin de moi l'idée de cracher sur ces systèmes de récompenses, qui permettent aux joueurs que nous sommes de prolonger un peu l'aventure en apportant quelques challenges supplémentaires. Mais il est tout de même dommage de constater que la course aux trophées/succès s'oppose parfois totalement au jeu lui-même, cassant l'immersion, nous forçant à jouer différemment, parfois à l'encontre de ce que nous aurions fait naturellement. Au final, certains titres semblent avoir le bas de la jaquette entre deux chaises, montrant deux visages diamétralement opposés. D'un coté, on nous offre une aventure interactive et immersive ; de l'autre, on nous propose un challenge supplémentaire qui nous rappelle qu'il ne s'agit que d'un jeu vidéo. L'équilibre entre les deux facettes est encore loin d'avoir été trouvé.

Par Shaman

 www.consolesyndrome.com

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Commentaires

callveen
Signaler
callveen
Très bon article, personnellement si je suis moi-même également sensible au succès/trophées que je remporte lors de mes parties de jeu, je ne suis pas assez assidu pour en arriver à finir un jeu à 100% (sauf pour assassin's Creed 2).
Et il y a clairement des succès/contre-succès à réaliser si on veut gonfler son score ou finir le jeu 100%.

Une petite remarque: c'est Microsoft qui à instauré ce concept fin 2005 avec la 360, Sony à rejoint le mouvement bien plus tard via une maj du firmware de la console pour instaurer ses Trophées. Avec la non rétro-compatibilité des jeux sortis avant la mise à jour. De nombreux joueurs s'en attristent encore pour des jeux tels que MGS4, etc...
Mordraen
Signaler
Mordraen
C'est tout à fait vrai ce que tu dis neokenji. Les succès/trophées sont avant tout un moyen artificiel de rallonger la durée de vie d'un jeu! C'est bien parce qu'ils sont relativement faciles qu'on a besoin de plus à se mettre sous la dent.
neokenji
Signaler
neokenji
Idem, je suis plutôt d'accord (marrant, j'avais aussi écrit un billet parlant de ces succès/trophées, avec d'autres arguments)

En tout cas, j'aurais bien voulu voir si autant de gens se seraient lancé dans la course aux succès et trophées si la majorité des jeux avaient un niveau de difficulté proche d'un Demon's Souls ou encore un Toki.
Mordraen
Signaler
Mordraen
Je suis plutôt d'accord avec toi sur le fait que certains succès sont contre-nature. Toutefois, la grande majorité des succès sont des succès de performance ou simplement d'avancement dans l'histoire. Et il faut aussi ajouter que, pour beaucoup, les succès/trophées sont bien inutiles. Enfin, pour parler de mon expérience personnelle, je finis d'abord un jeu comme je le ferai normalement pour ensuite m'atteler à la quête des succès plus contre-nature, ce qui ne nuit absolument pas à mes expériences de jeu, jusqu'à maintenant.

En tout cas, cet article était très intéressant et bien écrit. Merci.
FuckinGaulois
Signaler
FuckinGaulois
pareil
Kain2097
Signaler
Kain2097
100% d'accord avec cet article!
Le blog de Console Syndrome Editions

Le blog de Console Syndrome Editions

Par Console Syndrome Blog créé le 23/12/09 Mis à jour le 09/02/12 à 18h52

Le blog des éditions Console Syndrome ! Vous retrouverez également quelques articles du site ConsoleSyndrome.com.

Ajouter aux favoris

Édito

C’est avec beaucoup de fierté que nous vous annonçons la sortie de notre dernier livre, consacré à la saga Metal Gear. Pour fêter l’arrivée de la compilation HD de MGS 2MGS 3 et Peace Walker, et en attendant la sortie de MGS 3D sur 3DS, nous vous proposons ce nouvel ouvrage qui décrypte et retrace l’intégralité de la série. Le livre est d’ailleurs disponible dès maintenant. De quoi fêter dignement les 25 ans de la franchise phare de Konami !

Caractéristiques de l’ouvrage :
Format : 160 x 240 mm
Couverture : cartonnée, vernis UV sélectif
Nombre de pages : 200
Impression : noir et blanc
Auteurs : Nicolas Courcier, Mehdi El Kanafi et Damien Mecheri
Prix : 18 €

Du premier Metal Gear paru en 1987 au récent Peace Walker, parcourez les étapes de création de ces jeux, avec moult anecdotes historiques. Découvrez également un portrait de Hideo Kojima, le créateur indissociable de son œuvre. Revivez ensuite l’intégralité de la chronologie du scénario, relaté dans tous ses détails et sa complexité, et couvrant près de 114 ans d’histoire, de la naissance des Philosophes à la vieillesse de Solid Snake ! Enfin, laissez-vous tenter par de nombreux décryptages et des analyses, s’intéressant autant au gameplay, à la mise en scène, aux idées folles de Kojima ou encore aux divers messages véhiculés.

Au niveau de la forme, nous vous proposons un livre dans la droite lignée de ce que nous vous avions offert avec Zelda, chronique d’une saga légendaire. Un façonnage de haute qualité donc, une couverture cartonnée, un vernis sélectif et un tranche-fil. De quoi démarrer une jolie collection !

Commandez dès maintenant ce livre sur le site des éditions Pix’n Love !

Il sera également disponible très rapidement dans le circuit de distribution classique (Fnac, Virgin, Cultura, Amazon, centres culturels Leclerc, etc.).

Archives

Favoris