A napper sur tes pommes de terre.

Par Cancoillotte Blog créé le 30/11/10 Mis à jour le 07/11/12 à 13h44

Bienvenue!
Découvrez le blog du Gamer Franc-Comtois pure souche. Retrouvez des test, chroniques, news, critiques, et autres babioles sur les sujets que j'aime. N'hésitez pas à me laisser des commentaires pour me faire partager vos impressions.
Bonne lecture...

Ajouter aux favoris
  
Signaler
Success Story

Il est maintenant temps de vous conter l'histoire d'une série qui aura fait une courte carrière, je dirais même très courte. Rockstar, très en vogue au début des années 2000 grâce à GTA III, ne fait pas semblant avec les jeux de courses. Il y a Midnight Club, que tout le monde connait. Mais qui se souvient de Smuggler's Run?

Pas grand monde, n'est-ce pas?

Alors laissez-moi vous rafraichir la mémoire.

Nous sommes dans le début des années 2000. Rockstar est très en vogue, la Playstation 2 est une console qui permet de prendre son envol et de découvrir une expérience de jeu améliorée. Smuggler's Run, à l'instar de Midnight Club, est l'un des premiers jeux à voir le jour sur Playstation 2.

Tandis que Midnight Club nous met dans la peau d'un street racer, Smuggler's Run nous immerge dans l'univers du Off Road. Prendre la clé des champs à bord d'un puissant 4x4, enchainer les dunes au volant d'un buggy, semer la police et vos adversaires... ça va être votre quotidien.

Sauf que Smuggler's Run n'est pas tout à fait un jeu de course. Vous êtes en effet dans la peau d'un contrebandier! Dans l'ensemble, vos objectifs sont de livrer des colis importants, que les gangs du coin et la police s'arrachent. Vous faite partie d'un des gangs, et vous n'avez pas d'amis, à part vos propres coéquipiers.

Les missions se déroulent dans trois environnements différents, ou plutôt 2 + 1. Le premier environnement est une région verdoyante des Etats-Unis, le second ressemble au Nouveau Mexique, et le troisième, eh ben... c'est le premier environnement, mais sous la neige.

C'est du CTF sophistiqué. On va récupérer le drapeau (les marchandises, donc) et on va les livrer sans le fracasser vers le point de stockage. Sans le fracasser, parce que vos cargaisons sont fragiles. Les accidents ou les chutes trop fortes font perdre de la valeur, et votre score sera moins important. Pilotez proprement et esquivez soigneusement vos adversaires. N'oubliez pas de surveiller le chronomètre.

Il existe différents modes de jeu. Le mode principal est en quelque sort le mode Histoire. On est généralement seul pour réaliser les missions, nos ennemis sont à la fois le chronomètre, les gangs adverses et les flics. Certaines missions se font en équipe, vos partenaires sont contrôlés par l'IA. Un quota de colis à livrer est requis pour gagner. La stratégie fait alors son apparition. On peut s'amuser à voler les colis de nos adevrsaires en les heurtant, et on peut aussi faire un transfert de colis avec un coéquipier.

L'autre mode de jeu permet de configurer ses propres règles. Virée, ou partie avec l'IA. Il peut s'agir de livrer des colis, ou bien faire la course, un peu dans l'esprit Midnight Club.

En ce qui concerne les véhicules, ils sont au nombre de six.

- Le Buggy est léger mais maniable

- La voiture de rallye n'est pas résistante et est basse, mais a la meilleure vitesse de pointe

- Le Pro Truck et le 4x4 sont des véhicules polyvalents, à la fois solides, rapides et passant à peu près n'importe où

- Le véhicule militaire (une sorte de Hummer) un peu plus lourd

- Et enfin le Monster Truck, qui s'essoufle vite en terme de vitesse, mais il encaisse bien!

En terme de gameplay, on appréciera la superficie des maps (20 km², si je ne dis pas de bêtises!) et le comportement de notre véhicule. La sensation de vitesse n'est pas extraordinaire, mais le véhicule va là où on lui demande. C'est typé arcade, et comme dans Midnight Club, un coup de frein à main permet de faire un 180° comme si de rien n'était. Malheureusement, on constate qu'il y a certains bug de collisions, avec certaines parties du décor en particulier. En parlant de collision, vos véhicules ne sont pas indestructibles. Au fur et à mesure des accrochages, votre véhicule perd des bouts de carrosserie, mais la santé du véhicule se régénère petit à petit. Comme les FPS modernes! Mais attention: accumuler les accidents entraine souvent un échec de la mission. En effet, vous risquez de caler, et si vous êtes poursuivi par la police à ce moment là, c'est game over.

Dans l'ensemble, Smuggler's Run est un bon divertissement. Les bons joueurs tenteront de finir le mode Histoire, ce qui n'est pas évident étant donné à quel point l'IA est coriace et les chronomètres serrés. Les autres préfèreront faire des défis contre l'IA ou bien contre des potes. Le jeu devient alors très amusant.

En terme d'ambiance, par contre, ce n'est pas la folie. Les cartes sont grandes mais il y a peu de vie. Les voitures qui circulent sur la map se comptent sur le doigt d'une seule main. En prime, l'ambiance sonore est assez austère. Celà va de pair avec un bug qui désactive la musique pendant que l'on joue... en ce qui me concerne en tout cas! Heureusement, les bruitages sont toujours là, mais ils n'ont rien d'extraordinaire. On s'amusera devant la voix féminine qui nous traite comme une sous-merde, jamais contente de nos prestation pendant nos parties.

En guise de coup d'essai, Smuggler's Run est plutôt une bonne réussite. Le jeu ne ressemble à aucun autre, et la vaste surface des map contribue beaucoup au ressenti du jeu. Fun en toute circonstance, malgré certains bug et une difficulté pas très bien dosée, on enchaine les missions sans que la lassitude ne vienne trop nous perturber, le joueur se situant face à une belle variété de situations. Sans le faire exprès, Smuggler's Run est devenue une référence pour les amateurs de jeux Off-Road à l'époque.

Devant ce succès, Rockstar nous aura livré une suite une grosse année plus tard, à la fois sur Playstation 2 et Gamecube.

Voir aussi

Plateformes : 
PlayStation 2
Sociétés : 
Rockstar Games
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Édito

Blog inactif depuis quelques mois... je tiens à m'excuser de cette désertification.

Archives

Favoris