Premium
Signaler
Articles

L'on connait les budgets parfois pharaoniques des productions Rockstar : GTA IV aurait couté 100 millions de dollars, une somme similaire, bien que non confirmée, ayant été évoquée pour Red Dead Redemption. Mais très vite, à la vue des premiers chiffres de vente,  les doutes quant à la rentabilité du soft ont été effacés : Red Dead Redemption est le carton attendu, à tel point que cela semble devenir coutumier pour ce studio. En effet, sur la fin mai, Red Dead Redemption se serait vendu trois fois plus que Super Mario Galaxy 2 et autour des 1,5 millions d'unités, et l'on apprenait au début du mois que 5 millions d'unités s'étaient déjà écoulées. Toutefois, l'on n'est pas sans ignorer que le comportement des jeux Nintendo est quelque peu différent, car ils tendent à se vendre sur du très long terme. L'explosivité d'un Red Dead Redemption est donc à mettre en relief avec Modern Warfare 2 qui, déjà en novembre dernier, avait sans doute quelque chose à voir avec l'un ou l'autre de ces nombreux décalages de sortie.

 

Relevé à la fois par le CEO de Rockstar, Ben Feder, et les analystes, les ventes de Red Dead Redemption ont donc monopolisé l'attention. Ben Feder n'hésite d'ailleurs pas à dire qu'il a privé d'oxygène les autres jeux sortis sur la même période aux Etats-Unis (tels que UFC Undisputed 2010). A cela on ajoutera que c'était en partie prévisible, tant la campagne marketing semble avoir été soignée, mais c'est pourtant un phénomène assez récent que des succès commerciaux asphyxient la concurrence au point de réduire les ventes globales d'un mois donné. On apprend ainsi que depuis le début de l'année 4% des jeux (contre 5% sur la même période de 2009) représentent 80% du chiffre d'affaires, et qu'il y a 23% de nouveautés en moins.

Analysé par Jesse Divnich il y a quelques mois, le calendrier des sorties souffre visiblement de trop fortes congestions sur les fins de trimestres fiscaux. Ainsi, au lieu de s'étaler tout au long de l'année comme des films qui sortent chaque mercredi, les éditeurs privilégient les stratégies à court terme. L'industrie du jeu vidéo, à certaines exceptions notables près, s'est d'ailleurs toujours comportée de cette manière, le roulement très important des titres en étalage ne faisant rien pour arranger les choses. Pourtant, l'élément notable qui ressort de cette analyse, c'est que la masse des ventes en fin de trimestre (les mois de mars, juin et septembre) ont des résultats similaires aux autres mois, ce qui veut tout simplement dire que certains jeux ne se vendent pas. Et si depuis le début de l'année les mois de sorties ont quelque peu varié (beaucoup de sorties anticipées sur les mois de janvier et mai), la concentration de titre est globalement la même. Les résultats sont d'ailleurs en baisse par rapport à l'année dernière, aussi bien pour janvier que pour mai.

Proportion des sorties par rapport aux ventes

La France n'échappe pas au phénomène au vu des conclusions de l'IDEF qui s'est déroulé du 29 juin au 1er juillet, tant les victimes expiatoires de l'insolent succès de Red Dead Redemption (évalué à 300 000 unités) semblent s'amonceler : Blur, Split/Second Velocity, Alan Wake. Tous des titres plutôt soignés et qui auraient du rencontrer leur publics (même si Blur et Split/Second se sont compliqué la tâche en sortant à une semaine d'intervalle).

Finalement Cyril Drevet abordait l'idée à juste titre lors de la conférence des Chroniques de Player One : les blockbusters tirent la qualité vers le haut en monopolisant les ventes, car les titres voulant rivaliser avec ce type de mastodonte ont intérêt à mettre le paquet. Les joueurs peuvent dès à présent s'en réjouir mais on ne peut pas en dire de même pour les éditeurs qui, les coûts de développements augmentant, vont avoir de plus en plus de mal à supporter un échec commercial.

Par Memento

 www.consolesyndrome.com

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Le blog de Console Syndrome Editions

Le blog de Console Syndrome Editions

Par Console Syndrome Blog créé le 23/12/09 Mis à jour le 09/02/12 à 18h52

Le blog des éditions Console Syndrome ! Vous retrouverez également quelques articles du site ConsoleSyndrome.com.

Ajouter aux favoris

Édito

C’est avec beaucoup de fierté que nous vous annonçons la sortie de notre dernier livre, consacré à la saga Metal Gear. Pour fêter l’arrivée de la compilation HD de MGS 2MGS 3 et Peace Walker, et en attendant la sortie de MGS 3D sur 3DS, nous vous proposons ce nouvel ouvrage qui décrypte et retrace l’intégralité de la série. Le livre est d’ailleurs disponible dès maintenant. De quoi fêter dignement les 25 ans de la franchise phare de Konami !

Caractéristiques de l’ouvrage :
Format : 160 x 240 mm
Couverture : cartonnée, vernis UV sélectif
Nombre de pages : 200
Impression : noir et blanc
Auteurs : Nicolas Courcier, Mehdi El Kanafi et Damien Mecheri
Prix : 18 €

Du premier Metal Gear paru en 1987 au récent Peace Walker, parcourez les étapes de création de ces jeux, avec moult anecdotes historiques. Découvrez également un portrait de Hideo Kojima, le créateur indissociable de son œuvre. Revivez ensuite l’intégralité de la chronologie du scénario, relaté dans tous ses détails et sa complexité, et couvrant près de 114 ans d’histoire, de la naissance des Philosophes à la vieillesse de Solid Snake ! Enfin, laissez-vous tenter par de nombreux décryptages et des analyses, s’intéressant autant au gameplay, à la mise en scène, aux idées folles de Kojima ou encore aux divers messages véhiculés.

Au niveau de la forme, nous vous proposons un livre dans la droite lignée de ce que nous vous avions offert avec Zelda, chronique d’une saga légendaire. Un façonnage de haute qualité donc, une couverture cartonnée, un vernis sélectif et un tranche-fil. De quoi démarrer une jolie collection !

Commandez dès maintenant ce livre sur le site des éditions Pix’n Love !

Il sera également disponible très rapidement dans le circuit de distribution classique (Fnac, Virgin, Cultura, Amazon, centres culturels Leclerc, etc.).

Archives

Favoris