Premium
Signaler
Articles

Encore un texte revendicatif et énervé ? Oui, désolé, on veut pas se faire passer pour les Che Guevara du jeu vidéo, mais il faut dire que les raisons de s'enflammer ne manquent pas en ce moment. Et comme à chaque fois, tous les malheurs de l'industrie semblent être imputables aux joueurs...

Aujourd'hui le joueur accumule la double fonction de vache à lait de l'industrie et de bouc-émissaire du moindre dérèglement dans le bilan financier des éditeurs. On en a déjà parlé abondamment sur CS, mais dans des cas aussi différents que complexes que sont le piratage ou le marché de l'occasion, la faute en revient toujours au joueur. Il se plaint et ne souhaite plus acheter ses jeux ? Pour lutter contre le piratage, les éditeurs n'ont rien trouvé de mieux que d'instaurer les système de DLC, des DRM ou le récent Project 10$. Vous me permettrez de ne pas m'appesantir sur chacune de ses aberrations, je renvois ceux qui ne seraient pas encore au fait de la situation vers les articles dédiés.

Là où ça devient grave, c'est que les éditeurs n'hésitent plus à charger directement les joueurs dans la presse, via des déclarations gonflées et manquant cruellement de respect. Citons la dernière en date, oeuvre de Cory Ledesma, directeur de création chez THQ :

« Je ne pense pas que ça nous concerne, quand les acheteurs de jeux d'occasion sont mécontents parce que les acheteurs de jeux neufs bénéficient de tout. Donc si les acheteurs de jeux d"occasion sont contraits de ne pas avoir la fonction online, je n'ai pas vraiment de sympathie pour eux. {...} C'est un peu brutal, mais on espère que ça ne déçoive pas les gens. Nous espérons que les gens comprennent que quand un jeu est acheté d'occasion, on nous arnaque.
Je ne crois pas que quiconque n'ait envie de ça, alors pour que nous faisions des jeux WWE solides, de haute qualité, nous avons besoins de fans loyaux qui sont intéressés par le jeu. Nous voulons rétribuer ces fans avec du contenu additionnel. »

THQ ? Des mecs vraiment trop sympa !

Au-delà de la levée de violons menée par ce bon vieux Cory, qui nous ferait presque verser une larmichette, soulignons l'incroyable virulence des propos. L'occasion est un droit universel, qui s'exerce dans toutes les industries, et qui permet au client de faire un peu fructifier son investissement de base. On ne répètera jamais assez que celui qui revends son jeu investira à coup sûr son argent dans un nouveau produit neuf et que l'acheteur peu fortuné n'aurait pas pu s'offrir le titre à plein tarif. Comme le dirait les Inconnus, on se propose désormais de faire le tri entre le bon acheteur et le mauvais acheteur. Pourquoi celui qui peut se permettre de casquer 70€ pour l'achat d'un produit culturel devrait se voir récompenser par un surplus absent du jeu de base ? Un scandale quand on sait que l'industrie du jeu vidéo ne propose que des produits hors de prix. Qu'il s'agisse des consoles ou des jeux, on n'est bien loin des tarifs pratiqués par le cinéma, la bande dessiné, le théâtre ou la vente de CD ou DVD. Et alors que la majeure partie des joueurs paient sans broncher, voilà qu'un petit gars de chez THQ vient nous faire la morale. Il paraitrait certainement à ses yeux bien plus censé que les joueurs lui ouvrent leur portefeuille en le suppliant de prendre tout ce qu'il souhaite.

Mais au-delà de ces déclarations contestables, on se rend compte que le joueur est désormais pris pour cible au moindre flop commercial. Si des produits comme Shenmue ou Beyond Good and Evil ne se sont pas vendus, c'est de la faute du joueur, qui n'a pas daigné dépenser son argent. Bien sûr, l'éditeur omet naturellement toute auto-critique sur son investissement en communication ou sur la façon dont il a mis en avant son produit via la distribution. On fait maintenant peur aux joueurs, en lui expliquant clairement que s'il n'achète pas tel ou tel jeu, ce sera sa faute si la série dépérit. Autant j'adore la saga Castlevania, autant quand je vois IGA (l'homme en charge de la série depuis Symphony of the Night) à l'E3 qui supplie presque les journalistes d'acheter son jeu, on se dit qu'il y a un problème. Il en est de même pour le président de Marvelous, un éditeur japonais, qui s'était fendu d'une lettre ouverte aux joueurs au moment de la sortie de Little King Story, expliquant que son entreprise était en péril et qu'il fallait acheter ses jeux. Deux situations que je regrette de tout mon coeur et deux personnes à qui j'apporte tout mon soutien, mais est-ce pour autant juste de faire culpabiliser les joueurs alors que l'industrie s'enrichit de jour en jour ? Nous en venons même à flipper lorsqu'un jeu nous tiens à coeur et qu'il ne semble pas rencontrer le succès qu'il mérite. Je me souviens qu'à la sortie de Bayonetta, je scrutais avec attention les forums ou blogs, histoire de voir si le titre rencontrait un écho auprès des joueurs. Certains trouveront certainement charmante cette prise de conscience et cette implication, mais, je le répète, est-ce vraiment le rôle des joueurs que d'en arriver là ?

L'industrie marche vraiment sur la tête. Les créateurs en sont réduits à implorer un peu d'attention, alors que les patrons n'hésitent plus à leur couper les vivres dès qu'un de leurs jeux connait un destin commercial difficile. Quand on voit comment ont été traité les gars de Double Fine (le studio de Tim Schafer derrière Brutal Legend) par la direction d'Activision, on hallucine alors de voir les costards cravate du milieu nous dire que nous sommes de mauvais consommateurs. Puis ils nous font porter sur nos épaules l'ensemble des (mauvaises) décisions prises. Car être joueur militant, oui, pourquoi pas ! Mais ce n'est pas à la portée de tous les bourses. Et quand on demande aux joueurs d'être philanthropes, il me semble y voir un certain paradoxe.

Par CouCou

 www.consolesyndrome.com

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Le blog de Console Syndrome Editions

Le blog de Console Syndrome Editions

Par Console Syndrome Blog créé le 23/12/09 Mis à jour le 09/02/12 à 18h52

Le blog des éditions Console Syndrome ! Vous retrouverez également quelques articles du site ConsoleSyndrome.com.

Ajouter aux favoris

Édito

C’est avec beaucoup de fierté que nous vous annonçons la sortie de notre dernier livre, consacré à la saga Metal Gear. Pour fêter l’arrivée de la compilation HD de MGS 2MGS 3 et Peace Walker, et en attendant la sortie de MGS 3D sur 3DS, nous vous proposons ce nouvel ouvrage qui décrypte et retrace l’intégralité de la série. Le livre est d’ailleurs disponible dès maintenant. De quoi fêter dignement les 25 ans de la franchise phare de Konami !

Caractéristiques de l’ouvrage :
Format : 160 x 240 mm
Couverture : cartonnée, vernis UV sélectif
Nombre de pages : 200
Impression : noir et blanc
Auteurs : Nicolas Courcier, Mehdi El Kanafi et Damien Mecheri
Prix : 18 €

Du premier Metal Gear paru en 1987 au récent Peace Walker, parcourez les étapes de création de ces jeux, avec moult anecdotes historiques. Découvrez également un portrait de Hideo Kojima, le créateur indissociable de son œuvre. Revivez ensuite l’intégralité de la chronologie du scénario, relaté dans tous ses détails et sa complexité, et couvrant près de 114 ans d’histoire, de la naissance des Philosophes à la vieillesse de Solid Snake ! Enfin, laissez-vous tenter par de nombreux décryptages et des analyses, s’intéressant autant au gameplay, à la mise en scène, aux idées folles de Kojima ou encore aux divers messages véhiculés.

Au niveau de la forme, nous vous proposons un livre dans la droite lignée de ce que nous vous avions offert avec Zelda, chronique d’une saga légendaire. Un façonnage de haute qualité donc, une couverture cartonnée, un vernis sélectif et un tranche-fil. De quoi démarrer une jolie collection !

Commandez dès maintenant ce livre sur le site des éditions Pix’n Love !

Il sera également disponible très rapidement dans le circuit de distribution classique (Fnac, Virgin, Cultura, Amazon, centres culturels Leclerc, etc.).

Archives

Favoris