Premium
Signaler
Critiques

Scott Pilgrim est à la base un comics écrit et dessiné par le canadien Bryan Lee O'Malley. Composée de six tomes, et dont le dernier est sorti aux Etats-Unis fin juillet, la série s'évertue à narrer les aventures délirantes du personnage éponyme. Encore assez méconnu en France, Scott Pilgrim est pourtant un véritable phénomène outre-Atlantique. Sous des abords franchement minimalistes, le comics, assez inspiré des mangas dans son trait et son format, esquisse l'existence simple et banale de Scott, un jeune chômeur de 23 ans qui passe la moitié de ses journées à dormir et l'autre à jouer avec son groupe. Malgré des critiques assez rudes sur son style, la volonté manifeste de l'auteur de dépeindre des personnages aussi réalistes qu'absurdes fait de Scott Pilgrim un comics détonnant, drôle, et sans doute formidablement culte, ne serait-ce parce qu'il résonne chez chacun d'entre nous comme le portrait craché d'un ami proche.

Si les six tomes du comics ont mis leur temps à sortir (étalés de 2004 à 2010), le jeu n'a pas tardé à montrer le bout de son nez une fois faite l'annonce d'Ubisoft. Il faut bien dire qu'à l'heure ou le studio semble surtout vouloir assurer la pérennité de ses licences phares (Splinter Cell, Prince of persia, Assassin's Creed), l'idée était assez étonnante. C'est Ubisoft Chengdu, un de leurs studios basés en Chine et fondé en 2007, qui participa à l'élaboration du titre avec Ubisoft Montreal.

Particulièrement fidèle au livre, le jeu reprend les mécaniques connues du beat them all. Il est donc possible de choisir un des quatre personnages de base (deux autres seront à terme débloquables ; l'un des deux l'est déjà sous des conditions bien précises : FAQ) et de partir savater du vilain, du corniaud, dans les rues de Toronto. Dès le menu les quatres emplacements figurent qu'il est possible de jouer jusqu'à quatre, mais attendez-vous à un savant merdier en pareille circonstance. Sous forme de scrolling horizontal, le titre emprunte aux classiques - Double Dragon, Street of Rage - la baston par groupe d'ennemis et l'environnement qui se charge graduellement. Le gameplay est d'ailleurs tout aussi classique : coup léger, coup fort, saut, garde, et deux autres boutons pour les techniques spéciales ; chaque personnage dispose de ses propres séquences de coups et d'un niveau maximal de seize, lesquels vous permettront de débloquer de nouveaux coups. L'argent récolté pendant l'aventure vous permettra, lui, d'acheter de la nourriture pour regagner de la vie, des points de caractéristique (Force, Defense, Volonté, Vitesse) ou des vies supplémentaires.

En terme d'environnement le design a été confié à Paul Robertson. Graphiste et dessinateur de son état, ce dernier rivalise d'ingéniosité en matière de pixel art et est l'auteur de vidéo telles que King of Power 4 Billion %, fortement inspirées de Metal Slug et absolument délirantes, mais qu'on déconseillera aux enfants et aux épileptiques. Les stages, au nombre de sept, s'avère variés et soutenu par les somptueuses compositions de Anamanaguchi, un groupe new yorkais dédié au chiptune et qui réalise ici une impressionnante prestation pour un titre de cette taille : pas moins de vingt-quatre pistes originales.

On se dira d'ailleurs que le jeu emprunte à Metal Slug une difficulté qui laisse pantois sans pour autant être décourageante, dès lors qu'il est acceptable de faire un Game Over et de recommencer le stage, chose qui s'avère plutôt banal passé le début du jeu. De fait, n'espérez pas le boucler, même en facile, sans avoir vu la question fatidique « Souhaitez-vous continuer ? » à plusieurs reprises. Implicitement Scott Pilgrim invite d'ailleurs au grind, et vous devrez sans doute refaire certains stages pour gagner des niveaux et de l'argent, à moins de trouver des amis. Petite précision à ce sujet : le coop n'est accessible qu'en local.

Hélas, si je me vois parfaitement vous en conseiller l'achat, j'ai bien quelques réserves à l'encontre de Scott Pilgrim. La première tient au genre du jeu, qui bien que drôle et varié, ne parvient pas à rendre les personnages aussi attachants que dans le comics. Totalement dépourvu de dialogues et via un fil conducteur excessivement linéaire, on perd quelque peu du génie de Bryan O'Malley dans cette retranscription. Ma deuxième réserve concerne les nombreux bugs et autres glitchs qui parsèment le jeu, et qui à défaut d'empêcher la progression peuvent parfois provoquer freezes de la console et pleurs incontrôlés, comme une vilaine tâche au tableau.

En dépit de ses erreurs de jeunesse, Scott Pilgrim réalise une excellente prestation, mêlant habilement les contributions de certaines figurines emblématiques d'une vague retro ingénieuse, tout en restant fidèle à l'oeuvre original. On ne peut qu'espérer que les bugs soient rapidement réglés par Ubisoft, même si les premiers retours ne vont malheureusement pas en ce sens.

Par Memento

www.consolesyndrome.com

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Commentaires

CouCou
Signaler
CouCou
Ça attire au moins les mecs qui n'ont pas le temps de lire :)
RohLeLourd...
Signaler
RohLeLourd...
J'ai pas lus (pas le temps désolé ^^), mais par expérience, j'ai appris que Scott Pilgrim n'attire pas... Mais je suis sur que c'est un bonne article! Bon je sors...
Le blog de Console Syndrome Editions

Le blog de Console Syndrome Editions

Par Console Syndrome Blog créé le 23/12/09 Mis à jour le 09/02/12 à 18h52

Le blog des éditions Console Syndrome ! Vous retrouverez également quelques articles du site ConsoleSyndrome.com.

Ajouter aux favoris

Édito

C’est avec beaucoup de fierté que nous vous annonçons la sortie de notre dernier livre, consacré à la saga Metal Gear. Pour fêter l’arrivée de la compilation HD de MGS 2MGS 3 et Peace Walker, et en attendant la sortie de MGS 3D sur 3DS, nous vous proposons ce nouvel ouvrage qui décrypte et retrace l’intégralité de la série. Le livre est d’ailleurs disponible dès maintenant. De quoi fêter dignement les 25 ans de la franchise phare de Konami !

Caractéristiques de l’ouvrage :
Format : 160 x 240 mm
Couverture : cartonnée, vernis UV sélectif
Nombre de pages : 200
Impression : noir et blanc
Auteurs : Nicolas Courcier, Mehdi El Kanafi et Damien Mecheri
Prix : 18 €

Du premier Metal Gear paru en 1987 au récent Peace Walker, parcourez les étapes de création de ces jeux, avec moult anecdotes historiques. Découvrez également un portrait de Hideo Kojima, le créateur indissociable de son œuvre. Revivez ensuite l’intégralité de la chronologie du scénario, relaté dans tous ses détails et sa complexité, et couvrant près de 114 ans d’histoire, de la naissance des Philosophes à la vieillesse de Solid Snake ! Enfin, laissez-vous tenter par de nombreux décryptages et des analyses, s’intéressant autant au gameplay, à la mise en scène, aux idées folles de Kojima ou encore aux divers messages véhiculés.

Au niveau de la forme, nous vous proposons un livre dans la droite lignée de ce que nous vous avions offert avec Zelda, chronique d’une saga légendaire. Un façonnage de haute qualité donc, une couverture cartonnée, un vernis sélectif et un tranche-fil. De quoi démarrer une jolie collection !

Commandez dès maintenant ce livre sur le site des éditions Pix’n Love !

Il sera également disponible très rapidement dans le circuit de distribution classique (Fnac, Virgin, Cultura, Amazon, centres culturels Leclerc, etc.).

Archives

Favoris